Archives de catégorie : Général

Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique

Texte collectif, par des membres du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR-EHESS)

Depuis le 17 mars 2020, des membres du GSPR travaillent à la production d’une analyse sociologique de la crise du coronavirus et de ses conséquences. La mise en circulation d’un document de fond est prévue d’ici quelques mois.                         

S’il existait un citoyen honnête capable de lire l’ensemble des contributions publiées depuis le début de la pandémie de coronavirus, il devrait en sortir avec une vision éclairée de ce que sera le « monde d’après ». C’est le pari que semble faire chaque auteur de tribune qui envisage la suite des événements en termes de rupture ou de bifurcation radicale. La tentation est forte de déterminer le futur, proche ou lointain, bien que les annonces prophétiques, comme les prévisions les plus outillées, se réalisent rarement. Ce texte propose une autre voie en invitant ses lecteurs à penser autrement les ouvertures d’avenir, en commençant par mettre à distance toute forme de détermination rigide de ce qui vient – ou ne vient pas.

Au-delà de la diffusion de l’infection, en engendrant la mise à l’arrêt d’une large partie de l’économie mondiale et le confinement plus ou moins strict de près de 4,5 milliards d’êtres humains, cette crise sanitaire est sans précédent dans l’histoire contemporaine. Si cette pandémie est comparée par nombre de commentateurs à d’autres événements majeurs – la grippe espagnole de 1918, la grippe de Hong-Kong de 1969, le VIH mais aussi les dégâts de la pollution de l’air – ses conséquences semblent impossibles à saisir tant elles affectent d’activités et d’organisations humaines. Comment, dans un tel contexte d’incertitude, saisir sérieusement les scénarisations du futur et la possibilité d’une alerte réussie, l’incertitude étant doublée d’une prolifération d’interprétations ?

La crise du SARS-CoV-2 est à la fois systémique et globale, entraînant de multiples effets dérivés sur le long terme. À ce titre, elle oblige à réévaluer les notions de « situation problématique » et de « problème public », chères au pragmatisme inspiré par John Dewey, qui étaient devenues rituelles dans l’étude de la formation d’alertes ou de causes collectives, engageant des publics réduits, concernés, souvent considérés comme minoritaires. Les autorités occidentales auraient préféré que la crise reste sectorielle ou chinoise, comme elles l’imaginaient encore en février 2020. Elle s’est transformée en crise planétaire, faute d’une prise au sérieux des premiers cas de transmission internationale. Le nouveau coronavirus a rapidement échappé au contrôle des administrations sanitaires et affolé les organismes les plus outillés, des laboratoires de virologie à l’OMS, affectant l’ensemble des activités sociales à des échelles et selon des temporalités très différentes. En soi le processus est connu et presque banal : à l’indifférence et la sous-estimation de signes précurseurs fait suite une omniprésence du danger et du risque. 

Parmi les phénomènes les plus remarquables, il y a la manière dont tous les milieux ont été touchés par la crise actuelle. Des dispositifs les plus institués aux gestes les plus ordinaires et anodins, parfois inconscients, l’exigence de distanciation et des « gestes barrières » a reconfiguré le sens et les conditions d’exercice de pratiques considérées comme allant de soi, formant ce que les sciences sociales ont eu coutume d’appeler « l’ordinaire de la vie sociale ». Du trajet en métro au paiement sans contact ; de l’éducation des enfants aux difficultés du télétravail ; des interactions dans les lieux publics, subitement déserts, jusqu’au choix des légumes au supermarché, toutes les activités ont presque instantanément pris un autre sens et ont fait l’objet de nouveaux rituels, parfois maladroitement exécutés. 

Comment tirer les conséquences du caractère global de cette crise en réévaluant ce que nous a appris l’étude des alertes sanitaires et des controverses ? Peut-on proposer un autre regard sur l’ensemble des processus à l’œuvre et outiller l’analyse des incertitudes face à la prolifération des discours sur la crise, sur ses « causes profondes » ou sur le « monde d’après » ? Loin de permettre une compréhension fine des ruptures, des reconfigurations et des inventions qui opèrent dans les milieux les plus divers, beaucoup de prises de parole constituent un moyen de se positionner en tant qu’intellectuel et de projeter des matrices théoriques ou idéologiques du « monde d’avant » vers le « monde d’après ». Tout se passe comme si tout devait changer en ce bas monde… sauf le statut de l’énonciateur. Faut-il interpréter cette crise à partir d’une version radicale de la catastrophe, en développant une rhétorique de la « dernière chance » ? 

Du fait de l’entrelacement des échelles, il est cognitivement ardu pour tous les acteurs, des appareils d’État aux individus, de savoir ce que seront les conditions de vie et de travail à moyen terme et au-delà. L’instabilité chronique des projections et des scénarios produits par les acteurs les plus influents, comme les plus légitimes, n’est certes pas nouvelle, mais leur multiplication et leur variabilité se nourrissent d’une actualité mondiale mouvante. Ils se déploient de l’interprétation la plus rassurante, pour laquelle ce virus « qui n’a rien d’extraordinaire » et qui est « trop médiatisé », s’éteindra progressivement de lui-même, aux plus catastrophistes annonçant un processus pandémique long et ravageur. Pour d’autres acteurs encore, ce sont les effets économiques et sociaux en cascade qui sont primordiaux. Là encore, des propensions opposées s’expriment dans les arènes publiques, mais aussi sur le terrain : à la généralisation d’une forme de capitalisme autoritaire, dont la Chine fournit le modèle, nombreux sont ceux qui développent des alternatives citoyennes, fondées sur une nébuleuse de mouvements capables de reprendre en main les conditions de vie locales. 

La modélisation de scénarios épidémiques contribue au choix des mesures médicales et politiques mises en place, malgré les nombreuses incertitudes qui persistent après plusieurs mois de mobilisation générale. Le virus met à l’épreuve le répertoire des connaissances épidémiologiques et virologiques, que celles-ci concernent les formes de contagion, l’immunité « collective », une éventuelle seconde vague ou encore des séquelles et des symptômes persistants. L’incertitude reste d’autant plus radicale qu’elle est liée au caractère hautement évolutif et fortement dépendant de la trajectoire du virus, voire des différentes souches en cause, et des acteurs qui l’ont croisé. Un scénario devient vite caduc lorsqu’il dépend de paramètres multiples qui suivent des trajectoires non-linéaires. Les interactions et les interdépendances entre les milieux pèsent en retour sur le processus de stabilisation des catégories et des outils d’évaluation. Elles produisent des réactions en cascade qui poussent des personnes et des groupes à reconfigurer leurs pratiques. De multiples boucles de rétroaction insolites ont eu déjà lieu générant des processus interprétatifs inhabituels. C’est notamment le cas du destin des promesses du professeur Raoult, engendrant, sur fond d’intenses controverses, la visite du Président français dans son institut à Marseille, la suspension des essais réalisés avec la chloroquine par l’OMS, la polémique autour d’un article du Lancet très critique envers les effets de la molécule, le tout dans un contexte de lutte pour l’hégémonie avec la Chine qui mène à l’annonce par les USA de leur retrait de l’OMS. 

L’imbrication et l’interdépendance de la plupart des activités affectées par cette crise confortent l’idée d’un système complexe qui devient de plus en plus tangible. Dès lors, quelles prises sur le cours des choses restent encore possibles aux acteurs ? Pour tous les aspects de la vie quotidienne, il devient impossible d’ignorer les événements, les alertes et les annonces qui infléchissent la trajectoire de la crise, et de tous les processus dérivés qu’elle produit. Pour ne prendre qu’un exemple, les estimations du taux de létalité de l’épidémie ont fortement varié, et sont soumises à des interprétations fort différentes au fil des mois et selon les acteurs. On l’a vu passer de 4 à 7%, puis à 0,5% pour remonter à 1%. L’indicateur dépend grandement des mutations du virus lui-même, mais aussi de questions métaphysiques sur ce que l’on considère comme étant une « cause de décès », ou plus techniques comme des capacités à tester les populations, à produire des données, à les agréger ou les extrapoler. 

