Archives de catégorie : Prospéro 2.0

Prospéro 2 au village

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En juin 2010, l’association Doxa et le GSPR avaient organisé une rencontre consacrée au développement du logiciel Prospéro 2 dans le but de favoriser l’appropriation du nouvel ensemble instrumental par un noyau d’utilisateurs confirmés. Depuis, de nombreuses fonctionnalités ont été ajoutées sans pour autant donner lieu à des applications finalisées1. Préparant activement le « logiciel du futur », une quinzaine de béta-testeurs se sont réunis du 5 au 8 octobre 2011, à l’écart de l’agitation urbaine, quelque part dans le cadran Sud-Est, dans un espace propice au travail intensif.

Prospériens en action

Continuer la lecture

  1. Au vu de la bibliographie des usages de Prospéro I, il faudra du temps pour accumuler autant de travaux issus de P2 ! []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Socioinformatique des controverses

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS

Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)

Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Du 8 novembre 2010 au 27 juin 2011, 2e et 4e lundis du mois de 15 à 18h

au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socioinformatique, et comme un atelier collaboratif organisé dans l’esprit des digital humanities. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1 h 30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement (indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats…). L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans ce carnet de recherche.

Programme 2010-2011

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Aux prises avec Prospéro 2.0

La (re)naissance d’une communauté épistémique

Qu’est ce qu’une communauté épistémique ? Depuis l’avènement du Web, le courant de la « cognition distribuée » et celui des «pratiques coopératives » ont le vent en poupe.  Comme l’avaient souligné de longue date des travaux d’ergonomes,  la collaboration cognitive auto-organisée par un collectif engagé dans l’utilisation ou la conception d’un dispositif, présente de nombreux avantages pour la production d’«artefacts praticables ». A l’évidence, la formation de groupes capables d’engendrer un maximum de mises en variations critiques est au principe de ce qui résiste ultérieurement dans les épreuves (formule pragmatiste s’il en est). Au demeurant, cette forme de validation et de coordination a elle-même une longue histoire1. D’usage de plus en plus étendu aujourd’hui, la notion de communauté épistémique a surtout été utilisée pour caractériser les groupes de développeurs rassemblés autour de projets open source2. Si, depuis sa naissance dans les années 1990, le logiciel Prospéro a été tiré par les usages et a bénéficié des retours critiques de multiples chercheurs, une coupure s’est perpétuée entre le développement informatique et les utilisations. Par ailleurs, certains usages, comme les observatoires socio-informatiques du GSPR, ont largement prédominé dans la prise en compte des demandes de fonctionnalités , créant une asymétrie manifeste dans la fabrique des nouvelles fonctions. L’idée d’associer le plus en amont possible les utilisateurs dans la conception, le réglage et la validation de procédures était présente très tôt,  mais le réseau des développeurs-utilisateurs a eu du mal à trouver ses marques :  après avoir à peu près tout essayé, de la liste de diffusion au wiki, en passant par la création d’un « atelier permanent  de sociologie électronique » (EHESS 2003-2009) ou la multiplication de séances de travail collectif en séminaires, il est apparu qu’il fallait surtout changer le mode d’intervention des utilisateurs dans le processus même d’écriture informatique. Est-ce possible et réaliste dans nos disciplines de SHS réputées préférer le travail individuel et refouler sur les marges la conception des instruments ?

Continuer la lecture

  1. « Human beings coordinate their actions to do things which would be hard or impossible for them individually. This is not a particularly recondite fact, and the recognition of it is ancient; it is in the fifth book of Lucretius’s De Rerum Natura, for instance. It was a commonplace of the Enlightenment, that most sociable age, and the philosophes were even, it seems, the first to realize that thinking, too, can be a collective activity, one conducted and amplified by social groups — which is not to say that societies have thoughts. (See, for instance, d’Alembert’s preliminary discourse to the Encyclopédie.) Science is, of course, the most prominent and successful example of what we might call, by analogy with « collective action, » collective cognition, but it is certainly not the only one », E. Hutchins, in Cognition in the Wild, MIT Press, 1995. []
  2. Bernard Conein, « Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Revue d’Economie Politique, numéro spécial Marchés en ligne et communautés d’agents, 2004, n°113, 141-159 ;  « Cognition distribuée, groupe social et technologie cognitive », Réseaux, 2004, n°124. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter