L’aubaine pandémique ? La presse des alternatives de santé face au coronavirus

Par Adrien Thâm Kurek

Introduction

L’objectif de ce billet est de présenter une recherche de Master en cours sur le thème des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC). Le séminaire de l’EHESS « socio-informatique des alertes et des controverses » de l’année 2020-2021, animé par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, m’a permis de me familiariser avec le logiciel Prospéro, de constituer et traiter un corpus d’articles couvrant l’épidémie de coronavirus par les promoteurs des alternatives de santé. Je souligne d’abord les fonctionnalités de Prospéro qui me sont apparues les plus utiles pour ma recherche, avant de présenter les caractéristiques du corpus et les opérations de construction de celui-ci. Je poursuis avec la présentation de mes premiers résultats, et termine ce billet en suggérant quelques pistes d’analyse.

Prospéro : auxiliaire de recherche

Une des difficultés se posant à l’étude des « Médecines Alternatives et Complémentaires » (MAC) tient au fait que l’objet regroupe un ensemble de pratiques extrêmement variées (l’Académie de médecine en recense un peu plus de 300), de sorte que l’on pourrait aller jusqu’à douter de la pertinence de cette catégorie pour l’analyse sociologique. À défaut de disposer de données quantitatives robustes sur la question1, certaines recherches ont opté pour des études de cas, produisant une description serrée sur des sujets aussi divers que le magnétisme et le chamanisme (Charrasse 2018), l’homéopathie, l’acupuncture et diverses pratiques associées comme l’auriculothérapie ou la mésothérapie (Chateauraynaud 1986), la Médecine Traditionnelle Chinoise (Micollier 2011), l’Ayurvéda (Hoyez 2012) ou l’ostéopathie (Bailly 2005). Si ces modes d’enquêtes permettent de mettre au jour la logique interne et les spécificités de certaines pratiques « alternatives », elles ne fournissent pas de descriptions plus globales du phénomène. La question de la mise en relation des échelles d’analyse, qui est sans doute un des problèmes les plus partagés dans les sciences sociales, se pose avec une acuité particulière dans le cas des MAC. Comment s’autoriser à monter en généralité au sujet d’un objet aussi éclaté que les médecines alternatives, à partir de quelques observations particulières ? Il semble que l’analyse des procédés argumentatifs déployés par les acteurs peut constituer une solution intéressante pour faire apparaître des traits communs sous l’hétérogénéité des alternatives de santé. Dans cette acception, l’objet « médecines alternatives » désigne alors moins un ensemble de pratiques hétérogènes qu’une série de discours, ayant pour objet les enjeux de santé publique et un certain rapport critique aux institutions étatiques et scientifiques. Reste alors à objectiver et répertorier les formes que peuvent prendre ces discours.

Le logiciel d’analyse lexicométrique Iramuteq — auquel j’ai également pu avoir recours un temps — permet d’identifier certaines grandes thématiques d’un corpus et de mettre en évidence des oppositions de termes. Mais il présente l’inconvénient de décontextualiser totalement les énoncés analysés. Qui plus est, la dynamique interne des corpus et des jeux d’arguments échappe aux méthodes de comptage d’occurrences et de co-occurrences. Or ce point est particulièrement crucial dans le cas des MAC, puisque ces dernières semblent être périodiquement redécouvertes par le grand public, à la faveur de controverses récurrentes sur l’efficacité de certaines thérapies, sur le déremboursement de l’homéopathie2, ou sur les problématiques d’enrôlement sectaire3. L’impression d’être confronté à un objet éclaté et anhistorique m’ayant saisi à plusieurs reprises au cours de mes recherches, une expérience méthodologique nouvelle ne pouvait que m’aider à y voir un peu plus clair.

Dans cette perspective, Prospéro apparaît comme une voie médiane intéressante afin de pallier ces difficultés. La fonctionnalité « temporalité » du logiciel est apparue comme un outil pratique pour tenter de redonner une dynamique à l’objet « médecine alternative » (y compris sur la période courte de la pandémie de coronavirus), sans perdre le contact avec le contenu sémantique des textes, toujours accessible via la fonction « détail ». Qui plus est, Prospéro s’est également avéré un outil utile pour l’exploitation de données en ligne, dans une année marquée par les contraintes des confinements successifs où la « sociologie de bureau » s’est imposée comme mode privilégié de l’enquête !

Présentation du corpus

La crise ouverte par la pandémie de coronavirus a fourni un prétexte tout choisi pour étudier une controverse sur les enjeux de santé et sa réception dans des milieux historiquement critiques des institutions médico-scientifiques. L’hypothèse sous-jacente de mon travail de recherche tient à l’idée que les médecines alternatives trouvent leur légitimé aux yeux d’une partie du grand public par leur capacité à occuper des espaces divers (hôpital, entreprise, école, salons, conférences, médias) et capter des critiques émises dans d’autres espaces plus légitimes que le seul milieu des alternatives de santé4. En ce sens, la crise du coronavirus peut être lue comme une aubaine pour les promoteurs des alternatives de santé, en ce qu’elle leur a permis de mettre au centre des préoccupations les enjeux de santé publique, de dévoiler à nouveau les collusions entre la recherche médicale et les lobbies pharmaceutiques, ou de dénoncer les restrictions de libertés mises en place par les pouvoirs publics pour juguler la pandémie.

Le corpus d’articles regroupe 530 textes issus de 9 revues et sites Internet spécialisés dans la promotion des alternatives de santé5. Ces textes relèvent principalement de trois registres. Le premier ensemble regroupe 278 articles (52,5% du corpus) relayant les informations officielles sur l’évolution de la pandémie ou de la législation, sans plus de commentaires6. Le deuxième ensemble regroupe 119 articles (22,5% du corpus) prodiguant une série de conseils afin d’éviter de contracter le virus (nettoyage de la maison, lavage des mains, usage d’huiles essentielles en prévention, renforcement de son « immunité » etc.). Le troisième ensemble regroupe 133 articles d’opinion (25% du corpus). Il constitue la cible privilégiée pour une étude des stratégies argumentatives des acteurs. Cette troisième série d’articles porte le plus souvent sur la critique des politiques sanitaires déployées par les pouvoirs publics, ou sur la dénonciation des collusions des sciences médicales avec les lobbies pharmaceutiques. Le corpus mène de janvier 2020 à mai 2021 (le premier article date du 16 janvier 2020, le dernier du 4 mai 2021). Les articles ont été trouvés en utilisant les mots-clés « coronavirus », « covid » et « confinement » sur les moteurs de recherche des 9 sites, puis intégrés à la main au corpus. Pour les besoins de l’analyse, les Êtres-Fictifs (EF) VACCINS COVID@, CORONAVIRUS@, GESTES BARRIERES@, IMMUNITE@, en plus d’autres EF regroupant différents remèdes naturels (cf. Figure 3) ont été créés. Ils sont signalés comme ci-dessus, en lettres capitales suivies d’un arobase.

I. Dynamiques générales du corpus

Figure 1. Dynamique temporelle du corpus. Lecture : « Le corpus comporte 110 articles datés du mois de mars 2020. »

La fonctionnalité « temporalité => temps du corpus » de Prospéro permet d’identifier trois séquences distinctes. De janvier 2020 à l’annonce du premier confinement le 16 mars 2020, le sujet de la pandémie de coronavirus intéresse modérément la presse des alternatives de santé. On recense 44 articles écrits durant cette période. Le ton est globalement rassurant et les articles dénoncent surtout le sensationnalisme dont font preuve, selon les auteurs, les grands médias. Les acteurs du corpus revendiquent une posture mesurée et reprennent volontiers à leur compte les déclarations rassurantes d’une partie du corps médical. Le 26 février, un article explique :

S’agissant du coronavirus, des titres comme le Figaro consacrent désormais des « live » et des « directs » à la contamination de la planète entière. Pas une heure ne se passe sans qu’un pays n’annonce un nouveau cas ou son entrée dans la pandémie. Cette technique d’information repose sur l’angoisse. Elle donne le sentiment au lecteur qu’une vague est en train de submerger irrésistiblement l’ensemble de la planète. […] Comme l’indiquait ce matin le chef du service des maladies infectieuses de la Pitié, cette peur est toutefois disproportionnée.7

(Cosmico, 26 février 2020)

Parallèlement, une partie des articles se concentrent sur les façons de lutter contre les risques de contracter le coronavirus. 16 articles proposent ainsi divers « protocoles naturels » afin de « renforcer son immunité », délivrent des recettes maison de gel hydroalcoolique, enjoignent à respecter la distanciation sociale et mettent en garde contre les conséquences néfastes du stress engendré par le climat anxiogène. L’annonce du premier confinement le 16 mars 2020 rebat les cartes et semble saisir de stupeur bon nombre d’acteurs. La deuxième séquence qui s’amorce lors du premier confinement de 2020 (du 17 mars au 11 mai) est caractérisée dans le corpus par un pic dans la production d’articles, qui ne sera par ailleurs jamais atteint durant l’année suivante.

Figure 2 - Dynamique thématique du corpus
Figure 2 – Dynamique thématique du corpus. Lecture : « En mars 2020, l’être-fictif IMMUNITE@ a été recensé un peu moins de 200 fois dans les textes du corpus. »

