Archives mensuelles : août 2010

Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs

Un exercice estival sur « en tant que » et « tant que »

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En sociologie argumentative, l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments ne peut se contenter de croiser des caractéristiques sociologiques et des traits discursifs. Elle a besoin d’aller chercher dans le cœur des textes les marques langagières et argumentatives les plus fines. C’est là une différence majeure entre les travaux menés sur les grands dossiers d’affaires et de controverses et le traitement de corpus par la statistique textuelle ou les analyses de réseau, conçues précisément pour faire l’économie de l’étude approfondie des énoncés. Or, avant de parler de prodiges en matière de « traitement automatique du langage  » (TAL), il vaut mieux prendre la mesure du travail d’indexation, de création d’expressions et de codage, nécessaire à un minimum d’intelligibilité de ce que font ou ne font pas des routines appliquées automatiquement aux corpus.

Un exemple assez parlant, bien connu des amateurs d’analyse argumentative, est celui de la célèbre distinction développée par Ducrot et ses collègues autour de « peu » et « un peu », illustrant la  manière dont la langue rend possible la disjonction entre des orientations argumentatives1. Ainsi, la distinction entre [sociologue peu avisé] et [sociologue un peu avisé] est immédiate, l’ajout de « un » inversant le sens de la sentence, comme on le voit dans l’énoncé suivant :

Encore un effort dans la pulsion nationaliste et l’on affirme comme un sociologue peu avisé que le concept même de « philosophie américaine » est « le comble de l’oxymore »2.

Si l’auteur avait parlé d’un « sociologue un peu avisé », il aurait validé le discours de sa cible (sauf à supposer le recours à une figure d’ironie), alors qu’il s’agit bien ici de critiquer des auteurs « bêtement antiaméricains ». Saisir dans de vastes ensembles des nuances de ce type suppose donc des outils d’une grande finesse dont la réarticulation au niveau plus global (d’un corpus ou d’un ensemble de corpus) ne va pas de soi – ce qui montre une fois de plus que l’idée d’une compréhension automatique du langage naturel est sous contrainte d’une spécification des objets et des échelles d’analyse et de description. La langue fournit pourtant d’innombrables appuis pour échapper à l’hyper contextualisme. Ainsi, dire  « j’ai peu joué le Boléro de Ravel » ou « j’ai un peu joué le Boléro de Ravel » n’a pas la même signification quelque soit le contexte.


Le Boléro …peut-être l’oeuvre la plus jouée et la plus connue de la musique classique … mais à mon avis c’est une œuvre un peu méconnue …

Dans ce qui suit nous allons faire un exercice un peu différent. Il s’agit de montrer comment la distinction de deux formes , comme « tant que » et « en tant que »,  noyées parmi des milliers d’autres dans les dictionnaires d’expressions de Prospéro, fournissent des outils  fort pertinents pour une sociologie argumentative3 . Continuer la lecture

  1. Voir J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1983), L’argumentation dans la langue, Liège-Paris, Mardaga ; J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1986): «Argumentativité et informativité» in M. Meyer (ed) De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 79-93. []
  2. Patrick Peccatte, « Il y a une philosophie après Sokal et Bricmont », Forum Libé sur Internet, 31/10/1997, et note 11 de « Pour une véritable philosophie postmoderne des sciences« , La revue M., n° 93, Janvier-février 1998. pp. 63-66 ; extrait ici du corpus Sokal. []
  3. A travers les expressions le logiciel fournit un gisement pour des recherches multiples notamment sur les indicateurs argumentatifs. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter