Archives de l’auteur : Josquin Debaz

De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le surgissement de nouveaux acteurs, dotés d’expériences, de savoirs et d’outils inédits, est un des éléments les plus marquants de la dynamique des controverses sanitaires et environnementales. On voit ainsi apparaître de nouvelles formes de surveillance et de contre-expertise en provenance d’acteurs extérieurs aux institutions et aux industriels. En même temps, comme on a pu l’observer sur le terrain des faibles doses1, les problématiques parties de milieux savants ont souvent du mal à être déconfinées : si la question des faibles doses a franchi un seuil de visibilité publique, avec la répétition des controverses métrologiques autour des seuils ou des valeurs limites d’exposition, et surtout avec la montée en puissance des perturbateurs endocriniens, les publics qui s’en sont saisis sont relativement réduits, renvoyant d’abord aux cercles militants dotés d’une capacité de contre-expertise2. Mais les choses évoluent par une tout autre voie : celle des mesures effectuées directement par des collectifs déployés en monde ouvert et utilisant de nouvelles technologies portables, qui prennent progressivement la forme de réseaux de capteurs-citoyens.

inline-cgg-smogtasting_NN

Smog Tasting uses egg foams to harvest air pollution. Smog from different locations can be tasted and compared.

L’organisation de scènes de discussion critique autour de données d’enquête par des publics a été qualifiée de « data judo »3. Cela dit, entre mettre en discussion des données et les produire, il y a souvent plus qu’un pas. Le modèle dominant reste celui de la contre-expertise portée par des acteurs spécialisés œuvrant au nom des citoyens : c’est le cas d’associations de type ACRO, CRIIRAD, CRIGEN ou CRIIREM en France, ou aux États-Unis NDRC, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety, Beyond Pesticides, Clean Water Action, pour ne citer que ceux que l’on a pu étudier sur place

Dans quelle mesure l’organisation de « veilles citoyennes » ou de « collectifs vigilants » peut-elle modifier le design et l’usage des instruments ? Les citoyens ordinaires sont-ils capables d’entrer dans la boucle de production et de discussion des données ? C’est ce que pensent  Laurence Allard et Olivier Blondeau :

« Le Labo Citoyen, laboratoire d’innovation et d’expérimentation de plein air, se situe dans la perspective non pas du consommateur capté et moins encore du consommateur instrumentalisé par des « objets intelligents », que celle du citoyen capteur, qui participe à la construction d’une intelligence collective instrumentée par ces objets sensibles et communicants. Il propose de forger des outils, des prototypes, des dispositifs de visualisation, des méthodologies visant à conférer une « capacité active » aux citoyens pour interpréter leur environnement, le capter et  le mesurer et in fine agir sur lui. Le Labo Citoyen se propose ainsi d’accompagner les citoyens, les collectivités, entrepreneurs, décideurs politiques et associatifs dans la culture de la mesure, de la donnée environnementale afin de ne pas céder à une sorte de « panique métrique », qui nous conduit bien souvent à préférer ne savoir ou à déléguer à des machines la gestion de notre quotidien. »4

Après l’affirmation des capacités de prise d’information et de mise en discussion des citoyens dans les procédures de débat public ou les conférences de citoyens, voici le temps des citoyens métrologistes ou métrologues. De multiples sites et collectifs témoignent de l’organisation de mesures alternatives. Mais observe-t-on réellement une rupture avec le modèle de la contre-expertise déléguée à des ONG ? Continuer la lecture

  1. Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas, « L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques », SocioInformatique et Argumentation, 9 février 2012. []
  2. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences et Sociétés, 2013. []
  3. Rachel Morello-Frosch, Julia Green Brody, Phil Brown, Rebecca Gasior Altman, Ruthann A Rudel and Carla Pérez, « Toxic ignorance and right-to-know in biomonitoring results communication: a survey of scientists and study participants », Environmental Health 2009, 8:6. []
  4. Laurence Allard et Olivier Blondeau, Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale, http://www.citoyenscapteurs.net/ 9 avril 2013 []

