Archives mensuelles : février 2010

Les outils socio-informatiques et les recherches collectives

Une expérience de corpus partagés dans le domaine des sciences du sport

Patrick Trabal

(CERSM – Univ. Paris Ouest Nanterre / GSPR – EHESS)

L’approche socio-informatique peut utiliser les capacités de calcul informatique pour tester, en les rendant réversibles à moindre coût, différentes opérations de codage. Dans cette logique, l’usage de l’ordinateur, classiquement réduit à une simple délégation des calculs dans le but de fournir une représentation unique des données, peut être réorienté vers la mise en série d’expériences sur des corpus de textes, en en enrichissant progressivement l’analyse. Cette approche, inscrite dans la « logique de l’enquête » chère à Dewey (1993), ouvre sur une logique coopérative et un travail collectif. Considéré comme un mot d’ordre des nouvelles sociologies, le fonctionnement de ce « collectif » reste toutefois inabouti comme mode de production de connaissances. La figure la plus courante reste en effet celle du chercheur individuel, seul sur son terrain, recueillant ses propres données, les analysant à destination de diverses arènes (réunions de labo, séminaires, congrès), puis passant à la publication. La controverse porte généralement les résultats finaux une fois le travail accompli, et de fait, il est souvent difficile de garder du temps pour discuter finement les contenus des corpus, les cadres d’analyse et les raisonnements.

Le projet ANR Trascinter rassemble des chercheurs de trois laboratoires (CERSM- Univ. Paris Ouest Nanterre / ACP- GREHSS – Univ. Paris Est Marne La Vallée / SOI – Univ. Paul Sabatier de Toulouse) dans le but d’expérimenter un tel espace de travail collectif tout en en forgeant les outils nécessaires. L’objet commun placé au cœur de cet espace coopératif est l’interdisciplinarité dans les sciences du sport. Je n’entrerai pas ici dans une discussion sur la pertinence sociologique de cet objet qui préoccupe de nombreux acteurs tant du point de vue de la sociologie des sciences que de celui des débats concernant les formations sur les métiers du sport ou encore des polémiques comme le dopage et plus généralement les relations sport-santé. Je propose plutôt de préciser trois moments décisifs pointant vers un travail collaboratif et de discuter des moyens d’outiller cette réflexion. Continuer la lecture

D’incomparables façons de comparer. Comment confronter des corpus hétérogènes avec des outils sémantiques …

Francis Chateauraynaud

Lors d’un séminaire récent, nous avons examiné collectivement les stratégies disponibles pour comparer des corpus comme ceux des pesticides et des OGM1. Deux approches se sont révélées particulièrement fécondes :

  • l’entrée par les opérations de comparaison effectuées par les auteurs-acteurs eux-mêmes (en l’occurrence les différentes manières de mettre en rapport les OGM et les pesticides) ;
  • l’analyse du profil d’une même entité ou classe d’entités dans les corpus comparés, comme par exemple la place de la filière « bio » dans les jeux d’acteurs et d’arguments.

Dans ce nouveau billet, je souhaite prolonger la discussion et l’examen des stratégies utilisables, en exposant la procédure suivie en vue de la rédaction d’un texte présenté dans un workshop consacré aux questions de santé-environnement vues à travers des enjeux métrologiques comme les faibles doses, les CMR et autres valeurs limites d’exposition.

Pour préparer cette contribution, j’ai été conduit à comparer 13 corpus de facture assez différente. Bien sûr, tous ces corpus ont au moins un point commun : ils accordent une place centrale aux controverses relatives à la santé et à l’environnement, comme dans les cas de l’amiante, de la radioactivité, des nanoparticules, des éthers de glycol ou encore des polémiques liées à la charte de l’environnement2 … Cependant, chacun de ces corpus a été construit selon une logique d’enquête différente : un suivi de long terme (comme le dossier nucléaire étudié depuis près de 15 ans) ;  une commande (les pesticides ou les ondes électromagnétiques dans le cadre d’une convention avec l’Afsset ; un questionnement déterminé (la production de la charte de l’environnement ou le dossier du Gaucho, autour de la question du principe de précaution) ; un processus automatisé ou semi-automatisé, comme dans le cas des fils environnement-santé utilisés par Marlowe pour composer ses chroniques3.

Tableau des corpus étudiés
Corpus Dates Nb txt Nb pages
Alertes varia 21/06/2005 – 02/01/2010 399 774
Amiante 23/09/1971 – 14/12/2009 1104 6230
Benzène 01/04/1974 – 08/01/2007 241 923
Bisphenol A 28/04/2000 – 13/11/2009 401 731
charte environnement 03/05/2001 – 28/02/2006 171 894
Ethers de Glycol 04/10/1997 – 13/07/2006 269 505
Gaucho 01/06/1991 – 22/02/2008 297 2466
JDLE 11/10/2004 – 23/12/2009 2663 3313
Nanomatériaux 21/12/2001 – 28/10/2009 354 3153
Nucléaire 06/08/1945 – 16/12/2009 3215 14285
OGM 09/07/1987 – 08/07/2009 10233 19930
Pesticides 23/11/1976 – 14/11/2009 7908 13236
Téléphonie 15/05/1989 – 14/12/2009 4421 10464
31676 76904

Continuer la lecture

  1. Voir le texte présenté en appui du séminaire Socioinformatique du 11 janvier 2010. []
  2. Sur la genèse politique de la charte et son inscription dans la Constitution, voir Marie-Angèle Hermitte, « La fondation juridique d’une société des sciences et des techniques par les crises et les risques », in C. Burton-Jeangros, C. Grosse et V. November, Face au risque,  Georg – L’Equinoxe, 2007 p. 29 à 71. []
  3. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, texte de la communication à l’atelier Veille numérique, au carrefour des sciences, Actes du colloque ECG, Strasbourg, 2009. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website