« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Par Pierre-Emmanuel Metzger—Debrune

Introduction

Dans ce billet, qui fait suite à un travail réalisé pour le séminaire « Socio-informatique des alertes et des controverses » (2020-2021), nous proposons une description et une explication des dynamiques temporelles et des jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, saisi sur une courte période (2017-2019). Pour cela, nous avons constitué un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique au cours de cette période1. Ce corpus a ensuite été analysé à l’aide de Prospéro 1.

En avril 2019, le média d’investigation Disclose publie une enquête inédite affirmant – entre autres – que des armes françaises ont été utilisées par l’Arabie saoudite contre des civils yéménites. Ces révélations2 suscitent immédiatement de nombreuses réactions. Pour bien comprendre celles-ci, il est nécessaire de rappeler quelques éléments du contexte dans lequel cette enquête prend son sens. De nombreux observateurs ont vu dans les années 2000-2010 un moment de réarmement global. La France n’est pas restée étrangère à cette tendance : entre 2012 et 2017, François Hollande et Jean-Yves Le Drian ont relancé les ventes d’armement, faisant de la France la troisième puissance exportatrice d’armes dans le monde. L’armement français représente alors en 2017 une dizaine de groupes de taille mondiale, 4 000 PME, et entre 165 000 et 200 000 salariés. Dès 2017, Emmanuel Macron s’engage à poursuivre la politique de François Hollande et à « réindustrialis[er] la Défense ». Jean-Yves Le Drian est reconduit dans ses fonctions, et poursuit sa stratégie visant à faire de la France une puissance de premier plan en matière d’armement.

Si le commerce des armes n’est a priori pas illégal, il est encadré par le droit international, principalement par la Position commune de l’UE (2008) et par le Traité sur le commerce des armes (TCA, 2014), auxquels viennent s’ajouter entre autres la Déclaration universelle des droits de l’homme et les Conventions de Genève. Ces textes visent à empêcher que des armes ne soient transférées, dès lors qu’il existe un risque qu’elles puissent servir à commettre des violations des droits de l’homme, du droit international humanitaire ou à réprimer les populations. Toutefois, sur la seule période 2017-2019, de multiples observateurs (journalistes, ONG, civils, etc.) ont affirmé que la France avait violé ses engagements internationaux, notamment en Égypte, en Libye, au Maroc et au Cameroun. Mais, au cours de cette période, ce sont surtout les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (E.A.U.) qui ont constitué le cœur du dossier des ventes d’armes de la France. Rappelons qu’en 2014 éclate une guerre civile au Yémen : les rebelles houthis, des chiites soutenus par l’Iran, veulent renverser le pouvoir yéménite. En mars 2015, l’Arabie saoudite lance une coalition au Yémen avec pour objectif de remettre au pouvoir le président Hadi, renversé par l’insurrection. En trois ans, la guerre fait plus de 10 000 morts dont de nombreux civils. Le problème, au regard du droit international, est alors le suivant : les armes ayant servi à tuer des civils au Yémen étaient-elles françaises ? Et, si oui, les autorités françaises en étaient-elles informées ?

Dès les années 2015-2017, des spécialistes et des ONG, observant que l’Arabie saoudite et les E.A.U. constituaient des clients importants pour l’industrie française de l’armement, dénonçaient des clients « douteux » et des « risques » d’utilisation d’armes françaises contre des civils. En mars-avril 2018, ces ONG affirmèrent disposer d’« indices de présence » suffisants pour engager des recours juridiques. Le gouvernement répondit que si des armes françaises avaient effectivement été utilisées dans le conflit, elles ne l’avaient été qu’à titre purement défensif, sur le sol saoudien, près de la frontière avec le Yémen. C’est dans ce contexte qu’en avril 2019, Disclose, s’appuyant sur la fuite d’une note de la Direction du renseignement militaire, affirma que l’exécutif savait que des armes françaises avaient effectivement été utilisées (et continueraient à l’être) contre des houthis et des civils, et ce dès le mois d’octobre 2018. Pourtant aucune mesure ne fut prise. Et jusqu’à la fin de l’année 2019, l’exécutif a continué à nier ces affirmations, sans interrompre ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux E.A.U.

Constitution, structure et temporalité du corpus

Quelles différences peut-on observer dans la façon dont des médias diffusent l’information sur un dossier, c’est-à-dire dans la sélection, la mise en forme voire la divulgation de celle-ci ? Pour répondre à cette question, et ainsi mettre en œuvre une approche comparative, nous avons constitué un corpus à partir des textes publiés par six acteurs occupant des positions différentes dans le champ médiatique3 : Disclose, Amnesty International France (Amnesty), l’AFP, Reuters, Le Monde et Challenges4. Ces acteurs ont été choisis parce qu’il nous a semblé qu’ils différaient suffisamment pour produire une comparaison heuristique : Disclose, média d’investigation, entend révéler des informations tandis qu’Amnesty milite pour que les droits humains soient respectés ; l’AFP et Reuters sont deux agences de presse, affiliés historiquement à des pays différents ; Le Monde est l’un des quotidiens payants les plus lus en France tandis que Challenges est un magazine spécialisé dans l’économie et la finance. Sur la période considérée, le corpus est exhaustif s’agissant des textes publiés par Disclose sur son site internet, et quasi-exhaustif s’agissant des autres sources d’information recherchées depuis la base Europresse (pour l’AFP, Challenges, Le Monde et Reuters) et Google (pour Reuters et Amnesty). Pour étudier les dynamiques temporelles du dossier, nous avons choisi d’examiner les différences survenant dans le corpus année après année5. La figure 1 montre la structure du corpus ainsi constitué, en fonction des acteurs et des années de publication des textes :

Figure 1 : Structure du corpus. Lecture : en 2018, l'AFP a publié 17 textes relatifs aux ventes d'armes de la France.
Figure 1 : Structure du corpus. Lecture : en 2018, l’AFP a publié 17 textes relatifs aux ventes d’armes de la France.

Commençons par examiner le profil temporel du corpus (figure 2). En 2017, en l’absence d’éléments tangibles démontrant l’utilisation d’armes françaises par l’Arabie saoudite et les E.A.U. au Yémen, peu de textes sont publiés sur le dossier. Si Amnesty pointe un « risque » que la France soit « complice de multiples violations du droit international des droits humains et du droit international humanitaire », le corpus est surtout alimenté par Challenges, qui se réjouit des succès de l’armement français (ou, au contraire, déplore les « mauvais comptes » de la France). Les deux premiers pics du corpus surviennent en 2018, suite aux premiers « indices de présence » d’armes françaises en mars-avril 2018 et à l’affaire Khashoggi – au cours de laquelle la France s’est opposée à l’Allemagne quant aux sanctions à adopter contre l’Arabie saoudite pour exiger le respect des droits humains. Enfin, entre 2018 et 2019, le corpus double presque de volume : les révélations de Disclose et leurs conséquences (négations du gouvernement, convocations de journalistes par la DGSI, affaire des cargos) conduisent à une forte augmentation du nombre de textes publiés en avril-mai 2019 – augmentation suivie par une forte baisse des publications au cours de l’été 2019.

Figure 2 : Structure temporelle du corpus. Lecture : le corpus contient 14 textes publiés en avril 2019.
Figure 2 : Profil temporel du corpus. Lecture : le corpus contient 14 textes publiés en avril 2019.

Dynamiques temporelles

Une des principales fonctionnalités du logiciel Prospéro repose sur le comptage du nombre d’occurrences d’expressions préalablement regroupées dans des catégories6. Pour analyser le corpus, nous avons pu nous appuyer sur l’ensemble des catégories fournies avec l’installation du logiciel Prospéro. Nous avons cependant adapté certaines de ces catégories, telles qu’Éthique et Morale (pour laquelle nous avons pris en compte toutes les références aux droits de l’Homme en tant que principe : « droits de l’homme », « vies humaines », etc.), Formes juridiques (catégorie incluant désormais toutes les références au droit international en général et aux traités internationaux relatifs à l’armement en particulier : « TCA », « Position commune », « droit international humanitaire », etc.), ou encore Violence et mauvais traitement (complétée avec les références aux exactions rapportées dans les enquêtes successives). Ces adaptations ont été faites dans le but de bien distinguer être (le droit international tel qu’il est effectivement) et devoir-être (les droits de l’homme en tant que principe de philosophie politique). Enfin, de nouvelles catégories ont été créées : Guerres et conflits armés (« coalition », « frappes aériennes », « rebelles », etc.) et Crise humanitaire (« famine », « maladies », etc.). Le lecteur trouvera dans la figure 3 quelques exemples d’expressions prises en compte lors du calcul du nombre d’occurrences de chaque catégorie.

