Archives de catégorie : Outils collaboratifs

Prospéro Lusophone (Brésil)

Adaptation du Logiciel Prospéro pour l’analyse de corpus en Langue Portugaise (Portugais brésilien)

Flávia Gouveia

Doctorante au Département de Politique Scientifique et Technologique de l’Université de Campinas (DPCT / Unicamp – Brésil) et chercheuse associée au Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive de l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (GSPR / EHESS – France)

Lors du stage doctoral que j’ai effectué au GSPR à l’EHESS au cours de l’année universitaire 2014-2015, j’ai fait connaissance avec le logiciel Prospéro et ses développeurs. Plusieurs chercheurs brésiliens étant intéressés, comme moi, par cet outil d’analyse de controverses à travers des corpus textuels, d’une façon informelle, nous avons décidé d’unir nos forces. Un travail collaboratif d’adaptation de Prospéro à la langue portugaise a été entrepris, avec pour premier objectif de le rendre disponible, dans une version basique, pour le public académique lusophone, particulièrement brésilien1. Ce texte décrit brièvement quelques aspects fondamentaux de l’adaptation de Prospéro à la langue portugaise dans la variante brésilienne2.

Une équipe multidisciplinaire s’est constituée avec des chercheurs provenant des domaines de la Communication, l’Économie, l’Enseignement, l’Éducation Physique, la Linguistique, la Politique Scientifique et Technologique et la Sociologie. Ce réseau a ainsi tissé des liens entre des universités au Brésil et en France, en partenariat avec GSPR/EHESS et l’Université de Nanterre. En dépit de la diversité de nos approches et de nos questions de recherche, nous avons collectivement relevé le défi d’explorer de grandes quantités d’informations concernant des thèmes pertinents et controversés, à la lumière des apports des sociologies pragmatiques qui ont inspiré la création de Prospéro.

IMG_9245 Continuer la lecture

  1. Un exercice préliminaire d’adaptation de Prospéro pour le traitement de textes en portugais, centré sur l’enseignement des mathématiques au Brésil et en France, avait été effectué par les professeurs Patrick Trabal (Université de Nanterre) et Vinicio de Macedo Santos (USP) vers 2010-2011. Voir Trabal & Santos (2011), L’enseignement des mathématiques et les difficultés des élèves : des questions pour la recherche, disponible sur : http://www.m2real.org/spip.php?article161&lang=fr (accès 27/10/2015). []
  2. Bien que le travail effectué comporte en grande partie le noyau commun aux variantes de la langue, nous soulignons que l’utilisation de textes en portugais non brésilien demandera des ajustements appropriés à la variante considérée. Des descriptions liées aux processus d’adaptation de Prospéro aux langues espagnole et italienne sont déjà publiées sur le carnet socioargu [voir les contributions respectives de Juan Carlos Guerrero Bernal (2012) et de Fabio Marcodoppido (2014)]. []

Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs

Fabio MARCODOPPIDO

membre du laboratoire PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) et ATER à l’IUT de l’Université d’Orléans.

Ce billet, qui  existe aussi en version italienne : Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana : breve presentazione di un lavoro effettuato sur un corpus di testi normativi e legislativi, s’inspire de la démarche suivie par Juan Carlos Guerrero Bernal (Universidad del Rosario, Bogota) afin d’adapter les dictionnaires de Prospéro à l’espagnol.

Si l’on choisit d’utiliser un logiciel comme Prospéro, conçu et développé principalement pour des corpus en français, l’analyse d’un corpus en langue italienne présuppose un travail d’adaptation de dictionnaires. Cette phase préliminaire est nécessaire car les opérations de calcul du logiciel présupposent des catégorisations qui ne sont pas indépendantes de la langue du corpus et de l’objet sociologique traité. Je me suis trouvé face à ce travail d’adaptation lorsque, dans le cadre de mon travail de thèse, je me suis proposé d’analyser un corpus de textes réglementaires et législatifs concernant les politiques psychiatriques en Italie1. Ce billet présente de manière synthétique le travail réalisé, pas à pas, pour la constitution des dictionnaires en langue italienne. Un bon usage du logiciel suppose toujours de réfléchir à la structure et au contenu des dictionnaires avec lesquels les corpus sont traités2.

