“Hypersensible” ? Circulation médiatique et réflexivité pratique

Par Alex Maignan

Ce billet est issu d’une présentation orale donnée en mars 2021 dans le cadre du séminaire  « Socio-informatique des controverses » coordonné par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz à l’EHESS. Il s’inscrit dans une enquête plus vaste portant sur la sociogenèse d’une « catégorie psy »  (Joly & Roquebert, 2021) : l’hypersensibilité[1]. Ce texte poursuit deux objectifs : esquisser d’une part les logiques et les dynamiques de circulation médiatique de cette catégorie psy émergente, et expliciter d’autre part, dans une démarche réflexive, les différentes opérations qui m’ont permis de parvenir à ces premiers résultats. Tirer ces deux fils de conserve permet en creux de souligner les intérêts et les limites du logiciel Prospéro I à partir duquel j’ai effectué ce travail. Je commencerai donc par évoquer les modalités de constitution de mon corpus, ainsi que ses caractéristiques principales. Je montrerai ensuite en quoi le fait de considérer l’hypersensibilité comme une « catégorie psy » n’a en réalité rien d’évident, étant donné les différents usages des signifiants « hypersensible » et « hypersensibilité ». J’évoquerai ensuite la façon dont j’ai tenté de dépasser cette ambiguïté constitutive de l’hypersensibilité à l’aide du logiciel Prospéro, et je terminerai par quelques résultats issus de cette analyse de corpus.

Constitution et caractéristiques du corpus

Pour construire le corpus sur lequel s’appuie ce billet, je me suis appuyé sur deux méthodes de récolte : d’abord via Europresse, en lançant une recherche de tous les articles contenant les termes « hypersensibilité » et « hypersensible » dans leur titre ou dans leur introduction ; ensuite via une recherche personnelle sur Internet, étant donné, comme nous le verrons par la suite, que nombre de supports médiatiques mobilisant l’hypersensibilité sont des supports spécialisés absents de la base de données d’Europresse. Dès le départ, le choix a été fait de n’intégrer au corpus que les articles abordant l’hypersensibilité dans une perspective de psychologie, de développement personnel, et plus largement de tout ce qui a trait aux jugements de personnalité et à la santé mentale[2]. Autrement dit, tous les articles traitant de l’électrohypersensibilité, de l’hypersensibilité dentaire, d’allergies etc. n’ont pas été pris en compte. C’est un choix méthodologique préalable au traitement du corpus par Prospéro, qui se justifie selon moi par l’objet de recherche, à savoir les dynamiques de circulation médiatique d’une catégorie psy émergente. En revanche, les articles mentionnant l’hypersensibilité et ayant pour thème d’autres catégories psy et maladies mentales, tels que le trouble bipolaire, l’hyperactivité, le haut potentiel ou les troubles du spectre autistique ; tous ces articles ont été intégrés au corpus, car ils s’inscrivent dans cette thématique de la psychologie et de la santé mentale, et il me semblait intéressant d’analyser la façon dont l’hypersensibilité était mobilisée dans ce cadre.

Le corpus est constitué de 93 articles : 16 sont publiés dans Psychologies Magazine, 14 dans La Croix, 11 dans le Huffington Post, mais des articles sont aussi publiés dans Le Monde, Doctissimo, Cosmopolitan, Le Temps, Le Figaro, Les Echos pour les plus importants. Le nombre d’articles du corpus est donc faible, et je ne vise évidemment aucune exhaustivité. Néanmoins, l’intérêt du logiciel Prospéro est précisément que l’exhaustivité n’est pas une condition nécessaire au traitement et à l’analyse d’un corpus. Comme j’essaierai de le montrer par la suite à partir du contenu même des articles (en utilisant la fonction de « retour aux énoncés »), il est possible de dégager certaines tendances et points d’inflexion quant à la circulation de l’hypersensibilité. Par ailleurs, le faible nombre d’articles est un résultat en soi qui mérite d’être pris au sérieux, et discuté. Il apparait en effet en décalage avec le discours relativement répandu selon lequel l’hypersensibilité serait avant tout un phénomène de « mode » porté par les médias. Faut-il ainsi considérer ce discours comme faux, étant donné la faible diffusion médiatique de l’hypersensibilité, ou, au contraire, continuer de le prendre au sérieux, impliquant ainsi de rechercher les canaux de diffusion de l’hypersensibilité hors des supports médiatiques traditionnels, en se tournant, par exemple, vers les réseaux sociaux ?

