Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Une deuxième visualisation a été réalisée avec un code couleur selon les status des animateurs. On remarque l’importance des Ingénieurs de recherche (en rouge, très présents dans le groupe Sciences po) par rapport aux MCF (vert foncé, plutôt dans le sous-groupe Berra) et CR (bleu-nuit, plutôt dans le sous-groupe Beretta). On note également le sous-groupe Thély avec de plusieurs PR (en jaune).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les status

Enfin, une troisième visualisation a été proposée en affichant le genre renseigné. La carte apparaît essentiellement vert-sombre, ce qui correspond ici à une sur-représentation des animateurs masculins. On pourrait relever cependant la présence de deux groupes plus féminisés, le sous-groupe Pedroja-Sabuncu, et, en cyan parce qu’encore non-renseigné le cluster Bourgeois.

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les genres

L’objectif du datasprint est de travailler de manière collective7 et dans un temps limité, il ne s’agit donc pas de fournir à tous coup une interprétation définitive sur des données exhaustives, mais on voit poindre quelques résultats qui semblent indiquer que les humanités numériques francophones s’implantent dans les différentes institutions avec des modalités, des pratiques et des profils spécifiques, qui se reflèteraient sur la manière de participer au THATCamp. Les résultats indiquent également qu’il faudra suivre dans le temps la question du genre pour voir si le déséquilibre constaté ici se structure ou s’efface progressivement.

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []
  7. Un grand merci à l’équipe qui a collecté et nettoyé les données []

Une réflexion au sujet de « Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015) »

  1. Ping : Les publications issues du DataSprint | THATCamp Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.