Plus que l’évolution brute du nombre d’articles dans le corpus, il est intéressant d’observer l’évolution des thématiques abordées par la presse des alternatives de santé. A nouveau, il est possible d’identifier plusieurs séquences dont le confinement de mars constitue le premier point d’inflexion. Dans les premiers mois de la pandémie de janvier à mai 2020, la presse des alternatives de santé se fait globalement le relais des consignes gouvernementales ou des informations officielles sur la circulation du virus. La thématique des « VICTIMES@ », de la « SANTE MENTALE@ », des « symptômes » ou des « GESTES BARRIERES@ » est centrale dans nombre d’articles du corpus. Durant cette première séquence les alternatives de santé ne se spécifient réellement que par leur insistance sur la thématique de « L’IMMUNITE@ » qu’il s’agirait à tout prix de « renforcer » afin d’éviter de contracter le coronavirus. Cette stratégie n’est pas étonnante de la part de pratiques qui ont l’habitude d’insister sur les logiques de prévention de la maladie, « d’optimisation de soi » (Dalgalarrondo et Fournier 2019) au quotidien et d’attention générale à son hygiène de vie. Qui plus est, jouer la carte du « renforcement de l’immunité » permet d’entretenir sa singularité et donner à voir ses compétences en matière de santé, sans pour autant courir le risque d’être taxés d’irresponsabilité en prétendant que l’on a la solution miracle à un virus inconnu. Si la presse des alternatives de santé se veut alors modérée dans ses critiques vis-à-vis du corps médical, dont la publicisation de la lutte dans les services de réanimations pendant de nombreux mois a permis une forme d’héroïsation, la critique porte néanmoins sur les politiques sanitaires du gouvernement. Des articles dénoncent ainsi les conséquences de long terme du confinement sur la santé mentale de la population, et plus généralement sur l’impréparation flagrante des pouvoirs publics pour faire face à la crise. Un article s’interroge ainsi sur les conséquences de l’adoption du vocabulaire martial par le président Macron, dans sa désormais célèbre allocution du 16 mars 20208 :

Oui, nous vivons une crise sanitaire exceptionnelle. Mais non, nous ne sommes pas en guerre. À mon sens, ce discours martial qui a marqué les consciences, peut à terme faire plus de mal que de bien. Une initiative louable, mais très maladroite.

(Alternatif Bien-Être, 18 mars 2020)

Le 11 avril, un autre article du même site s’agace des incohérences des politiques sanitaires européennes :

Il y a trois semaines, l’urgence européenne était de contenir cette épidémie par le confinement à tout prix. Aujourd’hui l’urgence semble de mettre un terme au confinement rapidement alors que cette épidémie n’est absolument pas terminée. Y comprenez-vous quelque chose ? Non sans doute. Mais il y a des raisons à cela, profondes et cachées. En l’espace de 24 heures, la maire de Paris Anne Hildago a lancé des signaux spectaculairement contradictoires, d’abord pour renforcer le confinement… ensuite pour en sortir.

(Alternatif Bien-Être, 11 avril 2020)

La période estivale marque un creux dans le relais de ces thématiques et plus généralement dans la production d’articles, nombre d’acteurs considérant alors que la pandémie touche à son terme. Comme pour la séquence janvier-février, la presse des alternatives de santé se veut rassurante et relaie les propos d’une partie du corps médical (néanmoins bien moins unanime qu’en janvier) qui annonce l’impossibilité d’une deuxième vague. A partir du mois de septembre, c’est la thématique de la vaccination qui prend le relais pour connaître un pic lors du mois de janvier 2021 où les premières annonces d’une campagne massive de vaccination de la population voient le jour. La critique se concentre alors sur les potentiels effets indésirables des vaccins, sur la dénonciation de l’influence des lobbies pharmaceutiques, et sur le caractère liberticide de la mise en place d’une éventuelle vaccination obligatoire. Le ton des articles d’opinions est alors bien moins modéré et le ralliement à l’union nationale sanitaire est vraisemblablement passé de mode.

II. Les alternatives de santé, forces de propositions

Figure 3 - Solutions "naturelles" face au coronavirus évoquées dans le corpus
Figure 3 – Solutions « naturelles » face au coronavirus évoquées dans le corpus. Lecture : « Au moins de mars 2020, il est fait mention de la propolis un peu plus de 20 fois dans les textes du corpus. »

Nous avons vu que la stratégie du « renforcement de l’immunité » a été la voie privilégiée par la presse des alternatives de santé afin d’apparaître comme force de proposition. Si cette formule fait parfois office de slogan, elle s’est également incarnée dans des propositions concrètes. Les recherches médicales sur le covid ont suscité à plusieurs reprises l’enthousiasme des acteurs du corpus, quand certaines études mettaient en avant le potentiel de composants à base de plantes, ou de vitamines, pris en prévention. Prospéro a permis d’identifier 6 remèdes ayant particulièrement fait parler d’eux (vitamines C et D, huiles essentielles, Artemisia, Laurier noble, zinc et propolis). Dans l’ensemble, force est de constater que l’enthousiasme a souvent été de courte durée, la séquence du premier confinement de mars à mai a popularisé le laurier noble et l’Artemisia annua – à la faveur de l’adoption du remède Covid-Organics par le gouvernement malgache au mois de mai9 – mais sans réelle suite. La solution des huiles essentielles, la plus mise en avant de février à avril connaît ensuite un décrochage long, potentiellement lié à la publication d’une recommandation de l’Anses mettant en garde contre les diffuseurs d’huiles essentielles10, et les compléments alimentaires à base de plantes11, pour lutter contre le covid et qui connaîtra un relais dans la presse au mois d’avril12. Au final, seule la solution de la complémentation en vitamines D connaît une trajectoire de rebonds nets, à la faveur de différentes études médicales en septembre 2020 et janvier 202113, que les acteurs du corpus s’empressent de relayer non sans une pointe d’ironie :