Pour appréhender les dynamiques temporelles à l’œuvre dans le corpus, nous avons établi, pour chaque année, la hiérarchie des dix catégories les plus représentées dans les textes7 :

Figure 3 : Hiérarchie des dix catégories les plus représentées dans chaque sous-corpus d'année. Lecture : la catégorie « Géopolitologie » est la troisième catégorie la plus représentée dans le sous-corpus constitué des textes publiés en 2017. Elle recule au quatrième rang en 2018, puis au huitième rang en 2019.
Figure 3 : Hiérarchie des dix catégories les plus représentées dans chaque sous-corpus d’année. Lecture : la catégorie «Géopolitologie» est la troisième catégorie la plus représentée dans le sous-corpus constitué des textes publiés en 2017. Elle recule au quatrième rang en 2018, puis au huitième rang en 2019.

Les catégories présentes dans la figure 3 connaissent chacune une trajectoire parmi trois possibles. Certaines catégories apparaissent comme croissantes : année après année, elles occupent des rangs de plus en plus élevés dans la hiérarchie des catégories. Cette croissance se comprend facilement : avec les premiers signes de présence et les révélations de l’enquête Disclose, on passe d’une logique de la vigilance (« des armes pourraient être utilisées » ; « il y a un risque d’utilisation ») à une logique de l’alerte (« des armes ont été utilisées et, si on ne fait rien, elles continueront à l’être »)8. Le lien entre les ventes d’armes de la France et les profits qu’elles rapportent, d’une part, et les conflits étrangers, d’autre part, est fait (Guerres et conflits armés) : les armes, qui étaient encore regardées en 2017 comme des fabrications françaises s’exportant plus ou moins bien, ne sont désormais plus considérées indépendamment de leur utilisation. Le travail journalistique et/ou d’investigation (Opinion/Communication, Enquête-Investigation) prend une place considérable dans la diffusion et la vérification de ces révélations. Celles-ci conduisent à de nombreuses critiques (Modes de dénonciation) : Disclose dénonce ces utilisations, Le Monde ouvre des tribunes, et Amnesty réfléchit, avec d’autres ONG et des cabinets d’avocats, à de possibles recours en justice (Formes juridiques).

D’autres catégories apparaissent comme stables ou constantes : leur rang dans la hiérarchie des catégories n’évolue pas ou peu d’une année à l’autre. Il s’agit des catégories qui structurent fortement le dossier, qui en constituent en quelque sorte le dénominateur commun de 2017 à 2019 : il est toujours question des ventes d’armes (Logique de marché) et des Violences et Mauvais traitements commis lors des guerres, des guerres civiles et des répressions des populations. La catégorie de Sociologie politique est également stable dans cette hiérarchie : elle renvoie aux institutions qui structurent l’activité démocratique (Parlement, Assemblée nationale, Sénat), aux agents disposant d’un mandat dans ces institutions, et aux idéaux démocratiques mis en avant dans les textes du corpus (défense de la « démocratie » et du « débat démocratique », mise en avant du rôle de la « société civile » et des « citoyens », critique du « déficit démocratique » et du recul de l’« État de droit »).

Enfin, certaines catégories sont décroissantes : elles sont de moins en moins représentées. Comme on l’a vu, dès 2018, le souci n’est plus de savoir combien les armes rapportent (Logique financière, Raisonnement statistique) mais comment elles sont utilisées. Les catégories de Géopolitologie et d’Accord/Coopération continuent à structurer le dossier mais reculent au profit des logiques politiques nationales, des logiques d’enquête et des logiques juridiques – signe que les relations internationales ne sont plus l’objet premier des textes mais la trame de fond de débats internes à l’espace national qui, eux, sont revenus au premier plan. Enfin, on peut souligner le résultat suivant, contre-intuitif mais intéressant : la catégorie Éthique et morale décroît elle aussi dans la hiérarchie des catégories. Cette décroissance est à mettre en relation avec la croissance des Formes juridiques : l’accumulation des enquêtes et des preuves sur les ventes d’armes de la France a conduit les acteurs à reconsidérer les droits de l’homme en tant que dispositifs juridiques, et non plus seulement en tant que valeurs : les « droits de l’homme » ont laissé place au « droit international humanitaire » et au « TCA » ; des recours et poursuites judiciaires à différentes échelles sont devenus possibles. Ainsi le passage d’une logique de vigilance à une logique d’alerte se manifeste par un basculement du devoir-être à l’être : la référence aux principes et valeurs recule au profit de l’investissement de dispositifs judiciaires conçus dans le but de déployer une logique de jugement9.

L’étude de la hiérarchie des catégories ne permet toutefois d’examiner que les variations de représentation des (dix) catégories les plus importantes du corpus. Ainsi, si une catégorie moins structurante croît ou décroît, cette variation reste invisibilisée par cette méthode. C’est pourquoi il est utile de recourir à une méthode complémentaire : le module de comparaison de Prospéro. Cet outil permet de comparer deux sous-corpus et, en particulier, d’étudier les variations relatives du nombre d’occurrences de chaque catégorie. La figure 4 permet de voir quelles catégories, peu représentées en 2017, se sont imposées en 2018 :

Figure 4 : Catégories davantage représentées en 2018 qu'en 2017 (capture d'écran du module de comparaison de Prospero 1, algorithme des variations relatives). Lecture : L'Inquiétude est la deuxième catégorie dont la représentation a le plus augmenté (en valeurs relatives) entre 2017 et 2018.
Figure 4 : Catégories davantage représentées en 2018 qu’en 2017 (capture d’écran du module de comparaison de Prospéro 1, algorithme des variations relatives). Lecture : L’Inquiétude est la deuxième catégorie dont la représentation a le plus augmenté (en valeurs relatives) entre 2017 et 2018.

La croissance (relativement) importante de Crise humanitaire – croissance qui n’était pas visible dans la figure 3 – montre qu’un lien fort a été établi, en 2018, entre les ventes d’armes de la France et la situation humanitaire au Yémen. On retrouve également des résultats cohérents avec ceux révélés par l’étude de l’évolution temporelle de la hiérarchie des catégories : la croissance des Formes juridiques – ainsi que des catégories proches que sont la Logique judiciaire (des « avocats » sont contactés, on souhaite recourir à « la justice ») et les Figures de réparation (on exige un « embargo » sur les ventes d’armes et des « sanctions » contre l’Arabie saoudite) – va de pair avec une décroissance d’Éthique et morale (non visible sur la figure 4, mais constatable en cochant les « éléments dont le poids décroît dans le corpus B » en bas à gauche de l’interface). En 2018, les premiers « indices de présence » conduisent à l’augmentation de l’Inquiétude et à un appel renforcé à l’Attention/Vigilance – signe que la logique de la vigilance n’a pas totalement disparu au profit de la logique de l’alerte.

Le module de comparaison de Prospéro permet également d’observer, entre 2018 et 2019, une croissance importante de l’Agir Stratégique Machiavélique (on dénonce la « complicité » de la France et des « services secrets »), du Secret/Confidentialité (on critique l’« opacité » et le « secret défense » s’agissant des ventes d’armes) et de la Logique d’alarme (on met en avant la « menace » qui pèse sur les civils yéménites). Le rôle de l’enquête Disclose apparaît ici comme crucial10. Les révélations, en plus de fournir des éléments tangibles sur les possibles « mensonges d’État » et violations du droit international par la France, lient le dossier des ventes d’armes à celui des rapports entre démocratie, journalisme et État : faut-il poursuivre en justice les journalistes ayant violé le secret d’État ? Faire cela, n’est-ce pas rentrer en contradiction avec la liberté de la presse et la préservation du secret des sources ? Un contrôle parlementaire ou citoyen peut-il être mis en place sur les domaines réservés que sont la Défense et les Affaires étrangères en général, et s’agissant des ventes d’armes en particulier ?

Stratégies d’acteurs. Une approche critique-pragmatique

En appliquant la même méthode que précédemment, il est possible d’étudier la hiérarchie des catégories les plus employées par les acteurs afin de comparer les textes de ceux-ci et d’accéder à leurs stratégies. Là encore, nous avons privilégié, pour chaque acteur, l’examen des dix catégories les plus représentées.

Figure 5 : Hiérarchie des dix catégories les plus représentées dans chaque sous-corpus d'acteur. Lecture : la catégorie « Sociologie politique » est la septième catégorie la plus représentée du sous-corpus constitué par les textes d'Amnesty. La catégorie « Crise humanitaire » ne fait pas partie des dix catégories les plus représentées dans les textes du Monde, mais constitue la sixième catégorie la plus représentée dans les textes de Disclose.
Figure 5 : Hiérarchie des dix catégories les plus représentées dans chaque sous-corpus d’acteur. Lecture : la catégorie « Sociologie politique » est la septième catégorie la plus représentée du sous-corpus constitué par les textes d’Amnesty. La catégorie « Crise humanitaire » ne fait pas partie des dix catégories les plus représentées dans les textes du Monde, mais constitue la sixième catégorie la plus représentée dans les textes de Disclose.