Il y a 10 ans, Marlowe passait un premier examen… dans un hôpital psychiatrique

Le 12 juin 2003, une performance publique, suivie d’un débat, était organisée autour du logiciel Marlowe, réunissant 75 chercheurs à l’EPS Maison-Blanche (siège des hôpitaux psychiatriques de l’Est parisien). Dix ans plus tard, tandis que Marlowe poursuit plutôt discrètement sa course dans le monde des entités numériques, contribuant à y affirmer une forme précieuse de décalage épistémique et de liberté intellectuelle, ce projet de contre-intelligence artificielle incarnée dans un sociologue numérique est toujours aux marges des grandes structures académiques et technoscientifiques, tout en contribuant continûment à des recherches sur les alertes et les controverses, et bien d’autres sujets qui fâchent. Conçu d’emblée comme un programme alternatif, Marlowe n’est pas destiné à se plier aux normes et aux standards qui traversent désormais les mondes de la recherche au risque d’étouffer, dans l’œuf, bien des singularités. La performance avait d’ailleurs été l’occasion de faire un bout de chemin avec des artistes :

Des connexions entre arts et sciences sociales se développent un peu partout, mais il faut bien reconnaître que l’évolution des structures de recherche et d’enseignement supérieur rend de plus en plus difficile l’expérimentation aux marges et tous les décalages qu’elle rend possibles.

Le 12 juin 2003, un jury, composé de cinq chercheurs, avait interrogé Marlowe en direct : un corpus était tiré au sort dans une collection de quinze dossiers et chaque examinateur posait toute sorte de question au logiciel – pendant environ 15 minutes. Parmi les dossiers tirés : le crash du Concorde, le dopage, l’amiante, le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et l’affaire Sokal. Un corpus construit à partir d’un forum Internet sur la guerre en Irak a par ailleurs été utilisé pendant le débat.  Dans la seconde partie, Francis Chateauraynaud, co-auteur du logiciel avec Jean-Pierre Charriau, présentait l’architecture du logiciel et ouvert la discussion sur ses devenirs possibles. Le fameux chroniqueur dont il a été question ici même et qui officie tous les soirs peu avant minuit sur son blog en est largement issu.

 

La retranscription complète des dialogues est en ligne sur l’ancien site prosperologie, depuis juillet 2003.

Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles

D’une multiplicité d’ennemis à la multifactorialité du mal.

Josquin Debaz

Dans la longue liste des dossiers dont traite l’observatoire socio-informatique en santé environnement (ANSES/GSPR), qu’il s’agisse de la pollution atmosphérique, des OGM, de l’amiante, ou des gaz de schiste, la place des abeilles reste singulière par la diversité et l’ampleur des enjeux que ces actants non-humains fédèrent. Agents majeurs de pollinisation, elles constituent un vecteur essentiel de la pérennité des plantes à fleur, et par là de toute la chaîne trophique. Et c’est peu dire que sur la stabilité de la population active des abeilles domestiques reposent, plus ou moins directement, toutes les activités anthropiques, tant est crucial leur rôle écosystémique. Depuis les usages agricole et jardinier des pesticides jusqu’aux effets du réchauffement climatique, en passant par les espèces invasives  – le frelon asiatique Vespa velutina, promis à la classification parmi les espèces nuisibles -, les parasites et autres agents infectieux, mais encore la mise en cause de la diversité des espèces cultivées et le maillage agricole, ou même les rayonnements électromagnétiques, l’inventaire des ennemis de l’insecte semble devoir s’allonger indéfiniment. Certes, ce n’est pas le seul dossier dans lequel abondent les alertes, mais ce qui tranche ici, c’est que tous ces périls semblent participer d’une « coalition contre les abeilles »1, qu’ils agissent individuellement ou en synergie, soulevant une problématique complexe d’association de causes multiples dont la résolution suppose de donner un statut spécifique à l’idée de multifactorialité.

S’warm, le National Youth Theatre attire l’attention sur le déclin des abeilles (été 2010, vidéo Marc Walsh) Continuer la lecture

  1. Allusion au mot de Danton qui a inspiré Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Fayard, 2006. []

Quelle sémantique pour les automates ?