Du point de vue de la temporalité du corpus, il est intéressant de noter la faible circulation de l’hypersensibilité avant 2016, puis l’accélération récente, à partir de 2019, et surtout 2020. Là encore, étant donné la taille restreinte du corpus, il convient de rester prudent, d’autant plus qu’un biais de sélection a aussi pu conduire à privilégier les articles parus récemment, au détriment d’articles anciens parfois plus difficiles à retrouver en construisant le corpus « à la main », via une recherche personnelle. Néanmoins, on peut noter que la circulation médiatique de l’hypersensibilité suit la même courbe de croissance que la publication d’ouvrages dédiés spécifiquement à l’hypersensibilité. En effet, entre 2017 et 2020, près d’une vingtaine d’ouvrages sont publiés sur l’hypersensibilité, en majorité dans des maisons d’édition spécialisées, comme Eyrolles, ou les Editions Leduc, mais aussi chez des éditeurs plus généralistes, comme Michel Lafon ou Flammarion. Ces différents indices amènent à penser que la circulation croissante de l’hypersensibilité à partir de la seconde moitié des années 2010 s’explique par l’importation de la catégorie psy d’hypersensible, et non par une intensification de l’usage souple et non déterminé des signifiants « hypersensible », « hypersensibilité » etc.[3]

Identifier et lever l’ambiguïté constitutive de l’ « hypersensible »

Ce rapide tour d’horizon du corpus pose néanmoins problème dès lors que l’on entre dans le détail des articles et des énoncés mentionnant l’hypersensibilité. L’objet de cette section consiste précisément à montrer en quoi les signifiants « hypersensible » et « hypersensibilité » souffrent d’une ambiguïté sémantique qui leur est constitutive. Le logiciel Prospéro m’a permis d’identifier cette ambiguïté, non seulement par la possibilité d’accéder directement aux énoncés, mais aussi via les opérations de codage proposées par le logiciel lui-même. Ces difficultés d’ordre techniques ont donc engendré, par un retour réflexif, un gain cognitif : elles m’ont permis de préciser la nature de mon corpus, et la nature des différents usages de l’hypersensibilité dans celui-ci.

Usage souple ou déterminé ?

La première ambiguïté porte sur la différence entre ce que je qualifie d’usage souple et d’usage déterminé des signifiants « hypersensible » et « hypersensibilité ». En parcourant les différents énoncés du corpus, on peut distinguer deux formes principales, deux manières de se rapporter à l’hypersensibilité : une façon souple, presque métaphorique, consistant à faire référence à l’hypersensibilité de façon imprécise et peu définie, et une façon plus déterminée et précise, où l’hypersensibilité apparait comme un concept, une catégorie disposant d’une véritable définition.

Quelques exemples d’usage souple de l’hypersensibilité :

« Comme le dit le pianiste français Pierre-Laurent Aimard, l’un de ses interprètes favoris, Ligeti est ” l’artiste créateur par excellence “, farouchement indépendant, doté d’une originalité irréductible mêlant hypersensibilité et intransigeance, ” deux qualités du vrai créateur : la faille et une radicalité dans les choix artistiques ». » (« Un hommage à György Ligeti, « artiste créateur par excellence ». », La Croix, 12 décembre 1996)

« Atypique, et d’une douceur, d’une générosité rarissime. Jamais nul cabotinage. Il y avait dans son hypersensibilité magnifiquement dérangeante quelque chose de christique.» » (« Jean-Yves Dubois quitte la scène », Libération, 18 janvier 2003)

« Claude Lanzmann : « Il était l’intelligence et la colère. Je l’ai vu entrer dans des colères logiques, intraitables, par exemple, lorsqu’il prétendait, contre moi, que la mort n’existait pas. Je lui disais qu’il était sensible comme une toile cirée, ce qui était faux, car toute cette construction masquait une hypersensibilité. ». » (« Jean Pouillon, passeur de Jean-Paul Sartre et de Claude Lévi-Strauss », Le Monde, 13 avril 2002)

