Archives mensuelles : octobre 2010

Washington connections

Experts et contre-experts à Capitol Hill

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Dans le billet précédent, nous avons présenté la formation d’un répertoire de risques environnementaux en montrant comment il avait été alimenté par les différentes interactions au fil d’une enquête à Washington DC. Nous poursuivons le raisonnement à partir des jeux d’acteurs gouvernementaux (agences et instituts) et non-gouvernementaux (ONG, acteurs et médias alternatifs) qui portent ces objets de risque dans les arènes publiques aux Etats-Unis.

Dans les applications socio-informatiques, certains outils sont pour le moins incontournables. Dans le cas des alertes et des risques, la collection des organismes officiels d’expertise, intitulée ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE*, permet de suivre l’engagement des experts publics dans les controverses1.  Il en va de même de toutes les collections de noms propres invariants comme celles des personnages politiques, des pays, des villes, des événements marquants ou des sites de conflit (locaux amiantés, centrales nucléaires, régions sans OGM, parcs naturels, ou noms de  gares desservies par une ligne ferroviaire …). Concernant les militants et les associations, NGO* dans le cas américain, l’intersection des collections anglophones et francophones compte peu d’éléments. On y retrouve bien sûr de grandes figures comme Greenpeace, les Amis de la Terre (Friends of the Earth ou FoE) ou encore WWF, mais la carte des associations engagées sur le front des alertes et des risques est radicalement différente dans les cadres nord-américains et européens.

Arlington’s car-free diet: how much going car-free can change your life?

Continuer la lecture

  1. L’avantage de cette collection est d’être facilement transposable d’une aire linguistique à l’autre, en demandant peu de modifications. A ce propos, une des limites de Prospéro I est l’impossibilité d’insérer simplement les êtres-fictifs dans les collections, ce qui contraint à y inclure la série complète des variations graphiques, par exemple : OMS, WHO, Organisation Mondiale de la Santé, Organisation mondiale de la santé, etc. Dans Prospéro II, on introduira directement OMS@ []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Lost in Arlington …

La co-construction d’un terrain et d’un corpus, lors d’une enquête dans les milieux d’expertise à Washington.

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz

(Arlington, Virginie, le 4 octobre 2010)

Il est banal aujourd’hui de présenter les options méthodologiques de la sociologie comme complémentaires. L’approche quantitative est réputée compatible avec l’analyse qualitative, l’ethnographie avec la recherche documentaire, le recours à l’image avec l’analyse d’entretiens, l’analyse de discours avec l’exploitation secondaire de bases de données, etc.  Cette forme d’œcuménisme méthodologique peut être conçue comme une version faible du pragmatisme qui consiste à changer d’outils selon les « dimensions » étudiées, en mettant en avant l’importance des connaissances nouvelles finalement produites à l’issue de l’enquête. Cette démarche peut être facilement partagée, mais elle ne permet pas d’exposer clairement les points d’articulation entre les différentes techniques utilisées  de façon à susciter leur mise en discussion et leur éventuelle réitération dans d’autres contextes d’enquête. C’est pourquoi la socio-informatique invite plutôt à une version forte de ce pragmatisme méthodologique.

Stay alert

Stay alert!

Cette version forte a pour première qualité de ne pas opposer l’utilisation d’outils d’ « analyse textuelle » sur des corpus numérisés et les recherches de terrain,  mais de les faire travailler de concert.  Il s’agit de prendre appui sur la formation d’un corpus en amont du terrain pour préparer des prises de contact, pour identifier des classes d’objets, repérer des tensions cognitives ou politiques propres au domaine visé, et partant  travailler la formulation des questions pertinentes1.  Ce n’est pas tout : le corpus ne reste pas nécessairement statique au cours des tribulations sur le terrain et peut faire l’objet de révisions continues. Il  sert alors tout à la fois d’archive dynamique de l’enquête, de lieu de recoupement et d’espace de calcul – pour vérifier par exemple que tel ou tel type d’acteur n’aborde pas frontalement une question, ou se situe plutôt dans un registre argumentatif déterminé. On peut encore explorer la carte des connexions les plus frayées, permettant en retour une meilleure interactivité au cours des entretiens.

Continuer la lecture

  1. Notons qu’une classe de formules sous Prospéro se révèle assez heuristique : on recherche toutes les questions posées par des auteurs du dossier, en liant la présence d’un actant et d’un point d’interrogation ; on obtient une sorte de questionnaire collectif en acte dans le corpus. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website