La figure 5 peut être analysée en deux temps. La lecture par les lignes permet d’abord de distinguer quatre groupes de catégories. Certaines catégories peuvent être qualifiées d’omniprésentes : elles figurent systématiquement parmi les dix catégories les plus mobilisées par les acteurs. La Logique de marché, les Guerres et conflits armés, l’Enquête-Investigation et l’Opinion/Communication apparaissent – sans surprise – comme des dénominateurs communs à toutes les sources d’information du corpus. D’autres catégories sont très représentées parmi les acteurs à l’exception d’un ou deux (Violence et mauvais traitement, Sociologie politique, Géopolitologie, Accord/Coopération). Un troisième groupe regroupe les catégories qui, si elles sont très mobilisées, ne le sont seulement que par deux ou trois acteurs (Formes juridiques, Modes de dénonciation, Éthique et morale). Enfin, les autres catégories du tableau peuvent être qualifiées d’idiosyncrasiques : elles caractérisent en propre le registre argumentatif d’un unique acteur. Ainsi, la Crise humanitaire n’est pas une source principale de préoccupation pour les acteurs du corpus, à l’exception de Disclose.

La lecture par colonnes permet d’accéder aux hiérarchies des catégories que les acteurs emploient le plus. Ces hiérarchies différent sensiblement les unes des autres, et montrent qu’à une position donnée dans le champ médiatique, et sur un même dossier, on ne parle ni des mêmes choses, ni de la même façon. Commençons par regarder les textes de Disclose. Ce média met davantage en avant que les autre acteurs la Crise humanitaire, le Secret/Confidentialité, le Contrôle et Vérification : trois catégories idiosyncrasiques, ne faisant pas partie des (dix) catégories les plus mobilisées par les autres acteurs. C’est dans les textes de Disclose que la catégorie – omniprésente – d’Enquête-Investigation est également la plus mobilisée (c’est la deuxième catégorie la plus employée par Disclose, contre la dixième pour Challenges par exemple). Notons que la Sociologie politique est absente des premières préoccupations de Disclose. Contrairement à Disclose, le but premier d’Amnesty dans un tel dossier n’est pas la vérification et la diffusion de l’information, mais son examen et utilisation en vue d’atteindre les buts affichés par l’organisation, c’est-à-dire la défense des droits de l’homme. Amnesty montre une attention plus soutenue que les autres acteurs aux Modes de dénonciation (critique de l’écart entre la situation réelle et une situation désirée où les droits de l’homme seraient respectés), aux Formes de responsabilité (imputation de responsabilités via l’examen des informations disponibles) et Formes juridiques (examen des recours juridiques possibles étant donné l’état des connaissances disponibles et des responsabilités imputées). La Géopolitologie est en revanche absente des dix catégories qu’elle mobilise le plus. Amnesty et Le Monde ont en commun de recourir davantage que les autres acteurs aux Modes de dénonciation et à l’Éthique et morale : en ouvrant des tribunes, Le Monde crée un espace critique favorable à la dénonciation des ventes d’armes. Cet acteur est également celui qui met le plus en avant les Violences et mauvais traitements, ce qui s’explique – outre les tribunes – par la couverture de long terme que fait ce média de la situation géopolitique et militaire au Yémen. En plus d’être attentif à la situation internationale, Le Monde fait de la vie démocratique française une de ses priorités : c’est par ce journal que la Sociologie politique est la plus mise en avant.

Challenges met en avant un certain nombre de catégories distinctes des logiques précédentes : la Logique financière, la Prospective et le Raisonnement statistique. Sa préoccupation principale est de compter les ventes d’armes et ce qu’elles rapportent, en faisant des estimations, des prospectives sur le moyen terme ainsi que des comparaisons internationales. Il accorde une importance forte à la Géopolitologie, en fait à l’examen des conditions internationales rendant possibles la signature de contrats. Les Modes de dénonciation, l’Éthique et morale ne figurent pas parmi les dix catégories qu’il emploie le plus, et il est la seule source d’information du corpus à ne pas mettre les Violences et mauvais traitements au premier plan. Enfin, on peut remarquer que les hiérarchies de catégories des deux agences de presse du corpus sont relativement similaires, à quelques différences près : l’AFP rapporte davantage que Reuters les critiques et dénonciations faites par des acteurs français (Modes de dénonciation), et met davantage en avant les accords contractés par la France (Accord/Coopération).

