Archives mensuelles : décembre 2013

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #3 Vers une toxicologie combinatoire

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les recherches menées en sociologie des controverses se réfèrent très souvent à John Dewey et à sa théorie de l’enquête (1938). Par « enquête », le philosophe pragmatiste entendait :

la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié1

Il ne s’agit pas d’éliminer toute possibilité de preuve ou de clôture des épreuves de vérité, comme porte à le croire le soupçon de lien intime entre pragmatisme et relativisme – au demeurant complètement à côté du sujet – mais bien de saisir le travail de la preuve comme un processus à travers lequel une personne ou un groupe, une communauté d’enquêteurs, confrontée à une situation « indéterminée », « opaque » ou « problématique » engage une série d’expérimentations, faisant jouer à plein le raisonnement abductif, fait d’hypothèses et de questions,  de prémisses et de règles d’inférence évolutives. Après avoir abordé la mise à l’agenda des perturbateurs endocriniens (volet #1)  puis décortiqué l’expression d’« effet cocktail » (volet #2), nous allons voir comment les chemins empruntés par les scientifiques et les experts aux prises avec les effets des combinaisons de substances relèvent pleinement de la logique d’enquête collective permettant à la fois une reproblématisation et un accroissement collaboratif des connaissances.

"There are many questions, of course, that won't be answered till the autopsy" (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012)

« There are many questions, of course, that won’t be answered till the autopsy » (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012) 

 

D’une toxicologie borgne, reine au pays des normes aveugles, à une toxicologie combinatoire

Au laboratoire du toxicologue, l’usage dominant consiste à isoler les molécules pour en étudier les effets spécifiques. Mais le problème qui se pose aux sciences de l’environnement est de savoir ce que deviennent des molécules une fois libérées dans les écosystèmes. Et celui qu’affrontent les sciences sanitaires n’est pas moins redoutable, puisqu’il s’agit de comprendre leurs interactions avec une foule d’autres molécules dans l’organisme. Le vertige saisit alors au regard du nombre de molécules mises en circulation lors des dernières décennies qui viennent s’ajouter à toutes les possibilités de combinaison potentiellement évaluables. Si l’approche combinatoire est souhaitable dans un premier temps, le concept invite cependant à une profonde réflexion sur les méthodes d’évaluation à mettre en œuvre. Continuer la lecture

  1. John Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1995,  p. 169. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le doute est un état de malaise et de mécontentement dont on s’efforce de sortir pour atteindre l’état de croyance. Celui-ci est un état de calme et de satisfaction qu’on ne veut pas abandonner ni changer pour adopter une autre croyance. Au contraire, on s’attache avec ténacité non seulement à croire, mais à croire précisément ce qu’on croit. Ainsi, le doute et la croyance produisent tous deux sur nous des effets positifs, quoique fort différents. La croyance ne nous fait pas agir de suite, mais produit en nous des propositions telles que nous agirons de certaine façon lorsque l’occasion se présentera. Le doute n’a pas le moindre effet de ce genre, mais il nous excite à agir jusqu’à ce qu’il ait été détruit.1

512px-Gustave_Dore_L'Ours_Et_L'Amateur_Des_Jardins

Illustration de Gustave Doré pour « L’Ours et l’amateur des jardins » de Jean de La Fontaine.

La croyance n’est pas un concept facile à intégrer dans la sociologie pragmatique alors même qu’elle est au coeur des philosophies pragmatistes2 . Par contre, le doute y entre plus facilement dès lors, comme le rappelle la citation de Peirce ci-dessus, qu’il engage dans un processus d’éradication visant à retrouver l’état d’apaisement, attribué par le philosophe à la croyance. Les opérations, les épreuves et les processus critiques décrits par la sociologie des alertes et des controverses sont plutôt pensés à travers toute une gamme de modalités permettant à la fois de saisir les appuis ou les prises des acteurs – ou encore les gonds sur lesquels tournent les doutes dans la dernière philosophie de Wittgenstein3, et les degrés de certitude ou d’incertitude, de conviction ou de défiance qui ne cessent de se déplacer, d’évoluer, de se tempérer ou de s’enchaîner, comme dans la plupart des controverses de longue portée.

Le billet précédent faisait le point sur les déplacements et les confrontations suscités par la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans les arènes publiques en Amérique du Nord et en Europe.  Il se concluait sur l’émergence d’une problématique ancienne mais, à l’exception de quelques écotoxicologues, peu investie jusqu’alors, celle des « effets cocktails ». Dans les usages ordinaires, le mot cocktail, quasi synonyme de soirée, désigne un mélange de liquides souvent alcoolisés ; chez les scientifiques préoccupés de santé publique, il en va tout autrement, puisque le cocktail est un breuvage des plus délétères ! Car la formule de l’ « effet cocktail » qui s’impose aujourd’hui dans les discours publics, notamment à propos des produits chimiques, a semble-t-il une longue histoire dans les milieux de la toxicologie, puisqu’il est courant de remonter à une publication de 1939. Il reste que son entrée dans les arènes politiques est assez récente, et qu’elle marque un changement de perspective, largement porté en France par le Réseau Environnement Santé. Continuer la lecture

  1. Charles-Sanders Peirce, « La logique de la science », La revue philosophique de la France et de l’étranger , VI décembre 1878 et VII, janvier 1879, repr. Charles-Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance », revue Agone, 23, 2000. []
  2. Voir entre autres, la conférence donnée par William James, The Will to Believe, devant le club de philosophie de Yale and Brown Universities, en juin 1896. []
  3. L. Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 1969. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter