Archives de l’auteur : socioargu

À propos socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique

Texte collectif, par des membres du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR-EHESS)

Depuis le 17 mars 2020, des membres du GSPR travaillent à la production d’une analyse sociologique de la crise du coronavirus et de ses conséquences. La mise en circulation d’un document de fond est prévue d’ici quelques mois.                         

S’il existait un citoyen honnête capable de lire l’ensemble des contributions publiées depuis le début de la pandémie de coronavirus, il devrait en sortir avec une vision éclairée de ce que sera le « monde d’après ». C’est le pari que semble faire chaque auteur de tribune qui envisage la suite des événements en termes de rupture ou de bifurcation radicale. La tentation est forte de déterminer le futur, proche ou lointain, bien que les annonces prophétiques, comme les prévisions les plus outillées, se réalisent rarement. Ce texte propose une autre voie en invitant ses lecteurs à penser autrement les ouvertures d’avenir, en commençant par mettre à distance toute forme de détermination rigide de ce qui vient – ou ne vient pas.

Au-delà de la diffusion de l’infection, en engendrant la mise à l’arrêt d’une large partie de l’économie mondiale et le confinement plus ou moins strict de près de 4,5 milliards d’êtres humains, cette crise sanitaire est sans précédent dans l’histoire contemporaine. Si cette pandémie est comparée par nombre de commentateurs à d’autres événements majeurs – la grippe espagnole de 1918, la grippe de Hong-Kong de 1969, le VIH mais aussi les dégâts de la pollution de l’air – ses conséquences semblent impossibles à saisir tant elles affectent d’activités et d’organisations humaines. Comment, dans un tel contexte d’incertitude, saisir sérieusement les scénarisations du futur et la possibilité d’une alerte réussie, l’incertitude étant doublée d’une prolifération d’interprétations ?

La crise du SARS-CoV-2 est à la fois systémique et globale, entraînant de multiples effets dérivés sur le long terme. À ce titre, elle oblige à réévaluer les notions de « situation problématique » et de « problème public », chères au pragmatisme inspiré par John Dewey, qui étaient devenues rituelles dans l’étude de la formation d’alertes ou de causes collectives, engageant des publics réduits, concernés, souvent considérés comme minoritaires. Les autorités occidentales auraient préféré que la crise reste sectorielle ou chinoise, comme elles l’imaginaient encore en février 2020. Elle s’est transformée en crise planétaire, faute d’une prise au sérieux des premiers cas de transmission internationale. Le nouveau coronavirus a rapidement échappé au contrôle des administrations sanitaires et affolé les organismes les plus outillés, des laboratoires de virologie à l’OMS, affectant l’ensemble des activités sociales à des échelles et selon des temporalités très différentes. En soi le processus est connu et presque banal : à l’indifférence et la sous-estimation de signes précurseurs fait suite une omniprésence du danger et du risque. 

Parmi les phénomènes les plus remarquables, il y a la manière dont tous les milieux ont été touchés par la crise actuelle. Des dispositifs les plus institués aux gestes les plus ordinaires et anodins, parfois inconscients, l’exigence de distanciation et des « gestes barrières » a reconfiguré le sens et les conditions d’exercice de pratiques considérées comme allant de soi, formant ce que les sciences sociales ont eu coutume d’appeler « l’ordinaire de la vie sociale ». Du trajet en métro au paiement sans contact ; de l’éducation des enfants aux difficultés du télétravail ; des interactions dans les lieux publics, subitement déserts, jusqu’au choix des légumes au supermarché, toutes les activités ont presque instantanément pris un autre sens et ont fait l’objet de nouveaux rituels, parfois maladroitement exécutés. 

Comment tirer les conséquences du caractère global de cette crise en réévaluant ce que nous a appris l’étude des alertes sanitaires et des controverses ? Peut-on proposer un autre regard sur l’ensemble des processus à l’œuvre et outiller l’analyse des incertitudes face à la prolifération des discours sur la crise, sur ses « causes profondes » ou sur le « monde d’après » ? Loin de permettre une compréhension fine des ruptures, des reconfigurations et des inventions qui opèrent dans les milieux les plus divers, beaucoup de prises de parole constituent un moyen de se positionner en tant qu’intellectuel et de projeter des matrices théoriques ou idéologiques du « monde d’avant » vers le « monde d’après ». Tout se passe comme si tout devait changer en ce bas monde… sauf le statut de l’énonciateur. Faut-il interpréter cette crise à partir d’une version radicale de la catastrophe, en développant une rhétorique de la « dernière chance » ? 