Comment expliquer toutes ces différences ? Pourquoi différents acteurs du champ médiatique, lorsqu’ils sélectionnent, mettent en forme et analysent l’information sur un même dossier, ne recourent-ils pas aux mêmes catégories ? Un premier élément d’explication pourrait faire intervenir les buts définis par les acteurs eux-mêmes. On supposerait alors que les organisations – qu’ils s’agisse de médias ou d’ONG – sont relativement rationnelles, en fait qu’elles définissent des buts ainsi que des stratégies visant à atteindre ces buts. Toutefois, un tel modèle explicatif conduit à négliger deux éléments fondamentaux.

Premièrement, quel que soit le but visé par un acteur du champ médiatique, ce but impose une certaine mise en forme des textes produits. Pour que Disclose puisse effectivement « révéler » une information, il doit employer des techniques d’écriture spécifiques pour donner un sens aux multiples signes collectés lors des enquêtes et convaincre le lecteur qu’il y a effectivement révélation. Disclose met en avant des « fuites inédites », « démontre » l’utilisation d’armes françaises au Yémen, « effectue des recherches », « identifie » des chars, etc. De même, un certain vocabulaire et un certain jeu de catégories sont nécessaires à Amnesty pour convaincre le lecteur, autant du point de vue des faits avancés (« nous avons pu prouver que ») que de leur caractère illégal et immoral (« violations graves envers la population »). La même chose vaut pour les autres acteurs du corpus : Le Monde doit montrer qu’il couvre l’actualité politique et internationale sans s’interdire toute critique sur celle-ci ; Challenges lit cette même actualité à l’aune de ses ramifications « économiques et financières ». Rien n’empêche les techniques d’écriture d’être relativement intériorisées, autrement dit d’agir à un niveau plus inconscient que les seuls buts fixés, poursuivis et mis en avant par les acteurs. D’autant plus que toutes ces techniques ne prennent sens que dans la perspective d’atteindre le lecteur et de le convaincre, perspective dont on ne saurait négliger le caractère compétitif. Les médias sont en effet en compétition objective pour l’accès à et la diffusion de l’information. On voit ici quels profits il est possible de tirer de la théorie des champs. Par exemple, comment expliquer les différences catégorielles entre Challenges et Le Monde, deux acteurs du champ journalistique stricto sensu ? Deux hypothèses peuvent être mises en avant. Premièrement, celle d’un rôle structurant de la compétition interne au champ journalistique – la position dans ce champ conditionnant les prises de position de ses institutions et agents11. Deuxièmement, une hypothèse d’homologie peut être faite pour appréhender la relation entre le champ médiatique et l’espace social en général : si on n’écrit pas la même chose, c’est parce qu’on ne s’adresse pas aux mêmes lecteurs, parce qu’on cherche à acquérir un monopole de l’information auprès de certaines classes de lecteurs. Si Challenges dénonce le « Ryad bashing » et se félicite du bilan de François Hollande en matière d’armement, c’est qu’il a intérêt à le faire eu égard à ses lecteurs (c’est-à-dire, en partie, à la droite des affaires qui n’attend que d’être rassurée sur ses propres intérêts).

Deuxièmement, affirmer que les acteurs poursuivent des buts et mettent en place des stratégies pour les atteindre ne suffit pas à expliquer d’où viennent les buts eux-mêmes. Comment expliquer la genèse des buts effectivement poursuivis par les acteurs ? S’agissant de l’investigation et de la divulgation de l’information, une question reste par exemple en suspens : pourquoi Disclose fait-il de l’investigation ? Vraisemblablement, c’est parce qu’il a intérêt à la vérité. Sauf qu’ici « l’intérêt à la vérité » n’est pas l’intérêt à la vérité scientifique – ce n’est pas la libido sciendi de l’étudiant (libido scolaire, goût de l’investissement dans le jeu scolaire) ou du chercheur (libido scientifica12). Il s’agit ici d’un intérêt à la vérité contre l’intérêt de l’État lui-même, d’une confrontation entre la défense du secret des sources et celle du secret d’État. Enquêter sur les ventes d’armes de la France, divulguer des documents « secret défense », c’est prendre le risque de faire l’objet d’une enquête de la DGSI. Qui est prêt à prendre un tel risque, et pourquoi ? Cette question appelle à une véritable enquête psycho- et sociogénétique des dispositions au principe d’un intérêt à la vérité supérieur à l’intérêt de l’État et à sa Raison.

