Archives de catégorie : Logique d’enquête

L’amianto in tribunale : una decisione senza precedenti e un « patto col diavolo »

Federico Ferretti

GSPR

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : L’amiante au tribunal : une décision sans précédent entachée d’un « pacte avec le diable »

 Il 13 febbraio 2012 segna una data storica, a livello internazionale, nella lotta delle vittime dell’amianto per il riconoscimento dei loro diritti. Il giudice Giuseppe Casalbore, del tribunale di Torino, ha pronunciato una sentenza che ha condannato a 16 anni di prigione i due ex dirigenti di Eternit Italia Stephan Schmidheiny e Louis Ghislain de Cartier, infliggendo a loro e alle rispettive aziende il versamento di oltre 100 milioni di risarcimenti.

« Vergognatevi voi che sapete »

Continuer la lecture

Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies

Sébastien Buisine

post-doctorant, associé au GSPR

 

Du récit de vie au journal intime en passant par le roman autobiographique ; des Confessions de Jean-Jacques Rousseau (1782) à Destroy de Johnny Halliday (2003) édité en trois volumes, l’autobiographie représente une production littéraire incomparable dans la diversité de ses styles et de ses auteurs. Aujourd’hui, la plupart des personnages publics issus de la sphère politique, du monde de l’entreprise ou du showbiz nous font part de leurs souvenirs d’enfance et du déroulement de leurs carrières professionnelles qui les ont faits connaître. Ces derniers n’hésitent plus à livrer les moments forts de leur propre histoire et ce, dans ce qu’elle a de plus personnelle. A en croire le tirage important de ces publications1, le grand public se passionne pour ces récits de vie. L’univers du sport, notamment celui du cyclisme, n’est pas épargné par l’engouement suscité autour de cette littérature. En effet, le succès et l’abondance des biographies de coureurs cyclistes attestent de l’intérêt du profane ou du fin-connaisseur à vouloir les découvrir autrement que sur un vélo. Ce faisant, la valeur heuristique de ces témoignages publics contraint le chercheur à une réflexion méthodologique quant à leurs utilisations pour étudier un milieu social ou une profession.

Cette réflexion s’intègre dans un travail plus large qui consiste à saisir les exigences de l’activité professionnelle du coureur cycliste à travers celles que les sportifs acceptent de rendre publiques2. La restitution d’une vie ou d’une carrière sportive est susceptible de varier suivant les conditions de production du récit. Pour cela, nous avons recensé plusieurs sources à travers lesquelles se manifestent « ces histoires » marquées par des traits argumentatifs et par des régimes discursifs. Dans un souci d’ouvrir cet espace de variation, nous ne pouvions pas faire l’économie d’une analyse des autobiographies de ces sportifs. De quelle manière un corpus d’autobiographies peut-il être mobilisé dans une analyse sociologique ? Peut-on les utiliser au même titre que les entretiens, afin de comprendre un univers social ? Enfin, quelle place doit-on accorder aux conditions de production, d’énonciation et de publicisation des ouvrages que l’on veut analyser ?

Carte postale publicitaire Les vieilles gloires du cycle

Continuer la lecture

  1. Par exemple, les mémoires de Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, sorties en 2009 ont été publiées à plus 350 000 exemplaires. (Sources : Paris-Match, novembre 2011). []
  2. Voir S. Buisine, « Faire le métier » de cycliste : une sociologie pragmatique du travail dans le domaine sportif , Thèse en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2009 []

L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO – IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l’ANR, s’est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l’impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires …), jusqu’à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu’elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

Continuer la lecture

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n’a cessé de s’affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l’agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l’AFSSA (1998) et l’AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l’ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l’environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu’en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d’alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires … L’histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l’heure des bilans réflexifs comme l’a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’affaire des gaz de schiste. Anatomie d’une mobilisation fulgurante

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz avec la collaboration de Pierrick Cézanne-Bert1

Il y a un an, fin décembre 2010, le dossier des « gaz de schiste » n’était pas encore constitué en conflit politique, du moins en Europe, et seuls quelques observateurs attentifs, des sentinelles concernées par les enjeux environnementaux avaient vu venir un processus critique de grande ampleur2. Il suffisait pourtant de regarder outre-Atlantique pour constater que la querelle était déjà bien lancée au Canada et aux États-Unis3. Si ce dossier est tombé dans les filets de nos agents socio-informatiques via un module de Tiresias consacré aux fils santé-environnement, notamment  à travers un article publié sur le site notre-planete.info le 17 décembre 20104, nous avions entendu parler de la fracturation hydraulique (« fracking ») par des interlocuteurs rencontrés au cours d’une enquête menée à Washington DC au début de l’automne 20105. Nous avions hésité à intégrer précocement ce nouveau dossier, pourtant qualifié d’« explosif » par nos interlocuteurs américains, dans une collection de corpus déjà bien chargée, faute de signaux équivalents dans les milieux d’experts français. Des contacts bien informés nous avaient pourtant avertis de l’ampleur du phénomène :

There is an emerging movement right now, that’s happening right now […] the short word is fracking. Did you know this word fracking? It’s gonna be huge! It’s hydraulic fracturing, how you get oil out of shale rock under the ground. You put chemicals and then you put a charge and you explode the all thing and then you suck the oil out of the ground, but you also suck all the chemicals in the water and it’s a mess and they’re doing this all over the US. And citizens have finally […] under exposures to endocrine disruptors and these chemicals […] because many people […] much of it happen in rural areas where people drink water from wells […] this is the issues from environmental justice and from toxic exposures is now finding so quickly under their website … 6

Depuis, le dossier de la fracturation hydraulique7 a fait beaucoup de chemin comme l’atteste encore un article récent du réseau alternet.org. Avec Fukushima, le dossier des gaz de schiste constitue à n’en pas douter un des éléments les plus marquants de l’histoire environnementale de l’année 2011.

Un des points de basculement du dossier est formé par la diffusion massive, dès 2010 outre-Atlantique, du documentaire Gasland écrit et réalisé par Josh Fox, qui met en scène sa propre enquête sur l ‘exploitation de la formation rocheuse de Marcellus (qui mène de la Pennsylvanie à l’Ohio en passant par L’Etat de New York). Ce film, dont on trouve différentes versions sur la toile, atteint un large public en Europe au printemps 2011, et contribue à transformer l’exploitation des gaz de schiste en nouveau front environnemental majeur du XXIème siècle. A y regarder de plus près de multiples acteurs se sont déjà saisis du dossier, comme par exemple l’Association Québecoise de Lutte contre la Pollution (AQLPA) qui, en septembre 2009, demande au Gouvernement du Québec d’informer la population sur la problématique des gaz de schiste et de répondre à toute une série de questions concernant « l’environnement, la santé et la sécurité des Québécoises et Québécois »8.  Rapidement transformé en dossier transnational, propre à redéfinir les relations déjà fort complexes entre énergie et environnement, le cas des gaz de schiste a ainsi donné lieu à la construction d’un double corpus – francophone et anglophone. Ces derniers temps le dossier est quelque peu retombé, ce qui permet de faire un premier point et d’organiser les éléments du suivi de long terme de cette cause qui devrait connaître de multiples rebondissements dans les prochaines années, avec des trajectoires fort différentes selon les pays concernés9.


Gaz de schiste: Wo! film appelant à voter pour la pétition « Exploration et exploitation du gaz de schiste », 118933 signataires