Ils ont découvert l’existence du feu ! Entendre les plus grands experts de France se prononcer en faveur de la vitamine D, c’est comme si les meilleurs ingénieurs du pays nous annonçaient la découverte du feu. Car, franchement, ce n’était pas compliqué : la vitamine D sert à réguler le récepteur ACE2, qui est la cible qui permet au SarsCov 2 (le virus qui donne le Covid) de rentrer dans les cellules. […] Il ne fallait pas avoir fait Polytechnique pour deviner que, face à une maladie infectieuse nouvelle, et en l’absence de tout traitement éprouvé, la première chose intelligente à faire était de donner de la vitamine D à toute la population, et vite ! Les précurseurs ont été persécutés (rien n’a changé depuis Galilée).

(Santé Corps Esprit, 29 janvier 2021)

Le cas de la vitamine D illustre bien la façon dont les médecines alternatives peuvent tenter de revêtir les habits de précurseurs, pionniers, ou lanceurs d’alerte. L’appel classique à la figure de Galilée, s’il constitue un trope de l’argumentation des parasciences (Doury 1999), se trouve ici réactualisé avec d’autant plus de vigueur qu’il est possible pour les acteurs du corpus de faire un pied-de-nez à leurs détracteurs habituels, dans un contexte d’incertitude généralisée où les frontières du savoir et du non-savoir sont nécessairement amenées à se brouiller.

III. Le paradoxe chloroquine

Le lecteur avisé aura sans doute déjà remarqué la présence de la chloroquine sur la figure 3. Loin de moi l’idée de rentrer dans le débat du statut médical ou non-médical de ce remède, en affirmant avec provocation qu’il est à renvoyer dans le camp des seules alternatives de santé. Il me semblait malgré tout intéressant de souligner que si les six remèdes « naturels » que nous avons identifiés ont beaucoup fait parler, la chloroquine reste en réalité le remède le plus présent dans notre corpus. Le paradoxe veut ainsi qu’un médicament pourtant « chimique », sorti tout droit d’un laboratoire pharmaceutique et recommandé par un représentant éminent de la science médicale « officielle » soit celui qui semble avoir attiré le plus l’attention des partisans des alternatives de santé. Je souhaiterai dans les paragraphes suivants proposer une analyse du ralliement paradoxal d’une partie des alternatives de santé à la cause du Professeur Raoult. Il faut immédiatement préciser qu’au sein du corpus, le ralliement n’est pas non plus absolu. Un article daté du 24 mars 2020 précise par exemple :

De mon côté, je suis resté prudent parce que, franchement, je n’ai aucune information de plus que les autres sur ce nouveau coronavirus, et n’ai aucune raison d’être pour, ni contre, la chloroquine. Il ne s’agit pas d’un traitement naturel.

(Santé Nature Innovation, 24 mars 2020)

L’enthousiasme dont ont pu faire preuve certain acteurs tient finalement moins à la chloroquine en tant que remède, qu’à ce que la médiatisation du professeur de l’IHU de Marseille a permis de publiciser comme critique du système de santé, déjà portée par les médecines alternatives. Si, en tant que médecin, Raoult promulgue des solutions « chimiques » en faisant peu de cas des alternatives de santé, ses diverses prises de positions au fil des mois au sujet de Big Pharma ou de l’inutilité des mesures de confinement ont suffi pour en faire un personnage sympathique aux yeux des acteurs du corpus. Faisant suite à la controverse du « LancetGate » du mois de mai, un article du 2 juin 2020 s’exprime en ces termes :

Magnifique ! le Pr Raoult crache le morceau ! C’est officiel : nous avons désormais un porte-voix médiatique et puissant : le Pr Raoult ! Certes, il ne défend pas les médecines naturelles (ce qui ne l’a pas empêché de confirmer ce que je vous disais sur l’importance du zinc contre le Covid-19). Mais ce qui compte, c’est que le Pr Raoult a compris que notre système de santé est perverti… et il n’hésite pas à le dire à la France entière ! Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis heureux de l’entendre dire haut et fort ce que je dénonce depuis des années.

