Archives de catégorie : Méta-théorie

Comment créer de toutes pièces un déficit de scientificité en donnant une leçon d’épistémologie

Francis Chateauraynaud

Fin 2009, la revue Enquête publiait un numéro entièrement consacré à l’épistémologie des sciences sociales, autour de la question du mode de cumulativité des différentes disciplines, représentée chacune par un contributeur1. Difficile d’ouvrir un débat avec un seul représentant par discipline, mais l’objectif était avant tout d’explorer l’ensemble des domaines des sciences sociales, de l’économie à l’anthropologie et de l’histoire à la démographie. Au-delà d’un panorama purement académique, quel était donc l’enjeu de cette publication collective ? Dans la conclusion de l’article qu’il a consacré à sa propre discipline, Bernard Walliser, le coordinateur du volume, ne cache pas son espoir de voir bientôt converger les disciplines autour d’un même modèle de cumulativité. Le rapprochement de l’économie et des « autres sciences sociales » y est même posé comme inéluctable :

Continuer la lecture

  1. B. Walliser (Dir), « La cumulativité du savoir en sciences sociales », Enquête, EHESS, 8, 2009. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website

Socio-informatique et modes d’appréhension de l’interdisciplinarité

Philippe Terral – SOI – Université Toulouse III

Ce texte s’inscrit dans une discussion autour du contrat de recherche TRASCINTER (ANR programme blanc 2009-2012) dont l’acronyme signifie « TRAvail SCientifique INTERdisciplinaire ». La recherche vise à saisir l’interdisciplinarité en acte par une analyse détaillée du travail scientifique, avec comme principal terrain d’enquête les sciences du sport, saisies dans leur cadre académique (les STAPS – 74ème section du CNU) mais également en dehors (les experts du dopage, de la prévention de l’obésité par l’activité physique, …). Il s’agit de s’éloigner des considérations surplombantes, souvent normatives, sur l’activité scientifique interdisciplinaire pour se situer au plus près des pratiques des chercheurs. Pour saisir empiriquement différentes figures de l’interdisciplinarité, plusieurs outils de socio-informatique sont mobilisés – notamment le logiciel Prospéro. Avant d’interroger plus avant la notion d’interdisciplinarité, précisons que la présente contribution fait suite au séminaire du GSPR (EHESS – Paris le 22 Février 2010) consacré aux avancées du programme TRASCINTER ainsi qu’au billet intitulé « Les outils socio-informatiques et les recherches collectives » rédigé par Patrick Trabal et déposé le 22 Février sur ce carnet de recherche. Continuer la lecture

Les paradigmes artificiels de la sociologie

Les travaux menés sous l’appellation de « socio-informatique » ont conduit à une importante accumulation de corpus, d’outils, de modèles, de textes et de discussions dont le statut académique reste largement à définir, au moins en sociologie. Voici en effet un ensemble de recherches qui se plie assez mal aux formats imposés par les normes académiques et qui peut même évoquer une forme de subversion des contraintes épistémologiques ordinairement associées à l’exercice du métier de sociologue. La manière particulièrement asymétrique de traiter les outils en sciences sociales n’est pas pour rien dans la production de ce décalage. Mais, en retour, le choix constamment réaffirmé de faire passer l’invention avant l’adaptation aux canons disciplinaires ne peut que produire un sentiment d’hétérodoxie volontaire !

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website