Du fait de l’entrelacement des échelles, il est cognitivement ardu pour tous les acteurs, des appareils d’État aux individus, de savoir ce que seront les conditions de vie et de travail à moyen terme et au-delà. L’instabilité chronique des projections et des scénarios produits par les acteurs les plus influents, comme les plus légitimes, n’est certes pas nouvelle, mais leur multiplication et leur variabilité se nourrissent d’une actualité mondiale mouvante. Ils se déploient de l’interprétation la plus rassurante, pour laquelle ce virus « qui n’a rien d’extraordinaire » et qui est « trop médiatisé », s’éteindra progressivement de lui-même, aux plus catastrophistes annonçant un processus pandémique long et ravageur. Pour d’autres acteurs encore, ce sont les effets économiques et sociaux en cascade qui sont primordiaux. Là encore, des propensions opposées s’expriment dans les arènes publiques, mais aussi sur le terrain : à la généralisation d’une forme de capitalisme autoritaire, dont la Chine fournit le modèle, nombreux sont ceux qui développent des alternatives citoyennes, fondées sur une nébuleuse de mouvements capables de reprendre en main les conditions de vie locales. 

La modélisation de scénarios épidémiques contribue au choix des mesures médicales et politiques mises en place, malgré les nombreuses incertitudes qui persistent après plusieurs mois de mobilisation générale. Le virus met à l’épreuve le répertoire des connaissances épidémiologiques et virologiques, que celles-ci concernent les formes de contagion, l’immunité « collective », une éventuelle seconde vague ou encore des séquelles et des symptômes persistants. L’incertitude reste d’autant plus radicale qu’elle est liée au caractère hautement évolutif et fortement dépendant de la trajectoire du virus, voire des différentes souches en cause, et des acteurs qui l’ont croisé. Un scénario devient vite caduc lorsqu’il dépend de paramètres multiples qui suivent des trajectoires non-linéaires. Les interactions et les interdépendances entre les milieux pèsent en retour sur le processus de stabilisation des catégories et des outils d’évaluation. Elles produisent des réactions en cascade qui poussent des personnes et des groupes à reconfigurer leurs pratiques. De multiples boucles de rétroaction insolites ont eu déjà lieu générant des processus interprétatifs inhabituels. C’est notamment le cas du destin des promesses du professeur Raoult, engendrant, sur fond d’intenses controverses, la visite du Président français dans son institut à Marseille, la suspension des essais réalisés avec la chloroquine par l’OMS, la polémique autour d’un article du Lancet très critique envers les effets de la molécule, le tout dans un contexte de lutte pour l’hégémonie avec la Chine qui mène à l’annonce par les USA de leur retrait de l’OMS. 

L’imbrication et l’interdépendance de la plupart des activités affectées par cette crise confortent l’idée d’un système complexe qui devient de plus en plus tangible. Dès lors, quelles prises sur le cours des choses restent encore possibles aux acteurs ? Pour tous les aspects de la vie quotidienne, il devient impossible d’ignorer les événements, les alertes et les annonces qui infléchissent la trajectoire de la crise, et de tous les processus dérivés qu’elle produit. Pour ne prendre qu’un exemple, les estimations du taux de létalité de l’épidémie ont fortement varié, et sont soumises à des interprétations fort différentes au fil des mois et selon les acteurs. On l’a vu passer de 4 à 7%, puis à 0,5% pour remonter à 1%. L’indicateur dépend grandement des mutations du virus lui-même, mais aussi de questions métaphysiques sur ce que l’on considère comme étant une « cause de décès », ou plus techniques comme des capacités à tester les populations, à produire des données, à les agréger ou les extrapoler. 

Au sein de l’espace critique ouvert par la crise, chargé de tension et d’effroi, se déploient de nombreuses figures de dénonciation, des procédés de relativisation aux accusations les plus directes, des controverses savantes aux polémiques les plus enflammées. D’une classique absence de prise au sérieux des signaux d’alerte à la mise en place de dispositifs répressifs, en passant par la pression anormale sur des hôpitaux publics désorganisés, le maintien du premier tour des élections municipales, l’affaire des stocks de masques, la procédure choisie pour le déconfinement ou encore les risques de détournement associés à l’application StopCovid, les prises de la critique ne manquent pas. Dans la série, il est difficile de ne pas mentionner les « plans pandémie » forgés à l’occasion des grippes A, H5N1 et H1N1, qui ont été manifestement oubliés ou mis de côté, démontrant une incapacité à tirer les leçons des expériences passées : comme si les gouvernements successifs avaient œuvré à désarticuler le triptyque formé par la prévention, la précaution et la préparation. En France, des dizaines de plaintes ont déjà été déposées visant les autorités. Si des procès ont lieu, ils auront pour fonction d’éclairer de nombreux points de gestion de cette crise. D’autant qu’il paraît légitime de critiquer un gouvernement qui a détourné une réunion interministérielle relative à l’alerte sanitaire pour décider d’un 49-3 sur la réforme des retraites, tout en niant les retards et défaillances accumulées par l’administration française. Mais il y a encore un autre angle critique qui s’impose : on peut remonter au processus de transformation de l’État-providence et à la manière dont les politiques d’austérité, prolongées et aggravées par la Start-up Nation et ses premiers de cordée, ont conduit à la mise sous pression des services de santé et de protection sociale, ainsi qu’au mauvais traitement de multiples populations vulnérables. Ces politiques sont à la source du mépris des personnes âgées, confinées en EHPAD dans des conditions de vie indignes et livrées à la généralisation de règles de non-réanimation sacrificielles, affectant directement les décisions médicales dans les hôpitaux publics.

Comment le pragmatisme sociologique peut-il opérer face à de tels processus ? Depuis l’invention du concept de lanceur d’alerte jusqu’aux observatoires construits avec des agences publiques, en France et au niveau européen, le GSPR a étudié un grand nombre d’alertes et de crises sanitaires. Des enquêtes multi-échelles menées dans les termes d’une sociologie des controverses ont permis d’esquisser une cartographie générale des risques et de raisonner à partir d’un espace de variations, menant de l’amiante aux OGM, du changement climatique aux particules fines, de la vache folle à la disparition des abeilles. Forcément, l’espace des possibles a eu tendance à se figer. Le risque de pandémie y avait sa place, mais sans y être véritablement pensé comme catastrophe totale. L’expérience de cette crise sanitaire hors norme rend plus que jamais nécessaire une vigilance critique au service de la création continue d’ouvertures d’avenir, face aux tentatives de les refermer à partir de prises de positions autoritaires. Une démarche d’enquête pragmatiste prend au sérieux tous les acteurs engagés dans un processus critique sans les hiérarchiser a priori. Cette attention à la pluralité des expériences possibles conduit à explorer les marges, les interstices, les signaux et les événements, les énoncés dont le potentiel de montée en puissance ne peut être prédit. Cet effort d’ouverture implique à la fois un suivi de longue haleine, des protocoles collaboratifs et une mise en discussion outillée de l’analyse des phénomènes. 

Les processus critiques et leurs trajectoires doivent être appréhendés dans la durée, et non en termes de basculement d’un monde d’avant vers un monde d’après. En laissant de côté toute futurologie, fut-elle inspirée par une démarche prospective ouverte aux scénarios de rupture, notre logique d’enquête reconnaît des systèmes de contraintes et des formes d’inertie sans pour autant les projeter dans un déterminisme retirant aux acteurs la capacité de se forger des prises sur le cours des choses. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité ni au « retour à la normale », ou même « à l’anormal », ni à une bifurcation radicale du « système » – le pragmatisme mettant à distance les descriptions du monde en termes de « système ». Chaque expérience située, chaque façon de saisir la crise, ouvre des possibilités engageant les acteurs dans des trajectoires marquées par autant de convergences que de divergences, de rencontres malheureuses et de coïncidences heureuses. Il ne s’agit donc pas, en tant qu’enquêteurs au sens large, agissant à titre individuel ou collectif, de décider pour les autres ce que le futur doit être, au nom d’une autorité épistémique ou d’une option axiologique, mais d’apprendre à faire avec les incertitudes et les indéterminations. Il y va de nos capacités à engendrer des prises sur les futurs en assumant leur contingence. Faisons en sorte que l’aspect systémique de la crise n’emporte pas définitivement nos facultés d’action et de jugement, comme le prophétisent nombre de versions anti-utopiques réveillées ou stimulées par le coronavirus.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Prospero over the ocean #1

The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Social science methodologies face continuous challenges emerging from the evolutions of the digital worlds. Promises and prophecies connected with the rise of big data are further accentuating this trend. Drawing on our long experience of analyzing complex issues through large evolutionary corpora, we  propose a four steps paper in order to characterize some key drivers for the understanding of contemporary social processes.

