Archives de catégorie : Logique d’enquête

L’aubaine pandémique ? La presse des alternatives de santé face au coronavirus

Par Adrien Thâm Kurek

Introduction

L’objectif de ce billet est de présenter une recherche de Master en cours sur le thème des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC). Le séminaire de l’EHESS « socio-informatique des alertes et des controverses » de l’année 2020-2021, animé par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, m’a permis de me familiariser avec le logiciel Prospéro, de constituer et traiter un corpus d’articles couvrant l’épidémie de coronavirus par les promoteurs des alternatives de santé. Je souligne d’abord les fonctionnalités de Prospéro qui me sont apparues les plus utiles pour ma recherche, avant de présenter les caractéristiques du corpus et les opérations de construction de celui-ci. Je poursuis avec la présentation de mes premiers résultats, et termine ce billet en suggérant quelques pistes d’analyse.

Prospéro : auxiliaire de recherche

Une des difficultés se posant à l’étude des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC) tient au fait que l’objet regroupe un ensemble de pratiques extrêmement variées (l’Académie de médecine en recense un peu plus de 300), de sorte que l’on pourrait aller jusqu’à douter de la pertinence de cette catégorie pour l’analyse sociologique. À défaut de disposer de données quantitatives robustes sur la question1, certaines recherches ont opté pour des études de cas, produisant une description serrée sur des sujets aussi divers que le magnétisme et le chamanisme (Charrasse 2018), l’homéopathie, l’acupuncture et diverses pratiques associées comme l’auriculothérapie ou la mésothérapie (Chateauraynaud 1986), la Médecine Traditionnelle Chinoise (Micollier 2011), l’Ayurvéda (Hoyez 2012) ou l’ostéopathie (Bailly 2005). Si ces modes d’enquêtes permettent de mettre au jour la logique interne et les spécificités de certaines pratiques « alternatives », elles ne fournissent pas de descriptions plus globales du phénomène. La question de la mise en relation des échelles d’analyse, qui est sans doute un des problèmes les plus partagés dans les sciences sociales, se pose avec une acuité particulière dans le cas des MAC. Comment s’autoriser à monter en généralité au sujet d’un objet aussi éclaté que les médecines alternatives, à partir de quelques observations particulières ? Il semble que l’analyse des procédés argumentatifs déployés par les acteurs peut constituer une solution intéressante pour faire apparaître des traits communs sous l’hétérogénéité des alternatives de santé. Dans cette acception, l’objet « médecines alternatives » désigne alors moins un ensemble de pratiques hétérogènes qu’une série de discours, ayant pour objet les enjeux de santé publique et un certain rapport critique aux institutions étatiques et scientifiques. Reste alors à objectiver et répertorier les formes que peuvent prendre ces discours.

Continuer la lecture

  1. On dispose tout au plus de quelques sondages donnant une idée du taux de recours aux alternatives de santé. Selon un sondage Haris Interactive pour SantéClaire daté de 2019, 7 français sur 10 ont eu recours à une pratique alternative de santé au moins une fois au cours de leur vie. []

« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Par Pierre-Emmanuel Metzger—Debrune

Introduction

Dans ce billet, qui fait suite à un travail réalisé pour le séminaire « Socio-informatique des alertes et des controverses » (2020-2021), nous proposons une description et une explication des dynamiques temporelles et des jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, saisi sur une courte période (2017-2019). Pour cela, nous avons constitué un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique au cours de cette période1. Ce corpus a ensuite été analysé à l’aide de Prospéro 1.

En avril 2019, le média d’investigation Disclose publie une enquête inédite affirmant – entre autres – que des armes françaises ont été utilisées par l’Arabie saoudite contre des civils yéménites. Ces révélations2 suscitent immédiatement de nombreuses réactions. Pour bien comprendre celles-ci, il est nécessaire de rappeler quelques éléments du contexte dans lequel cette enquête prend son sens. De nombreux observateurs ont vu dans les années 2000-2010 un moment de réarmement global. La France n’est pas restée étrangère à cette tendance : entre 2012 et 2017, François Hollande et Jean-Yves Le Drian ont relancé les ventes d’armement, faisant de la France la troisième puissance exportatrice d’armes dans le monde. L’armement français représente alors en 2017 une dizaine de groupes de taille mondiale, 4 000 PME, et entre 165 000 et 200 000 salariés. Dès 2017, Emmanuel Macron s’engage à poursuivre la politique de François Hollande et à « réindustrialis[er] la Défense ». Jean-Yves Le Drian est reconduit dans ses fonctions, et poursuit sa stratégie visant à faire de la France une puissance de premier plan en matière d’armement. Continuer la lecture

  1. Il a été vérifié que tous les hyperliens présents dans ce billet – renvoyant à des textes du corpus afin d’indiquer au lecteur les sources de certaines affirmations – étaient fonctionnels à la date du 22 avril 2021. []
  2. Le présent billet n’a pas vocation à statuer sur le caractère avéré ou non de ces révélations. []

Prospero over the ocean #3

Corpus strategies and pragmatist complexity

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the second part of this text Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Big Data presents a number of opportunities for social scientists and humanities scholars, not least of which are massive quantities of very rich social, cultural, economic, political and historical data. It also poses a number of challenges, including a skills deficit for analysing and making sense of such data, and the creation of an epistemological approach that enables post-positivist forms of computational social science. (Kitchin, 2014).

Defining the best strategies to build relevant architectures of corpus

According to Rob Kitchin, taking seriously the rise of Big Data is

coping with abundance, exhaustiveness and variety, timeliness and dynamism, messiness and uncertainty, high relationality, and the fact that much of what is generated has no specific question in mind or is a by-product of another activity. (Kitchin, 2014)

The conjunction of high-powered computation and new analytical techniques has changed the landscape. It opens a new era for social scientists able to mobilize new computer-based techniques, in order to automatically mine data, detect patterns, build predictive models or stimulate new social theories (Schroeder, 2018).

Continuer la lecture

Prospero over the ocean #2

Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the first part of this text The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

The requirement for in-depth description and attentiveness to the details of action and argumentation is a constant driver in pragmatic investigations, which rely on a kind of reflexive accumulation of multiple cases. In our investigations, we have built up a collection of more than 50 corpora representing long run controversies on environmental issues.

This collective work seeks to build a convergence between:

  1. the exploration of large documentary networks,
  2. the construction of sociological models dealing with the ongoing evolution of actors and arguments,
  3. and the critical interpretation of contemporary processes by epistemic communities able to create anew kind of reflexivity on complex processes.

By allowing the dynamic interrogation of large evolutionary text databases, a semantic and argumentative approach helps us to redefine the relations between different ways of knowing1.

Continuer la lecture
  1. Even if socio-Informatics has a particular history linked to the sociology of alerts and controversies, its efficiency has been shown in very different fields, as, among other applications, studies of social representations (Madiot, 2013). []

Using speech acts formulas to describe the narrative structure of affaires

Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

Introduction

Prospéro is a tool for use by sociologists interested in argumentation: it helps identify and explore the ‘argumentatively strong moments’ (Chateauraynaud 2011: 118) within large corpuses usually based around public controversies. Given, however, that the notion of a discursive configuration or discursive regime is certainly broad enough to encompass narrative as well as argumentative modes of expression or ways of knowing (Chateauraynaud 2003: 83), and that one of Prospéro’s strengths is undoubtedly its sensitivity to questions of time and temporality (identifying turning points in argument trajectories, for example), it is surprising that narrativity remains an underdeveloped area of its conceptual armoury, and that few researchers (to my knowledge) have used Prospéro to explore the narrative structure of corpuses (for an exception see Cézanne-Bert & Hériard-Dubreuil 2014).

In the project I lead at Charles University in Prague on Crisis narrativisation and institutions in politics and public policy we set ourselves two technical-methodological goals: one is to adapt Prospéro for use with Czech texts (perhaps this will be the subject of a later post). The other is to test whether Prospéro can in fact aid the search not only for the argumentatively but also for the narratively strong moments of large corpuses. In this post I want to introduce a way to use formulas in combination with a categorisation of verbs (épreuves) by type of speech act, which represents a promising first step in our effort to investigate narrativity.

The main protagonists in the Berbr affaire, Roman Berbr and Libor Kovařík (Pavel Mazáč, Deník Sport)

The connection between speech acts and narrativity

One way of introducing the theory of speech acts (developed principally by John Searle) is to start from distinction between different classes of speech acts according to how they mediate the relationship between the ‘word’ and the ‘world’. Hence a speech act, for Searle, can have one, both or neither of two ‘directions of fit’.