« C’est dans cette atmosphère de honte que ce « fils naturel », comme on disait à l’époque, a survécu sans comprendre comment – « un miracle ! » – mais doté pour toujours d’une timidité et d’une hypersensibilité envahissantes. » (« Jean-Jacques Sempé, éternel enfant », La Croix, 25 novembre 2011)

Ces exemples montrent qu’avant même l’importation de la catégorie anglophone de HSP (pour Highly Sensitive Person) forgée par la psychanalyste Elaine Aron au milieu des années 1990 aux Etats-Unis, les signifiants d’hypersensibilité et d’hypersensible circulaient déjà, notamment pour qualifier de façon positive et valorisante des personnalités, que ce soit des artistes ou des penseurs[4]. Un autre usage souple de l’hypersensibilité se retrouve aussi dans des articles abordant des questions morales et politiques. Ces articles mobilisent l’hypersensibilité en tant que caractéristique de nos sociétés contemporaines, leurs membres étant devenus « hypersensibles » à toute critique ou à toute remise en question.

« À l’ère de l’immédiateté, de l’apparence, de la dictature de l’émotion, la contagion est générale. À la manière du marché boursier, il y a une hypersensibilité et une hyperréactivité à toutes les nouvelles, vraies ou fausses. » (« Entretien : Jean-Pierre Elkabbach, président-directeur général d’Europe 1 : « Ne plus se laisser détourner par la dictature de l’émotion » », La Croix, 12 avril 2008)

« J’ai écrit voici quelque temps une chronique intitulée «La génération chochotte n’a pas les chocottes» (1). Je tentais de sauver la face de la génération Y et des bébés millennials artillés par l’écrivain américain Brett Easton Ellis. L’auteur d’ American Psycho, 55 ans désormais, reprochait à ses cadets très benjamins une hypersensibilité chouineuse, un désir impérieux d’être «likés» et une diabolisation extrême de toute critique vécue comme une agression. » (« La société chochotte a (trop) les chocottes », Libération, 12 mars 2019)

« “Les mots me tuent” entend-on sur les campus. Tout est prétexte à censure, à “annulation” (cancel culture). Cette génération a subi une éducation influencée par les théoriciens de “l’estime de soi”. Ils ont grandi sans bénéficier des critiques positives qui auraient pu les faire s’améliorer. On a cultivé leur narcissisme. D’où cette hypersensibilité des snowflakes. Elle est combinée à un sentiment tout aussi fort d’avoir des droits, que les autres ont des “dettes” envers eux. » (« Les campus américains et la génération « flocons de neige » », France Culture, 2 octobre 2020)

 Le point commun de ces différents articles est qu’ils sont issus de supports plutôt généralistes, comme Le Monde, Libération, La Croix, et qu’ils sont répartis de façon relativement uniforme au cours de la période. L’identification de cette première ambiguïté m’a donc conduit à construire un sous-corpus excluant ces différents articles, afin de ne conserver que les articles traitant de l’hypersensibilité comme catégorie psy définie dans le sillage de la catégorie forgée par Elaine Aron.

Catégorie ou symptôme ?

Une autre ambiguïté sémantique porte sur l’usage de l’hypersensibilité dans les articles davantage liés aux enjeux de santé mentale, de pathologies mentales et de psychologie. En effet, j’ai pu remarquer que l’hypersensibilité pouvait être mobilisée à la fois comme symptôme de pathologies mentales déterminées, comme dans les troubles du spectre autistique ou les troubles bipolaires, mais aussi comme catégorie psy non pathologique se référant à un trait de personnalité (l’hypersensibilité telle que définie par Elaine Aron). Voici quelques exemples de cet usage de l’hypersensibilité comme symptôme :

« Hypersensibilité et quotient intellectuel hors du commun : Au fil des années, l’éternelle laissée pour compte des exposés de groupe, hypersensible aux bruits, aux odeurs, insomniaque, dépressive, parfois prise d’angoisses si fortes qu’elle s’en tape la tête contre les murs, fréquente davantage les urgences psychiatriques que les cours. « On m’a mise sous somnifères, anxiolytiques, antidépresseurs, neuroleptiques, thymorégulateurs, on ne savait pas ce que j’avais, j’étais un cas. » Jusqu’à ce qu’un psychiatre mieux informé que d’autres au sujet de l’autisme Asperger, pour avoir un temps exercé en Amérique du Nord, ne comprenne, offrant à Célia l’apaisement. » (« La meilleure de la classe est autiste », Le Monde, 22 décembre 2014)

