Archives de l’auteur : Josquin Debaz

À propos Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

Quelle sémantique pour les automates ?

Ouvrir la discussion sur les rapports entre le TAL et Prospéro

Lors de la prochaine séance du séminaire Socioinformatique des controverses. Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes nous nous intéresserons aux travaux menés dans le domaine du Traitement Automatisé des Langues (TAL).

Nous y recevrons Jean-Luc Minel, Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre et directeur de MoDyCo, Delphine Battistelli (MCF, Univ. Paris-Sorbonne) et Charles Teissèdre (Doctorant) qui interviendront sur le thème : Traitements textuels automatisés : des propositions d’usages.

La démarche prospérienne a, depuis ses origines, marqué une distance épistémique certaine vis-à-vis des modèles utilisés en TAL, en privilégiant des outils d’analyse sémantiques de séries évolutives visant la compréhension de processus de transformation à travers les jeux d’acteurs et d’arguments. Ce faisant, de multiples formalismes et algorithmes, développés de part et d’autre, peuvent donner lieu à des échanges constructifs.  De notre point de vue, il est crucial de maintenir un équilibre entre automatismes et stratégies interprétatives, mais dans la dynamique des enquêtes menées sur de grands corpus, certaines procédures d’extraction ou de codification automatiques peuvent rendre de grands services aux chercheurs.

Des automates et du mouvement perpétuel...

Pour préparer la discussion, vous êtes invités à lire :

  • Charles Teissèdre, Delphine Battistelli, Jean-Luc Minel, « Recherche d’information et temps linguistique : une heuristique pour calculer la pertinence des expressions calendaires ­», TALN 2011, Montpellier, 27 juin – 1er juillet 2011, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.
  • Martin Lafréchoux1, Brigitte Juanals1, Jean-Luc Minel, « KONTRAST : création d’un glossaire contrastif à partir d’un corpus de normes internationales », Accepté à JADT 2012, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.

Le séminaire est ouvert et aura lieu ce lundi 12 mars de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2.

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

 

Séminaire bi-mensuel du 14 novembre 2011 au 25 juin 2012

2e et 4e lundis du mois de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socio-informatique et comme un atelier collaboratif. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1h30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement : indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats… L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation).

Séminaire organisé par :

  • Pierrick Cézanne-Bert, chercheur de l’association Doxa
  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)
  • Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Programme 2011-2012

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Prospéro 2 au village

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En juin 2010, l’association Doxa et le GSPR avaient organisé une rencontre consacrée au développement du logiciel Prospéro 2 dans le but de favoriser l’appropriation du nouvel ensemble instrumental par un noyau d’utilisateurs confirmés. Depuis, de nombreuses fonctionnalités ont été ajoutées sans pour autant donner lieu à des applications finalisées1. Préparant activement le « logiciel du futur », une quinzaine de béta-testeurs se sont réunis du 5 au 8 octobre 2011, à l’écart de l’agitation urbaine, quelque part dans le cadran Sud-Est, dans un espace propice au travail intensif.

Prospériens en action

Continuer la lecture

  1. Au vu de la bibliographie des usages de Prospéro I, il faudra du temps pour accumuler autant de travaux issus de P2 ! []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Observer la sécurité sanitaire dans la durée. Leçons cognitives et pratiques d’un observatoire socio-informatique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Depuis plus de quatre ans, une convention passée entre le GSPR et l’AFSSET, désormais ANSES, soutient un ensemble de travaux sociologiques et socio-informatiques, menés en collaboration avec l’unité « Risques et Société » de cette agence. Mis en place à partir d’une réflexion théorique sur le concept d’observatoire sociologique informatisé1, le dispositif a été expérimenté au cours de l’année 2007 à partir du cas des pesticides2.

Tout au long de ce processus collaboratif, nous avons pu mener de front des analyses concrètes d’événements, des tests d’algorithmes et de modèles socio-informatiques, des propositions comparatives relatives aux phénomènes observés et des expériences d’aller-retour entre recherche sociologique et préoccupations pratiques, tout en accumulant une base documentaire sur tout un ensemble de dossiers sanitaires et environnementaux. Le rapport final remis à la fin du printemps 2011, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux, vise à en extraire les lignes de force et à faire la synthèse des principaux acquis des recherches menées à ce jour.

FDA cancer and coffee

FDA warning on cancer and coffee

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud, Anne Bertrand, Jean-Pierre Charriau, Observatoire informatisé des alertes et des crises, Convention Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable / GSPR (EHESS), 2003. []
  2. Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Bernard Gomel, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides, rapport final de l’étude pilote, convention AFSSET-GSPR, octobre 2007. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Le dernier numéro (16 2011/2) de la revue A contrario, revue interdisciplinaire de sciences sociales, propose un parcours sur le thème de l’argumentation :

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Dans ce numéro, coordonné par Raphaël Micheli, et qui rassemble des contributeurs tels que Ruth Amossy, Emmanuelle Danblon ou encore Christian Plantin, on note deux articles d’auteurs bien connus des lecteurs du présent carnet de recherche :

Marianne Doury et Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La place de l’accord dans l’argumentation polémique : le cas du débat Sarkozy/Royal (2007) », p. 63-87

On admet généralement qu’après une assertion, la réaction positive (accord) est « préférée » (ou « non marquée ») par rapport à la réaction négative (désaccord). Mais dans le cas d’un débat, et singulièrement d’un débat électoral, cette norme discursivo-interactionnelle entre en conflit avec une norme « générique » voulant que dans les interactions à caractère agonal, c’est au contraire le désaccord qui est la règle, l’accord devenant alors « marqué » par rapport au désaccord. C’est ce que nous tentons de vérifier à partir du cas du débat télévisé Sarkozy-Royal du 3 mai 2007, que nous analysons à l’aide d’outils empruntés d’une part à l’approche argumentative et d’autre part à l’approche pragmatique et interactionnelle. L’étude montre que si les manifestations d’accord ne sont pas rares dans un tel débat, elles se prêtent à diverses exploitations qui s’inscrivent dans une stratégie globale de disqualification de l’adversaire, tout en permettant au locuteur de construire de lui-même une image (un « éthos ») plus favorable que le recours systématique au désaccord frontal.

 

Francis Chateauraynaud, « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », p. 131-150

Les développements récents de la sociologie des controverses conduisent à suivre la transformation des jeux d’acteurs et d’arguments au fil de longues séries d’épreuves. Pour montrer les vertus heuristiques de la notion de trajectoire argumentative, l’article s’intéresse à la manière dont s’est formé l’argument, tenu d’abord pour évident puis de plus en plus controversé, selon lequel la relance du nucléaire civil est incontournable pour lutter contre le changement climatique annoncé par les rapports successifs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Il montre comment la production d’une contre-argumentation a supposé un long travail politique capable de faire converger des éléments nouveaux tout en attaquant le cœur de la doctrine adverse en retournant contre elle son propre raisonnement.

 

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’internet et l’écriture contemporaine: le cas exemplaire de la cartographie

Le séminaire  Socioinformatique des controverses reçoit lundi 23 mai 2011

Eric Guichard, enseignant-chercheur à l’ENSSIB, et animateur du fameux Atelier Internet à l’ENS.

Auteur d’un mémoire d’habilitation (HDR) L’internet et l’écriture :du terrain à l’épistémologie (octobre 2010),

Éric interviendra sur le thème des relations entre l’internet et l’écriture contemporaine, en prenant comme exemple la cartographie.

En partant de la cartographie informatique, il montrera comment l’écriture contemporaine se transforme en un mille-feuille de textes qui invite à des opérations essentiellement combinatoires. L’étrange étant que l’agilité textuelle qui s’ensuit ne permet pas seulement de répondre à des questions précises, mais aussi de mettre en perspective nos modes de raisonnement, l’évolution de notre rapport à la preuve, jusqu’à des questions d’ordre épistémologique. En guise de conclusion, il proposera une ouverture vers un autre type d’objet, a priori purement graphique, et désormais lui aussi totalement textuel: la photographie.

la séance se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

en salle 2, de 15 h à 18 h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Entre lobbying et déontologie : histoires de conflits d’intérêts