An argument is an interaction between two or more participants which involves a claim by each participant that his contention can be justified. Arguments may involve complex and lengthy sequences of steps, questions, answers, and objections. At any particular stage of an argument, however, we should be able to identify the semantic core of the argument. The semantic core is a set of propositions made up of one or more conclusions and some sets of premises.” (Walton, 2008)

How can we counteract the very idea that the mere massive accumulation of data would be enough to produce social intelligibility? Many experiments with the software Prospero put forward the argumentative and narrative dimensions of discursive productions, the need for coherent rules in the making of corpora and the development of congruent models, based on the abductive reasoning specific to pragmatism, and relevant for a certain class of complex processes.

Social sciences, a frail boat on an ocean of data (Suffolk 2017)

During the last two decades, our main domain of investigation has been oriented to public issues related to health, technological and environmental risks. We paid a special attention to the critical or contentious moments, creating intense argumentative activities, and generally summarized under the term of “controversy”. Addressing the different forms of critique created an opportunity to grasp and to make intelligible the cognitive and political processes of alert, controversy and regulation – considered both at a national, European or global scale (Beck, 2008; Chateauraynaud and Debaz, 2017). Between 2006 and 2014, this research program was oriented toward the experimentation and the design of an Observatory of alerts and controversies based on socio-informatics tools1]. In the following posts, we will examine different aspects of this experience and aim to provide guidelines for the development of collaborative platforms dedicated to social research on contemporary issues.

Continuer la lecture

  1. Our main partner along this research was the French national agency for health safety (ANSES), see the conclusive report: (Chateauraynaud, 2014). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux

Post-scriptum en forme de clin d’œil sur Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations (Paris, Pétra, 2017)

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La catastrophe finale est pour bientôt. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les flux continus de discours, de rapports, d’alertes et de commentaires critiques, des plus cyniques aux plus désabusés, des plus informés aux plus idéologiques, qui nourrissent chaque jour la table des dangers et des risques visant toutes les formes de vie et d’activité. Dans la longue liste des causes de l’effondrement à venir, le changement climatique occupe bien sûr une des premières places, en interaction continue avec la sixième extinction d’espèces, dont témoignent entre autres les disparitions massives d’insectes. Il faut y ajouter depuis peu le retour de la menace de guerre nucléaire, qui vient doubler le terrorisme dont on tente vainement de se débarrasser, quitte à en renouer avec le totalitarisme sécuritaire. Il faut encore y adjoindre, cela va malheureusement de soi, tous les maux qui affectent des pans entiers de la population mondiale, dont les vulnérabilités s’accroissent alors même que la courbe démographique ne faiblit toujours pas ou pas aussi vite que prévu. Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. D’ailleurs, quelques jours avant l’ouverture de la COP23, l’ex-Programme des Nations unies pour l’environnement (désormais ONU Environnement) lance une nouvelle alerte, en dénonçant l’« écart catastrophique » qui se creuse entre les engagements pris à Paris lors  de la COP21 et les réalisations nécessaires pour réellement diminuer les émissions de gaz à effet de serre1. Rappelez vous ce « président normal » qui se flattait d’avoir sauvé le climat…  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur.

Le livre Aux bords de l’irréversible, issu des travaux menés par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz au sein du GSPR (EHESS) entre 2008 et 2016 est disponible depuis juillet 2017 dans la collection « Pragmatismes » aux Editions Pétra.