(Santé Corps Esprit, 2 juin 2020)

Le cas Raoult permet ainsi d’illustrer notre hypothèse de départ d’un succès des alternatives de santé par leur capacité à s’arrimer à des espaces critiques dotés d’une plus grande légitimité, liés à un éminent infectiologue, qui plus est désormais connu de tous. Cette captation de la figure de Raoult se vérifie également par les rapprochements que la presse des alternatives de santé tente de faire avec d’autres figures controversées ayant exprimé quant à eux des sympathies pour ce milieu. C’est notamment le cas du Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et désormais fervent défenseur des recherches menées jadis par le Professeur Benveniste sur la « mémoire de l’eau » (Ragouet 2016). Les déclarations de Montagnier en avril 2020 sur les origines humaines du Covid avaient alors suscité un tollé médiatique. Le 21 avril 2020, un article du corpus avançait ce qui suit  :

N’est-il pas étrange que des chercheurs et journalistes n’attendent pas de lire son étude pour se prononcer ? La démarche scientifique ne consiste-t-elle pas à examiner les preuves, en toute bonne foi, avant d’émettre une opinion ? Pourquoi cet empressement à réfuter la thèse du Pr Montagnier, avant même de lire son étude ? Et d’ailleurs… Cela ne vous rappelle-t-il pas le « tir de barrage » qu’a subi le Pr Raoult ? La thèse du Pr Montagnier : une nouvelle « affaire Raoult » ? Juste avant le Pr Montagnier, le Pr Raoult a lui aussi commis un « crime de lèse-majesté ».

(Santé Corps Esprit, 21 avril 2020)

La fonction « nom » puis « réseau » de Prospéro permet de repérer les noms propres du corpus et de tracer des réseaux de cooccurrences au sein des textes entre ces derniers. Cette fonctionnalité s’est révélée particulièrement utile pour prendre la mesure de la façon dont la figure de Raoult a été captée par les acteurs du corpus.

Figure 4 – Graphe réseau du nom « Raoult » dans le corpus (20 nœuds ; 30 liens)
Figure 4 – Graphe réseau du nom « Raoult » dans le corpus (20 nœuds ; 30 liens) . Précisions de lecture : Un fichier .net a été généré grâce à Prospéro et a été traité dans le logiciel d’analyse de Réseau Gephi. L’algorithme de spatialisation « Yifan Hu proportionnel » a été utilisé. La taille des nœuds est proportionnelle à leur degré. La taille des liens est proportionnelle à l’intensité des liaisons entre les nœuds. Prospéro mesure l’intensité des liaisons entre deux nœuds par un calcul attribuant un score de 1 à une liaison entre deux noms séparés par au moins deux verbes, et un score de 2 à une liaison entre deux noms séparés par au plus un seul verbe.

La nature des relations que le nom de Raoult entretient avec les autres personnages du corpus se décline sur trois modes : un mode de filiation ; un mode d’opposition ; un mode d’équivalence. Concernant le mode de filiation, en plus du Professeur Luc Montagnier, Didier Raoult se trouve rapproché dans les textes de personnages comme la généticienne Alexandra Henrion-Claude, le professeur Christian Perronne, tous deux proches des milieux dits « complotistes »14, ainsi qu’à Jean-Marc Dupuis et Xavier Bazin, deux journalistes promoteurs des alternatives de santé. Il se trouve de plus mis en opposition dans les textes avec un ensemble de personnages politiques (Macron, Véran, Cazeneuve, Trump, Johnson), de médecins membres du conseil scientifique mis en place par le gouvernement (Karine Lacombe, Jean-François Delfraissy, Yazdan Yazdanpanah) et du médecin responsable du plan vaccinal français depuis décembre 2020 Alain Fischer. Enfin, il est par moments comparé à des élites médicales éminentes tel que le Vladimir Zelenko, médecin New-Yorkais ayant utilisé un remède à base d’hydroxychloroquine, Anthony Fauci, immunologue responsable de la politique sanitaire sous le gouvernement Trump, ou plus lointainement Pierre Kory, promoteur de l’Ivermectine. La position centrale de Raoult au sein de ces trois catégories de personnages traduit bien la façon dont les alternatives de santé tentent dans leur discours de faire de lui un personnage au triple statut : éminent chercheur, opposant au « système » et quasi-associé des autres porte-voix des alternatives de santé.

IV. Jeux d’arguments : la science démasquée

La réappropriation du professeur Raoult ne constitue en réalité qu’une facette des possibilités critiques qu’a ouvert la période pandémique. En ce sens, la crise du coronavirus a bien agi comme une aubaine pour la presse spécialisée qui a pu consolider des critiques qu’elle avait émises de longue date sur le fonctionnement de la science médicale. En somme, on ne peut que rejoindre le constat de l’équipe du GSPR pour laquelle le coronavirus a produit une situation où « les prises critiques ne manquent pas » (GSPR 2020). Avant de clore cette brève contribution, je propose de donner quelques exemples d’opportunités argumentatives permises par la crise du covid. À nouveau, la fonction « détail » de Prospéro associée à la fonctionnalité « régimes discursifs » a permis de naviguer plus facilement dans le corpus et d’identifier des textes à vocation critique.

Critiquer les standards méthodologiques de l’EBM

La controverse Raoult a tout d’abord fourni l’occasion de critiquer les standards méthodologiques de l’Evidence Based Medecine, que les partisans des alternatives connaissent bien, puisque c’est selon ces mêmes standards qu’une bonne partie des pratiques qu’ils promeuvent sont considérées comme inefficaces au plan thérapeutique. La dénonciation par un épidémiologiste de renom de l’absurdité de la science « Big Data » et des « méthodologistes » attachés au principe des RCT a fourni une occasion de mise en cause d’un « espace de calcul commun » (Chateauraynaud 2011), dont les tenants des alternatives de santé ont alors espéré qu’il allait céder sa place à une évaluation plus qualitative des pratiques de soins (et par extension, plus favorable aux alternatives de santé). Dans un article daté du 4 avril 2020, alors que le président Macron vient d’autoriser l’usage de l’HCQ qui n’a alors fait aucune preuve de son efficacité thérapeutique, un commentateur se réjouit:

La décision d’autoriser le traitement à l’hydroxychloroquine vient, on le sait, directement du président de la République. En faisant cela, Emmanuel Macron a dynamité un dogme médical datant de la fin du XIXe siècle. […] Laissez-moi à présent vous dire pourquoi j’espère que cette décision inédite sera suivie d’autres du même type. Les essais randomisés en double-aveugle permettent d’obtenir des résultats rigoureux, mais leur règne sans partage dans le paysage de la médecine « officielle » pose plusieurs problèmes importants. D’abord, le niveau de « preuve » par rapport à d’autres essais, de moindre envergure, est en fin de compte assez faible. Souvent, ces essais ne font que confirmer à grands frais les conclusions identiques d’autres études préliminaires. Mais, surtout, ces essais sont si longs et si coûteux que, de facto, seuls les grands groupes pharmaceutiques ont les « reins » assez solides pour les mener jusqu’au bout. Cela leur coûte beaucoup de temps et d’argent. Cela leur donne un quasi-monopole sur la santé publique de nos pays occidentaux. C’est l’une des raisons pour lesquelles, aujourd’hui en France, la plupart des remèdes naturels et/ou traditionnels n’ont pas le droit de se présenter comme « remède » : parce qu’aucun grand groupe pharmaceutique n’a d’intérêt financier à les promouvoir en effectuant un essai randomisé en double-aveugle, long et coûteux.

(Alternatif Bien-Être, 4 avril 2020)

De la controverse sur l’HCQ à la question de l’efficacité des « remèdes naturels », la translation se fait sans accrocs et est permise par la figure fédératrice du professeur Raoult que les alternatives de santé ont tenté d’accaparer.

La controverse LancetGate

Si les déclarations du professeur Raoult envers les standards de l’EBM publicisent une critique bienvenue du point de vue des médecines alternatives, l’affaire du « LancetGate » a constitué une manne inespérée en termes d’opérateurs de critiques. Pour rappel, le 22 mai 2020 le Lancet publie un article démontrant l’inefficacité de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19. L’étude est supposément basée sur une cohorte de 96 000 patients, répartis sur 5 continents et pilotée par la société Surgisphere. La presse à grand tirage titre pendant une semaine « HCQ fin de partie », et annonce déjà la clôture de la controverse Raoult. Des critiques émergent néanmoins petit-à-petit sur la méthodologie employée par l’article en question, et des doutes surgissent sur des falsifications potentielles. Progressivement, une partie du monde médicale désavoue les conclusions de l’article et le 4 juin, le Lancet annonce finalement retirer officiellement l’article de ses colonnes. Du côté de la presse des alternatives de santé, on jubile. Le 25 mai, avant-même l’annonce de son retrait, un article explique :

Dans toute cette tragédie du Covid-19, il y a au moins une bonne nouvelle. Cette crise met en pleine lumière les graves dysfonctionnements de notre système médical ! Et les yeux des Français sont en train de s’ouvrir à vitesse grand V sur beaucoup de sujets cruciaux. Ainsi, cela fait des années que je vous dis que la majorité des études scientifiques sont manipulées, biaisées, voire truquées par l’industrie pharmaceutique. C’est ce qui explique que la plupart des médecins prescrivent des médicaments « inutiles et dangereux », sans même en être conscients. Le problème est que c’est un sujet très technique… et Big Pharma est devenue experte pour « bidonner » les études scientifiques sans trop laisser de traces. Résultat : cela passe largement au-dessus de la tête de la plupart des gens… et même des médecins ! Mais cela commence à changer, en ce moment même. Car les Français ont un exemple évident, sous leurs yeux. Je veux parler de la fameuse étude du Lancet, publiée vendredi dernier, qui conclut que l’hydroxychloroquine est dangereuse pour les malades hospitalisés.Je suis heureux d’entendre des voix puissantes s’élever contre l’incroyable manipulation autour de cette étude : De nombreux médecins, organisés autour du collectif « Laissez-les prescrire», ont dénoncé le trucage de cette étude dans les médias ; Un ancien Ministre de la Santé, Philippe Douste Blazy a dit en direct à la télévision que la plupart des études scientifiques sont faussées ; Et bien sûr, le Pr Raoult lui-même est en première ligne pour dénoncer la grossière manipulation du Lancet : écoutez-le ce soir à 18h, sur LCI !

(Santé Corps Esprit, 25 mai 2020)

Il y a fort à parier que l’affaire du LancetGate rejoindra le répertoire des arguments à disposition des adeptes des alternatives de santé lorsqu’il s’agira de mettre en doute l’autorité épistémique des experts, et marquera durablement la mémoire collective de cette communauté. L’hypothèse est d’autant plus plausible que le corpus fournit déjà des exemples d’une telle réutilisation sur la thématique des vaccins, devenue dominante à partir de l’autonome 2020. Le 6 février 2021, un article explique par exemple :

La malédiction de Pinocchio est en train de ravager le monde médical. La revue médicale The Lancet a publié mercredi 3 février 2021, les résultats d’une grande étude sur le vaccin Covid Spoutnik. Cette étude conclut à une forte efficacité du vaccin (91,6 %), sans causer plus d’effets secondaires que les autres vaccins. Il y aurait même eu moins d’événements indésirables graves dans le groupe vacciné que dans le groupe placebo ! 0,3 % contre 0,4 %. Aucun des problèmes de santé graves apparus après la vaccination n’a été attribué au vaccin lui-même. Le problème est que The Lancet, qui était autrefois la revue médicale la plus prestigieuse et la plus respectée du monde, s’est discréditée le 22 mai 2020 en publiant une étude sur la chloroquine et l’hydroxycholoroquine comme traitements de la Covid-19. […] Cette étude ayant entraîné l’arrêt immédiat des essais cliniques portant sur la chloroquine, il était impossible de ne pas soupçonner un coup fourré de quelque laboratoire puissant, désireux de torpiller un traitement trop simple, trop connu et trop bon marché à leur goût… Une nouvelle imprudence du Lancet. Cette étude sur le vaccin Spoutnik V paraît beaucoup plus sérieuse que l’étude sur la chloroquine. Mais que voulez-vous ? On ne sait plus si on peut faire confiance à ce qui est écrit.

(Santé Nature Innovation, 6 février 2021)

Conclusion

L’usage de Prospéro a permis d’explorer un corpus de presse centré sur la question du covid et des médecines alternatives, et a aidé à mettre en évidence l’aubaine que représente la pandémie du point de vue du répertoire argumentatif disponible pour les acteurs. En mettant sur le devant de la scène les enjeux de santé publique, en transportant les disputatio scientifiques à la vue de tous dans le champ médiatique et en faisant d’un épidémiologiste éminent son porte-voix, la presse des alternatives de santé se retrouve dans une position où elle peut faire valoir son avant-gardisme.

Si l’étude de corpus a le mérite de permettre d’ordonner et d’extraire des logiques argumentatives d’un grand nombre de textes, cette démarche laissée à elle-même bute néanmoins fatalement sur la question de la performativité des énoncés. En d’autres termes, si Prospéro nous permet de nous donner une première idée de la réactualisation des jeux d’arguments à disposition des adeptes des alternatives de santé, on ne saurait en déduire mécaniquement les modalités de leurs usages, ni le public auprès duquel ces derniers auront une portée. Une étude complémentaire de la réception de ces discours reste à faire, afin de prendre la mesure de l’impact de la crise du covid sur la crédibilité des alternatives de santé. Contre les conceptions répandues qu’Internet expliquerait mécaniquement, le succès des discours marginaux ou « complotistes » nous faisant entrer irrémédiablement dans l’ère de la « post-vérité », les sciences sociales peuvent faire valoir la logique de l’enquête en privilégiant l’entrée par les moments critiques. Les mondes dans lesquels s’expriment les acteurs des alternatives de santé peuvent alors nourrir un observatoire des tensions critiques sur lesquelles il reste beaucoup à dire.

 

Bibliographie

Bailly Evelyne, 2005, Les ostéopathes face à la contrainte institutionnelle : genèse d’une professionnalisation, Thèse de doctorat, Nantes.

Beck Ulrich, 2008, La Société du risque: Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, 528 p.

Boullier Henri, Kotras Baptiste et Siles Ignacio, 2021, « Savoirs incertains. Étudier « complots » et « vérités » à l’ère numérique », RESET. Recherches en sciences sociales sur Internet, 20 mai 2021, no 10.

Charrasse Fanny, 2018, « Modernes parce que traditionnels ? La légitimation du magnétisme en France et du chamanisme au Pérou », Politix, 2018, vol. 123, no 3, p. 87‑113.

Chateauraynaud Francis, 2011, Argumenter dans un champ de forces: Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra, 484 p.

Chateauraynaud Francis, 1986, « Les médecins et les techniques de soins non allopathiques. Modes d’installation et formes de capital thérapeutique. », Sciences Sociales et Santé, 1986, vol. 4, no 3, p. 5‑49.