Conclusion

On peut ainsi conclure en défendant la fécondité d’une approche critique-pragmatique pour l’examen d’un dossier complexe : comme le dossier des ventes d’armes de la France – certes appréhendé sur une courte période – semble le montrer, on ne saurait s’interdire a priori d’étudier ensemble, d’une part la structure et l’histoire des champs (et les mécanismes par lesquels les positions, au principe d’un système de dispositions, déterminent les prises de position – approche traditionnellement qualifiée de critique), et d’autre part les dispositifs argumentatifs (ce qui suppose d’examiner les textes de manière serrée et de prendre au sérieux la densité argumentative – approche plus proche d’une démarche pragmatique), pour chercher d’éventuelles correspondances entre les deux. L’articulation de ces deux ensembles de théories et de méthodes apparaît ainsi cruciale pour envisager une réelle cumulativité en sciences sociales.

  1. Il a été vérifié que tous les hyperliens présents dans ce billet – renvoyant à des textes du corpus afin d’indiquer au lecteur les sources de certaines affirmations – étaient fonctionnels à la date du 22 avril 2021. []
  2. Le présent billet n’a pas vocation à statuer sur le caractère avéré ou non de ces révélations. []
  3. Il serait peut-être plus pertinent de parler de « champ de l’information ». Par exemple, même si Amnesty n’a pas pour vocation première à être un média, on ne saurait négliger le fait qu’elle diffuse des informations sur son site internet et ses brochures, ce en quoi elle occupe tout de même une position dans l’espace des sources d’informations. En prenant en compte des textes publiés par une ONG et par un média indépendant, on s’éloigne de la seule concurrence interne, « autant commerciale et professionnelle » (D. Marchetti, voir note 11), caractérisant le « champ journalistique » stricto sensu et les relations entre médias et entre journalistes professionnels. Ces questions demeurant ouvertes, nous continuerons à employer le concept de « champ médiatique » en un sens large visant à rendre compte de la lutte pour le monopole de l’information et sa diffusion, y compris lorsqu’elle a lieu en dehors de l’espace des journalistes accrédités. []
  4. Le dossier des ventes d’armes ne se résume bien sûr pas à ce qu’en disent ces six acteurs : si ceux-ci représentent une diversité de positions occupées dans le champ médiatique, l’analyse pourra être prolongée en prenant en compte d’autres médias. []
  5. Cette méthode présente des limites évidentes : les temporalités d’un dossier complexe n’obéissent pas qu’à un rythme annuel. Reste que ce découpage, apparemment réducteur, a permis de mettre en évidence des tendances fortes à l’œuvre dans le corpus. []
  6. Dans un souci d’économie de caractères, nous ne nous intéressons dans ce billet qu’aux catégories d’entités. Il y aurait pourtant beaucoup à dire sur les catégories d’épreuves, de qualités et de marqueurs, en commençant par remarquer la surreprésentation des verbes d’accusation (« dénoncer »), de suspension et de justification (« affirmer ») ; des adjectifs mettant l’accent sur l’Important-Essentiel (« graves »), sur l’Accusation-Critique (« accusés ») et le Politique ; des marqueurs de Négation et de Calendrier. Cette surreprésentation s’explique d’abord par le fait que les multiples critiques portées par Disclose et Amnesty sont systématiquement rapportées par les autres sources d’information – quand bien même celles-ci n’adoptent pas de perspective critique. []
  7. Le choix de s’en tenir aux dix premières catégories peut sembler arbitraire. Toutefois il nous a semblé que ce nombre permettait d’identifier des catégories structurantes sans que celles-ci ne soient ou bien trop nombreuses – ce qui aurait conduit à une dilution des principales catégories du dossier – ou bien trop peu nombreuses – ce qui nous aurait fait perdre de vue des catégories cruciales pour appréhender celui-ci. []
  8. Sur la distinction entre la vigilance et l’alerte, voir CHATEAURAYNAUD Francis, TORNY Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2013 [1999], p. 76-80. []
  9. Savoir si ces dispositifs parviennent effectivement à favoriser la défense de ces principes et valeurs est un autre problème. []
  10. L’enquête Disclose apparaît ainsi comme un attracteur temporel « conditionn[ant] fortement les formes d’accusation et d’imputation de responsabilité ». Voir CHATEAURAYNAUD Francis, TORNY Didier, Les sombres précurseurs, op. cit., p. 64. []
  11. Comme l’a montré par exemple Dominique Marchetti à propos du journalisme d’investigation le plus ordinaire. Voir MARCHETTI Dominique, « Les révélations du « journalisme d’investigation » », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 131-132, 2000/1-2, p. 30-40. []
  12. BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours & travaux », 2001, p. 101-102. []

