Archives mensuelles : octobre 2012

Des alertes à couper le souffle

Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La sociologie des alertes et des controverses n’a-t-elle pas tendance à suivre de trop près l’actualité des dossiers qu’elle investit ? Si l’objet consiste essentiellement à saisir des processus sur la longue durée et à forger des cadres d’analyse rendant possibles des comparaisons ou des rapprochements, les moments de crise, dans lesquels se jouent des changements notables de trajectoire, attirent fortement l’attention du chercheur, l’obligeant souvent à interrompre ses travaux pour suivre en « temps réel » le développement des événements. C’est ici que l’appui méthodologique fourni par les outils socio-informatiques est précieux puisqu’il permet d’insérer les nouveaux documents dans des séries accumulées de longue date et de construire un point de vue outillé sur les résurgences ou les émergences, en rendant visible ce qui remonte des épreuves passées et ce qui semble s’imposer comme radicalement nouveau ou inédit dans un dossier – et, bien sûr, dans le même mouvement, de voir ce qui est oublié ou n’est plus mobilisé. On a eu l’occasion de montrer ce qu’impliquait ce genre d’exercice dans le cas du dossier nucléaire, qui a littéralement explosé comme on sait le 11 mars 2011.

Au cours de cette année 2012 plusieurs événements, moins spectaculaires que Fukushima, mais importants pour les domaines concernés, ont ainsi marqué les corpus suivi par l’observatoire des dossiers sanitaires et environnementaux1 :  on l’a vu à propos des gaz de schiste, dans le dossier de l’amiante, autour du Bisphénol-A et des perturbateurs endocriniens, dans le champ de la nanotoxicologie, à propos de la disparition des abeilles, des solvants utilisés dans les pressings, ou encore, à l’autre extrémité du spectre, de la fonte drastique de la banquise2. Tout semble ainsi bouger continûment, sans oublier l’enchaînement de conférences et de sommets qui ont de multiples impacts sur les processus d’alerte et de controverse. Lors de Rio +20, malgré les déceptions et les critiques, on a vu se déployer des configurations normatives qui ne manqueront pas de peser sur les dossiers environnementaux3. Plus récemment, en France, la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre à Paris, a amorcé le débat sur l’énergie destiné à se poursuivre au cours du premier semestre 2013 et à donner corps à une loi pour la fin de l’année. Face à la diversité des événements, les chercheurs multi-corpus que nous sommes ont donc l’embarras du choix. Mais, précisément, parce qu’il ne s’agit pas de sauter sur l’actualité la plus récente, on a choisi de ne pas rebondir tout de suite sur le dossier des OGM, abordé ici-même fin 20104, mais de s’intéresser plutôt au cas de la pollution par les particules fines. Cette question majeure de santé environnementale a longtemps peiné à produire des saillances aussi marquantes que d’autres dossiers, malgré l’impact, connu de longue date, des particules issues des moteurs diesel sur la santé publique.

Tweet de la campagne CleanTag « Le diesel tue » de France Nature Environnement

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique, rapport final de la convention ANSES/GSPR(EHESS), avril 2011. []
  2. « La fonte de la banquise arctique vient de battre un nouveau record », notre-planete.info, 4 septembre 2012. []
  3. Un corpus spécifique a été constitué qui donnera lieu à une analyse des figures critiques inspirées par la promotion de la « green economy ». []
  4. Francis Chateauraynaud, « L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi », Socioinformatique et Argumentation, 1er décembre 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website