Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique

Texte collectif, par des membres du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR-EHESS)

Depuis le 17 mars 2020, des membres du GSPR travaillent à la production d’une analyse sociologique de la crise du coronavirus et de ses conséquences. La mise en circulation d’un document de fond est prévue d’ici quelques mois.                         

S’il existait un citoyen honnête capable de lire l’ensemble des contributions publiées depuis le début de la pandémie de coronavirus, il devrait en sortir avec une vision éclairée de ce que sera le « monde d’après ». C’est le pari que semble faire chaque auteur de tribune qui envisage la suite des événements en termes de rupture ou de bifurcation radicale. La tentation est forte de déterminer le futur, proche ou lointain, bien que les annonces prophétiques, comme les prévisions les plus outillées, se réalisent rarement. Ce texte propose une autre voie en invitant ses lecteurs à penser autrement les ouvertures d’avenir, en commençant par mettre à distance toute forme de détermination rigide de ce qui vient – ou ne vient pas.

Au-delà de la diffusion de l’infection, en engendrant la mise à l’arrêt d’une large partie de l’économie mondiale et le confinement plus ou moins strict de près de 4,5 milliards d’êtres humains, cette crise sanitaire est sans précédent dans l’histoire contemporaine. Si cette pandémie est comparée par nombre de commentateurs à d’autres événements majeurs – la grippe espagnole de 1918, la grippe de Hong-Kong de 1969, le VIH mais aussi les dégâts de la pollution de l’air – ses conséquences semblent impossibles à saisir tant elles affectent d’activités et d’organisations humaines. Comment, dans un tel contexte d’incertitude, saisir sérieusement les scénarisations du futur et la possibilité d’une alerte réussie, l’incertitude étant doublée d’une prolifération d’interprétations ?

La crise du SARS-CoV-2 est à la fois systémique et globale, entraînant de multiples effets dérivés sur le long terme. À ce titre, elle oblige à réévaluer les notions de « situation problématique » et de « problème public », chères au pragmatisme inspiré par John Dewey, qui étaient devenues rituelles dans l’étude de la formation d’alertes ou de causes collectives, engageant des publics réduits, concernés, souvent considérés comme minoritaires. Les autorités occidentales auraient préféré que la crise reste sectorielle ou chinoise, comme elles l’imaginaient encore en février 2020. Elle s’est transformée en crise planétaire, faute d’une prise au sérieux des premiers cas de transmission internationale. Le nouveau coronavirus a rapidement échappé au contrôle des administrations sanitaires et affolé les organismes les plus outillés, des laboratoires de virologie à l’OMS, affectant l’ensemble des activités sociales à des échelles et selon des temporalités très différentes. En soi le processus est connu et presque banal : à l’indifférence et la sous-estimation de signes précurseurs fait suite une omniprésence du danger et du risque. 

Parmi les phénomènes les plus remarquables, il y a la manière dont tous les milieux ont été touchés par la crise actuelle. Des dispositifs les plus institués aux gestes les plus ordinaires et anodins, parfois inconscients, l’exigence de distanciation et des « gestes barrières » a reconfiguré le sens et les conditions d’exercice de pratiques considérées comme allant de soi, formant ce que les sciences sociales ont eu coutume d’appeler « l’ordinaire de la vie sociale ». Du trajet en métro au paiement sans contact ; de l’éducation des enfants aux difficultés du télétravail ; des interactions dans les lieux publics, subitement déserts, jusqu’au choix des légumes au supermarché, toutes les activités ont presque instantanément pris un autre sens et ont fait l’objet de nouveaux rituels, parfois maladroitement exécutés. 

Comment tirer les conséquences du caractère global de cette crise en réévaluant ce que nous a appris l’étude des alertes sanitaires et des controverses ? Peut-on proposer un autre regard sur l’ensemble des processus à l’œuvre et outiller l’analyse des incertitudes face à la prolifération des discours sur la crise, sur ses « causes profondes » ou sur le « monde d’après » ? Loin de permettre une compréhension fine des ruptures, des reconfigurations et des inventions qui opèrent dans les milieux les plus divers, beaucoup de prises de parole constituent un moyen de se positionner en tant qu’intellectuel et de projeter des matrices théoriques ou idéologiques du « monde d’avant » vers le « monde d’après ». Tout se passe comme si tout devait changer en ce bas monde… sauf le statut de l’énonciateur. Faut-il interpréter cette crise à partir d’une version radicale de la catastrophe, en développant une rhétorique de la « dernière chance » ? 

Du fait de l’entrelacement des échelles, il est cognitivement ardu pour tous les acteurs, des appareils d’État aux individus, de savoir ce que seront les conditions de vie et de travail à moyen terme et au-delà. L’instabilité chronique des projections et des scénarios produits par les acteurs les plus influents, comme les plus légitimes, n’est certes pas nouvelle, mais leur multiplication et leur variabilité se nourrissent d’une actualité mondiale mouvante. Ils se déploient de l’interprétation la plus rassurante, pour laquelle ce virus « qui n’a rien d’extraordinaire » et qui est « trop médiatisé », s’éteindra progressivement de lui-même, aux plus catastrophistes annonçant un processus pandémique long et ravageur. Pour d’autres acteurs encore, ce sont les effets économiques et sociaux en cascade qui sont primordiaux. Là encore, des propensions opposées s’expriment dans les arènes publiques, mais aussi sur le terrain : à la généralisation d’une forme de capitalisme autoritaire, dont la Chine fournit le modèle, nombreux sont ceux qui développent des alternatives citoyennes, fondées sur une nébuleuse de mouvements capables de reprendre en main les conditions de vie locales. 

La modélisation de scénarios épidémiques contribue au choix des mesures médicales et politiques mises en place, malgré les nombreuses incertitudes qui persistent après plusieurs mois de mobilisation générale. Le virus met à l’épreuve le répertoire des connaissances épidémiologiques et virologiques, que celles-ci concernent les formes de contagion, l’immunité « collective », une éventuelle seconde vague ou encore des séquelles et des symptômes persistants. L’incertitude reste d’autant plus radicale qu’elle est liée au caractère hautement évolutif et fortement dépendant de la trajectoire du virus, voire des différentes souches en cause, et des acteurs qui l’ont croisé. Un scénario devient vite caduc lorsqu’il dépend de paramètres multiples qui suivent des trajectoires non-linéaires. Les interactions et les interdépendances entre les milieux pèsent en retour sur le processus de stabilisation des catégories et des outils d’évaluation. Elles produisent des réactions en cascade qui poussent des personnes et des groupes à reconfigurer leurs pratiques. De multiples boucles de rétroaction insolites ont eu déjà lieu générant des processus interprétatifs inhabituels. C’est notamment le cas du destin des promesses du professeur Raoult, engendrant, sur fond d’intenses controverses, la visite du Président français dans son institut à Marseille, la suspension des essais réalisés avec la chloroquine par l’OMS, la polémique autour d’un article du Lancet très critique envers les effets de la molécule, le tout dans un contexte de lutte pour l’hégémonie avec la Chine qui mène à l’annonce par les USA de leur retrait de l’OMS. 

L’imbrication et l’interdépendance de la plupart des activités affectées par cette crise confortent l’idée d’un système complexe qui devient de plus en plus tangible. Dès lors, quelles prises sur le cours des choses restent encore possibles aux acteurs ? Pour tous les aspects de la vie quotidienne, il devient impossible d’ignorer les événements, les alertes et les annonces qui infléchissent la trajectoire de la crise, et de tous les processus dérivés qu’elle produit. Pour ne prendre qu’un exemple, les estimations du taux de létalité de l’épidémie ont fortement varié, et sont soumises à des interprétations fort différentes au fil des mois et selon les acteurs. On l’a vu passer de 4 à 7%, puis à 0,5% pour remonter à 1%. L’indicateur dépend grandement des mutations du virus lui-même, mais aussi de questions métaphysiques sur ce que l’on considère comme étant une « cause de décès », ou plus techniques comme des capacités à tester les populations, à produire des données, à les agréger ou les extrapoler. 

Au sein de l’espace critique ouvert par la crise, chargé de tension et d’effroi, se déploient de nombreuses figures de dénonciation, des procédés de relativisation aux accusations les plus directes, des controverses savantes aux polémiques les plus enflammées. D’une classique absence de prise au sérieux des signaux d’alerte à la mise en place de dispositifs répressifs, en passant par la pression anormale sur des hôpitaux publics désorganisés, le maintien du premier tour des élections municipales, l’affaire des stocks de masques, la procédure choisie pour le déconfinement ou encore les risques de détournement associés à l’application StopCovid, les prises de la critique ne manquent pas. Dans la série, il est difficile de ne pas mentionner les « plans pandémie » forgés à l’occasion des grippes A, H5N1 et H1N1, qui ont été manifestement oubliés ou mis de côté, démontrant une incapacité à tirer les leçons des expériences passées : comme si les gouvernements successifs avaient œuvré à désarticuler le triptyque formé par la prévention, la précaution et la préparation. En France, des dizaines de plaintes ont déjà été déposées visant les autorités. Si des procès ont lieu, ils auront pour fonction d’éclairer de nombreux points de gestion de cette crise. D’autant qu’il paraît légitime de critiquer un gouvernement qui a détourné une réunion interministérielle relative à l’alerte sanitaire pour décider d’un 49-3 sur la réforme des retraites, tout en niant les retards et défaillances accumulées par l’administration française. Mais il y a encore un autre angle critique qui s’impose : on peut remonter au processus de transformation de l’État-providence et à la manière dont les politiques d’austérité, prolongées et aggravées par la Start-up Nation et ses premiers de cordée, ont conduit à la mise sous pression des services de santé et de protection sociale, ainsi qu’au mauvais traitement de multiples populations vulnérables. Ces politiques sont à la source du mépris des personnes âgées, confinées en EHPAD dans des conditions de vie indignes et livrées à la généralisation de règles de non-réanimation sacrificielles, affectant directement les décisions médicales dans les hôpitaux publics.

Comment le pragmatisme sociologique peut-il opérer face à de tels processus ? Depuis l’invention du concept de lanceur d’alerte jusqu’aux observatoires construits avec des agences publiques, en France et au niveau européen, le GSPR a étudié un grand nombre d’alertes et de crises sanitaires. Des enquêtes multi-échelles menées dans les termes d’une sociologie des controverses ont permis d’esquisser une cartographie générale des risques et de raisonner à partir d’un espace de variations, menant de l’amiante aux OGM, du changement climatique aux particules fines, de la vache folle à la disparition des abeilles. Forcément, l’espace des possibles a eu tendance à se figer. Le risque de pandémie y avait sa place, mais sans y être véritablement pensé comme catastrophe totale. L’expérience de cette crise sanitaire hors norme rend plus que jamais nécessaire une vigilance critique au service de la création continue d’ouvertures d’avenir, face aux tentatives de les refermer à partir de prises de positions autoritaires. Une démarche d’enquête pragmatiste prend au sérieux tous les acteurs engagés dans un processus critique sans les hiérarchiser a priori. Cette attention à la pluralité des expériences possibles conduit à explorer les marges, les interstices, les signaux et les événements, les énoncés dont le potentiel de montée en puissance ne peut être prédit. Cet effort d’ouverture implique à la fois un suivi de longue haleine, des protocoles collaboratifs et une mise en discussion outillée de l’analyse des phénomènes. 

Les processus critiques et leurs trajectoires doivent être appréhendés dans la durée, et non en termes de basculement d’un monde d’avant vers un monde d’après. En laissant de côté toute futurologie, fut-elle inspirée par une démarche prospective ouverte aux scénarios de rupture, notre logique d’enquête reconnaît des systèmes de contraintes et des formes d’inertie sans pour autant les projeter dans un déterminisme retirant aux acteurs la capacité de se forger des prises sur le cours des choses. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité ni au « retour à la normale », ou même « à l’anormal », ni à une bifurcation radicale du « système » – le pragmatisme mettant à distance les descriptions du monde en termes de « système ». Chaque expérience située, chaque façon de saisir la crise, ouvre des possibilités engageant les acteurs dans des trajectoires marquées par autant de convergences que de divergences, de rencontres malheureuses et de coïncidences heureuses. Il ne s’agit donc pas, en tant qu’enquêteurs au sens large, agissant à titre individuel ou collectif, de décider pour les autres ce que le futur doit être, au nom d’une autorité épistémique ou d’une option axiologique, mais d’apprendre à faire avec les incertitudes et les indéterminations. Il y va de nos capacités à engendrer des prises sur les futurs en assumant leur contingence. Faisons en sorte que l’aspect systémique de la crise n’emporte pas définitivement nos facultés d’action et de jugement, comme le prophétisent nombre de versions anti-utopiques réveillées ou stimulées par le coronavirus.


3 réflexions sur « Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique »

  1. Dominique Boullier

    Chers collègues, le tableau complexe que vous dressezde cette « catastrophe totale » est assez réaliste. Mais il pose alors la question de la faisabilité de la description. Vous dites (le collectif): « Une démarche d’enquête pragmatiste prend au sérieux tous les acteurs engagés dans un processus critique sans les hiérarchiser a priori. » Ce faisant, vous notez aussitôt l’intractabilité (pour parler comme les data sciences) du problème: il faudrait décrire le monde dans sa totalité puisque tout sans exception y a été engagé (cela dit chercher l’exception peut être un bon exercice et plus faisable sans doute!). Ce qui questionne le principe lui-même: pourquoi s’arrêter de décrire et de prendre au sérieux certains acteurs à un certain moment de n’importe quelle controverse? Sans doute parce qu’il faut bien s’arrêter, c’est tout.
    Mais votre phrase suivante est plus prometteuse: « Cette attention à la pluralité des expériences possibles conduit à explorer les marges, les interstices, les signaux et les événements, les énoncés dont le potentiel de montée en puissance ne peut être prédit ». En effet, plutôt que le tout, on peut viser à suivre ce qui circule et qui tisse le social, un signal, un événement, et là le travail de sociologue redevient faisable mais nécessairement plus modeste. C’est ce que je tente de faire en travaillant à l’étude des propagations, d’une propagation et d’une autre, et puis au-delà du principe et des patterns des propagations. Il est vrai que l’on ne met plus l’accent alors sur les humains et leurs capacités critiques mais sur les énoncés critiques qui traversent les humains, mais ce n’est peut être pas si éloigné! En tous cas, si la pandémie nous guérit de la pansociologie, ce serait un effet collatéral remarquable ;-)))

  2. socioargu Auteur de l’article

    Justes remarques cher Dominique Boullier. On a une réunion du groupe « Covid-GSPR » bientôt, il y aura sans doute plusieurs réponses différentes. En gros comme dans le projet de « balistique sociologique », il s’agit de parvenir à articuler la saisie de moments d’intensité et de concentration des forces en présence et l’enquête sur des événements et processus qui peuvent être considérés comme marginaux ou émergents dans une période donnée, en examinant comment ils sont mis en rapport ou non, comment ils évoluent, les chercheurs pouvant être ceux qui font le rapport justement. On ne prend jamais tout : sur Fukushima on regarde le sort du « corium », sur les OGM on s’intéresse à la bagarre sur les « OGM cachés », sur l’amiante, on va faire un tour en Colombie (et on aide à le faire interdire au passage !), sur la pollution de l’air on saisit la période électorale de 2014 et on obtient une conf de citoyens, etc etc . Le tout est de réitérer régulièrement l’opération, ce qui permet de suivre le tout par ses parties, lesquelles se reconfigurent (ou non) en ouvrant ou fermant des possibles…. Mais des réponses précises vont venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.