De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au cours de l’année 2010 nous avons fait allusion à plusieurs reprises à l’utilisation de « formules » dans Prospéro – par exemple dans Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs. Il s’agit d’un des dispositifs qui démarquent franchement l’approche socio-informatique des analyses statistiques et des analyses de réseaux. Aussi il nous semble opportun de nous arrêter le temps d’un billet sur les fonctionnalités associées aux formules. Celles-ci rendent de nombreux services à condition bien sûr de maîtriser leur syntaxe et d’y recourir à des moments-clés de l’enquête sur corpus. Il est d’autant plus pertinent de réexaminer cet espace de travail qu’il prend déjà une place décisive dans le redéploiement des fonctions d’enquête de Prospéro II.

Une pluralité d’usages

L’apparition des formules dans  Prospéro a singulièrement modifié les modalités de ses utilisations. Créé au cours de l’année 1998, cet espace de travail a pris son autonomie au point de composer une sorte de logiciel dans le logiciel – et de préparer l’avènement ultérieur du code du logiciel Marlowe.  La définition qui en était donnée au début des années 2000 était la suivante :

Les outils rassemblés sous l’appellation de « formules » déplacent l’analyse des éléments du discours et de leurs relations vers des agencements ou des dispositions remarquables tenant compte de propriétés plus « syntaxiques », ou pour le moins « topologiques ». L’intelligibilité des énoncés et des textes suppose en effet de sortir de l’atomisme ou de l’isolement dans lequel on tient les objets lorsque l’on raisonne sur des fréquences, des occurrences, ou même sur des réseaux dont les éléments sont arbitrairement séparés.1

Conçu comme processus heuristique, le maniement des formules peut stimuler l’imagination créatrice de l’enquêteur puisqu’il permet d’inventer toutes sortes de médiations entre les cadres sémantiques  les plus formels et le contenu des énoncés en « langage naturel », en évitant de s’en tenir aux seuls calculs produits à partir de formes extraites de leur contexte.  Une fois l’outil maîtrisé, l’enquêteur interagit  « topologiquement » avec son corpus, cherchant et inventant à la fois les appuis d’une compréhension la plus fine possible des multiples agencements discursifs dans lesquels les auteurs-acteurs plongent les objets de leurs disputes. D’un point de vue technique, les formules permettent de développer un regard syntagmatique : ce qui importe à ce niveau, c’est la manière dont sont articulés les éléments du discours et non leur seule co-présence, ou leur appartenance à des univers topiques prédéfinis (comme dans le raisonnement paradigmatique). Un autre intérêt du recours aux formules est d’établir un pont, disons plutôt une passerelle, avec certaines démarches en analyses de discours comme celle proposée par Alice Krieg-Planque, bien que notre acception de la notion de formule soit beaucoup plus large2.

Comme la plupart des outils prospériens, les formules donnent lieu à des usages très divers. Essayons de les décrire à partir d’une liste réduite de catégories fondées sur les utilisations les plus frayées. Cela nous conduit à retenir 6 grands niveaux d’application,  présentés selon une échelle menant du plus simple au plus complexe  :

  1. La recherche de lemmes ou d’expressions ;
  2. Le déploiement des modes et des temps verbaux, et plus généralement des éléments grammaticaux ;
  3. L’identification d’objets prototypiques ;
  4. L’exploration d’emboîtements ou d’agencements caractéristiques ;
  5. La capture de traits argumentatifs à partir de marques élémentaires ;
  6. Enfin, la recherche de figures argumentatives plus complexes recourant à des jeux de catégories.

En coupant des entités de leurs contextes d’emploi dans la langue, dans le but de les rendre calculables, on s’expose au risque d’une perte de sens tout en faisant peser le coût interprétatif sur l’enquêteur qui doit être capable de refabriquer, après coup, les contextes d’usages. Par exemple « liberté d’expression » appelle implicitement « atteinte à » ou « menace sur », mais d’autres usages peuvent surgir au fil du temps3. Les formules ont ainsi pour objectif de rendre visibles les agencements les plus frayés et d’aider à évaluer leur degré d’utilisation par les acteurs tout en faisant remonter des caractéristiques inattendues. Il y a à la fois des aspects « boite à outils » tournés vers des recherches de propriétés fines du corpus4 et des aspects plus analytiques permettant de sonder en profondeur, non  pas les types d’arguments au sens formel du terme (ce qui suppose d’entrer par des blocs d’énoncés plus longs) mais la présence d’une activité argumentative et/ou méta-argumentative. En effet, une des meilleures manières de repérer l’activité argumentative des acteurs est de relever les moments où ils identifient, qualifient, évaluent, reprennent ou retournent les arguments des autres5.