Conway Erik M. et Oreskes Naomi, 2014, Les marchands de doute – Poche, Paris, POMMIER, 544 p.

Dalgalarrondo Sébastien et Fournier Tristan, 2019, « Introduction. Les morales de l’optimisation ou les routes du soi », Ethnologie française, 2019, vol. 49, no 4, p. 639‑651.

Doury Marianne, 1997, Le Débat Immobile : L’argumentation dans le débat médiatique sur les parasciences, 1ère édition., Paris, Editions Kimé, 267 p.

Grimaldi André, 2010, « Les différents habits de l’« expert profane » », Les Tribunes de la santé, 2010, vol. 27, no 2, p. 91‑100.

GSPR (texte collectif), 2020, «Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique »», Carnet Hypothèse Socio-informatique et argumentation [Disponible en ligne].

Hoyez Anne-Cécile, 2012, « “L’ayurveda, c’est pour les Français”. Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire », Revue européenne des migrations internationales, 2012, vol. 28, no 2, p. 149‑170.

Micollier Évelyne, 2011, « Un savoir thérapeutique hybride et mobile. Éclairage sur la recherche médicale en médecine chinoise en chine aujourd’hui », Revue d’anthropologie des connaissances, 2011, vol. 5, 1, no 1, p. 41‑70.

Proctor Robert et Schiebinger Londa, 2008, Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, 1st edition, Stanford, Calif, Stanford University Press, 312 p.

Ragouet Pascal, 2016, L’Eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique, Paris, Raisons d’agir, 240 p.

Schmitz Olivier (dir) et al., 2006, Les médecines en parallèle : Multiplicité des recours au soin en Occident, Paris, Karthala, 278 p.

 

Annexe

Nom de la revue Nombre d’articles Nature
Presse Santé Naturelle 134 Site Internet
Alternative Santé 98 Revue mensuelle
Santé Nature Innovation 66 Site Internet
Santé Corps Esprit 65 Revue mensuelle
Plantes et Santé 64 Revue mensuelle
Alternatif Bien-Être 47 Revue mensuelle
Rebelle-Santé 29 Revue mensuelle
Cosmico 25 Site Internet
Médoucine 1 Site Internet
Tableau 1 – Constitution du corpus
  1. On dispose tout au plus de quelques sondages donnant une idée du taux de recours aux alternatives de santé. Selon un sondage Haris Interactive pour SantéClaire daté de 2019, 7 français sur 10 ont eu recours à une pratique alternative de santé au moins une fois au cours de leur vie. []
  2. Voir la tribune des 124 dans le Figaro en 2018 ayant donné lieu à la décision du déremboursement de l’homéopathie par Agnès Buzyn à l’horizon 2021. https://sante.lefigaro.fr/article/l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives-/ []
  3. Ces derniers temps, c’est par exemple le youtubeur Thierry Casasnovas qui s’est trouvé sous les feux de la Miviludes. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/defenseur-du-crudivorisme-le-youtubeur-thierrry-casasnovas-inquiete-les-autorites-1617199468 []
  4. La mise en cause de la parole experte est un constat classique des sociologies de l’expertise qui l’ont analysée en terme de « société du risque » (Beck 2008) , de « co-construction de savoirs », « d’expertise-profane » (Grimaldi 2010), « d’agnotologie » (Proctor et Schiebinger 2008 ; Oreske et Conway 2014) etc. []
  5. On trouvera en annexe un tableau récapitulatif. []
  6. Cette proportion n’est pas inintéressante à commenter en soi. Si les médecines alternatives font souvent l’objet de critiques sur les propositions véhémentes qu’elles véhiculent ou sur les « FakeNews » qu’elle propageraient en masse, ces premiers résultats suggèrent qu’une partie de la presse « alternative » sait également se faire l’écho des informations « officielles ». []
  7. Les passages en gras dans les différents extraits sont de mon fait. []
  8. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/16/adresse-aux-francais-covid19 []
  9. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/covid-organics-trois-questions-sur-le-remede-miracle-vante-par-madagascar_2125866.html []
  10. https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-met-en-garde-contre-la-consommation-de-compl%C3%A9ments-alimentaires-pouvant-perturber-la []
  11. https://www.anses.fr/fr/content/sprays-et-diffuseurs-%C3%A0-base-d%E2%80%99huiles-essentielles-l%E2%80%99anses-appelle-%C3%A0-la-vigilance []
  12. https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-les-huiles-essentielles-ne-permettent-pas-de-lutter-contre-le-virus-28-04-2020-8307081.php []
  13. https://www.larevuedupraticien.fr/article/effet-benefique-de-la-vitamine-d-dans-la-covid-quelles-sont-les-donnees. []
  14. Le qualificatif de « complotisme » est, on le sait, hautement problématique pour les sciences sociales ; il est utilisé ici faute de mieux. Je renvoie à l’article introductif du dernier numéro de la revue RESET sur les « savoirs incertains » qui fait le point sur la question. (Boullier, Kotras, Siles, 2021). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.