En vis-à-vis des annonces de catastrophes, se déploie l’univers des promesses technologiques,  couvrant aujourd’hui à peu près tous les domaines, de la santé à la conquête spatiale, des biotechnologies aux intelligences artificielles, en passant par les nanotechnologies2. « Nous » voici donc doublement condamnés !  Il « nous » faut affronter la catastrophe globale et adopter les solutions offertes par les technosciences, dont on sait — au moins depuis Jacques Ellul — qu’elles font bien plus partie du problème que de la solution. Le succès académique ou médiatique étant de nos jours lié à la fabrique de positions de surplomb permettant de parler de « nous » avec assurance, c’est-à-dire tout à la fois au nom de la planète, de l’humanité  mais aussi des non-humains qui la peuplent, la somme des ouvrages qui montent en généralité (pour parler comme à Sciences Po) est assez époustouflante. Selon les activités et les engagements dans lesquels on est pris, on en tire des sentiments fort contrastés. Et le pire de tous est sans aucun doute le sentiment d’impuissance qui conduit à s’en remettre aux grands prédicateurs capables de « nous » ouvrir la voie vers un autre futur possible ou une stratégie de type survivaliste.

Continuer la lecture

  1. United Nations Environment Programme (UNEP), The Emissions Gap Report 2017, Nairobi. []
  2. Voir sur ce point le rapport du GSPR, Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies, rapport ANR, décembre 2012 []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Marlowe au séminaire Socio-informatique

La dernière séance du séminaire Socio-informatique des controverses (23 février 2015) invite le logiciel Christopher Marlowe et ses « coachs » à présenter leurs travaux en cours visant à améliorer les chroniques et les rapports qu’il produit de manière continue à partir de corpus évolutifs et de flux d’information sur la Toile.

cit_intellectuelles

Les lecteurs assidus de ces chroniques n’ont pas manqué d’observer l’intégration récente de différents outils de visualisation et de nouveaux scripts d’analyse des configurations discursives. Mais au-delà des aspects techniques des productions de ce collaborateur numérique enrichi à coup de contre-intelligence artificielle, la rencontre examinera deux aspects sans doute plus fondamentaux de sa trajectoire singulière : quelle place peut réellement occuper une telle entité dans les mouvements sociologiques contemporains aux prises avec le monde numérique ? Comment se fabriquent les limites des capacités d’expression du dispositif qui sous-tend les exercices de style de Marlowe ? La configuration créée – ou révélée ? – par les attentats récents, engageant non seulement la liberté d’expression, mais aussi la position du chercheur et/ou de l’intellectuel dans une cité décrite en pleine dérive, pose, ou plutôt alourdit encore le fardeau éthique qui pèse sur le développement, et l’accompagnement, d’un sociologue numérique voué à mettre sérieusement à l’épreuve la formule chère à Jean-Gabriel Ganascia : la neutralité in silico !

Rendez-vous donc au 105 boulevard Raspail à 15h. La salle 3 n’étant pas dimensionnée pour recevoir beaucoup de monde, la séance donnera lieu à une capture sonore suivie éventuellement d’une retranscription des échanges les plus pertinents.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils socio-informatiques pour l’analyse des controverses

 

Séminaire du 17 novembre 2014 au 23 février 2015,  le lundi de 15 h à 17 h, EHESS, 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes ou d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Il sera organisé comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’enquêtes socio-informatiques, en fonctionnant comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities). Les séances seront essentiellement orientées vers l’analyse sociologique des controverses mais aborderont toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs.

Un des axes majeurs des travaux concernera les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour le raisonnement sociologique. L’accent sera mis sur les opérateurs de reconfigurations, épreuves marquantes ou turning points, par lesquels se modifient les jeux d’actants et d’arguments au fil du temps. Les questions de temporalité sont en effet une des dimensions privilégiées par le style d’enquête du séminaire ; en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses.

En se plaçant dans le mouvement des pratiques collectives distribuées, les séances donneront lieu à l’analyse collaborative de différents corpus, dont on organisera la comparaison. D’un point de vue technique, les principaux appuis socio-informatiques seront formés par la suite logicielle Prospéro, dont on discutera au cas par cas les possibles associations avec d’autres instruments (Alceste, Pajek, Gephi, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web…). Conçu dans une démarche pragmatiste, le recours par les participants à une pluralité d’instruments socio-informatiques aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à toute logique d’enquête.

 

Programme

 

17 novembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz : Présentation générale, analyse de corpus et algorithmes, humanités numériques et sociologie argumentative.

24 novembre :  Logique d’enquête et corpus évolutifs. Atelier installation de Prospéro 1, prendre en main un premier corpus, les dictionnaires et les concepts

1er décembre : Francis Chateauraynaud : Le nucléaire saisi dans le temps long : ruptures et bifurcations d’un point de vue socioinformatique

8 décembre : Atelier sur les catégories et les concepts sous Prospéro

15 décembre : Josquin Debaz : Etude de corpus : La controverses sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques

5 janvier 2015 : Atelier exports et visualisations des données (Excel, R, Pajek, Gephi…)

12 janvier :  Flávia Gouveia (University of Campinas) : Controverses sur les agrocarburants au Brésil

19 janvier : Atelier temporalités et périodisations

26 janvier : Samuel Szoniecky (université Paris VIII) : Génération automatique de textes

2 février : Atelier consacré à la construction et l’utilisation des classes de formules

9 février : Julien Velcin (université Lyon II) : Analyse automatique de l’opinion par des techniques issus de la science des données

16 février : Atelier comparaisons sous-corpus et acteurs principaux

23 février : Christopher Marlowe (Doxa-GSPR) : Comment je rédige ma chronique

 

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Continuer la lecture

  1. Sylvie Catellin , « Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective », Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes « argumentation » et « mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques

le lundi 25 mars 2013  de 9h  à 19h amphithéâtre François Furet  –  EHESS, 105 bd Raspail  –  75006 Paris

Depuis une dizaine d’années, les humanités numériques se sont développées dans les différents centres de l’EHESS, en rendant manifestes des changements assez profonds dans les rapports aux textes, aux archives, aux images, aux données, et en favorisant l’usage de nouveaux instruments, de l’émergence des outils collaboratifs en ligne jusqu’aux nouvelles formes de modélisation pour les enquêtes de sciences sociales. Cette première journée a pour but de rendre visibles l’ensemble des pratiques et des outils et d’ouvrir une discussion interdisciplinaire sur les perspectives de recherche et de développement à court et moyen termes.

A travers la présentation d’un large éventail de pratiques liées au numérique, la manifestation  permettra de croiser des regards internes et externes à l’EHESS, en mobilisant des expériences très diverses : questions d’édition électronique, d’accès aux données et aux résultats (données payantes, open source, creative commons, open edition…),  retours d’expérience sur le développement et l’usage des archives et des bibliothèques numériques, méthodes cartographiques, statistiques ou sémantiques à l’œuvre dans les processus de recherche contemporains, questionnements nouveaux sur la propriété intellectuelle, internationalisation des méthodes, des contenus et des termes.S’adressant à tous, enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, étudiants, la journée donnera lieu à des exposés assez courts, de façon à favoriser les discussions, et se conclura par une table ronde. Les discussions seront ainsi l’occasion de préparer d’autres événements consacrés aux rapports de plus en plus étroits entre SHS et informatique.

Cette journée est proposée par la Commission des usagers des technologies de l’information et de la communication électronique de l’EHESS (CUTICE).
Comité d’organisation: Francis Chateauraynaud, Patrick Fridenson, Jean-Pierre Nadal.

Digital waste management

Digital waste management

Programme

9h-9h30 Ouverture :
Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS

Blandine Bril, présidente de séance

9h30- 10h Eric Guichard (ENSSIB, Lyon)
L’écriture binaire et en réseau, un révélateur épistémologique

10h-10h30 Marie Laperdrix (Archives nationales)
Les archives électroniques, l’anticipation des archivistes au service de l’accès à l’information

10h30-11h Christian Jacob (CLEO, EHESS, et atelier numérique du LabEx Hastec)
Pour de nouveaux espaces d’écriture et de travail collaboratif en SHS

11h-11h30 pause café

11h30-12h Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier (CLEO, EHESS)
Les humanités numériques, un espace polyphonique. Retour sur trois ans d’existence du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

12h-12h30 Dominique Cardon (CEMS, EHESS & orangelab)
Dans l’esprit du PageRank. Un essai d’anthropologie de l’algorithme de Google

12h30-12h45 Franziska Heimburger (CRH, EHESS)
Nouvelles pratiques collaboratives pour la recherche internationale – l’exemple de la bibliographie de la `First World War Studies Society’