Continuer la lecture

  1. Ce billet suit la séance du séminaire « Controverses environnementales et anthropologies de la nature » qui a eu lieu à l’EHESS, dans l’antenne de la Vieille Charité à Marseille le 25 novembre 2011. []
  2. Voir en particulier « CAP21 demande un moratoire européen sur l’exploration/exploitation des gaz non conventionnels », 7 décembre 2010. []
  3. Voir « N.Y. Senate Approves Fracking Moratorium », New York Times, 4 août 2010. []
  4. « Gaz de schiste : une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement », notre-planete.info, 17 décembre 2010 []
  5. Voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Washington connections, 29 octobre 2010. []
  6. Une spécialiste des études de science dans le champ santé environnement, Virginia Tech University, septembre 2010. []
  7. Notons que le choix de traduction de shale gas par gaz de schiste n’allait pas de soi et qu’il a donné lieu à des discussions. Ce qui est sûr c’est que le gaz extrait des roches est du gaz naturel, et que ce qui est « non conventionnel » c’est le procédé utilisé pour l’extraire du fait de son encastrement dans la roche-mère. Du coup le nom correct du dossier devrait être « fracturation hydraulique », ce dont témoigne le corpus anglophone étudié dans lequel le terme « fracking » réalise un meilleur score que l’Etre-Fictif, supposé équivalent du français, SHALE-GAS@ … []
  8. AQLPA, « Questions de l’AQLPA au Gouvernement du Québec au sujet de l’exploitation du gaz de schiste », Montréal, 28 septembre 2009 []
  9. Pour un cadre d’analyse transposable des trajectoires comparées de différentes causes, voir F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris Pétra, 2011. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Le procès Eternit à Turin

L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire

Federico Ferretti (GSPR)

Ce billet existe aussi en version italienne :   Il processo Eternit à Torino. L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario.

Nous voici parvenus jusqu’aux derniers chapitres d’un procès, qualifié de « plus important jusqu’ici en Europe en ce qui concerne l’environnement et la santé »1. Voilà qui est en effet assez inédit : on y  voit deux milliardaires, le magnat suisse Stéphane Schmidheiny et le baron belge Louis Ghislain de Cartier, opposés à quelques 6.000 parties civiles, représentant environ 3.000 victimes de l’amiante dans les établissements italiens de la multinationale Eternit, à Rubiera, Bagnoli et Casale Monferrato. Cette dernière commune, située près de Turin, est sans doute la plus touchée, le coût humain de cette industrie y étant estimé à environ 1.500 morts (à ce jour) sur une population actuelle d’environ 35.000 personnes. Après les dernières plaidoiries des avocats de la défense, prononcées le 21 novembre, le président du Tribunal, Giuseppe Casalbore, a ajourné le procès au 13 février : « à partir de cette date, où l’on achèvera toutes les formalités, la sentence pourra être prononcée. »2

 Dans ce billet, nous proposons d’aborder, du point de vue de la sociologie pragmatique des controverses et de ses outils socio-informatiques, les arguments et les rapports de force déployés par les différents acteurs du procès, ainsi que leurs répercussions possibles sur les arènes publiques françaises. Quels sont les enjeux de cette épreuve judiciaire ? Quelle est l’attitude de la presse francophone vis-à-vis de ce procès ? Les éléments de réponse qui suivent s’appuient sur l’analyse d’un corpus issu de la presse quotidienne de janvier 2009 à octobre 2011. Il a été recueilli sur les supports de Factiva et d’Europresse. Ce corpus a été comparé, à l’aide des logiciels Prospéro et Marlowe, au corpus italophone correspondant, ainsi qu’au corpus plus général Amiante 2011, construit pour la base de données de l’Observatoire informatisé de veille sociologique du GSPR.

L’amiante fut l’un des premiers dossiers « sérieux » sur lesquels ont été testés les outils principaux de Prospéro3 et, en même temps, ce dossier est l’un des premiers cas d’étude traité par la « sociologie pragmatique de l’alerte et du risque »4. L’amiante est par ailleurs un cas emblématique de la sociologie des problèmes publics5 et de l’étude des controverses : nous parlons ici de « controverse » parce que le parcours collectif qui a porté à une reconnaissance publique des dangers de ce matériel a été long et contrasté, et curieusement, ne fait pas encore l’unanimité. Cette histoire trouve  un prolongement dans le procès turinois, qui concerne toute la période où Eternit Italie a produit de l’amiante dans la Péninsule, de 1951 jusqu’à sa faillite en 1986. Il vaut donc la peine d’y regarder de plus près.

