« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Par Pierre-Emmanuel Metzger—Debrune

Introduction

Dans ce billet, qui fait suite à un travail réalisé pour le séminaire « Socio-informatique des alertes et des controverses » (2020-2021), nous proposons une description et une explication des dynamiques temporelles et des jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, saisi sur une courte période (2017-2019). Pour cela, nous avons constitué un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique au cours de cette période1. Ce corpus a ensuite été analysé à l’aide de Prospéro 1.

En avril 2019, le média d’investigation Disclose publie une enquête inédite affirmant – entre autres – que des armes françaises ont été utilisées par l’Arabie saoudite contre des civils yéménites. Ces révélations2 suscitent immédiatement de nombreuses réactions. Pour bien comprendre celles-ci, il est nécessaire de rappeler quelques éléments du contexte dans lequel cette enquête prend son sens. De nombreux observateurs ont vu dans les années 2000-2010 un moment de réarmement global. La France n’est pas restée étrangère à cette tendance : entre 2012 et 2017, François Hollande et Jean-Yves Le Drian ont relancé les ventes d’armement, faisant de la France la troisième puissance exportatrice d’armes dans le monde. L’armement français représente alors en 2017 une dizaine de groupes de taille mondiale, 4 000 PME, et entre 165 000 et 200 000 salariés. Dès 2017, Emmanuel Macron s’engage à poursuivre la politique de François Hollande et à « réindustrialis[er] la Défense ». Jean-Yves Le Drian est reconduit dans ses fonctions, et poursuit sa stratégie visant à faire de la France une puissance de premier plan en matière d’armement. Continuer la lecture

  1. Il a été vérifié que tous les hyperliens présents dans ce billet – renvoyant à des textes du corpus afin d’indiquer au lecteur les sources de certaines affirmations – étaient fonctionnels à la date du 22 avril 2021. []
  2. Le présent billet n’a pas vocation à statuer sur le caractère avéré ou non de ces révélations. []