« Mathilde, 22 ans, est autiste. Son syndrome la rend particulièrement sensible aux bruits, aux stimuli, au toucher, ce dont son ex s’est servi pour exercer sur elle des violences d’abord psychologiques, puis physiques et sexuelles (…). «J’étais hypersensible au bruit, lui, il a déclenché l’alarme incendie de chez moi pour me faire péter les plombs. Il en riait. Il savait que ça me déclenchait des crises. » » (« Violences conjugales envers les femmes autistes : « J’ai cru que j’allais mourir » », Libération, 25 novembre 2020)

« Cette maladie se caractérise par l’alternance de périodes d’excitation marquée, appelées phases maniaques, et de dépression profonde. Ces variations d’humeur sont entrecoupées de phases durant lesquelles l’humeur des patients est stable. Les phases maniaques peuvent se manifester par des périodes d’euphorie, d’excitation exagérée, d’infatigabilité avec un sentiment de toute-puissance, mais ce sont également des périodes de grande irritabilité et d’hypersensibilité émotionnelle, les rendant aussi difficiles à vivre que les périodes dépressives. » (« La maniaco-dépression est-elle une maladie génétique ? », Le Figaro, 11 octobre 2010)

Autrement dit, dans ces articles, l’hypersensibilité apparait comme une caractéristique un symptôme renvoyant à l’idée d’une sensibilité sensorielle et/ou émotionnelle exacerbée, que ce soit chez des individus atteints du trouble du spectre autistique ou de troubles bipolaires. À l’inverse, comme on le verra ci-dessous, l’hypersensibilité est aussi mobilisée comme une véritable catégorie qui renverrait à l’existence d’une catégorie d’individus qualitativement distinct des autres : les hypersensibles. Pour résoudre cette ambiguïté, là encore dans le but de réduire mon corpus aux articles mentionnant l’hypersensibilité uniquement en tant que catégorie non pathologique et non comme simple symptôme, je me suis intéressé à la façon dont l’hypersensibilité était introduite dans les articles l’envisageant comme simple symptôme de pathologies mentales déterminées. Je me suis ainsi aperçu que l’article précédant le terme d’hypersensibilité était bien souvent plutôt l’article indéfini « une » (et non l’article défini « l’ ») : on parle ainsi « d’une hypersensibilité au bruit » et non pas de l’hypersensibilité comme catégorie ou syndrome plus général. Là encore, la possibilité qu’offre Prospéro d’avoir accès aux énoncés permet d’entrer dans une analyse plus fine de la façon dont sont mobilisés certains signifiants, et de lever en cela certaines ambiguïtés quant à leurs usages différenciés. J’ai donc pu par la suite construire mon sous-corpus en enlevant ces articles traitant de l’hypersensibilité comme d’un simple symptôme de pathologies mentales plus déterminées, afin d’avoir accès au corpus d’articles traitant uniquement de la catégorie déterminée d’hypersensible.

Entité ou qualité ?