Le caractère public, politique et social de cette controverse a été accentué dès les débuts du procès, par la forte mobilisation populaire qui a porté à l’ouverture du dossier juridique, après des actions de dénonciations dont le point de départ remonte à l’année 1976, avec une action revendicative « ciblant l’assurance maladie (l’Inail) et l’usine de Casale Monferrato. »6 Une mobilisation populaire a par ailleurs accompagné les différentes phases du procès depuis le jour de son ouverture en décembre 2009. La première séance a vu en effet, devant le tribunal, la manifestation des parents des victimes et des syndicats « de base » italiens, avec la participation de délégations de victimes de plusieurs pays dont la France et la Suisse.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 Mars 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 Novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Voir Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 Décembre 2009. []

Il processo Eternit à Torino

L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario

Federico Ferretti (GSPR)

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : Le procès Eternit à Turin. L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire.

Siamo agli ultimi capitoli di un processo, definito “il più importante celebrato finora in Europa riguardo l’ambiente e la salute.”1  Un aspetto abbastanza inedito è il fatto di trovare due miliardari, il magnate svizzero Stéphane Schmidheiny e il barone belga Louis Ghislain de Cartier, opposti a più di 6.000 parti civili, rappresentanti le oltre 3.000 vittime dell’amianto negli stabilimenti italiani della multinazionale Eternit, a Rubiera, Bagnoli e Casale Monferrato. Quest’ultimo comune è di gran lunga il più toccato, visto che il costo umano di questo impianto vi è stimato finora a circa 1.500 morti su una popolazione attuale di circa 35.000 persone. Dopo le ultime repliche degli avvocati della difesa, pronunciate il 21 novembre, il presidente del tribunale Giuseppe Casalbore ha aggiornato il processo al 13 febbraio: “a partire da quella data, quando termineranno tutte le procedure, la sentenza potrà essere pronunciata.”2

In questo biglietto ci proponiamo di affrontare, dal punto di vista della sociologia pragmatica delle controversie e dei suoi strumenti informatici, gli argomenti e i rapporti di forza dispiegati dai vari attori del processo, e in particolare le loro ripercussioni possibili sulle arene pubbliche francesi. Quali sono le poste in gioco di questa vicenda giudiziaria? Qual è l’atteggiamento della stampa francofona riguardo al processo? Gli elementi di risposta che seguono si appoggiano sull’analisi di un corpus di articoli comparsi sulla stampa quotidiana da gennaio 2009 a ottobre 2011, raccolti tramite le banche dati Factiva e Europresse. Tale corpus è stato confrontato, grazie ai programmi Prospéro e Marlowe, al corrispondente corpus italofono, nonché al corpus più generale Amiante 2011, costruito per la base di dati dell’Observatoire informatisé de veille sociologique del laboratorio GSPR.

L’amianto è stato uno dei primi grandi dossier sui quali sono stati testati gli strumenti principali di Prospéro3 e, allo stesso tempo, questo dossier è uno dei primi casi di studio portati a sostegno di una “sociologia pragmatica dell’allerta e del rischio.”4 L’amianto è peraltro un caso emblematico della sociologia dei problemi pubblici5 e dello studio delle controversie, dato che il percorso collettivo che ha portato a un riconoscimento pubblico dei rischi di questo materiale è stato lungo e contrastato, e singolarmente non raggiunge ancora l’unanimità. Questa storia ha un seguito nel processo torinese, che riguarda tutto il periodo in cui Eternit ha prodotto dell’amianto nella Penisola, dal 1951 al suo fallimento nel 1986. Vale dunque la pena soffermarci su questa vicenda.

Il carattere pubblico, politico e sociale della controversia è stato accentuato fin dall’inizio del processo dalla forte mobilitazione popolare che ha portato all’apertura del dossier giudiziario, dopo azioni di denuncia il cui punto di partenza risale al 1976, con una azione rivendicativa “rivolta all’Inail e alla fabbrica di Casale.”6 Una mobilitazione che ha peraltro accompagnato le diverse fasi del processo dal giorno della sua apertura in dicembre 2009. La prima udienza ha visto in effetti, davanti al tribunale, la manifestazione dei parenti delle vittime e dei sindacati di base italiani, con la partecipazione delle associazioni delle vittime di diversi Paesi, come la Francia e la Svizzera.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 marzo 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 dicembre 2009. []

Un test balistique dans le champ carcéral : quand un argument de poids… reste sans portée…

Grégory Salle

(CLERSÉ – CNRS/Lille 1)

Dans les joutes discursives portant sur la prison, une argumentation s’appuyant sur la comparaison internationale afin de justifier les politiques suivies au niveau national ou, simplement, de banaliser les motifs de critique pour en affaiblir l’impact (selon l’idée que la situation est, ailleurs, similaire sinon pire), s’avère généralement à double tranchant pour les gouvernants.

