Archives mensuelles : mars 2014

Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Continuer la lecture

  1. Sylvie Catellin , « Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective », Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes « argumentation » et « mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website