Qu’est-ce qui se trame entre les carnets de recherche ? « L’Hypothèsosphère » en 2018

Josquin Debaz

Il y a bien longtemps (huit ans, un éon ?), dans une galaxie pas si lointaine, je m’étais exercé à cartographier les liens hypertextes pointant d’un carnet de recherche hypotheses.org à un autre1. À l’occasion des 10 ans de la plateforme Hypothèses, l’opération a été faite à nouveau, offrant un paysage d’une toute autre dimension.

« L’Hypothesosphère » : graphe des liens hypertextes entre les carnets de recherche, en 2018
Continuer la lecture
  1. Josquin Debaz, « Essai de cartographie des carnets de recherche », Socio-informatique et argumentations, 8 décembre 2010. []

Prospero over the ocean #2

Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the first part of this text The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

The requirement for in-depth description and attentiveness to the details of action and argumentation is a constant driver in pragmatic investigations, which rely on a kind of reflexive accumulation of multiple cases. In our investigations, we have built up a collection of more than 50 corpora representing long run controversies on environmental issues.

This collective work seeks to build a convergence between:

  1. the exploration of large documentary networks,
  2. the construction of sociological models dealing with the ongoing evolution of actors and arguments,
  3. and the critical interpretation of contemporary processes by epistemic communities able to create anew kind of reflexivity on complex processes.

By allowing the dynamic interrogation of large evolutionary text databases, a semantic and argumentative approach helps us to redefine the relations between different ways of knowing1.

Continuer la lecture
  1. Even if socio-Informatics has a particular history linked to the sociology of alerts and controversies, its efficiency has been shown in very different fields, as, among other applications, studies of social representations (Madiot, 2013). []

Prospero over the ocean #1

The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Social science methodologies face continuous challenges emerging from the evolutions of the digital worlds. Promises and prophecies connected with the rise of big data are further accentuating this trend. Drawing on our long experience of analyzing complex issues through large evolutionary corpora, we  propose a four steps paper in order to characterize some key drivers for the understanding of contemporary social processes.

An argument is an interaction between two or more participants which involves a claim by each participant that his contention can be justified. Arguments may involve complex and lengthy sequences of steps, questions, answers, and objections. At any particular stage of an argument, however, we should be able to identify the semantic core of the argument. The semantic core is a set of propositions made up of one or more conclusions and some sets of premises.” (Walton, 2008)

How can we counteract the very idea that the mere massive accumulation of data would be enough to produce social intelligibility? Many experiments with the software Prospero put forward the argumentative and narrative dimensions of discursive productions, the need for coherent rules in the making of corpora and the development of congruent models, based on the abductive reasoning specific to pragmatism, and relevant for a certain class of complex processes.

Social sciences, a frail boat on an ocean of data (Suffolk 2017)

During the last two decades, our main domain of investigation has been oriented to public issues related to health, technological and environmental risks. We paid a special attention to the critical or contentious moments, creating intense argumentative activities, and generally summarized under the term of “controversy”. Addressing the different forms of critique created an opportunity to grasp and to make intelligible the cognitive and political processes of alert, controversy and regulation – considered both at a national, European or global scale (Beck, 2008; Chateauraynaud and Debaz, 2017). Between 2006 and 2014, this research program was oriented toward the experimentation and the design of an Observatory of alerts and controversies based on socio-informatics tools1]. In the following posts, we will examine different aspects of this experience and aim to provide guidelines for the development of collaborative platforms dedicated to social research on contemporary issues.

Continuer la lecture

  1. Our main partner along this research was the French national agency for health safety (ANSES), see the conclusive report: (Chateauraynaud, 2014). []

Séminaire Socio-informatique des controverses 2018-2019

Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

les 19 novembre, 17 décembre 2018, 21 janvier, 18 février, et 18 mars 2019 (3e lundi du mois)

de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars. 

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning point, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Gargantext, Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

La fiche pédagogique du séminaire

Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux

Post-scriptum en forme de clin d’œil sur Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations (Paris, Pétra, 2017)