D’un côté, l’évocation d’un domaine de réalité méconnu voire ignoré du plus grand nombre – difficile de soutenir que la réalité carcérale des pays étrangers est un thème médiatique central… – possède l’avantageuse propriété de placer les contradicteurs dans une position relativement difficile. Précisément en raison de la faiblesse des connaissances partagées sur le sujet, ou des variations observables selon les sources y compris sur un plan statistique élémentaire, le coût de vérification et, le cas échéant, d’infirmation devient relativement élevé. Répondre de manière crédible et mieux encore convaincante aux déclarations officielles, que le sens commun peut être porté à présumer dignes de foi puisque émanant d’une autorité constituée, suppose de recueillir des informations reconnues comme fiables même si elles puisent parfois à des sources peu familières. Or ces sources ne sont pas toujours aisément disponibles, elles peuvent réclamer de faire preuve de pédagogie dans leur interprétation ou de déconstruire au préalable des présupposés implicites qui en rendent difficile la compréhension, etc.

D’un autre côté, ce type d’argumentation est compliqué du fait que, ici ou ailleurs, aucun dispositif carcéral n’est réputé fonctionner conformément à ses missions affichées. Même sur un plan modeste, il est bien difficile d’exciper d’une « réussite » réelle et durable quelconque dans ce domaine. Si un pays avait concocté une recette pénitentiaire probante, il y a fort à parier que cela se saurait… Dans ce domaine, valoriser les « expériences étrangères qui marchent » s’avère donc un pari tentant mais délicat. Le procédé comparatif à laquelle les autorités ont le plus volontiers recours est d’ordre quantitatif et consiste à se confronter aux moyennes étrangères les plus élevées (nombre de détenus ou taux de détention) pour mieux présenter le profil répressif national comme équilibré et raisonnable, en choisissant au besoin la date de référence la plus adéquate pour marquer une différence. Néanmoins, l’astuce est désormais si éventée qu’elle s’expose rapidement à une solide contre-argumentation.

Grilles sur grilles 'Partis, 2011)

Grilles sur grilles (Paris, 2011)

Continuer la lecture

Pour une histoire politique du corium (Le sens de l’irréversible IIIème partie)

 Francis Chateauraynaud

Les deux billets consacrés aux conséquences de la catastrophe de Fukushima s’étaient surtout attachés à caractériser la portée de l’événement sur les scénarios du futur concernant la relance, ou le déclin, de l’énergie nucléaire civile dans le monde1 . La poursuite de l’enquête socio-informatique au cours des derniers mois m’a conduit à regarder de plus près un des actants liés à la période ouverte par la catastrophe japonaise : le corium. Comme on le verra plus loin, le corium avait déjà surgi dans le corpus nucléaire, mais sa saillance relative dans les textes les plus récents n’aurait peut-être pas suffi à en faire un nouveau point d’entrée de l’enquête. Trois autres sources de questionnement ont concouru à l’examen détaillé de cette entité fort peu sociologique et qui pose de sérieux problèmes aux scientifiques et aux ingénieurs eux-mêmes.

Où l’on voit que l’on peut représenter l’irreprésentable …
Mais de là à massacrer Purcell …

Continuer la lecture

  1. Voir « Le sens de l’irréversible I. » (mai 2011) ; « Le sens de l’irréversible II. » (juillet 2011) []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Observer la sécurité sanitaire dans la durée. Leçons cognitives et pratiques d’un observatoire socio-informatique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Depuis plus de quatre ans, une convention passée entre le GSPR et l’AFSSET, désormais ANSES, soutient un ensemble de travaux sociologiques et socio-informatiques, menés en collaboration avec l’unité « Risques et Société » de cette agence. Mis en place à partir d’une réflexion théorique sur le concept d’observatoire sociologique informatisé1, le dispositif a été expérimenté au cours de l’année 2007 à partir du cas des pesticides2.

Tout au long de ce processus collaboratif, nous avons pu mener de front des analyses concrètes d’événements, des tests d’algorithmes et de modèles socio-informatiques, des propositions comparatives relatives aux phénomènes observés et des expériences d’aller-retour entre recherche sociologique et préoccupations pratiques, tout en accumulant une base documentaire sur tout un ensemble de dossiers sanitaires et environnementaux. Le rapport final remis à la fin du printemps 2011, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux, vise à en extraire les lignes de force et à faire la synthèse des principaux acquis des recherches menées à ce jour.

FDA cancer and coffee

FDA warning on cancer and coffee

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud, Anne Bertrand, Jean-Pierre Charriau, Observatoire informatisé des alertes et des crises, Convention Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable / GSPR (EHESS), 2003. []
  2. Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Bernard Gomel, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides, rapport final de l’étude pilote, convention AFSSET-GSPR, octobre 2007. []

Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (IIème partie)

Francis Chateauraynaud

 

Depuis le billet consacré fin mai aux effets de la catastrophe japonaise sur le nucléaire civil à l’échelle mondiale, les révélations, les analyses et les décisions se sont accumulées à un rythme soutenu. Si, sur le terrain, le contrôle des installations est encore partiel, et si les impacts sur les populations et l’environnement commencent à être mesurés un peu plus sérieusement1 , au plan politique, l’événement le plus marquant de ces dernières semaines est certainement la concrétisation de la décision allemande de sortir définitivement du nucléaire. Accompagnant ce retournement spectaculaire, une tribune d’Ulrich Beck, l’inventeur de la « société du risque », est publiée dans Le Monde du 9 juillet 2011 sous le titre : « Enfin l’ère postnucléaire». Pour le sociologue allemand, les recommandations des experts qui ont élaboré le plan alternatif au nucléaire, qui sera mis en oeuvre d’ici à 2021, rendent manifeste que l’après-Fukushima fournit une opportunité sans précédent pour « créer une économie de pointe » :

«  Ce qui est en train de prendre le pouvoir, écrit-il, ce n’est pas cette légendaire irrationalité allemande, mais la foi dans la capacité d’apprentissage et dans la créativité de la modernité face aux risques qu’elle a elle-même engendrés .Pour étayer leur verdict, les partisans de l’énergie nucléaire font appel à une notion du risque imperméable à l’expérience et comparent de manière irréfléchie l’ère de la première industrialisation à l’ère nucléaire. […] Continuer, après Tchernobyl et Fukushima , à affirmer que les centrales nucléaires françaises , britanniques , américaines , chinoises , etc. , sont sûres , c’est refuser de voir que , d’un point de vue empirique , c’est la conclusion inverse qui s’impose : s’il y a une certitude , c’est celle du prochain accident nucléaire majeur .»

Ce commentaire de Beck rejoint la figure du catastrophisme éclairé défendue il y a près de dix ans par Jean-Pierre Dupuy contre la vision réductrice, étroitement computationnelle, de la logique du risque2. Face au poids toujours plus grand des technologies dans les sociétés contemporaines, un conflit ne cesse de s’approfondir entre deux visions du monde : d’un côté celle qui raisonne en termes de « leçons à tirer » pour les futurs dispositifs de sûreté, et qui ne voit dans l’événement japonais qu’un accident de parcours, un motif supplémentaire pour renforcer l’option de la « sécurité totale » et éradiquer les solutions « low tech »- de fait, la difficulté réside  avant tout, pour les tenants de cette position, dans la « reconquête de l’opinion » ; de l’autre, une vision critique qui considère que le signal de fin de partie a été tiré, que le nucléaire n’est plus une énergie d’avenir et qu’il est urgent de préparer activement les alternatives et les reconversions – tout en sachant qu’il faudra d’une manière ou d’une autre gérer les déchets radioactifs3.

Continuer la lecture

  1. En français, voir, de l’IRSN, la Synthèse des informations disponibles sur la contamination radioactive de l’environnement terrestre japonais provoquée par l’accident de Fukushima Daiichi , 13 juillet 2011 []
  2. J.-P. Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Seuil, 2002 []
  3. P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management, in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, dec 2010, p. 71-99. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website