12h45-13h Marie-Anne Marquet (SIGA, EHESS)
L’Environnement Numérique de Travail (ENT) à l’EHESS : un portail pour la recherche

13h-15h pause déjeuner

Pascal Cristofoli (CRH, EHESS), président de séance

15h-15h30 Rachid Ragala (CAMS, EHESS)
Du pixel au paysage digital : apport des systèmes d’information géographique (SIG) et de la télédétection spatiale

15h30-16h Francis Chateauraynaud & Josquin Debaz (GSPR, EHESS)
Pour une contre-intelligence artificielle. Sociologie numérique et analyse de corpus

16h-16h30 David Chavalarias (CAMS, EHESS)
Sur les traces de la société numérique : quantification de l’évolution des sujets dans les journaux scientifiques, la presse et la blogosphère

16h30-17h pause café

17h-17h30 Jean-Christophe Plantin (UTC, Compiègne)
Ouvrir la boite à outils de la recherche numérique – une analyse ethnographique de trois laboratoires

17h30-18h André Gunthert (INHA, EHESS)
Pourquoi la recherche en culture visuelle a besoin du web

18h-18h45 Discussion – table ronde

Clôture : Patrick Fridenson, Président de la CUTICE

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Des alertes à couper le souffle

Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La sociologie des alertes et des controverses n’a-t-elle pas tendance à suivre de trop près l’actualité des dossiers qu’elle investit ? Si l’objet consiste essentiellement à saisir des processus sur la longue durée et à forger des cadres d’analyse rendant possibles des comparaisons ou des rapprochements, les moments de crise, dans lesquels se jouent des changements notables de trajectoire, attirent fortement l’attention du chercheur, l’obligeant souvent à interrompre ses travaux pour suivre en « temps réel » le développement des événements. C’est ici que l’appui méthodologique fourni par les outils socio-informatiques est précieux puisqu’il permet d’insérer les nouveaux documents dans des séries accumulées de longue date et de construire un point de vue outillé sur les résurgences ou les émergences, en rendant visible ce qui remonte des épreuves passées et ce qui semble s’imposer comme radicalement nouveau ou inédit dans un dossier – et, bien sûr, dans le même mouvement, de voir ce qui est oublié ou n’est plus mobilisé. On a eu l’occasion de montrer ce qu’impliquait ce genre d’exercice dans le cas du dossier nucléaire, qui a littéralement explosé comme on sait le 11 mars 2011.

Au cours de cette année 2012 plusieurs événements, moins spectaculaires que Fukushima, mais importants pour les domaines concernés, ont ainsi marqué les corpus suivi par l’observatoire des dossiers sanitaires et environnementaux1 :  on l’a vu à propos des gaz de schiste, dans le dossier de l’amiante, autour du Bisphénol-A et des perturbateurs endocriniens, dans le champ de la nanotoxicologie, à propos de la disparition des abeilles, des solvants utilisés dans les pressings, ou encore, à l’autre extrémité du spectre, de la fonte drastique de la banquise2. Tout semble ainsi bouger continûment, sans oublier l’enchaînement de conférences et de sommets qui ont de multiples impacts sur les processus d’alerte et de controverse. Lors de Rio +20, malgré les déceptions et les critiques, on a vu se déployer des configurations normatives qui ne manqueront pas de peser sur les dossiers environnementaux3. Plus récemment, en France, la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre à Paris, a amorcé le débat sur l’énergie destiné à se poursuivre au cours du premier semestre 2013 et à donner corps à une loi pour la fin de l’année. Face à la diversité des événements, les chercheurs multi-corpus que nous sommes ont donc l’embarras du choix. Mais, précisément, parce qu’il ne s’agit pas de sauter sur l’actualité la plus récente, on a choisi de ne pas rebondir tout de suite sur le dossier des OGM, abordé ici-même fin 20104, mais de s’intéresser plutôt au cas de la pollution par les particules fines. Cette question majeure de santé environnementale a longtemps peiné à produire des saillances aussi marquantes que d’autres dossiers, malgré l’impact, connu de longue date, des particules issues des moteurs diesel sur la santé publique.