1. La recherche d’expressions

Une des limites des outils d’exploration textuelle dépourvus de toute sémantique est de récupérer dans les listes ou les tableaux énormément de bruit et d’éléments peu pertinents pour l’analyse. La possibilité de lier l’exploration des co-occurrences à des contraintes sémantiques ou, plus précisément, lexico-fonctionnelles, permet de cerner plus efficacement les types d’objets en cause. Dans les analyses d’alertes ou d’affaires, de controverses ou de conflits, certaines co-occurences ne peuvent faire figures de résultats, et sont plutôt des points de départ. Découvrir, dans un corpus, qu’il y a une relation entre « Comité » et « rédaction » n’est guère très constructif ! L’usage de classes de formules élémentaires conduit ainsi à visualiser tout ce qui peut entrer dans des formes de composition, comme par exemple :

/ENTITE de /ENTITE

« transfert de compétence », ou « délégation de service public »

De plus, le même outil permet une recherche de lemmes, qui bien qu’assez basique dans sa forme actuelle, se révèle très efficace : on est loin de la souplesse fournie par les « REGEXP » utilisées dans de nombreux langages de programmation, mais les fonctions /RAC /TERM et /COM couvrent les besoins exprimés jusqu’ici. On peut par exemple filtrer tous les mots qui se terminent en « isme » avec /TERM=isme ou ceux qui débutent par « délib » avec /COM=délib … Évidemment, il est très facile de combiner plusieurs niveaux de contrainte, par exemple en cherchant les emboîtements comme

/TERM=ion /MO/ENTITE /MO /ENTITE

« participation du public aux décisions » ou « prévention des risques de submersion »

2. Les formes et les temps verbaux

Dans la plupart des fonctionnalités développées dans Prospéro – mais aussi d’autres logiciels d’analyse textuelle – la grammaire est mise de côté. Or il peut être pertinent de regarder les formes verbales – et toutes sortes de déclinaisons ou de propriétés. C’est le cas par exemple du rapport aux genres, avec la présence d’entités se terminant par t(e) pour étudiant(e) ou doctorant(e). L’essentiel est de retenir que l’usage des outils de base est ouvert à toutes sortes de compositions. En l’occurrence on peut tout à fait examiner le degré d’usage de l’imparfait, du futur, du subjonctif, etc.

/TERM=aient
eût /P=1
fut /P=1
aura /P=1
a /TERM=é

3. Recherche d’objets prototypiques

Un troisième usage possible est celui qui consiste à repérer des indications circonstanciées données par les textes eux-mêmes. Il peut s’agir d’indications de lieu (par exemple à l’aide d’une formule élémentaire comme rue /MAJENT), de temps (année /NBRE6) ou d’objets devenus décisifs au cours des débats (par exemple loi /P=1 , qui permet de retrouver toutes les lois mentionnées).

Dans les corpus dédiés aux controverses sociotechniques, le recours à des appuis extérieurs pour renforcer une position, faire appel à un précédent ou attaquer une démonstration est des plus fréquents, et facilement repérable grâce à des formules du type :

affaire /MAJENT

Par ailleurs, à la suite de l’affaire Metaleurop, les députés ont adopté plusieurs amendements de la Commission des affaires économiques, obligeant notamment les entreprises qui cessent leur activité à dépolluer les sols, y compris ceux situés à l’extérieur du périmètre de l’installation.

rapport /MAJENT

Pics de pollution : « l’air en ville s’est globalement amélioré depuis 40 ans », indique le rapport Peulvast-Bergeal.

rapport sur /T=2 /ENTITE

Le sénateur UMP Philippe Dallier, qui présentera mercredi son rapport sur le Grand Paris, annonce que ce dernier constituera « une véritable rupture démocratique, institutionnelle, fiscale », dans le supplément Paris-Ile-de-France du Journal du Dimanche (06/04).

Les formules permettent aussi d'attraper la plupart des mots d'ordre ou des slogans

Les formules permettent aussi d'attraper la plupart des mots d'ordre ou des slogans

4. Emboîtements ou agencements caractéristiques

Parmi les propriétés sémantiques remarquables des textes, il y a le degré de finesse avec laquelle les auteurs décrivent les objets en cause.  On s’approche ici d’une analyse argumentative en prenant appui sur des marques qui engagent des évaluations ou des jugements. C’est évidemment le cas d’un connecteur comme « mais » particulièrement étudié par l’école d’Oswald Ducrot7

/ENTITE /QUALITE mais /QUALITE

« résultats lents mais réels » ou « sources limitées mais proches »