Ouvrir la discussion sur les rapports entre le TAL et Prospéro

Lors de la prochaine séance du séminaire Socioinformatique des controverses. Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes nous nous intéresserons aux travaux menés dans le domaine du Traitement Automatisé des Langues (TAL).

Nous y recevrons Jean-Luc Minel, Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre et directeur de MoDyCo, Delphine Battistelli (MCF, Univ. Paris-Sorbonne) et Charles Teissèdre (Doctorant) qui interviendront sur le thème : Traitements textuels automatisés : des propositions d’usages.

La démarche prospérienne a, depuis ses origines, marqué une distance épistémique certaine vis-à-vis des modèles utilisés en TAL, en privilégiant des outils d’analyse sémantiques de séries évolutives visant la compréhension de processus de transformation à travers les jeux d’acteurs et d’arguments. Ce faisant, de multiples formalismes et algorithmes, développés de part et d’autre, peuvent donner lieu à des échanges constructifs.  De notre point de vue, il est crucial de maintenir un équilibre entre automatismes et stratégies interprétatives, mais dans la dynamique des enquêtes menées sur de grands corpus, certaines procédures d’extraction ou de codification automatiques peuvent rendre de grands services aux chercheurs.

Des automates et du mouvement perpétuel...

Pour préparer la discussion, vous êtes invités à lire :

  • Charles Teissèdre, Delphine Battistelli, Jean-Luc Minel, « Recherche d’information et temps linguistique : une heuristique pour calculer la pertinence des expressions calendaires ­», TALN 2011, Montpellier, 27 juin – 1er juillet 2011, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.
  • Martin Lafréchoux1, Brigitte Juanals1, Jean-Luc Minel, « KONTRAST : création d’un glossaire contrastif à partir d’un corpus de normes internationales », Accepté à JADT 2012, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.

Le séminaire est ouvert et aura lieu ce lundi 12 mars de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2.

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

 

Séminaire bi-mensuel du 14 novembre 2011 au 25 juin 2012

2e et 4e lundis du mois de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socio-informatique et comme un atelier collaboratif. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1h30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement : indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats… L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation).

Séminaire organisé par :

  • Pierrick Cézanne-Bert, chercheur de l’association Doxa
  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)
  • Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Programme 2011-2012

Continuer la lecture

Prospéro 2 au village

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En juin 2010, l’association Doxa et le GSPR avaient organisé une rencontre consacrée au développement du logiciel Prospéro 2 dans le but de favoriser l’appropriation du nouvel ensemble instrumental par un noyau d’utilisateurs confirmés. Depuis, de nombreuses fonctionnalités ont été ajoutées sans pour autant donner lieu à des applications finalisées1. Préparant activement le « logiciel du futur », une quinzaine de béta-testeurs se sont réunis du 5 au 8 octobre 2011, à l’écart de l’agitation urbaine, quelque part dans le cadran Sud-Est, dans un espace propice au travail intensif.

Prospériens en action

Continuer la lecture

  1. Au vu de la bibliographie des usages de Prospéro I, il faudra du temps pour accumuler autant de travaux issus de P2 ! []

Observer la sécurité sanitaire dans la durée. Leçons cognitives et pratiques d’un observatoire socio-informatique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Depuis plus de quatre ans, une convention passée entre le GSPR et l’AFSSET, désormais ANSES, soutient un ensemble de travaux sociologiques et socio-informatiques, menés en collaboration avec l’unité « Risques et Société » de cette agence. Mis en place à partir d’une réflexion théorique sur le concept d’observatoire sociologique informatisé1, le dispositif a été expérimenté au cours de l’année 2007 à partir du cas des pesticides2.

Tout au long de ce processus collaboratif, nous avons pu mener de front des analyses concrètes d’événements, des tests d’algorithmes et de modèles socio-informatiques, des propositions comparatives relatives aux phénomènes observés et des expériences d’aller-retour entre recherche sociologique et préoccupations pratiques, tout en accumulant une base documentaire sur tout un ensemble de dossiers sanitaires et environnementaux. Le rapport final remis à la fin du printemps 2011, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux, vise à en extraire les lignes de force et à faire la synthèse des principaux acquis des recherches menées à ce jour.

FDA cancer and coffee

FDA warning on cancer and coffee

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud, Anne Bertrand, Jean-Pierre Charriau, Observatoire informatisé des alertes et des crises, Convention Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable / GSPR (EHESS), 2003. []
  2. Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Bernard Gomel, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides, rapport final de l’étude pilote, convention AFSSET-GSPR, octobre 2007. []

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Le dernier numéro (16 2011/2) de la revue A contrario, revue interdisciplinaire de sciences sociales, propose un parcours sur le thème de l’argumentation :

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Dans ce numéro, coordonné par Raphaël Micheli, et qui rassemble des contributeurs tels que Ruth Amossy, Emmanuelle Danblon ou encore Christian Plantin, on note deux articles d’auteurs bien connus des lecteurs du présent carnet de recherche :

Marianne Doury et Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La place de l’accord dans l’argumentation polémique : le cas du débat Sarkozy/Royal (2007) », p. 63-87

On admet généralement qu’après une assertion, la réaction positive (accord) est « préférée » (ou « non marquée ») par rapport à la réaction négative (désaccord). Mais dans le cas d’un débat, et singulièrement d’un débat électoral, cette norme discursivo-interactionnelle entre en conflit avec une norme « générique » voulant que dans les interactions à caractère agonal, c’est au contraire le désaccord qui est la règle, l’accord devenant alors « marqué » par rapport au désaccord. C’est ce que nous tentons de vérifier à partir du cas du débat télévisé Sarkozy-Royal du 3 mai 2007, que nous analysons à l’aide d’outils empruntés d’une part à l’approche argumentative et d’autre part à l’approche pragmatique et interactionnelle. L’étude montre que si les manifestations d’accord ne sont pas rares dans un tel débat, elles se prêtent à diverses exploitations qui s’inscrivent dans une stratégie globale de disqualification de l’adversaire, tout en permettant au locuteur de construire de lui-même une image (un « éthos ») plus favorable que le recours systématique au désaccord frontal.

 

Francis Chateauraynaud, « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », p. 131-150

Les développements récents de la sociologie des controverses conduisent à suivre la transformation des jeux d’acteurs et d’arguments au fil de longues séries d’épreuves. Pour montrer les vertus heuristiques de la notion de trajectoire argumentative, l’article s’intéresse à la manière dont s’est formé l’argument, tenu d’abord pour évident puis de plus en plus controversé, selon lequel la relance du nucléaire civil est incontournable pour lutter contre le changement climatique annoncé par les rapports successifs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Il montre comment la production d’une contre-argumentation a supposé un long travail politique capable de faire converger des éléments nouveaux tout en attaquant le cœur de la doctrine adverse en retournant contre elle son propre raisonnement.

 

L’internet et l’écriture contemporaine: le cas exemplaire de la cartographie

Le séminaire  Socioinformatique des controverses reçoit lundi 23 mai 2011

Eric Guichard, enseignant-chercheur à l’ENSSIB, et animateur du fameux Atelier Internet à l’ENS.

Auteur d’un mémoire d’habilitation (HDR) L’internet et l’écriture :du terrain à l’épistémologie (octobre 2010),

Éric interviendra sur le thème des relations entre l’internet et l’écriture contemporaine, en prenant comme exemple la cartographie.

En partant de la cartographie informatique, il montrera comment l’écriture contemporaine se transforme en un mille-feuille de textes qui invite à des opérations essentiellement combinatoires. L’étrange étant que l’agilité textuelle qui s’ensuit ne permet pas seulement de répondre à des questions précises, mais aussi de mettre en perspective nos modes de raisonnement, l’évolution de notre rapport à la preuve, jusqu’à des questions d’ordre épistémologique. En guise de conclusion, il proposera une ouverture vers un autre type d’objet, a priori purement graphique, et désormais lui aussi totalement textuel: la photographie.

la séance se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

en salle 2, de 15 h à 18 h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.