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La catastrophe finale est pour bientôt. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les flux continus de discours, de rapports, d’alertes et de commentaires critiques, des plus cyniques aux plus désabusés, des plus informés aux plus idéologiques, qui nourrissent chaque jour la table des dangers et des risques visant toutes les formes de vie et d’activité. Dans la longue liste des causes de l’effondrement à venir, le changement climatique occupe bien sûr une des premières places, en interaction continue avec la sixième extinction d’espèces, dont témoignent entre autres les disparitions massives d’insectes. Il faut y ajouter depuis peu le retour de la menace de guerre nucléaire, qui vient doubler le terrorisme dont on tente vainement de se débarrasser, quitte à en renouer avec le totalitarisme sécuritaire. Il faut encore y adjoindre, cela va malheureusement de soi, tous les maux qui affectent des pans entiers de la population mondiale, dont les vulnérabilités s’accroissent alors même que la courbe démographique ne faiblit toujours pas ou pas aussi vite que prévu. Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. D’ailleurs, quelques jours avant l’ouverture de la COP23, l’ex-Programme des Nations unies pour l’environnement (désormais ONU Environnement) lance une nouvelle alerte, en dénonçant l’« écart catastrophique » qui se creuse entre les engagements pris à Paris lors  de la COP21 et les réalisations nécessaires pour réellement diminuer les émissions de gaz à effet de serre1. Rappelez vous ce « président normal » qui se flattait d’avoir sauvé le climat…  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur.

Le livre Aux bords de l’irréversible, issu des travaux menés par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz au sein du GSPR (EHESS) entre 2008 et 2016 est disponible depuis juillet 2017 dans la collection « Pragmatismes » aux Editions Pétra.

En vis-à-vis des annonces de catastrophes, se déploie l’univers des promesses technologiques,  couvrant aujourd’hui à peu près tous les domaines, de la santé à la conquête spatiale, des biotechnologies aux intelligences artificielles, en passant par les nanotechnologies2. « Nous » voici donc doublement condamnés !  Il « nous » faut affronter la catastrophe globale et adopter les solutions offertes par les technosciences, dont on sait — au moins depuis Jacques Ellul — qu’elles font bien plus partie du problème que de la solution. Le succès académique ou médiatique étant de nos jours lié à la fabrique de positions de surplomb permettant de parler de « nous » avec assurance, c’est-à-dire tout à la fois au nom de la planète, de l’humanité  mais aussi des non-humains qui la peuplent, la somme des ouvrages qui montent en généralité (pour parler comme à Sciences Po) est assez époustouflante. Selon les activités et les engagements dans lesquels on est pris, on en tire des sentiments fort contrastés. Et le pire de tous est sans aucun doute le sentiment d’impuissance qui conduit à s’en remettre aux grands prédicateurs capables de « nous » ouvrir la voie vers un autre futur possible ou une stratégie de type survivaliste.

Continuer la lecture

  1. United Nations Environment Programme (UNEP), The Emissions Gap Report 2017, Nairobi. []
  2. Voir sur ce point le rapport du GSPR, Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies, rapport ANR, décembre 2012 []

Narratives and arguments at Leicester IPA conference

Tomáš Dvořák & Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

On July 7th 2017 a panel “Narrativizing institutional crises” took place at the Interpretive Policy Analysis (IPA) conference in Leicester, UK. The panel was organized with a specific goal. It was to focus on narratives of crisis, accounts and descriptions of disorder, failures and dysfunctions of public policies, organizations and even institutions.  Our hunch was that narrative accounts of crisis can, and often actually do, influence and shape the development of organizational fields and institutions. By viewing narratives of crisis as discursive/rhetorical tools for defining and disputing the legitimacy of institutional arrangements we aimed to tackle the issue of interrelations between narrativization and institutional change.

The panel was chaired by Simon Smith with Francis Chateauraynaud participating as discussant. The presentations of Kateřina Merklová & Tomáš Dvořák, Anna Durnová and James Beresford  sparked an intriguing discussion, which we have extended at subsequent reunions of our research team in Prague, Narrativisation of crisis and institutions in party politics and public policy (Simon Smith, Jiří Kabele, Karel Čada, Tomáš Dvořák a Kateřina Merklová).

Continuer la lecture

Socio-informatique des controverses. Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

Séminaire du 20 novembre 2017 au 19 mars 2018

3e lundi du mois de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h

salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars.

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/395/

 

 

Using speech acts formulas to describe the narrative structure of affaires

Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

Introduction

Prospéro is a tool for use by sociologists interested in argumentation: it helps identify and explore the ‘argumentatively strong moments’ (Chateauraynaud 2011: 118) within large corpuses usually based around public controversies. Given, however, that the notion of a discursive configuration or discursive regime is certainly broad enough to encompass narrative as well as argumentative modes of expression or ways of knowing (Chateauraynaud 2003: 83), and that one of Prospéro’s strengths is undoubtedly its sensitivity to questions of time and temporality (identifying turning points in argument trajectories, for example), it is surprising that narrativity remains an underdeveloped area of its conceptual armoury, and that few researchers (to my knowledge) have used Prospéro to explore the narrative structure of corpuses (for an exception see Cézanne-Bert & Hériard-Dubreuil 2014).

