Archives mensuelles : novembre 2011

Un test balistique dans le champ carcéral : quand un argument de poids… reste sans portée…

Grégory Salle

(CLERSÉ – CNRS/Lille 1)

Dans les joutes discursives portant sur la prison, une argumentation s’appuyant sur la comparaison internationale afin de justifier les politiques suivies au niveau national ou, simplement, de banaliser les motifs de critique pour en affaiblir l’impact (selon l’idée que la situation est, ailleurs, similaire sinon pire), s’avère généralement à double tranchant pour les gouvernants.

D’un côté, l’évocation d’un domaine de réalité méconnu voire ignoré du plus grand nombre – difficile de soutenir que la réalité carcérale des pays étrangers est un thème médiatique central… – possède l’avantageuse propriété de placer les contradicteurs dans une position relativement difficile. Précisément en raison de la faiblesse des connaissances partagées sur le sujet, ou des variations observables selon les sources y compris sur un plan statistique élémentaire, le coût de vérification et, le cas échéant, d’infirmation devient relativement élevé. Répondre de manière crédible et mieux encore convaincante aux déclarations officielles, que le sens commun peut être porté à présumer dignes de foi puisque émanant d’une autorité constituée, suppose de recueillir des informations reconnues comme fiables même si elles puisent parfois à des sources peu familières. Or ces sources ne sont pas toujours aisément disponibles, elles peuvent réclamer de faire preuve de pédagogie dans leur interprétation ou de déconstruire au préalable des présupposés implicites qui en rendent difficile la compréhension, etc.

D’un autre côté, ce type d’argumentation est compliqué du fait que, ici ou ailleurs, aucun dispositif carcéral n’est réputé fonctionner conformément à ses missions affichées. Même sur un plan modeste, il est bien difficile d’exciper d’une « réussite » réelle et durable quelconque dans ce domaine. Si un pays avait concocté une recette pénitentiaire probante, il y a fort à parier que cela se saurait… Dans ce domaine, valoriser les « expériences étrangères qui marchent » s’avère donc un pari tentant mais délicat. Le procédé comparatif à laquelle les autorités ont le plus volontiers recours est d’ordre quantitatif et consiste à se confronter aux moyennes étrangères les plus élevées (nombre de détenus ou taux de détention) pour mieux présenter le profil répressif national comme équilibré et raisonnable, en choisissant au besoin la date de référence la plus adéquate pour marquer une différence. Néanmoins, l’astuce est désormais si éventée qu’elle s’expose rapidement à une solide contre-argumentation.

Grilles sur grilles 'Partis, 2011)

Grilles sur grilles (Paris, 2011)

Continuer la lecture

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

 

Séminaire bi-mensuel du 14 novembre 2011 au 25 juin 2012

2e et 4e lundis du mois de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socio-informatique et comme un atelier collaboratif. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1h30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement : indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats… L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation).

Séminaire organisé par :

  • Pierrick Cézanne-Bert, chercheur de l’association Doxa
  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)
  • Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Programme 2011-2012

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter