Archives mensuelles : mars 2011

La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs

Francis Chateauraynaud et Marianne Doury

L’observation des controverses ou des débats montre comment  les acteurs font appel à des procédés argumentatifs pour construire et évaluer les différentes positions en lice – pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les OGM, pour une « agriculture raisonnée » ou pour la coexistence des cultures… Mais l’analyse des relations entre les jeux d’arguments et les prises de position n’épuise pas les échanges verbaux que l’on peut observer. L’analyse des dossiers complexes suggère qu’une partie importante de l’activité discursive des acteurs est consacrée à un travail de cadrage, qui vise à élaborer discursivement le contexte d’interprétation des échanges d’arguments. Une composante essentielle de ce travail de cadrage consiste, pour les acteurs, à dresser un portrait des camps en présence : par exemple, les modernistes contre les rétrogrades (ou, au terme d’un renversement axiologique, les défenseurs de la tradition contre ceux qui entendent la sacrifier sur l’autel de la modernité), des réalistes contre les idéalistes, ou, plus généralement encore, de la raison contre l’obscurantisme. Les représentations discursives du débat et des camps qu’il oppose, sont intégrées dans les échanges d’arguments visant à établir ou contester les points de désaccord. Elles sont donc fondamentales puisqu’elles constituent les cadres d’interprétation proposés au tiers destinataire des propos. Or la plupart de ces schématisations engagent une dimension temporelle qui a été largement négligée, alors même que de multiples procédés discursifs contribuent à conférer une historicité à l’affrontement, et à l’inscrire dans une dynamique temporelle1. Certaines schématisations temporelles sont propres à un débat particulier (c’est le cas par exemple des déchets nucléaires qui engagent des arguments sur le futur liés à des échelles temporelles particulièrement longues2, d’autres valent pour un objet de discours particulier, comme lorsqu’il s’agit de discuter des conséquences d’une action ou d’un dispositif, en mettant en question les modèles du futur en jeu3. Continuer la lecture

  1. Voir C. Perelman, « De la temporalité comme caractère de l’argumentation », Rhétoriques, 1989, 437-467 ; F. Chateauraynaud et M. Doury, ‘Désormais…’ Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle, Argumentation et Analyse du Discours, n° 4, 2009. []
  2. Voir P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, « The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management », in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, 2010, 71-99. []
  3. Voir le cas des débats et des polémiques suscités par le changement climatique. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website