Continuer la lecture

Une application conventionnaliste de Prospéro : la critique écologiste du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut

Leslie Carnoye

Clersé UMR 8019, Université de Lille 1 et Ethics EA 7446, Université Catholique de Lille

Ce billet présente, dans les grandes lignes, la manière dont j’ai mobilisé Prospéro dans ma thèse de doctorat en sciences économiques, intitulée « Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut » (Carnoye, 2016[1]). A destination de la communauté de recherche des utilisateurs de Prospéro, l’objectif est de donner à voir comment j’ai utilisé le logiciel afin d’analyser mon étude de cas et pour répondre à ma problématique. L’exercice entrepris ici peut donc se comprendre comme un carnet de bord d’une application de Prospéro à un corpus particulier.

Le saule-têtard, emblème du Parc Scarpe-Escaut, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016

Continuer la lecture

Les théories de la complexité : des points de repère

Fabrizio Li Vigni1

Depuis une trentaine d’années, le terme de « complexité » s’est imposé dans les discours des chercheurs et des intellectuels, des instituts de recherche et des journalistes scientifiques. De nombreux chercheurs, quelle que soit leur discipline, s’y intéressent. Multiples, aux contours incertains, les théories de la « complexité » cultivent et nourrissent l’espoir de parvenir à des solutions nouvelles, jugées parfois « miraculeuses », aux problèmes sociaux et environnementaux ; elles peuvent également produire une sorte d’émerveillement, ou pour le moins d’excitation cognitive, en ouvrant sur la compréhension réelle et profonde des systèmes dits complexes.

2 Systèmes multi-agents (tradition systemico-cybernetique)

Systèmes multi-agents (tradition des systèmes dynamiques et des réseaux)

Ce domaine encore peu étudié amène le chercheur en sciences sociales à se poser une série de questions2. Pourquoi, par exemple, des scientifiques confirmés ont-ils voulu créer de nouveaux espaces de recherche, voire produire une « révolution » scientifique ou épistémologique ? En quoi leurs disciplines et instituts de recherches d’origine ne les satisfaisaient pas ? Comment les acteurs de la complexité sont-ils reliés aux organismes importants qui les financent à partir de modélisations numériques, c’est-à-dire virtuelles ? Quel est, plus généralement, le rôle que l’ordinateur joue dans la modélisation de la complexité, compte tenu de l’ambition de saisir le monde « réel » ? Du point de vue philosophique, le domaine de la complexité est-il vraiment antiréductionniste ? Autrement dit, quelles épistémologies émergent des discours officiels et des pratiques observables ? Coïncident-elles ? Enfin, les théories de la complexité, dans leur diversité, peuvent-elles vraiment aider dans la gestion des affaires du monde ? Avec quels risques et quels avantages ? Autrement dit, quelles sont leurs promesses et qu’en est-il à ce jour ? Pour répondre à ces questions, un travail ethnographique, d’entretiens et d’archives a été engagé et sera poursuivi au cours des prochaines années. Toutefois ces questions ont peu de chances de trouver des réponses si l’on n’établit pas clairement, au préalable, le périmètre des acteurs et des idées en jeu.  Le fait que ces questions trouvent des réponses différentes selon les acteurs peut ensuite faire l’objet d’investigations plus précises. A partir d’un travail exploratoire3, qui sert d’appui à ce  billet, nous avons précisément cherché à établir ce périmètre d’acteurs, afin d’interroger la supposée unité du domaine de la complexité. Existe-t-il un domaine de la complexité homogène, solide et universellement reconnu ? La réponse s’est avérée négative et nous avons repéré trois grands groupes, parfois en lutte entre eux. Voilà déjà un bon point de départ pour interroger le domaine des théories de la complexité. Continuer la lecture

  1. L’auteur tient à remercier tous les membres du GSPR pour leurs lectures et leurs conseils concernant ce billet. []
  2. Le GSPR lui-même est né d’interrogations concernant les modèles sociologiques et leurs capacités différentielles à se saisir de processus complexes, non-linéaires ou émergents, en particulier via l’étude socio-informatique des dossiers complexes. Voir sur ce point, le programme esquissé par Francis Chateauraynaud sous le titre, Pragmatique de la complexité. Modèles sociologiques pour l’analyse des processus de mobilisation (Paris, EHESS, juin 2004). []
  3. Li Vigni, F., Les théories de la complexité (1970-2010). Une sociohistoire d’un domaine émergent, Mémoire de master en Sociologie générale, EHESS de Paris, sous la direction de Wolf Feuerhahn, soutenu en juin 2014. []

La traversée des drones

Le survol des centrales :  vraie-fausse épreuve sécuritaire ?