/ENTITE /MARQUEUR /QUALITE

« signal extrêmement négatif » ou « station balnéaire particulièrement polluée »

En pratique, le répertoire des agencements utilisables pour explorer et caractériser les textes et les corpus est très étendu, voire sans limite, du fait de la combinatoire entre les briques mobilisables. On peut par exemple essayer d’attraper les citations, en insérant tout simplement des guillemets dans la définition des formules, comme dans la figure ci-dessous :

" /T=4 /ENTITE /T=3 /EPREUVE /T=4 /ENTITE /T=3  /EPREUVE /T=4 /ENTITE /T=4 "

Plus puissante encore, la recherche des termes ou des expressions opacifiées, donne une indication précieuse sur ce que les acteurs mettent à distance ou disposent de manière critique dans leurs énoncés. Soit une formule élémentaire visant l’opacification des mots, comme :

" /ENTITE "

elle va faire remonter tout ce qui est mis entre guillemets dans un corpus – et le logiciel permet de retrouver facilement quels auteurs-acteurs ont recours à cette forme d’opacification, et de la situer dans l’espace et le temps. Ainsi, dans le corpus consacré à la vraie-fausse pandémie A/H1N1, sont notamment mis entre guillemets des entités comme « grippe porcine » (17 fois), « grippette »  (16), « principe de précaution »  (14), « mock-up » (13)8, « suspects » (13), « pandémie » (11), « potentiel pandémique » (9), « gravité » (6).  Voir le principe de précaution mis entre guillemets alors qu’il a plus de 15 ans d’existence et qu’il figure dans la Constitution via la Charte de l’environnement, marque l’ouverture d’une polémique sur l’interprétation de ce principe. Ainsi, François Ewald écrit dans Le Monde en date du 9 janvier 2010 :

Sous le label « principe de précaution », on trouve toutes les utilisations.

Cela montre à quel point la recherche d’indice de critique ou de polémique suppose de passer par des marques discrètes, et c’est de nouveau l’occasion de rappeler que les outils socio-informatiques ont pour objectif de faire tenir ensemble la recherche de régularités mesurables et la saisie de détails qui se révèlent décisifs pour l’analyse et l’interprétation des processus critiques.

5. Les figures argumentatives à partir de marques déterminées

Lors de la présentation du rapport sur les OGM, on avait évoqué l’importance des principes et des valeurs auxquels se réfèrent les acteurs et en particulier la pertinence des énoncés en « au nom de », ce qui est bien illustré par une formule comme :

au nom de /T=1 /ENTITE

Reste l’inquiétude … Combien de temps les antennes-relais de téléphonie mobile ont-elles le droit d’émettre dans le clocher de l’église de Saint-Etienne-du-Bois ? Quinze ou huit ans ? La question revêt un intérêt tout particulier depuis que Mgr Bagnard a banni les ondes impies au nom du culte et du principe de précaution.

Inutile de revenir sur le rôle de « en tant que » et sur le boléro de Ravel … par contre, la puissance de la méthode se mesure à la simplicité de certaines formules dont la capacité d’expression est inversement proportionnelle au nombre d’éléments qu’elle contient, ce que les mathématiciens désignent par élégance formelle. Prenons une forme comme

argument /QUALITE

Un des enrichissements du protocole consiste à offrir  la possibilité d’insérer une classe de formule dans une autre formule (avec /CF). C’est le cas quand il faut gérer la variété des emboîtements syntaxiques.

Autre propriété remarquable, la possibilité de créer des formes totalement vides du point de vue sémantique, mais riches du point de vue topologique. Ainsi l’analogie, figure de comparaison très controversée s’il en est, peut se représenter entre autres par la forme suivante, composée à partir de mots outils et de trous !

est à /T=5 ce que /T=5 est à

Tchernobyl est à l’atome civil un peu ce que Hiroshima est à sa version militaire : quelque chose qui fait très peur , mais pas assez pour que l’humanité ait tourné la page du chapitre  » ère nucléaire9.

6. Les figures argumentatives à partir de catégories

Les concepts (catégories, êtres-fictifs et collections) sont également utilisables dans les formules. Ils servent surtout pour lancer des procédures d’allers-retours entre une proto-modélisation linguistique des formes empruntées par l’argumentation et l’observation des usages en contexte.

Une belle figure est fournie par l’utilisation d’une formule apparemment triviale, comme non seulement … mais aussi. Cette forme canonique est assortie d’une fréquence d’emploi assez élevée en langue, mais ce qui est intéressant ici c’est qu’elle a du sens du point de vue d’une sociologie argumentative, car elle remplit ce que l’on peut appeler une fonction de rapprochement. Si l’on pose comme contrainte que la formule doit avant tout concerner des actants du corpus, on est à peu près sûr d’obtenir des opérations d’associations ou d’extensions pertinentes pour l’analyse des objets de débat et de controverse.

Toutes sortes de catégories peuvent être utilisées dans la composition des formules et évidemment sauvegardées dans des répertoires ou des registres, enrichissant la palette d’outils sémantiques du chercheur. C’est le cas de la catégorie majeure formée par les modes ou formes de dénonciation.

/CAT_ENTITE=Modes-de-Dénonciation /MO /ENTITE

« scandale de santé publique » ou « double langage du maire » ou « simulacre de concertation »

/ENTITE /CAT_QUALITE=Accusation-Critique /T=2 ‘en face de’ /P=6

« Une diplomatie en dessous de tout en face de la situation vécue par les Tunisiens »

Réductions et irréductions au cœur des joutes argumentatives

Une autre manière de montrer l’importance des modalités de mise en relation des entités, voire d’exclusion ou d’opposition, est d’exploiter cette capacité de la langue à développer des paradoxes comme ceux qui consistent à mettre en relation ce qui ne l’est pas, paradoxes qui ont toujours, outre le problème classique de la référence, troublé les rapports entre logique naturelle et logique formelle. On peut ainsi dire « A n’a strictement rien à voir avec B » et ce faisant associer ou rapprocher fortement dans le même énoncé A et B10. La prétention des cartographies à représenter les mises en relation opérées dans les controverses bute sur  les variations de mode à travers lesquelles sont exprimées les dites relations. Il est particulièrement pertinent, pour l’étude des disputes et de manière générale des dispositifs argumentatifs, de distinguer des formes de réduction du type « A se ramène à B » et des formes d’irréduction du type « A ne se réduit pas à B ». Les formules sont encore une fois d’un appui extrêmement précieux, une sorte de supplément cognitif incontournable à tous les outils d’objectivation que sont les analyses statistiques et les analyses de réseaux.

Ainsi, pour cerner les nombreuses opérations de comparaison auxquelles se livrent les protagonistes, deux classes de marqueurs se sont révélées efficaces et facilement transposables d’un dossier à l’autre : les marques de réduction (« X n’est qu’un Y ») et les marques d’irréduction (« X n’est pas qu’un Y »). Quelques figures exemplaires :

Amiante

Les normes actuelles ne sont que des compromis sans valeur scientifique, observe Patrick Herman, de l’association européenne Ban asbestos (proscrire l’amiante). Que Choisir, 01/10/1991

Dans ce domaine nous avons été doublement fautifs, d’une part en étant incapable de développer une juste reconnaissance des mésothéliomes imputables à une exposition professionnelle, d’autre part en n’établissant pas le registre exigé par la directive. Il faut savoir qu’un registre n’est pas un simple dénombrement des cas, le terme désigne la réunion d’un ensemble de données qui permet de progresser dans la connaissance d’une pathologie. Cet exemple est une illustration de ce que j’identifie comme une insuffisance de coordination dans la gestion d’un problème de sécurité sanitaire. Claude Got 24/12/1997

Gaucho (insecticide soupçonné de tuer les abeilles)

Mes collègues de Vendée persistent à présenter les intoxications comme un phénomène ponctuel (en début de tournesol), spectaculaire et directement corrélé aux molécules d’enrobage imidaclopride et fipronil, qui, au moins pour l’imidaclopride persisterait suffisamment dans le sol pour empoisonner les abeilles 2, voire 3 ans après. Ils ont gagné à leur thèse que l’on peut résumer ainsi :  » il y a d’abord et avant tout un problème spécifique, évident à observer, sur la culture de tournesol .A coté de cela, les autres intoxications ne sont que des épiphénomènes « , la majorité des producteurs de lavande en Provence. Pourtant, c’est peu dire que les intoxications dans la vallée du Rhône en général, et la Provence en particulier ne sont pas dues à gaucho et ne datent pas d’aujourd’hui. Schiro, Lettre personnelle et non confidentielle du 8 Avril 2002 au CST, 08/04/2003