Au sein de l’espace critique ouvert par la crise, chargé de tension et d’effroi, se déploient de nombreuses figures de dénonciation, des procédés de relativisation aux accusations les plus directes, des controverses savantes aux polémiques les plus enflammées. D’une classique absence de prise au sérieux des signaux d’alerte à la mise en place de dispositifs répressifs, en passant par la pression anormale sur des hôpitaux publics désorganisés, le maintien du premier tour des élections municipales, l’affaire des stocks de masques, la procédure choisie pour le déconfinement ou encore les risques de détournement associés à l’application StopCovid, les prises de la critique ne manquent pas. Dans la série, il est difficile de ne pas mentionner les « plans pandémie » forgés à l’occasion des grippes A, H5N1 et H1N1, qui ont été manifestement oubliés ou mis de côté, démontrant une incapacité à tirer les leçons des expériences passées : comme si les gouvernements successifs avaient œuvré à désarticuler le triptyque formé par la prévention, la précaution et la préparation. En France, des dizaines de plaintes ont déjà été déposées visant les autorités. Si des procès ont lieu, ils auront pour fonction d’éclairer de nombreux points de gestion de cette crise. D’autant qu’il paraît légitime de critiquer un gouvernement qui a détourné une réunion interministérielle relative à l’alerte sanitaire pour décider d’un 49-3 sur la réforme des retraites, tout en niant les retards et défaillances accumulées par l’administration française. Mais il y a encore un autre angle critique qui s’impose : on peut remonter au processus de transformation de l’État-providence et à la manière dont les politiques d’austérité, prolongées et aggravées par la Start-up Nation et ses premiers de cordée, ont conduit à la mise sous pression des services de santé et de protection sociale, ainsi qu’au mauvais traitement de multiples populations vulnérables. Ces politiques sont à la source du mépris des personnes âgées, confinées en EHPAD dans des conditions de vie indignes et livrées à la généralisation de règles de non-réanimation sacrificielles, affectant directement les décisions médicales dans les hôpitaux publics.

Comment le pragmatisme sociologique peut-il opérer face à de tels processus ? Depuis l’invention du concept de lanceur d’alerte jusqu’aux observatoires construits avec des agences publiques, en France et au niveau européen, le GSPR a étudié un grand nombre d’alertes et de crises sanitaires. Des enquêtes multi-échelles menées dans les termes d’une sociologie des controverses ont permis d’esquisser une cartographie générale des risques et de raisonner à partir d’un espace de variations, menant de l’amiante aux OGM, du changement climatique aux particules fines, de la vache folle à la disparition des abeilles. Forcément, l’espace des possibles a eu tendance à se figer. Le risque de pandémie y avait sa place, mais sans y être véritablement pensé comme catastrophe totale. L’expérience de cette crise sanitaire hors norme rend plus que jamais nécessaire une vigilance critique au service de la création continue d’ouvertures d’avenir, face aux tentatives de les refermer à partir de prises de positions autoritaires. Une démarche d’enquête pragmatiste prend au sérieux tous les acteurs engagés dans un processus critique sans les hiérarchiser a priori. Cette attention à la pluralité des expériences possibles conduit à explorer les marges, les interstices, les signaux et les événements, les énoncés dont le potentiel de montée en puissance ne peut être prédit. Cet effort d’ouverture implique à la fois un suivi de longue haleine, des protocoles collaboratifs et une mise en discussion outillée de l’analyse des phénomènes. 

Les processus critiques et leurs trajectoires doivent être appréhendés dans la durée, et non en termes de basculement d’un monde d’avant vers un monde d’après. En laissant de côté toute futurologie, fut-elle inspirée par une démarche prospective ouverte aux scénarios de rupture, notre logique d’enquête reconnaît des systèmes de contraintes et des formes d’inertie sans pour autant les projeter dans un déterminisme retirant aux acteurs la capacité de se forger des prises sur le cours des choses. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité ni au « retour à la normale », ou même « à l’anormal », ni à une bifurcation radicale du « système » – le pragmatisme mettant à distance les descriptions du monde en termes de « système ». Chaque expérience située, chaque façon de saisir la crise, ouvre des possibilités engageant les acteurs dans des trajectoires marquées par autant de convergences que de divergences, de rencontres malheureuses et de coïncidences heureuses. Il ne s’agit donc pas, en tant qu’enquêteurs au sens large, agissant à titre individuel ou collectif, de décider pour les autres ce que le futur doit être, au nom d’une autorité épistémique ou d’une option axiologique, mais d’apprendre à faire avec les incertitudes et les indéterminations. Il y va de nos capacités à engendrer des prises sur les futurs en assumant leur contingence. Faisons en sorte que l’aspect systémique de la crise n’emporte pas définitivement nos facultés d’action et de jugement, comme le prophétisent nombre de versions anti-utopiques réveillées ou stimulées par le coronavirus.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Prospero over the ocean #3

Corpus strategies and pragmatist complexity

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the second part of this text Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Big Data presents a number of opportunities for social scientists and humanities scholars, not least of which are massive quantities of very rich social, cultural, economic, political and historical data. It also poses a number of challenges, including a skills deficit for analysing and making sense of such data, and the creation of an epistemological approach that enables post-positivist forms of computational social science. (Kitchin, 2014).

Defining the best strategies to build relevant architectures of corpus

According to Rob Kitchin, taking seriously the rise of Big Data is

coping with abundance, exhaustiveness and variety, timeliness and dynamism, messiness and uncertainty, high relationality, and the fact that much of what is generated has no specific question in mind or is a by-product of another activity. (Kitchin, 2014)

The conjunction of high-powered computation and new analytical techniques has changed the landscape. It opens a new era for social scientists able to mobilize new computer-based techniques, in order to automatically mine data, detect patterns, build predictive models or stimulate new social theories (Schroeder, 2018).

Continuer la lecture

Prospero over the ocean #2

Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the first part of this text The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

The requirement for in-depth description and attentiveness to the details of action and argumentation is a constant driver in pragmatic investigations, which rely on a kind of reflexive accumulation of multiple cases. In our investigations, we have built up a collection of more than 50 corpora representing long run controversies on environmental issues.

This collective work seeks to build a convergence between:

  1. the exploration of large documentary networks,
  2. the construction of sociological models dealing with the ongoing evolution of actors and arguments,
  3. and the critical interpretation of contemporary processes by epistemic communities able to create anew kind of reflexivity on complex processes.

By allowing the dynamic interrogation of large evolutionary text databases, a semantic and argumentative approach helps us to redefine the relations between different ways of knowing1.

Continuer la lecture
  1. Even if socio-Informatics has a particular history linked to the sociology of alerts and controversies, its efficiency has been shown in very different fields, as, among other applications, studies of social representations (Madiot, 2013). []

Prospero over the ocean #1

The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Social science methodologies face continuous challenges emerging from the evolutions of the digital worlds. Promises and prophecies connected with the rise of big data are further accentuating this trend. Drawing on our long experience of analyzing complex issues through large evolutionary corpora, we  propose a four steps paper in order to characterize some key drivers for the understanding of contemporary social processes.

An argument is an interaction between two or more participants which involves a claim by each participant that his contention can be justified. Arguments may involve complex and lengthy sequences of steps, questions, answers, and objections. At any particular stage of an argument, however, we should be able to identify the semantic core of the argument. The semantic core is a set of propositions made up of one or more conclusions and some sets of premises.” (Walton, 2008)

How can we counteract the very idea that the mere massive accumulation of data would be enough to produce social intelligibility? Many experiments with the software Prospero put forward the argumentative and narrative dimensions of discursive productions, the need for coherent rules in the making of corpora and the development of congruent models, based on the abductive reasoning specific to pragmatism, and relevant for a certain class of complex processes.

Social sciences, a frail boat on an ocean of data (Suffolk 2017)

During the last two decades, our main domain of investigation has been oriented to public issues related to health, technological and environmental risks. We paid a special attention to the critical or contentious moments, creating intense argumentative activities, and generally summarized under the term of “controversy”. Addressing the different forms of critique created an opportunity to grasp and to make intelligible the cognitive and political processes of alert, controversy and regulation – considered both at a national, European or global scale (Beck, 2008; Chateauraynaud and Debaz, 2017). Between 2006 and 2014, this research program was oriented toward the experimentation and the design of an Observatory of alerts and controversies based on socio-informatics tools1]. In the following posts, we will examine different aspects of this experience and aim to provide guidelines for the development of collaborative platforms dedicated to social research on contemporary issues.

Continuer la lecture

  1. Our main partner along this research was the French national agency for health safety (ANSES), see the conclusive report: (Chateauraynaud, 2014). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Séminaire Socio-informatique des controverses 2018-2019

Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

les 19 novembre, 17 décembre 2018, 21 janvier, 18 février, et 18 mars 2019 (3e lundi du mois)

de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars. 