marco1 Continuer la lecture

  1. Constitué autour de la question psychiatrique en Italie, ce corpus formé de 283 textes (20142859 octets) couvre une période de 50 ans, de 1960 à 2010. []
  2. Dans le cadre du séminaire Socio-informatique des controverses que j’ai suivi de 2011 à 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), j’ai pu bénéficier d’échanges avec les concepteurs et avec des utilisateurs du logiciel. De plus, les connaissances nécessaires pour mener ce travail d’adaptation à la langue italienne, ont été développées au cours d’une formation qui a eu lieu au GSPR. J’ai mené ensuite une collaboration en 2012 avec Federico Ferretti, alors ingénieur d’études dans ce laboratoire, qui avait déjà commencé le travail d’adaptation que j’ai entrepris de prolonger. Voir, à ce propos les textes sur « l’amiante au tribunal ». Prolonger son travail de création de dictionnaires permettant à Prospéro de lire les structures textuelles de corpus en italien, n’aurait pas été possible sans son soutien initial. []

Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana: breve presentazione del lavoro fatto su un corpus di testi normativi e legislativi

Fabio MARCODOPPIDO

membro del PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) e Attaché temporaire d’enseignement et de recherche a l’IUT dell’Università di Orléans.

Questo post è pubblicato anche in lingua francese: Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs. Per i corpora in lingua spagnola, si veda il post « Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en espagnol » di Juan Carlos Guerrero Bernal.

Prospéro è un programma di analisi dei dati testuali, messo a punto per analizzare dei corpora in lingua francese. Un lavoro di traduzione dei dizionari è dunque necessario se si vogliono analizzare con questo strumento corpora in italiano. Le operazioni di trattamento e di calcolo del programma presuppongono, infatti, delle categorie che non sono indipendenti dalla lingua del corpus e dall’oggetto sociologico trattato. Per la mia tesi di dottorato ho analizzato con Prospéro un corpus di testi normativi e legislativi riguardanti le politiche psichiatriche in Italia1. Questo post intende presentare in maniera sintetica il lavoro fatto per la definizione di dizionari in lingua italiana. È importante porre l’accento su questi aspetti poiché il buon uso di un programma di analisi dei dati presuppone di riflettere alla struttura e al contenuto dei dizionari che permettono di analizzare il corpus2.

marco2 Continuer la lecture

  1. I 283 testi che costituiscono questo corpus coprono un periodo di 50 anni, dal 1960 al 2010. []
  2. Varie esperienze mi hanno permesso di portare avanti questo lavoro: la partecipazione dal 2011 al 2013 al seminario Socio-informatique des controverses all’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), una formazione all’uso di Prospéro e la collaborazione con Federico Ferretti, ingénieur d’études al Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) nel 2012. Una prima analisi di un corpus in italiano con Prospéro è stata fatta proprio da Federico Ferretti. Si veda, a tal proposito, i suoi due post su « l’amianto in tribunale ». Il lavoro qui presentato non sarebbe stato possibile senza il suo aiuto iniziale. []

De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au cours de l’année 2010 nous avons fait allusion à plusieurs reprises à l’utilisation de « formules » dans Prospéro – par exemple dans Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs. Il s’agit d’un des dispositifs qui démarquent franchement l’approche socio-informatique des analyses statistiques et des analyses de réseaux. Aussi il nous semble opportun de nous arrêter le temps d’un billet sur les fonctionnalités associées aux formules. Celles-ci rendent de nombreux services à condition bien sûr de maîtriser leur syntaxe et d’y recourir à des moments-clés de l’enquête sur corpus. Il est d’autant plus pertinent de réexaminer cet espace de travail qu’il prend déjà une place décisive dans le redéploiement des fonctions d’enquête de Prospéro II. Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Aux prises avec Prospéro 2.0

La (re)naissance d’une communauté épistémique

Qu’est ce qu’une communauté épistémique ? Depuis l’avènement du Web, le courant de la « cognition distribuée » et celui des «pratiques coopératives » ont le vent en poupe.  Comme l’avaient souligné de longue date des travaux d’ergonomes,  la collaboration cognitive auto-organisée par un collectif engagé dans l’utilisation ou la conception d’un dispositif, présente de nombreux avantages pour la production d’«artefacts praticables ». A l’évidence, la formation de groupes capables d’engendrer un maximum de mises en variations critiques est au principe de ce qui résiste ultérieurement dans les épreuves (formule pragmatiste s’il en est). Au demeurant, cette forme de validation et de coordination a elle-même une longue histoire1. D’usage de plus en plus étendu aujourd’hui, la notion de communauté épistémique a surtout été utilisée pour caractériser les groupes de développeurs rassemblés autour de projets open source2. Si, depuis sa naissance dans les années 1990, le logiciel Prospéro a été tiré par les usages et a bénéficié des retours critiques de multiples chercheurs, une coupure s’est perpétuée entre le développement informatique et les utilisations. Par ailleurs, certains usages, comme les observatoires socio-informatiques du GSPR, ont largement prédominé dans la prise en compte des demandes de fonctionnalités , créant une asymétrie manifeste dans la fabrique des nouvelles fonctions. L’idée d’associer le plus en amont possible les utilisateurs dans la conception, le réglage et la validation de procédures était présente très tôt,  mais le réseau des développeurs-utilisateurs a eu du mal à trouver ses marques :  après avoir à peu près tout essayé, de la liste de diffusion au wiki, en passant par la création d’un « atelier permanent  de sociologie électronique » (EHESS 2003-2009) ou la multiplication de séances de travail collectif en séminaires, il est apparu qu’il fallait surtout changer le mode d’intervention des utilisateurs dans le processus même d’écriture informatique. Est-ce possible et réaliste dans nos disciplines de SHS réputées préférer le travail individuel et refouler sur les marges la conception des instruments ?

