L’aubaine pandémique ? La presse des alternatives de santé face au coronavirus

Par Adrien Thâm Kurek

Introduction

L’objectif de ce billet est de présenter une recherche de Master en cours sur le thème des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC). Le séminaire de l’EHESS « socio-informatique des alertes et des controverses » de l’année 2020-2021, animé par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, m’a permis de me familiariser avec le logiciel Prospéro, de constituer et traiter un corpus d’articles couvrant l’épidémie de coronavirus par les promoteurs des alternatives de santé. Je souligne d’abord les fonctionnalités de Prospéro qui me sont apparues les plus utiles pour ma recherche, avant de présenter les caractéristiques du corpus et les opérations de construction de celui-ci. Je poursuis avec la présentation de mes premiers résultats, et termine ce billet en suggérant quelques pistes d’analyse.

Prospéro : auxiliaire de recherche

Une des difficultés se posant à l’étude des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC) tient au fait que l’objet regroupe un ensemble de pratiques extrêmement variées (l’Académie de médecine en recense un peu plus de 300), de sorte que l’on pourrait aller jusqu’à douter de la pertinence de cette catégorie pour l’analyse sociologique. À défaut de disposer de données quantitatives robustes sur la question1, certaines recherches ont opté pour des études de cas, produisant une description serrée sur des sujets aussi divers que le magnétisme et le chamanisme (Charrasse 2018), l’homéopathie, l’acupuncture et diverses pratiques associées comme l’auriculothérapie ou la mésothérapie (Chateauraynaud 1986), la Médecine Traditionnelle Chinoise (Micollier 2011), l’Ayurvéda (Hoyez 2012) ou l’ostéopathie (Bailly 2005). Si ces modes d’enquêtes permettent de mettre au jour la logique interne et les spécificités de certaines pratiques « alternatives », elles ne fournissent pas de descriptions plus globales du phénomène. La question de la mise en relation des échelles d’analyse, qui est sans doute un des problèmes les plus partagés dans les sciences sociales, se pose avec une acuité particulière dans le cas des MAC. Comment s’autoriser à monter en généralité au sujet d’un objet aussi éclaté que les médecines alternatives, à partir de quelques observations particulières ? Il semble que l’analyse des procédés argumentatifs déployés par les acteurs peut constituer une solution intéressante pour faire apparaître des traits communs sous l’hétérogénéité des alternatives de santé. Dans cette acception, l’objet « médecines alternatives » désigne alors moins un ensemble de pratiques hétérogènes qu’une série de discours, ayant pour objet les enjeux de santé publique et un certain rapport critique aux institutions étatiques et scientifiques. Reste alors à objectiver et répertorier les formes que peuvent prendre ces discours.

Continuer la lecture

  1. On dispose tout au plus de quelques sondages donnant une idée du taux de recours aux alternatives de santé. Selon un sondage Haris Interactive pour SantéClaire daté de 2019, 7 français sur 10 ont eu recours à une pratique alternative de santé au moins une fois au cours de leur vie. []

« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Par Pierre-Emmanuel Metzger—Debrune

Introduction

Dans ce billet, qui fait suite à un travail réalisé pour le séminaire « Socio-informatique des alertes et des controverses » (2020-2021), nous proposons une description et une explication des dynamiques temporelles et des jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, saisi sur une courte période (2017-2019). Pour cela, nous avons constitué un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique au cours de cette période1. Ce corpus a ensuite été analysé à l’aide de Prospéro 1.

En avril 2019, le média d’investigation Disclose publie une enquête inédite affirmant – entre autres – que des armes françaises ont été utilisées par l’Arabie saoudite contre des civils yéménites. Ces révélations2 suscitent immédiatement de nombreuses réactions. Pour bien comprendre celles-ci, il est nécessaire de rappeler quelques éléments du contexte dans lequel cette enquête prend son sens. De nombreux observateurs ont vu dans les années 2000-2010 un moment de réarmement global. La France n’est pas restée étrangère à cette tendance : entre 2012 et 2017, François Hollande et Jean-Yves Le Drian ont relancé les ventes d’armement, faisant de la France la troisième puissance exportatrice d’armes dans le monde. L’armement français représente alors en 2017 une dizaine de groupes de taille mondiale, 4 000 PME, et entre 165 000 et 200 000 salariés. Dès 2017, Emmanuel Macron s’engage à poursuivre la politique de François Hollande et à « réindustrialis[er] la Défense ». Jean-Yves Le Drian est reconduit dans ses fonctions, et poursuit sa stratégie visant à faire de la France une puissance de premier plan en matière d’armement. Continuer la lecture

  1. Il a été vérifié que tous les hyperliens présents dans ce billet – renvoyant à des textes du corpus afin d’indiquer au lecteur les sources de certaines affirmations – étaient fonctionnels à la date du 22 avril 2021. []
  2. Le présent billet n’a pas vocation à statuer sur le caractère avéré ou non de ces révélations. []