2 réflexions sur « « La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019) »

  1. Grégory

    Merci pour ce billet ! Ravi de voir progressier la cause de la synthèse critique-pragmatique 🙂
    Intéressant notamment de voir que la catégorie « logique de marché » domine y compris chez AI et que seul Disclose échappe à la règle. (Ceci dit, il y a peut-être un risque d’empiètement entre les catégories « logique de marché » et « logique financière » ?)
    Pour discuter : malgré la note de justification, la présence d’AI en tant que média dans le corpus n’apparaît pas vraiment convaincante. Peut-être serait-il possible de jouer sur une série de paires, en l’occurrence en confrontant des textes produits par AI et d’autres produits par une ou des institutions internationales « officielles », onusiennes en particulier ?

  2. Pierre-Emmanuel Metzger--Debrune Auteur de l’article

    Bonjour Grégory, merci pour votre retour !

    Effectivement, le poids de la logique de marché est considérable. C’est peut-être parce qu’elle est autant mobilisée dans des énoncés descriptifs (lorsqu’un acteur affirme que des armes ont été vendues, pour combien, à qui, etc.) que critiques (lorsqu’il s’agit de dénoncer ces ventes). Et c’est pourquoi la catégorie domine même chez AI, qui articule toujours ces deux registres. Toutefois il est vrai qu’elle n’est pas la première catégorie mise en avant par Disclose, sans doute parce que ce média a essentiellement examiné – c’est l’objet de ses enquêtes – les conséquences des ventes d’armes fr dans les Guerres et conflits armés.

    Sur la présence d’AI dans le corpus : il est vrai que cela peut surprendre, tant par la nature de l’organisation (qui, grosso modo et contrairement aux autres acteurs, traite ici l’information comme un moyen et non une fin) que par son audience (limitée par rapport aux autres acteurs du corpus). D’autant plus que le site d’AI, s’il est accessible à tous, pourrait surtout être consulté par des militants (avec un système de newsletter interne, etc.). Mais il m’a semblé que l’ajouter au corpus permettrait de voir deux choses :

    1) sans AI, on n’aurait pas vu les logiques de vigilance à l’œuvre au début de la période, et donc difficilement aperçu le passage à l’alerte. Enfin on aurait sans doute aperçu la vigilance dans quelques tribunes au Monde (par ex celle de Jean-Claude Alt et Benoît Muracciole, août 2017), mais dans des proportions sans doute trop faible pour tirer des conclusions

    2) prendre en compte AI permet d’étudier la façon dont l’info est traitée et mise en forme dans une perspective proprement militante. Donc là comme vous le dites il y a déjà la possibilité de jouer sur une série de paires (par ex comparer les textes de Disclose et d’AI, avec le module de comparaison de Prospéro, permet de montrer qu’il existe un gap réel entre investigation et militantisme). Mais vous avez tout à fait raison : il serait très intéressant de compléter l’analyse en prenant en compte des textes produits par des institutions internationales « officielles », et de réaliser là aussi des comparaisons par paires !

    Enfin, sur le risque d’empiètement entre la logiques financière et celle de marché. Par construction, les catég comptent des termes différents (il n’y a pas de collision entre les deux logiques). La logique financière permet de mettre en avant le calcul « coût »/ »profit », et par ex Challenges met beaucoup en avant les « dépenses », les « investissements » et les « fonds d’investissement » de différentes puissances en matière d’armement (termes tous absents de la logique de marché). Cela dit il y a une exception : les « dollars » sont pris en compte dans les deux catég en tant qu’ils peuvent revêtir deux significations différentes (la logique de marché, lorsque les textes énumèrent les ventes et achats faits dans cette devise ; ou la logique financière, par exemple lorsqu’il est question d’un fonds d’investissement franco-saoudien). En tout cas, telle qu’elle est construite, la logique financière apparaît 16 fois moins dans les textes que la logique de marché : les termes qu’elle permet de compter sont rares, il n’est donc pas anodin de les voir surreprésentés dans les textes de Challenges. Mais votre remarque appelle bien-sûr à une vigilance constante et à ne pas réifier les catég : même si celles-ci sont construites différemment (à l’exception des dollars, donc), il faut être capable de voir que certains termes peuvent revêtir des significations différentes en fonction des énoncés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.