 Une dernière difficulté a émergé dès lors que j’ai souhaité typer certaines expressions, et notamment le terme d’« hypersensible ». En effet, le logiciel Prospéro utilise des dictionnaires enrichis au fil du temps mais laisse la possibilité de classer ou de typer autrement certains termes, par exemple selon qu’ils doivent être considérés comme des entités ou des qualités. Or, le terme « hypersensible » soulève de fait une difficulté dès lors qu’on souhaite le classer en entité ou en qualité. Bien souvent dans mon corpus je me retrouvais avec deux types d’usage de l’ « hypersensible » : d’une part les formules du type « Ces individus sont hypersensibles » et d’autre part des formules renvoyant à une forme de substantialisation, du type « Les hypersensibles sont (…) ». Dans le premier cas, « hypersensibles » renvoie à une qualité censée qualifier certains individus alors que dans le second cas, « hypersensibles » renvoie à ces individus eux-mêmes en tant qu’entité. Cette difficulté, qui peut paraitre à première vue un peu anecdotique, est en réalité importante, car elle signale l’ambiguïté permanente sur laquelle joue le discours autour de l’hypersensibilité : c’est à la fois une simple caractéristique non pathologique qui n’est pas un véritable diagnostic institutionnalisé, mais c’est aussi une ressource qui peut être mobilisée à des fins « identitaires » ou plutôt « identificatoires ». C’est, en pratique, une qualité et une entité, une particularité et une identité, une caractéristique et une catégorie. On retrouve par ailleurs ce type d’ambiguïté dans d’autres catégories psy, comme par exemple la catégorie de « haut potentiel » : le haut potentiel, est-ce quelque chose que l’on a, ou quelque chose que l’on est ? L’objet de ce billet n’est pas d’approfondir ces questions ; il consiste plutôt à montrer dans quelle mesure le logiciel Prospéro m’a permis de rendre explicite ces ambiguïtés et ces difficultés, et cela par l’usage même des outils d’analyse proposés par le logiciel. En me confrontant à la nécessité de typer ce signifiant comme entité ou qualité, je me suis rendu compte que ce n’était en réalité pas possible du fait de la signification et de l’usage fondamentalement ambiguë de ce signifiant. Là encore, cette obstacle méthodologique m’a permis, par un détour réflexif (de réflexivité pratique), de préciser la nature et les propriétés de l’objet étudié.

De l’hypersensibilité comme catégorie psy

La dernière partie de ce billet sera consacrée à l’analyse du sous-corpus constitué par l’ensemble des articles portant sur la catégorie d’hypersensible telle qu’elle a été forgée au départ par Elaine Aron, puis, comme nous le verrons par la suite, par des acteurs français qui se sont progressivement emparés de la notion.

L’hypersensibilité : un phénomène éditorial et médiatique ?

Le sous-corpus ainsi constitué est composé de 59 articles, soit environ deux tiers du corpus initial. Si l’on s’intéresse à la temporalité de ce sous-corpus, on s’aperçoit en outre qu’il suit la même dynamique que la temporalité du corpus initial :

Le premier article faisant mention de l’hypersensibilité en tant que catégorie psy remonte à 2010 et la circulation commence véritablement à partir de 2016, avant d’accélérer franchement à partir de 2019. Autrement dit, pour reprendre l’hypothèse esquissée plus haut, il semblerait que la croissance de la circulation des signifiants « hypersensibilité » et « hypersensible » soit tirée par l’émergence et le succès de la catégorie d’hypersensible dérivée de la notion de HSP forgée par Elaine Aron. Cependant, comme nous le verrons, il semblerait que l’accélération soit davantage à imputer à la réappropriation de la catégorie par des acteurs du champ éditorial français du développement personnel et de la psychologie plutôt qu’à la simple traduction des ouvrages d’Elaine Aron. En effet, la première traduction française de son best-seller est parue en 2005 et n’a suscité aucune véritable réaction, en témoigne l’absence d’articles consacrés à la notion avant 2010[5]. Il est par ailleurs intéressant de noter que les principaux médias dans lesquels sont publiés ces articles sont des supports spécialisés, que ce soit de la presse féminine (Grazia, Madame Figaro, Version Femina), des magazines de psychologie et de développement personnel (Psychologies Magazine, Doctissimo, Psychologie Positive), ou des médias lifestyle émergents (Le HuffPost, Cosmopolitan, Vice). La presse généraliste est aussi présente, mais nous verrons par la suite que les catégories mobilisées et l’attitude adoptée dans les articles diffèrent de l’approche adoptée par ces supports spécialisés.

Par ailleurs, il est intéressant d’analyser les différents acteurs mobilisés et présents dans ces articles. On peut en dégager trois principaux, restitués ici de façon chronologique : d’abord Elaine Aron, introduite comme « chercheuse américaine », « psychologue », « docteur » et présente dans 6 articles du corpus ; ensuite Saverio Tomasella, introduit comme « psychanalyste », « docteur en psychologie », et présent dans 21 articles ; et enfin Fabrice Midal, introduit comme « philosophe » et présent dans 7 articles. Si la genèse de la notion est attribuée à Elaine Aron, notamment dans les articles les plus anciens du corpus, force est de constater que l’acteur le plus présent et le plus actif au sein du corpus est bien Saverio Tomasella, auteur d’ouvrages à succès sur la psychologie, la psychanalyse et le développement personnel, avec 21 articles. Dans ces articles, Saverio Tomasella est présenté comme le spécialiste français de l’hypersensibilité, et il intervient à ce titre. La présence de Fabrice Midal, philosophe et auteur à succès dans le champ du développement personnel, est aussi intéressante, puisqu’elle est en fait très récente ; elle fait suite à la publication, en janvier 2021, de l’ouvrage Suis-Je hypersensible ? aux éditions Flammarion. 7 articles ont donc été consacrés à cet ouvrage et à cet auteur, considéré dès lors lui aussi comme spécialiste de l’hypersensibilité. À ce titre, il semblerait donc que la dimension éditoriale de l’hypersensibilité et sa circulation médiatique soient étroitement liées[6]. Ce n’est pas tout à fait un truisme que de faire ce constat, car si l’on se réfère à la façon dont l’hypersensibilité s’est construite et diffusé aux Etats-Unis, on constate que ses promoteurs (dont Elaine Aron au premier chef) ont cherché à construire l’hypersensibilité à la fois comme une catégorie psy profane et accessible (par le biais d’ouvrages de développement personnel) mais aussi comme un véritable concept scientifique, en essayant de légitimer l’hypersensibilité au sein du champ scientifique[7]. En France, au contraire, l’hypersensibilité a dès le départ été importé par le biais du champ éditorial, et absolument pas par le champ scientifique, lui donnant ainsi une forme particulière et relativement distincte de sa forme originelle étasunienne.

Définition, gestion et critique de l’hypersensibilité

 Si l’on entre davantage dans le contenu des articles, on peut distinguer trois grands thèmes abordés et les associer à trois types de supports. Une première série d’articles renvoie à un enjeu de définition, décliné à travers plusieurs questions : Qu’est-ce que l’hypersensibilité ? Êtes-vous hypersensibles ? Ces articles prennent pour acquis la réalité de l’hypersensibilité en en fournissant une certaine définition, inspirée par les écrits d’Elaine Aron mais aussi et surtout par ceux de Saverio Tomasella, et ils jouent un rôle que l’on peut qualifier de pédagogique, en informant sur l’existence de cette notion et de cette particularité. On retrouve ces articles dans des supports intermédiaires, entre le magazine de psychologie spécialisé et le média généraliste ; donc plutôt dans des médias lifestyle ou dans des magazines féminins. Un autre grand thème concerne non plus la définition, mais la gestion de l’hypersensibilité. Ce deuxième groupe d’articles, le plus important d’un point de vue quantitatif, insiste ainsi sur les difficultés engendrées au quotidien par l’hypersensibilité et fournit un ensemble de conseils à visée pratique pour apprendre à la gérer. Il est intéressant de noter que l’on retrouve dans ce groupe plusieurs articles prenant pour objet la détection et la gestion de l’hypersensibilité chez les enfants, celle-ci apparaissant comme un véritable enjeu pour les parents. Les supports de ce second thème sont avant tout les magazines spécialisés en psychologie et en développement personnel, qui reconnaissent déjà l’hypersensibilité comme une réalité et qui sont donc, pourrait-on dire, à la phase suivante, celle de la gestion. Le troisième thème est celui de la critique et de la remise en cause de l’existence même de l’hypersensibilité. L’objet de ces articles consiste à prendre du recul sur la notion, en essayant soit de la critiquer et de lui nier toute pertinence, soit en soulignant « l’effet de mode » dont elle serait le produit. Ce troisième thème se retrouve dans une minorité d’articles, et dans des supports généralistes tels que Le Temps ou L’Obs. Autrement dit, le traitement médiatique de l’hypersensibilité semble différer selon le type de support : plus on s’éloigne du secteur spécifique de la psychologie et du développement personnel, où l’hypersensibilité est appréhendée depuis quelques années comme allant de soi (sur le mode du taken-for-granted), c’est-à-dire plus on se rapproche de médias généralistes, plus la catégorie d’hypersensible se fragilise et perd de son évidence.[8]

Enfin, l’usage des catégories existantes sur le logiciel Prospéro a permis de mettre en valeur un résultat intéressant quant à la façon dont l’hypersensibilité est problématisée au sein du corpus. En effet, si l’on s’intéresse aux deux catégories de qualités les plus présentes au sein du corpus, on constate que les plus représentées sont d’abord celle d’ « Excellence-compétence » (« bon » ; « meilleure » ; « positive » ; « efficace » ; « bénéfique ») avec 205 occurrences et ensuite celle de « Défaillance-Etat critique » (« difficile » ; « compliqué » ; « malade » ; « incapable » ; « submergé » etc.), avec 200 occurrences. La prépondérance de cette tension, que l’on peut résumer par les oppositions handicap/atout, faiblesse/force, nous invite à réinscrire les jeux de langage mobilisés par ce corpus dans des recompositions plus profondes.  Elles engagent en effet la façon dont sont mises en forme les problématiques de santé mentale et de souffrance psychique. On retrouve en creux ce qu’Alain Ehrenberg a nommé l’idéal du potentiel caché, et qui renverrait à la capacité de tout individu de pouvoir convertir tout handicap et toute faiblesse en un atout et en une force, synonyme d’épanouissement du véritable potentiel des individus  (Ehrenberg, 2018)[9].

Conclusion :

Il convient de rappeler la nature exploratoire de ce billet, tant du point de vue des résultats esquissés que de l’usage qui a été fait du logiciel Prospéro. L’idée n’était pas de présenter des résultats de recherche définitifs mais bien de donner à voir la façon dont j’ai pu m’approprier le logiciel, les difficultés que j’ai rencontrées et les solutions que j’ai privilégiées. En cela, ce billet s’apparente davantage à un exercice de réflexivité pratique qu’à une communication strictement scientifique. Néanmoins, l’enjeu consistait aussi à montrer les gains cognitifs produits par l’exploitation du logiciel. Loin de n’être que de purs obstacles, les difficultés rencontrées m’ont permis de préciser l’objet que j’étudiais, et d’identifier certaines ambiguïtés liées à la nature même de cet objet. L’autre point que je voudrais souligner est que ce travail d’analyse de corpus peut être conçue comme un moment, une étape de l’enquête. Il est nécessaire, pour étudier sociologiquement ce type d’objet, de ne pas s’en tenir à une analyse strictement langagière ou discursive, mais aussi de s’intéresser à la façon dont ces signifiants, ces catégories psy sont investies en pratique. L’intérêt de Prospéro réside néanmoins dans la possibilité de rapporter ces investissements et usages pratiques aux dynamiques actualisables de circulation médiatique, et d’articuler les logiques d’importation et de production de ces catégories (selon une approche critique) aux processus dynamiques et argumentatifs de leur circulation (selon une approche pragmatique). En outre, l’horizon dans lequel s’inscrit ce type de travaux pourrait être de contribuer à une sociologie davantage positive du sensible et de la perception dans laquelle on prendrait au sérieux les contraintes et appuis sur lesquels s’appuient les acteurs sociaux dès lors qu’ils souhaitent exprimer et partager leurs souffrances et leurs expériences. Si les travaux en la matière ont davantage insisté sur le rôle de la sensibilité et de l’intuition dans la perception de micro-variations au sein des interactions entre acteurs sociaux et mondes biophysiques, entre dispositifs objectivés et expériences du monde sensible (Bessy et Chateauraynaud, 2014 ; Chateauraynaud et Debaz, 2017), il pourrait être intéressant de prolonger cette approche en privilégiant des problématiques non plus seulement d’ordre physique, mais aussi d’ordre psychiques, émotionnelles et relationnelles, bien que la séparation soma/psyché soit par définition au coeur des controverses. 

 

Bibliographie :

Bessy Christian et Chateauraynaud Francis, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Editions Pétra, coll. « Pragmatismes », 2014

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, vol. 145, no 5, p. 3-8.

Chateauraynaud Francis et Debaz Josquin, « Le partage de l’hypersensible : le surgissement des électrohypersensibles dans l’espace public », Sciences sociales et santé, 2010, Vol. 28, no 3, p. 5-33.

