Archives de l’auteur : Josquin Debaz

Un aperçu des formes de réponses au questionnaire du gouvernement

Josquin Debaz

Dans ce deuxième billet de découverte des réponses mises à disposition par la plateforme granddebat.fr, je vais commencer à entrer superficiellement dans le contenu. En particulier, je vais présenter des exemples1 afin de mettre l’accent sur la grande diversité des formes de réponse, de manière à souligner que l’outil d’analyse ou ses paramètres peuvent favoriser un type de réponse plutôt que d’autres, et par exemple mettre en avant les inscriptions courtes et régulières et oublier les autres formes plus longues et argumentées.

On m’a fait remarquer que le précédent billet abusait des courbes : elles sont trop nombreuses, leur légende ne s’associe pas facilement au graphique correspondant, et l’usage de l’axe logarithmique n’est pas plus efficace pour mettre en exergue le pic inhabituel de taille de réponses. Je partage ce sentiment sur le fond et sur la forme, alors cette fois, pas de courbe, mais des exemples de réponses : pour voir concrètement ce que ça donne. Nouvelle présentation, nouveaux problèmes : j’ai la crainte que la mise en avant de ces extraits ne vienne forcer l’interprétation. Comme si en goûtant la sauce pendant la préparation pour savoir s’il faut rajouter du sel on pouvait faire comme si on avait fini de manger le plat, voire prétendre l’avoir bien digéré… Rien de tel ici, le questionnaire lancé par le gouvernement n’est même pas clôt, il manque les contributions papiers, celles aux plateformes alternatives (Le vrai débat, noos, etc.), les prises de paroles connexes (beaucoup de tribunes dans la presse en particulier)… Bref toute la liste, ici non exhaustive, de ce qui permet l’interprétation.

Pour l’instant, on regarde juste comment c’est fait.

Dans ce questionnaire, on trouve des questions ouvertes et des questions fermées. Par exemple, à la question Faut-il prendre en compte le vote blanc ? il n’est possible aux répondants de choisir que oui ou non (ou de ne pas répondre). C’est sans doute la forme la plus traître possible : elle appelle à un traitement quantitatif et elle a un air de sondage. Mais comme je le soulignais précédemment, vouloir analyser ces données comme celles d’un sondage (les réponses d’un panel représentatif qui permettrait d’inférer sur celles du pays ou d’une population donnée) est un piège a absolument éviter. Et je suis donc inquiet quand j’apprends que c’est à un institut de sondage que le gouvernement confie l’analyse des réponses2. Je suis désolé de leur faire un procès a priori, mais j’espère que les garants seront écoutés lorsqu’ils appellent à ce que

[…] trois grands principes” guideront cette restitution : l’exhaustivité, la transparence et la pluralité. Cela signifie qu’il n’y aura pas une mais plusieurs synthèses, qu’il s’agira de “diversifier les analyses” – et les auteurs des analyses – pour traiter “la multiplicité des formes de témoignages et des prises de position”. Et ainsi mieux “rendre compte” du “foisonnement”, de “cette diversité” des expressions, a estimé le politologue Pascal Perrineau, l’un des cinq garants.3

Continuer la lecture
  1. Issus des fichiers json fournis par la plateforme le 6 février. []
  2. Grand Débat : à mi-parcours, le gouvernement précise les modalités de traitement des données“, 14 février 2019, Localtis. []
  3. Ibid. []

Repérer les réponses coordonnées au questionnaire du gouvernement dans le cadre du Grand “débat”

Josquin Debaz

Sur ce carnet, nous aurons l’occasion de mettre en avant quelques lectures de l’organisation par le gouvernement d’une consultation de grande ampleur et des données textuelles qu’elle génère, mais aussi des rencontres et propositions alternatives visant à contrer ou atténuer la centralisation du dispositif. Dans ce billet, je propose de défricher rapidement une première question : Comment traiter les réponses déposées sur la plateforme granddebat.fr ?