Continuer la lecture

  1. « Human beings coordinate their actions to do things which would be hard or impossible for them individually. This is not a particularly recondite fact, and the recognition of it is ancient; it is in the fifth book of Lucretius’s De Rerum Natura, for instance. It was a commonplace of the Enlightenment, that most sociable age, and the philosophes were even, it seems, the first to realize that thinking, too, can be a collective activity, one conducted and amplified by social groups — which is not to say that societies have thoughts. (See, for instance, d’Alembert’s preliminary discourse to the Encyclopédie.) Science is, of course, the most prominent and successful example of what we might call, by analogy with « collective action, » collective cognition, but it is certainly not the only one », E. Hutchins, in Cognition in the Wild, MIT Press, 1995. []
  2. Bernard Conein, « Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Revue d’Economie Politique, numéro spécial Marchés en ligne et communautés d’agents, 2004, n°113, 141-159 ;  « Cognition distribuée, groupe social et technologie cognitive », Réseaux, 2004, n°124. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les outils socio-informatiques et les recherches collectives

Une expérience de corpus partagés dans le domaine des sciences du sport

Patrick Trabal

(CERSM – Univ. Paris Ouest Nanterre / GSPR – EHESS)

L’approche socio-informatique peut utiliser les capacités de calcul informatique pour tester, en les rendant réversibles à moindre coût, différentes opérations de codage. Dans cette logique, l’usage de l’ordinateur, classiquement réduit à une simple délégation des calculs dans le but de fournir une représentation unique des données, peut être réorienté vers la mise en série d’expériences sur des corpus de textes, en en enrichissant progressivement l’analyse. Cette approche, inscrite dans la « logique de l’enquête » chère à Dewey (1993), ouvre sur une logique coopérative et un travail collectif. Considéré comme un mot d’ordre des nouvelles sociologies, le fonctionnement de ce « collectif » reste toutefois inabouti comme mode de production de connaissances. La figure la plus courante reste en effet celle du chercheur individuel, seul sur son terrain, recueillant ses propres données, les analysant à destination de diverses arènes (réunions de labo, séminaires, congrès), puis passant à la publication. La controverse porte généralement les résultats finaux une fois le travail accompli, et de fait, il est souvent difficile de garder du temps pour discuter finement les contenus des corpus, les cadres d’analyse et les raisonnements.

Le projet ANR Trascinter rassemble des chercheurs de trois laboratoires (CERSM- Univ. Paris Ouest Nanterre / ACP- GREHSS – Univ. Paris Est Marne La Vallée / SOI – Univ. Paul Sabatier de Toulouse) dans le but d’expérimenter un tel espace de travail collectif tout en en forgeant les outils nécessaires. L’objet commun placé au cœur de cet espace coopératif est l’interdisciplinarité dans les sciences du sport. Je n’entrerai pas ici dans une discussion sur la pertinence sociologique de cet objet qui préoccupe de nombreux acteurs tant du point de vue de la sociologie des sciences que de celui des débats concernant les formations sur les métiers du sport ou encore des polémiques comme le dopage et plus généralement les relations sport-santé. Je propose plutôt de préciser trois moments décisifs pointant vers un travail collaboratif et de discuter des moyens d’outiller cette réflexion. Continuer la lecture

Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?

Pistes pour un web socio-historique

L’Internet a engendré une profonde réorganisation des relations entre les plans cognitifs et politiques en créant un laboratoire ouvert pour le développement des compétences critiques des acteurs les plus divers et en rendant encore plus visibles leurs capacités de configurer leurs mondes1. Ces transformations ont, à l’évidence, eu des effets sur le développement des controverses et des conflits, dont le mode d’existence est désormais double.  Quoique l’on puisse s’interroger sur la nature de ce dédoublement  : après tout, le Web ne compose pas un « monde virtuel » séparé d’un « monde réel » mais fournit au contraire de nouveaux opérateurs de recoupement aux protagonistes les plus divers.

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter