Archives mensuelles : décembre 2010

Prodiges et vertiges de la lexicométrie

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Depuis plus d’une décennie, les outils de recherche du web sont intégrés  dans les enquêtes menées par les internautes, parmi lesquels il faut compter les chercheurs qui utilisent le réseau pour explorer rapidement l’étendue d’un thème ou tout simplement vérifier l’usage d’un mot – comme c’est souvent le cas pour une expression en langue étrangère. Il semble trivial de dire qu’aujourd’hui on peut, à partir de mots-clés ou d’expressions bien choisis, retrouver à peu près n’importe quelle information ou faire surgir des sources inconnues et pertinentes.  En pratique, les choses ne sont pas si simples et tout dépend des niveaux d’exigence et des objets que l’on se donne.

La conjonction de deux processus

Si les algorithmes d’un moteur comme Google produisent parfois des résultats bizarres, pour le moins instables (une petite variation dans une expression produisant de grands écarts tant dans le nombre de pages renvoyées que dans le classement obtenu), on peut se forger, à la louche,  une idée approximative du degré de diffusion des termes qui nous intéressent dans le vaste corpus aux contours indéterminés que constitue le Web. Dans la recherche à vue sur un moteur, la part de calcul est malgré tout assez faible, puisqu’il s’agit essentiellement d’interroger des index mis à jour régulièrement par des robots.

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Hypothesosphère

Essai de cartographie des carnets de recherche

Josquin Debaz

L’activité des blogs fait l’objet d’analyses multiples visant à la fois à en cerner les tendances et à en extraire les structures topologiques.  A titre d’exercice réflexif, qui peut ne pas être sans conséquences, ce billet propose une représentation cartographique des liens tissés entre eux par les carnets de la plateforme Hypotheses.org.

La formule est assez simple. Vous prenez un langage informatique, par exemple Python, et codez rapidement une « araignée du web » qui va parcourir les 6 pages d’indexation proposées par http://hypotheses.org/, puis recenser les liens vers des carnets de recherche, et parcourir de manière récursive ces liens  et ainsi de suite jusqu’à obtenir tous ceux qui pointent vers un carnet Hypotheses. Vous obtenez, au 7 décembre 2010, une photographie de 1127 billets et pages d’accueil qui fournit une première représentation de la partie supposée la plus active de la plateforme.

Demandez ensuite à votre robot d’indexation de vous informer chaque fois qu’un carnet propose un lien pointant vers un autre carnet, et d’enregistrer le tout dans un fichier lisible par un logiciel d’analyse de réseaux sociaux (en l’occurrence dans un format de fichier .net, lisible par Pajek, mais également par Gephi, et disponible ici).

Après ces quelques opérations préliminaires, à l’aide de ce logiciel, vous pouvez afficher le graphe des relations entre les carnets indexés, avec pour chacun un vertex  (un sommet) dont la taille est proportionnelle au  degré (nombre de liens entrant et sortant)1 en appliquant l’algorithme de Kamada-Kawai pour étaler les sommets dans les sous-groupes, puis celui de Fruchterman-Reingold pour distribuer ces sous-groupes sur un cercle.

Appelons le résultat final une « hypothesosphere ». Une première figure est produite au format png ci-dessous, mais également disponible en svg,  dans laquelle chaque arrête correspond à l’existence d’au moins un lien pointant d’un carnet vers un autre2.

Hypothesosphere au 7 décembre 2010

Continuer la lecture

  1. Selon la procédure décrite dans la section 3.3 de W. de Nooy, A. Mrvar, V. Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, CUP, January 2005. []
  2. Mais sa valeur reste unitaire quelque soit le nombre de liens relevés par le robot entre les carnets. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi

Francis Chateauraynaud

Dans un billet qui faisait suite à un séminaire consacré aux OGM à l’EHESS en septembre 2010 , j’annonçais la diffusion prochaine d’un rapport de recherche issu de plus de trois ans de travaux collectifs. Les dernières formalités ayant été adressées à l’ANR, ce rapport est enfin disponible sur le site du GSPR. Voici la référence et le lien :

Francis Chateauraynaud, Antoine Bernard de Raymond, Marie-Angèle Hermitte et Gilles Tétart, Les OGM entre régulation économique et critique radicale, rapport ANR OBSOGM, Paris, GSPR, 2010.

Le premier volume contient trois parties : « Chronologies et périodisations d’un dossier complexe » (partie I), « Controverses publiques et logique de conflit » (partie II), « Visions du futur et ouvertures d’avenirs » (partie III). Le second volume concerne très directement ce carnet puisqu’on y trouve deux annexes, l’une consacrée à l’architecture du corpus étudié et aux principales données produites par Prospéro, l’autre à des extraits de dialogue avec Marlowe.

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website