En quelques années, des techniques ont été mises au point et le temps, que cela a nécessité, n’a plus rien à voir avec celui qu’il a fallu pour passer du char à bœuf à la Ferrari de Formule 1, ou, celui qu’il a fallu pour transformer les schémas de Léonard de Vinci en conquête spatiale. Dans le domaine du  » Génie  » industriel et de la recherche pour son compte, les avancées de ces dernières années sont vertigineuses. Les molécules pesticides mises sur le marché aujourd’hui ont une capacité à atteindre des cibles neuroleptiques de manière certaine et autrement plus efficace que les tonnes de DTT utilisées il y a plus de 50 ans … Ceci cependant ne leur donne pas un droit à prétendre être plus propres, plus vertueuses ou plus écologiques … Chacun sait et vous plus que d’autres, que la vie sur cette terre a une origine unique et malgré l’évolution, il y a une base neuroleptique identique et connue, dans les êtres vivants, même si la différence quantitative est grande. Ducloz, « Le directeur de la Coopérative France-Miel, fait part lui aussi de ses observations au directeur de la rédaction du Figaro », 10/10/2002

Téléphonie mobile

La science, c’est rarement :  » Eurêka ! [J ‘ ai trouvé !]  » La polémique sur l’effet de serre, par exemple, a duré quinze ans avant d’aboutir à un consensus … De même, la publication d’Interphone ne va sûrement pas clore le débat. Martine Hours interrogée par L’Express, 17/07/2008,  » Plus on attend, plus la rumeur enfle »

La puissance de l’outil tient au fait que l’utilisateur peut jouer sur plusieurs niveaux de combinaison. Utiliser des mots pivots, des formes canoniques d’agencement, des catégories ou des concepts, ou encore des formules dans des formules. Ainsi que des outils « topologiques » permettant d’insérer des pleins ou des trous.

Des outils destinés à nourrir un espace de recherche coopératif …

Une fois que des classes de formules ont fait leur preuve sur un corpus, elles sont réutilisables sur d’autres. Avec les dictionnaires et les répertoires de catégories ou de collections, les classes de formules sont des outils partageables, qui peuvent être constamment adaptés et enrichis au fil de travaux coopératifs ou à travers la mise en discussion. Cette dimension collaborative est d’autant plus productive que les formules entrent désormais dans des applications de deuxième ordre : dans Prospéro II, les formules sont assorties de variables qui permettent de composer de nouvelles classes d’objets et de les réinjecter dans les traitements. Cette boucle était déjà utilisée par Marlowe qui élabore lui-même des classes d’objets à partir de classes de formules projetées sur toutes sortes de corpus, mais la procédure était enfouie dans le code Lisp/C++ alors que dans Prospéro II elle sera accessible aux utilisateurs, ce qui supprimera le côté « boîte noire ».

Dans Prospéro II, l'atelier consacré aux formules est déjà bien avancé et donnera lieu à de multiples développements dans les prochains mois.

Dans Prospéro II, l'atelier consacré aux formules est déjà bien avancé et donnera lieu à de multiples développements dans les prochains mois...

  1. Francis Chateauraynaud, Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS, 2003, p. 275. []
  2. A. Krieg-Planque, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS-Editions, 2003 ; A. Krieg-Planque, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Paris, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009. []
  3. Voir la manière dont la liberté d’expression est sérieusement entamée par l’affaire des caricatures du prophète dans Jeanne Favret-Saada, Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007. []
  4. C’est le cas par exemple avec les énumérations qui forment un des modes les plus courants d’instanciation des collections ou des répertoires dans lesquels puisent les acteurs, l’énumération pouvant prendre des formes plus ou moins articulées : /ENTITE , /ENTITE , /ENTITE  ou de /ENTITE à /ENTITE en passant par /ENTITE. []
  5. Doury, Marianne. 2004. « La classification des arguments dans les discours ordinaires », Langage 154, « Les linguistiques populaires », 59-73. []
  6. Une classe de formules a été développée sur cette base dans le billet intitulé Retrouver le temps des acteurs dans le temps des corpus. []
  7. Jean-Claude Anscombre, Oswald Ducrot, L’argumentation dans la langue, Mardaga, 1983 []
  8. « En 2005, dans le cadre de la mise au point de vaccins pandémiques contre le virus H5N1, l’Agence européenne du médicament a introduit une procédure exceptionnelle destinée à permettre de soumettre à son contrôle et à son évaluation des dossiers de vaccins pandémiques prototypes (« mock-up ») – autrement dit, des vaccins maquettes – qui pourraient être utilisés seulement dans le cadre d’une pandémie déclarée, soit un passage à la phase 6 par l’Organisation mondiale de la santé. » []
  9. Gérard Dupuy, « EDITORIAL – Opacité », Libération, lundi 24 avril 2006. []
  10. Pour ceux qui sont intéressés par ce genre de complication qui éloigne considérablement de la réduction des  énoncés à des propositions relevant du (trop) simple syllogisme, voir par exemple Robert Blanché, Introduction à la logique contemporaine, Paris, Armand Colin, 1957. []

Une réflexion au sujet de « De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative »

  1. Ping : Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.