Dans le cadre du Grand “débat”, de nombreux avis citoyens vont être exprimés, et des réponses sont d’ores et déjà disponibles, téléchargeables en csv ou ndjson sur https://granddebat.fr/pages/donnees-ouvertes. Un premier dump avait été mis à disposition plus rapidement par Code for France, association qui attire également l’attention sur le manque d’ouverture de la plateforme elle-même, avec sa tribune “Ouvrons grand le débat“.

L’anonymisation des réponses (elles ne sont contextualisées que par le code postal déclaré, ainsi que la date et heure de validation du formulaire) fait que contrairement à un mode de traitement courant d’un questionnaire, il est très délicat d’en inférer des interprétations plus générales. Il est d’usage d’interroger un petit nombre de personnes pour rapporter leurs réponses à celles que devraient donner un plus grand nombre de personnes. Pour cela les premières doivent constituer un ensemble représentatif des secondes. C’est-à-dire qu’on suppose que la diversité et la proportion des réponses seront constantes, du moment que la diversité et la proportion des personnes sont respectées. Ici, on n’a pas interrogé un panel constitué comme tel et on ne peut pas vérifier qu’il est représentatif de la population française ou d’un sous-groupe, puisqu’on n’a pas d’indication qui permettrait de le vérifier (âge, sexe, profession, etc.). Les réponses ne sont donc interprétables que… comme la parole de ceux qui ont répondu. Même s’ils sont nombreux.

Continuer la lecture

Prospero over the ocean #3

Corpus strategies and pragmatist complexity

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the second part of this text Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Big Data presents a number of opportunities for social scientists and humanities scholars, not least of which are massive quantities of very rich social, cultural, economic, political and historical data. It also poses a number of challenges, including a skills deficit for analysing and making sense of such data, and the creation of an epistemological approach that enables post-positivist forms of computational social science. (Kitchin, 2014).

Defining the best strategies to build relevant architectures of corpus

According to Rob Kitchin, taking seriously the rise of Big Data is

coping with abundance, exhaustiveness and variety, timeliness and dynamism, messiness and uncertainty, high relationality, and the fact that much of what is generated has no specific question in mind or is a by-product of another activity. (Kitchin, 2014)

The conjunction of high-powered computation and new analytical techniques has changed the landscape. It opens a new era for social scientists able to mobilize new computer-based techniques, in order to automatically mine data, detect patterns, build predictive models or stimulate new social theories (Schroeder, 2018).

Continuer la lecture

Qu’est-ce qui se trame entre les carnets de recherche ? « L’Hypothèsosphère » en 2018

Josquin Debaz

Il y a bien longtemps (huit ans, un éon ?), dans une galaxie pas si lointaine, je m’étais exercé à cartographier les liens hypertextes pointant d’un carnet de recherche hypotheses.org à un autre1. À l’occasion des 10 ans de la plateforme Hypothèses, l’opération a été faite à nouveau, offrant un paysage d’une toute autre dimension.

« L’Hypothesosphère » : graphe des liens hypertextes entre les carnets de recherche, en 2018
Continuer la lecture
  1. Josquin Debaz, « Essai de cartographie des carnets de recherche », Socio-informatique et argumentations, 8 décembre 2010. []

Prospero over the ocean #2

Pragmatic sociology and the digital worlds: towards an alternative laboratory

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz (GSPR – EHESS, Paris)

Read the first part of this text The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data”

The requirement for in-depth description and attentiveness to the details of action and argumentation is a constant driver in pragmatic investigations, which rely on a kind of reflexive accumulation of multiple cases. In our investigations, we have built up a collection of more than 50 corpora representing long run controversies on environmental issues.

This collective work seeks to build a convergence between:

  1. the exploration of large documentary networks,
  2. the construction of sociological models dealing with the ongoing evolution of actors and arguments,
  3. and the critical interpretation of contemporary processes by epistemic communities able to create anew kind of reflexivity on complex processes.