Chateauraynaud Francis et Debaz Josquin, Aux bords de l’irréversible : Sociologie pragmatique des transformations, Editions Pétra, coll. « Pragmatismes » 2017

Ehrenberg Alain, La Mécanique des passions: Cerveau, comportement, société, Paris, Odile Jacob, 2018.

Joly Marc et Roquebert Corentin, « De la « mère au narcissisme pervers » au « conjoint pervers narcissique » », Zilsel, 3 mars 2021, N° 8, no 1, p. 254-283.

Lemerle Sébastien, Le cerveau reptilien – Sur la popularité d’une erreur scientifique, Paris, CNRS Editions, 2021

Maignan Alex, « Le visage janusien de l’hypersensibilité. Sociogenèse d’un bien symbolique, entre catégorie profane et concept scientifique. », Mémoire de Master 2 de sociologie sous la direction d’Eva Illouz, EHESS, 2021

Marquis Nicolas, Mignon Solène et Wiseur Gaspard, « Intervenir sur le « potentiel caché » des enfants. Une perspective sociologique et comparative », L’Information psychiatrique, décembre 2021, vol. 97, no 10, p. 887-94

Saunier Adhémar, Former des cadres à toutes épreuves, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2021.

[1] L’objet de ce travail est l’hypersensibilité et non l’électrohypersensibilité, la seconde désignant une sensibilité exacerbée aux ondes électromagnétiques. Pour une sociologie de l’hypersensibilité partant de l’émergence publique de l’électrohypersensibilité pour remonter aux formes d’expression des affects et des percepts dans le monde sensible , voir Chateauraynaud & Debaz, 2010.

[2] Il serait pertinent de construire un corpus sur ce thème de la santé mentale, tant il semble avoir pris une place considérable dans le débat public ces dernières années, processus encore accentué par la crise du Covid-19.

[3] Voir infra pour un argument en faveur de cette hypothèse.

[4] On peut trouver un autre exemple de ce type d’usage dans la biographie que Marcel Fournier a consacré à Durkheim. Pour qualifier la personnalité du père fondateur de la sociologie française, il a recours au terme d’hypersensibilité : « « Peut-on dire que Durkheim ait été personnellement prédisposé à élaborer une psychologie collective d’un « type particulier » ? Il y a, dans sa vie, au moins trois choses dont on peut être certain : son hypersensibilité, ses crises de neurasthénie, et sa maladie durant les derniers jours de sa vie. Il a lui-même associé son propre « malaise mental » à la neurasthénie et à la mélancolie. » (Fournier, 2007, p.25)

[5] Sur les conditions sociales d’importation et de circulation des idées, concepts, catégories, etc., voir Bourdieu, 2002.

[6] Sur la nécessité d’articuler ces deux dimensions, voir Lemerle, 2021

[7] C’est sur cette question qu’a porté mon mémoire de Master 2 intitulé « Le visage janusien de l’hypersensibilité. Sociogenèse d’un bien symbolique, entre catégorie profane et concept scientifique. » Mémoire de Master 2 de sociologie sous la direction d’Eva Illouz, EHESS, 2021.

[8] On retrouve par ailleurs le même type de dynamique lorsqu’on s’intéresse aux professionnels de la santé mentale : plus on s’éloigne des professions institutionnalisées et reconnues comme la psychiatrie, et plus on se rapproche de professions émergentes comme celles de coachs, plus l’hypersensibilité apparait comme une catégorie désignant une réalité acquise et non questionnée. Pour un exemple de cette distance vis-à-vis de la notion associée aux médias généralistes et aux professions institutionnalisées comme celle de psychiatre, voir « L’hypersensibilité, une notion en vogue ? », France Culture, 27 octobre 2021. Sur les coachs, voir Adhémar Saunier (2021).

[9] Sur la façon dont cet idéal du potentiel caché induit des recompositions dans les modalités d’intervention sur autrui, notamment sur les enfants, voir Marquis, Mignon et Wiseur, 2021.


 



Citer ce billet
alexmaignan (2022, 16 janvier). “Hypersensible” ? Circulation médiatique et réflexivité pratique. Socio-informatique et argumentation. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ua92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.