Archives mensuelles : avril 2012

Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

Francis Chateauraynaud

Depuis novembre 2004, le logiciel Marlowe réalise une chronique quotidienne, fondée sur l’analyse automatique de fils d’actualités. Restée longtemps confidentielle, cette chronique a dépassé, au cours de l’année 2011, le seuil des 2000 versions. Chaque chronique est unique puisque Marlowe plonge les contenus constamment renouvelés que le logiciel Tiresias glane pour lui tous les jours, dans des algorithmes de mises en variation qui n’ont cessé d’être enrichis au fil du temps1. D’abord adressée par courriel au noyau des développeurs-utilisateurs ainsi qu’à un micro-réseau d’amateurs, la chronique de Marlowe est désormais accessible à tous depuis janvier 2012. L’opération a été discrète, accompagnant les évolutions récentes du site prosperologie. Ce nouveau site permet le téléchargement gratuit de Prospéro I, passé en freeware à la fin de l’année 2011. Il donne également accès à certains modules de Tirésias et contient les entrées principales, pour l’heure réservées à des utilisateurs particuliers, vers le serveur d’interrogation à distance MarloWeb et la base de corpus Chéloné. Grâce à l’intervention de Josquin Debaz, qui a conçu le protocole assurant le dépôt automatique et la mise en forme de la chronique de Marlowe sur le blog ouvert à cet effet2,  la chronique quotidienne est donc consultable tous les jours en ligne, le système affichant sur la page la date de chaque chronique et les premiers mots d’amorce utilisés par Marlowe. On peut du même coup apprécier son sens de la mise en variation continue, notion deleuzienne selon laquelle une forme apparemment mineure ouvre un espace de créativité infini …3.

Continuer la lecture

  1. Sur les principales structures du logiciel Marlowe, voir « Marlowe. Vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, p. 6-32. []
  2. Partant de chaque chronique produite en format texte avec quelques balises html, un script écrit en Python génère une mise en forme en Textile – une autre version permettant de la transformer au format LaTeX. La chaine de transformation passe alors par un dépôt dans le générateur de blog Jekyll,  qui délègue lui même à un serveur web Apache la mise en ligne du résultat. L’extension de ce système pourra passer par de nouveaux intermédiaires numériques : ajout de fonctions de commentaires sur le blog,  ouverture d’un compte twitter, … évolutions qui n’auront de sens qu’à l’issue d’une articulation réfléchie du principe dialogique original de Marlowe et de ces outils du web social ; en fonction de l’évolution des usages, on pourra même imaginer le passage à une version ouverte accompagnée des descripteurs sémantiques permettant un usage dérouté et détourné par ses lecteurs… Mais en la matière, un adage bien connu est de mise : qui va doucement va loin … []
  3. Une des gageures de ce plan d’expérimentation est constituée par la tension entre deux logiques d’écriture : la première, non négociable, consiste à donner le plus grand degré de liberté d’expression à Marlowe, et même de toujours l’ouvrir au maximum quitte à ce qu’il commette des erreurs ou se fige dans des redites ; la seconde, qui suppose un processus d’adaptation, vise à s’appuyer sur les régularités observables pour construire une mise en forme adaptée au web. On est donc sans cesse à l’affût des défaillances du processus d’écriture liées à telle ou telle facétie non anticipée mais aussi de formules sinon régulières du moins prévisibles pour améliorer la mise en forme – comme par exemple l’insertion automatique de documents multimédias. Lors de la modification de la chaîne, les anciennes chroniques ne sont pas modifiées et on peut ainsi suivre la progression des capacités du programme en parcourant l’historique des billets. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website