In the project I lead at Charles University in Prague on Crisis narrativisation and institutions in politics and public policy we set ourselves two technical-methodological goals: one is to adapt Prospéro for use with Czech texts (perhaps this will be the subject of a later post). The other is to test whether Prospéro can in fact aid the search not only for the argumentatively but also for the narratively strong moments of large corpuses. In this post I want to introduce a way to use formulas in combination with a categorisation of verbs (épreuves) by type of speech act, which represents a promising first step in our effort to investigate narrativity.

The main protagonists in the Berbr affaire, Roman Berbr and Libor Kovařík (Pavel Mazáč, Deník Sport)

The connection between speech acts and narrativity

One way of introducing the theory of speech acts (developed principally by John Searle) is to start from distinction between different classes of speech acts according to how they mediate the relationship between the ‘word’ and the ‘world’. Hence a speech act, for Searle, can have one, both or neither of two ‘directions of fit’.

Continuer la lecture

Une application conventionnaliste de Prospéro : la critique écologiste du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut

Leslie Carnoye

Clersé UMR 8019, Université de Lille 1 et Ethics EA 7446, Université Catholique de Lille

Ce billet présente, dans les grandes lignes, la manière dont j’ai mobilisé Prospéro dans ma thèse de doctorat en sciences économiques, intitulée « Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut » (Carnoye, 2016[1]). A destination de la communauté de recherche des utilisateurs de Prospéro, l’objectif est de donner à voir comment j’ai utilisé le logiciel afin d’analyser mon étude de cas et pour répondre à ma problématique. L’exercice entrepris ici peut donc se comprendre comme un carnet de bord d’une application de Prospéro à un corpus particulier.

Le saule-têtard, emblème du Parc Scarpe-Escaut, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016

Continuer la lecture

Prospéro Lusófono-Br

Adaptação do Software Prospéro para o Tratamento de Textos em Língua Portuguesa – Português Brasileiro

Flávia Gouveia

Doutoranda do Departamento de Política Científica e Tecnológica da Universidade Estadual de Campinas (DPCT/Unicamp – Brasil) e pesquisadora colaboradora do Grupo de Sociologia Pragmática e Reflexiva da Escola de Altos Estudos em Ciências Sociais (GSPR/EHESS – França)


No âmbito do estágio doutoral que realizei junto ao GSPR/EHESS no ano letivo 2014-2015, tive contato com o software Prospéro e seus desenvolvedores. Conheci também pesquisadores brasileiros interessados, como eu, nessa ferramenta de análise de controvérsias em corpora textuais e decidimos, de maneira informal, unir forças. Empreendemos um trabalho colaborativo de adaptação do Prospéro para a língua portuguesa, com pretensões de disponibilizar uma versão básica para o público acadêmico lusófono, notadamente brasileiro1. Este texto descreve sucintamente alguns aspectos fundamentais da adaptação do Prospéro para a língua portuguesa na variante brasileira2.

Uma equipe multidisciplinar foi formada, com pesquisadores das áreas de Comunicação, Economia, Educação, Educação Física, Linguística, Política Científica e Tecnológica e Sociologia. Essa rede promoveu assim laços entre universidades no Brasil e na França, em parceria com o GSPR/EHESS e a Universidade de Nanterre. A despeito da diversidade de nossas abordagens e problemas de pesquisa, assumimos coletivamente o desafio de explorar grandes quantidades de informações acerca de temas relevantes e controversos, à luz das sociologias pragmáticas que inspiraram a criação do Prospéro.IMG_9229

Continuer la lecture

  1. Um exercício preliminar de adaptação do Prospéro para o tratamento de textos em português, com foco no tema do ensino da matemática no Brasil e na França, havia sido realizado pelos professores Patrick Trabal (Universidade de Nanterre) e Vinício de Macedo Santos (USP) entre os anos 2010-2011. Ver Trabal & Santos (2011), L’enseignement des mathématiques et les difficultés des élèves : des questions pour la recherche, disponível em: http://www.m2real.org/spip.php?article161&lang=fr (acesso em 27/10/2015). []
  2. Ainda que o trabalho realizado contemple em grande medida o núcleo comum às variantes do idioma, ressaltamos que a utilização de textos em português não brasileiro exigirá ajustes apropriados à variante considerada. Descrições sobre o processo de adaptação do Prospéro para as línguas espanhola e italiana encontram-se publicadas no carnet socioargu [ver as contribuições respectivas de Juan Carlos Guerrero Bernal (2012) et de Fabio Marcodoppido (2014)]. []