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning point, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Gargantext, Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

La fiche pédagogique du séminaire

Prospéro Lusófono-Br

Adaptação do Software Prospéro para o Tratamento de Textos em Língua Portuguesa – Português Brasileiro

Flávia Gouveia

Doutoranda do Departamento de Política Científica e Tecnológica da Universidade Estadual de Campinas (DPCT/Unicamp – Brasil) e pesquisadora colaboradora do Grupo de Sociologia Pragmática e Reflexiva da Escola de Altos Estudos em Ciências Sociais (GSPR/EHESS – França)


No âmbito do estágio doutoral que realizei junto ao GSPR/EHESS no ano letivo 2014-2015, tive contato com o software Prospéro e seus desenvolvedores. Conheci também pesquisadores brasileiros interessados, como eu, nessa ferramenta de análise de controvérsias em corpora textuais e decidimos, de maneira informal, unir forças. Empreendemos um trabalho colaborativo de adaptação do Prospéro para a língua portuguesa, com pretensões de disponibilizar uma versão básica para o público acadêmico lusófono, notadamente brasileiro1. Este texto descreve sucintamente alguns aspectos fundamentais da adaptação do Prospéro para a língua portuguesa na variante brasileira2.

Uma equipe multidisciplinar foi formada, com pesquisadores das áreas de Comunicação, Economia, Educação, Educação Física, Linguística, Política Científica e Tecnológica e Sociologia. Essa rede promoveu assim laços entre universidades no Brasil e na França, em parceria com o GSPR/EHESS e a Universidade de Nanterre. A despeito da diversidade de nossas abordagens e problemas de pesquisa, assumimos coletivamente o desafio de explorar grandes quantidades de informações acerca de temas relevantes e controversos, à luz das sociologias pragmáticas que inspiraram a criação do Prospéro.IMG_9229

Continuer la lecture

  1. Um exercício preliminar de adaptação do Prospéro para o tratamento de textos em português, com foco no tema do ensino da matemática no Brasil e na França, havia sido realizado pelos professores Patrick Trabal (Universidade de Nanterre) e Vinício de Macedo Santos (USP) entre os anos 2010-2011. Ver Trabal & Santos (2011), L’enseignement des mathématiques et les difficultés des élèves : des questions pour la recherche, disponível em: http://www.m2real.org/spip.php?article161&lang=fr (acesso em 27/10/2015). []
  2. Ainda que o trabalho realizado contemple em grande medida o núcleo comum às variantes do idioma, ressaltamos que a utilização de textos em português não brasileiro exigirá ajustes apropriados à variante considerada. Descrições sobre o processo de adaptação do Prospéro para as línguas espanhola e italiana encontram-se publicadas no carnet socioargu [ver as contribuições respectivas de Juan Carlos Guerrero Bernal (2012) et de Fabio Marcodoppido (2014)]. []

Génération automatique de textes

Samuel Szoniecky, Hakim Hachour Université Paris VIII – Laboratoire Paragraphe

La génération automatique est intimement liée à l’usage de l’informatique. Nous l’expérimentons à la moindre frappe sur nos claviers, au moindre clic sur nos écrans. L’informatique nous permet de générer à partir d’un geste très simple : une lettre sur l’écran, une page web qui s’affiche, une existence unique qui se déploie.

papiLe travail des informaticiens consiste à gérer ces multiplicités génératives pour que la touche « A » affiche bien un « A », pour que le lien sur lequel on clique affiche bien la page Web attendue. Dans cette multiplicité de rapports symboliques [8], on peut faire intervenir l’aléa pour générer une virtualité c’est à dire une potentialité de ce qui pourrait arriver [12]. Les générateurs automatiques se situent dans ce « milieu » associant le formalisme symbolique de l’informatique qui requiert unicité et hiérarchie du rapport à l’information, et la virtualité d’un réseau qui multiplie la potentialité des flux événementiels. Entre cet « arbre-racine » et ce « rhizome-canal » [5, p. 31], ce joue l’expérimentation d’une connaissance « en train de se faire » et qui s’incarne, ici et maintenant, dans une existence informationnelle. Mettre à disposition des dispositifs pour la lecture et l’écriture de ses existences est sans doute un des enjeux majeurs pour les humanités numériques. A l’heure où l’e-Education envahit les systèmes scolaires et où le « numérique » devient une clef indispensable pour le financement de la recherche, les travaux sur les générateurs automatiques peuvent alimenter les débats sur la nature des contenus, comment leurs éléments traduisent des informations utiles, fiables et vérifiables. Ce rapport entre les contenus et les connaissances associées nourrissent alors un débat de fond sur les usages de l’informatique en sciences humaines et de leurs conséquences épistémologiques et pédagogiques. Continuer la lecture

Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Continuer la lecture

  1. Sylvie Catellin , « Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective », Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes « argumentation » et « mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website