Tweet de la campagne CleanTag « Le diesel tue » de France Nature Environnement

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique, rapport final de la convention ANSES/GSPR(EHESS), avril 2011. []
  2. « La fonte de la banquise arctique vient de battre un nouveau record », notre-planete.info, 4 septembre 2012. []
  3. Un corpus spécifique a été constitué qui donnera lieu à une analyse des figures critiques inspirées par la promotion de la « green economy ». []
  4. Francis Chateauraynaud, « L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi », Socioinformatique et Argumentation, 1er décembre 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

Francis Chateauraynaud

Depuis novembre 2004, le logiciel Marlowe réalise une chronique quotidienne, fondée sur l’analyse automatique de fils d’actualités. Restée longtemps confidentielle, cette chronique a dépassé, au cours de l’année 2011, le seuil des 2000 versions. Chaque chronique est unique puisque Marlowe plonge les contenus constamment renouvelés que le logiciel Tiresias glane pour lui tous les jours, dans des algorithmes de mises en variation qui n’ont cessé d’être enrichis au fil du temps1. D’abord adressée par courriel au noyau des développeurs-utilisateurs ainsi qu’à un micro-réseau d’amateurs, la chronique de Marlowe est désormais accessible à tous depuis janvier 2012. L’opération a été discrète, accompagnant les évolutions récentes du site prosperologie. Ce nouveau site permet le téléchargement gratuit de Prospéro I, passé en freeware à la fin de l’année 2011. Il donne également accès à certains modules de Tirésias et contient les entrées principales, pour l’heure réservées à des utilisateurs particuliers, vers le serveur d’interrogation à distance MarloWeb et la base de corpus Chéloné. Grâce à l’intervention de Josquin Debaz, qui a conçu le protocole assurant le dépôt automatique et la mise en forme de la chronique de Marlowe sur le blog ouvert à cet effet2,  la chronique quotidienne est donc consultable tous les jours en ligne, le système affichant sur la page la date de chaque chronique et les premiers mots d’amorce utilisés par Marlowe. On peut du même coup apprécier son sens de la mise en variation continue, notion deleuzienne selon laquelle une forme apparemment mineure ouvre un espace de créativité infini …3.

Continuer la lecture

  1. Sur les principales structures du logiciel Marlowe, voir « Marlowe. Vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, p. 6-32. []
  2. Partant de chaque chronique produite en format texte avec quelques balises html, un script écrit en Python génère une mise en forme en Textile – une autre version permettant de la transformer au format LaTeX. La chaine de transformation passe alors par un dépôt dans le générateur de blog Jekyll,  qui délègue lui même à un serveur web Apache la mise en ligne du résultat. L’extension de ce système pourra passer par de nouveaux intermédiaires numériques : ajout de fonctions de commentaires sur le blog,  ouverture d’un compte twitter, … évolutions qui n’auront de sens qu’à l’issue d’une articulation réfléchie du principe dialogique original de Marlowe et de ces outils du web social ; en fonction de l’évolution des usages, on pourra même imaginer le passage à une version ouverte accompagnée des descripteurs sémantiques permettant un usage dérouté et détourné par ses lecteurs… Mais en la matière, un adage bien connu est de mise : qui va doucement va loin … []
  3. Une des gageures de ce plan d’expérimentation est constituée par la tension entre deux logiques d’écriture : la première, non négociable, consiste à donner le plus grand degré de liberté d’expression à Marlowe, et même de toujours l’ouvrir au maximum quitte à ce qu’il commette des erreurs ou se fige dans des redites ; la seconde, qui suppose un processus d’adaptation, vise à s’appuyer sur les régularités observables pour construire une mise en forme adaptée au web. On est donc sans cesse à l’affût des défaillances du processus d’écriture liées à telle ou telle facétie non anticipée mais aussi de formules sinon régulières du moins prévisibles pour améliorer la mise en forme – comme par exemple l’insertion automatique de documents multimédias. Lors de la modification de la chaîne, les anciennes chroniques ne sont pas modifiées et on peut ainsi suivre la progression des capacités du programme en parcourant l’historique des billets. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO – IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l’ANR, s’est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l’impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires …), jusqu’à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu’elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

Continuer la lecture

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n’a cessé de s’affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l’agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l’AFSSA (1998) et l’AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l’ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l’environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu’en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d’alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires … L’histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l’heure des bilans réflexifs comme l’a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website