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Une enquête menée sur les risques en zones côtières nous a conduits à regarder de plus près les instruments utilisés par les chercheurs et les acteurs locaux lorsqu’ils s’efforcent d’élaborer des prises sur des milieux en interactions1. Si les recours aux données satellitaires se multiplient, concernant les enjeux côtiers, et en particulier l’érosion et l’évolution continue du trait de côte, c’est une nette préférence pour la (déjà) bonne vieille technologie du Lidar (Light Detection and Ranging) qui semble s’imposer chez les utilisateurs de données.

Comment le « bruit » des mesures Lidar pour l’altimétrie devient de l’information pour l’étude des couverts végétaux

Aujourd’hui, les drones sont en passe de prendre le relais. En tout cas, un domaine d’instrumentation et de médiation technologique se développe, fournissant à toutes sortes d’acteurs des outils à leur main, capables de remplir les trous cartographiques et métrologiques laissés par la production de données, satellitaires ou autres, largement hors de portée des utilisateurs de terrain2. Continuer la lecture

  1. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Métrologies spatiales et milieux en interactions », in Michel Avignon, Cathy Dubois et P. Escudier (dir), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014. []
  2. Voir sur ce point les éléments déjà exposés dans Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens », Socio-informatique et argumentation, 30 septembre 2013. []

Studying and practising justifying and accounting

Contextualisation as a research technique for staging controversies over field boundaries

Simon Smith,

Marie Curie Research Fellow, Institute for Sociology, Slovak Academy of Sciences.

Simon Smith has begun a collaboration with Prospéro’s team and network of developers, in order to adapt procedures and grids to a new kind of materials. This text is the starting point of a series of contributions and discussions, which will go on next year during the seminar on socio-informatics held at EHESS in Paris.

Introduction

If understanding what kind of case you’ve got (typical, critical, extreme, paradigmatic etc.) can emerge during the course of case study research (Flyvbjerg 2006) – and probably has to for fluid organisational settings and emerging fields – can you turn this from a liability to an asset? Flyvbjerg thought you could do so by cultivating a reactive, continual readiness to reinterpret. I argue that you can also in another, more proactive sense: by employing contextualisation as a research technique. Continuer la lecture

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #3 Vers une toxicologie combinatoire

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les recherches menées en sociologie des controverses se réfèrent très souvent à John Dewey et à sa théorie de l’enquête (1938). Par « enquête », le philosophe pragmatiste entendait :

la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié1

Il ne s’agit pas d’éliminer toute possibilité de preuve ou de clôture des épreuves de vérité, comme porte à le croire le soupçon de lien intime entre pragmatisme et relativisme – au demeurant complètement à côté du sujet – mais bien de saisir le travail de la preuve comme un processus à travers lequel une personne ou un groupe, une communauté d’enquêteurs, confrontée à une situation « indéterminée », « opaque » ou « problématique » engage une série d’expérimentations, faisant jouer à plein le raisonnement abductif, fait d’hypothèses et de questions,  de prémisses et de règles d’inférence évolutives. Après avoir abordé la mise à l’agenda des perturbateurs endocriniens (volet #1)  puis décortiqué l’expression d’« effet cocktail » (volet #2), nous allons voir comment les chemins empruntés par les scientifiques et les experts aux prises avec les effets des combinaisons de substances relèvent pleinement de la logique d’enquête collective permettant à la fois une reproblématisation et un accroissement collaboratif des connaissances.

"There are many questions, of course, that won't be answered till the autopsy" (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012)

« There are many questions, of course, that won’t be answered till the autopsy » (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012) 

 

D’une toxicologie borgne, reine au pays des normes aveugles, à une toxicologie combinatoire

Au laboratoire du toxicologue, l’usage dominant consiste à isoler les molécules pour en étudier les effets spécifiques. Mais le problème qui se pose aux sciences de l’environnement est de savoir ce que deviennent des molécules une fois libérées dans les écosystèmes. Et celui qu’affrontent les sciences sanitaires n’est pas moins redoutable, puisqu’il s’agit de comprendre leurs interactions avec une foule d’autres molécules dans l’organisme. Le vertige saisit alors au regard du nombre de molécules mises en circulation lors des dernières décennies qui viennent s’ajouter à toutes les possibilités de combinaison potentiellement évaluables. Si l’approche combinatoire est souhaitable dans un premier temps, le concept invite cependant à une profonde réflexion sur les méthodes d’évaluation à mettre en œuvre. Continuer la lecture

  1. John Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1995,  p. 169. []