By allowing the dynamic interrogation of large evolutionary text databases, a semantic and argumentative approach helps us to redefine the relations between different ways of knowing1.

Continuer la lecture
  1. Even if socio-Informatics has a particular history linked to the sociology of alerts and controversies, its efficiency has been shown in very different fields, as, among other applications, studies of social representations (Madiot, 2013). []

Séminaire Socio-informatique des controverses 2018-2019

Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

les 19 novembre, 17 décembre 2018, 21 janvier, 18 février, et 18 mars 2019 (3e lundi du mois)

de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars. 

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning point, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Gargantext, Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

La fiche pédagogique du séminaire

Socio-informatique des controverses. Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

Séminaire du 20 novembre 2017 au 19 mars 2018

3e lundi du mois de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h

salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars.

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/395/

 

 

Outils socio-informatiques. Méthodes numériques pour l’analyse des dynamiques collectives

Séminaire du 2 novembre 2015 au 8 février 2016
Le lundi de 15 h à 17 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera principalement orienté vers des recherches liées à la sociologie des controverses mais, au fil des séances, toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, seront abordés, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. D’une manière générale, ce séminaire fonctionnera comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities).

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges via son site Web. Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/395/


Programme

2 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Introduction générale : Enjeux épistémiques de la socio-informatique des controverses

9 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Pragmatique et algorithmique

16 novembre

Francis Chateauraynaud, Martin Denoun et Markku Lehtonen, GSPR-EHESS

Expériences croisées sur les corpus liés au dossier nucléaire

23 novembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #1

30 novembre

Fabrizio Li Vigni, GSPR-EHESS

De quelle complexité parlent les pragmatistes  ?

7 décembre

David Chavalarias, Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France

Epistémologie quali-quantitative, cartographie dynamique des réseaux et Web Mining

14 décembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #2

4 janvier 2016

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Ontologies, concepts et typifications. Un monde de catégories à l’épreuve de processus dynamiques

11 janvier

Pascal Cristofoli, Laboratoire de Démographie et d’Histoire Sociale, EHESS

Construire des données pour faire de la recherche – Retours sur l’histoire des rapports entre informatique et SHS

18 janvier

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Formules et marqueurs temporels : saisir les agencements dans des séries longues

25 janvier

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Prospéro II – vers un logiciel collaboratif

1er février

Alex Albert, Université de Tours

Retour sur la conception et les usages du logiciel Sonal

8 février

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Quand Prospéro II s’apprête à accueillir Marlowe II…

Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Continuer la lecture

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []

La traversée des drones

Le survol des centrales :  vraie-fausse épreuve sécuritaire ?

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Une enquête menée sur les risques en zones côtières nous a conduits à regarder de plus près les instruments utilisés par les chercheurs et les acteurs locaux lorsqu’ils s’efforcent d’élaborer des prises sur des milieux en interactions1. Si les recours aux données satellitaires se multiplient, concernant les enjeux côtiers, et en particulier l’érosion et l’évolution continue du trait de côte, c’est une nette préférence pour la (déjà) bonne vieille technologie du Lidar (Light Detection and Ranging) qui semble s’imposer chez les utilisateurs de données.

Comment le “bruit” des mesures Lidar pour l’altimétrie devient de l’information pour l’étude des couverts végétaux

Aujourd’hui, les drones sont en passe de prendre le relais. En tout cas, un domaine d’instrumentation et de médiation technologique se développe, fournissant à toutes sortes d’acteurs des outils à leur main, capables de remplir les trous cartographiques et métrologiques laissés par la production de données, satellitaires ou autres, largement hors de portée des utilisateurs de terrain2. Continuer la lecture

  1. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Métrologies spatiales et milieux en interactions », in Michel Avignon, Cathy Dubois et P. Escudier (dir), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014. []
  2. Voir sur ce point les éléments déjà exposés dans Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens », Socio-informatique et argumentation, 30 septembre 2013. []