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Croisant divers scandales politiques, dont l’inénarrable affaire Bettencourt, le cas du Mediator sorti fin 2010 a remis au centre des débats médiatiques la question des conflits d’intérêts dans l’expertise sanitaire.  Cette question n’est pas nouvelle et a traversé peu ou prou tous les champs d’expertise depuis le début des années 1990. Une première formulation de la question des conflits d’intérêts en France se fait au cours des années 1990 à travers deux topiques : la transparence et l’indépendance de l’expertise, qui forment depuis longtemps des appuis critiques pour les militants et les ONG1. Aux Etats-Unis,  depuis le fameux Bayh–Dole Act de 1980 (University and Small Business Patent Procedures Act) relatif aux problèmes d’indépendance de la recherche et de propriété intellectuelle, les questions de transparence des liens d’intérêts sont au cœur des dispositifs de régulation ; ce qui n’empêche pas de multiples conflits entre diffusion et protection des données ou des résultats scientifiques2.  Comme la question des conflits d’intérêts resurgit régulièrement dans de multiples secteurs, c’est l’occasion de regarder ce que permet d’en dire la collection de corpus sanitaires et environnementaux. Continuer la lecture

  1. voir André Cicolella et Dorothée Benoît-Browaeys, Alertes Santé. Experts et citoyens face aux intérêts privés, Fayard, 2005. []
  2. Sur les liens entre expertise et politique voir Mark B. Brown, Science in democracy, MIT 2009. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Du bruit au signal

Une typologie temporelle pour la sociologie du Web

Josquin Debaz

Nos activités, et nos activités sociales en particulier, sont rythmées par des temporalités différentes : leur tempo en donne la mesure tout en les qualifiant et les associant aux catégories à partir desquelles nous construisons le monde sensible et conceptuel. Le Web participatif1  n’échappe pas aux questions de temporalité, et les activités qui s’y organisent, principalement des échanges d’informations qui se totalisent en un ensemble historico-sémantique touffu, dépendent de l’échelle de temps dans laquelle elles se déploient. On doit ainsi pouvoir proposer un gradient sur lequel chacun des grands types d’activités associatives du Web peut trouver sa place. Une réflexion sur les échelles de temps du Web est d’autant plus nécessaire qu’il nous faut apprendre à ajuster les outils d’exploration et d’extraction aux tempos définis par les internautes eux-mêmes. En effet, on a vu précédemment comment l’enrichissement des descriptions et des analyses sur les objets de débat et de controverse reposait, dans certaines procédures de veille sociologique, sur des automates, pour la plupart insérés dans l’ensemble dénommé Tirésias2.

Dans un univers qu’il n’y a pas si longtemps, on osait appeler « virtuel »3, on peut tracer un axe menant du bruit au signal en fonction de la quantité d’information accumulée au cours du temps par l’activité d’une personne ou celle d’un regroupement plus ou moins formel, et/ou auto-organisé.

Continuer la lecture

  1. Ou Web social ou autre 2.0, choisissez l’expression qui vous sied… []
  2. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, 9e Journées Francophones « Extraction et Gestion des Connaissances », Strasbourg : France (2009). A propos de la position du laboratoire  sur la limite entre veille et surveillance voir par exemple le Point de vue de Francis Chateauraynaud sur les termes et le principe d’un appel d’offre « Veille de l’opinion » dans l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche. []
  3. Fatima Aziz, Le mythe d’habiter le Cyberespace, carnet de recherche visuel Image Circle, 21 mars 2010 ; Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ? Seuil, 2010. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Atelier Internet de l’ENS

L’Atelier Internet est un séminaire de recherche dont le propos est de contribuer à une théorie de l’internet.

Le séminaire se tiendra les vendredis 11 et 25 février, 11 et 25 mars, 8 et 29 avril, 13 et 27 mai, 10 juin, de 17h30 à 20h, en salle Henri Cartan (sauf le 27 mai, où il aura lieu au Lycée Henri IV, de 18h30 à 20h30).

Fondé il y a 15 ans à l’ENS (rue d’Ulm) par Éric Guichard, il a son pendant lyonnais depuis 2006 (à l’ENSSIB): l’AIL (Atelier Internet Lyonnais). Depuis cette année, il est conjoint à l’ENS (en tant que séminaire d’approfondissement du département de géographie) et au Collège international de philosophie.

Il est ouvert à tous. Pour s’inscrire, contacter Eric point Guichard at ens point fr (ou at enssib point fr).

http://barthes.ens.fr/atelier/

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter