Archives mensuelles : février 2019

Un aperçu des formes de réponses au questionnaire du gouvernement

Josquin Debaz

Dans ce deuxième billet de découverte des réponses mises à disposition par la plateforme granddebat.fr, je vais commencer à entrer superficiellement dans le contenu. En particulier, je vais présenter des exemples1 afin de mettre l’accent sur la grande diversité des formes de réponse, de manière à souligner que l’outil d’analyse ou ses paramètres peuvent favoriser un type de réponse plutôt que d’autres, et par exemple mettre en avant les inscriptions courtes et régulières et oublier les autres formes plus longues et argumentées.

On m’a fait remarquer que le précédent billet abusait des courbes : elles sont trop nombreuses, leur légende ne s’associe pas facilement au graphique correspondant, et l’usage de l’axe logarithmique n’est pas plus efficace pour mettre en exergue le pic inhabituel de taille de réponses. Je partage ce sentiment sur le fond et sur la forme, alors cette fois, pas de courbe, mais des exemples de réponses : pour voir concrètement ce que ça donne. Nouvelle présentation, nouveaux problèmes : j’ai la crainte que la mise en avant de ces extraits ne vienne forcer l’interprétation. Comme si en goûtant la sauce pendant la préparation pour savoir s’il faut rajouter du sel on pouvait faire comme si on avait fini de manger le plat, voire prétendre l’avoir bien digéré… Rien de tel ici, le questionnaire lancé par le gouvernement n’est même pas clôt, il manque les contributions papiers, celles aux plateformes alternatives (Le vrai débat, noos, etc.), les prises de paroles connexes (beaucoup de tribunes dans la presse en particulier)… Bref toute la liste, ici non exhaustive, de ce qui permet l’interprétation.

Pour l’instant, on regarde juste comment c’est fait.

Dans ce questionnaire, on trouve des questions ouvertes et des questions fermées. Par exemple, à la question Faut-il prendre en compte le vote blanc ? il n’est possible aux répondants de choisir que oui ou non (ou de ne pas répondre). C’est sans doute la forme la plus traître possible : elle appelle à un traitement quantitatif et elle a un air de sondage. Mais comme je le soulignais précédemment, vouloir analyser ces données comme celles d’un sondage (les réponses d’un panel représentatif qui permettrait d’inférer sur celles du pays ou d’une population donnée) est un piège a absolument éviter. Et je suis donc inquiet quand j’apprends que c’est à un institut de sondage que le gouvernement confie l’analyse des réponses2. Je suis désolé de leur faire un procès a priori, mais j’espère que les garants seront écoutés lorsqu’ils appellent à ce que

[…] trois grands principes » guideront cette restitution : l’exhaustivité, la transparence et la pluralité. Cela signifie qu’il n’y aura pas une mais plusieurs synthèses, qu’il s’agira de « diversifier les analyses » – et les auteurs des analyses – pour traiter « la multiplicité des formes de témoignages et des prises de position ». Et ainsi mieux « rendre compte » du « foisonnement », de « cette diversité » des expressions, a estimé le politologue Pascal Perrineau, l’un des cinq garants.3

Continuer la lecture
  1. Issus des fichiers json fournis par la plateforme le 6 février. []
  2. « Grand Débat : à mi-parcours, le gouvernement précise les modalités de traitement des données« , 14 février 2019, Localtis. []
  3. Ibid. []

Repérer les réponses coordonnées au questionnaire du gouvernement dans le cadre du Grand « débat »

Josquin Debaz

Sur ce carnet, nous aurons l’occasion de mettre en avant quelques lectures de l’organisation par le gouvernement d’une consultation de grande ampleur et des données textuelles qu’elle génère, mais aussi des rencontres et propositions alternatives visant à contrer ou atténuer la centralisation du dispositif. Dans ce billet, je propose de défricher rapidement une première question : Comment traiter les réponses déposées sur la plateforme granddebat.fr ?

Dans le cadre du Grand « débat », de nombreux avis citoyens vont être exprimés, et des réponses sont d’ores et déjà disponibles, téléchargeables en csv ou ndjson sur https://granddebat.fr/pages/donnees-ouvertes. Un premier dump avait été mis à disposition plus rapidement par Code for France, association qui attire également l’attention sur le manque d’ouverture de la plateforme elle-même, avec sa tribune « Ouvrons grand le débat« .

L’anonymisation des réponses (elles ne sont contextualisées que par le code postal déclaré, ainsi que la date et heure de validation du formulaire) fait que contrairement à un mode de traitement courant d’un questionnaire, il est très délicat d’en inférer des interprétations plus générales. Il est d’usage d’interroger un petit nombre de personnes pour rapporter leurs réponses à celles que devraient donner un plus grand nombre de personnes. Pour cela les premières doivent constituer un ensemble représentatif des secondes. C’est-à-dire qu’on suppose que la diversité et la proportion des réponses seront constantes, du moment que la diversité et la proportion des personnes sont respectées. Ici, on n’a pas interrogé un panel constitué comme tel et on ne peut pas vérifier qu’il est représentatif de la population française ou d’un sous-groupe, puisqu’on n’a pas d’indication qui permettrait de le vérifier (âge, sexe, profession, etc.). Les réponses ne sont donc interprétables que… comme la parole de ceux qui ont répondu. Même s’ils sont nombreux.

Continuer la lecture