Archives mensuelles : juin 2011

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Le dernier numéro (16 2011/2) de la revue A contrario, revue interdisciplinaire de sciences sociales, propose un parcours sur le thème de l’argumentation :

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Dans ce numéro, coordonné par Raphaël Micheli, et qui rassemble des contributeurs tels que Ruth Amossy, Emmanuelle Danblon ou encore Christian Plantin, on note deux articles d’auteurs bien connus des lecteurs du présent carnet de recherche :

Marianne Doury et Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La place de l’accord dans l’argumentation polémique : le cas du débat Sarkozy/Royal (2007) », p. 63-87

On admet généralement qu’après une assertion, la réaction positive (accord) est « préférée » (ou « non marquée ») par rapport à la réaction négative (désaccord). Mais dans le cas d’un débat, et singulièrement d’un débat électoral, cette norme discursivo-interactionnelle entre en conflit avec une norme « générique » voulant que dans les interactions à caractère agonal, c’est au contraire le désaccord qui est la règle, l’accord devenant alors « marqué » par rapport au désaccord. C’est ce que nous tentons de vérifier à partir du cas du débat télévisé Sarkozy-Royal du 3 mai 2007, que nous analysons à l’aide d’outils empruntés d’une part à l’approche argumentative et d’autre part à l’approche pragmatique et interactionnelle. L’étude montre que si les manifestations d’accord ne sont pas rares dans un tel débat, elles se prêtent à diverses exploitations qui s’inscrivent dans une stratégie globale de disqualification de l’adversaire, tout en permettant au locuteur de construire de lui-même une image (un « éthos ») plus favorable que le recours systématique au désaccord frontal.

 

Francis Chateauraynaud, « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », p. 131-150

Les développements récents de la sociologie des controverses conduisent à suivre la transformation des jeux d’acteurs et d’arguments au fil de longues séries d’épreuves. Pour montrer les vertus heuristiques de la notion de trajectoire argumentative, l’article s’intéresse à la manière dont s’est formé l’argument, tenu d’abord pour évident puis de plus en plus controversé, selon lequel la relance du nucléaire civil est incontournable pour lutter contre le changement climatique annoncé par les rapports successifs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Il montre comment la production d’une contre-argumentation a supposé un long travail politique capable de faire converger des éléments nouveaux tout en attaquant le cœur de la doctrine adverse en retournant contre elle son propre raisonnement.