Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Date 20 mars 2014 |

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Lire la suite de ce billet »

  1. Sylvie Catellin , “Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective”, Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes “argumentation” et “mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs

Date 22 janvier 2014 |

Fabio MARCODOPPIDO

membre du laboratoire PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) et ATER à l’IUT de l’Université d’Orléans.

Ce billet, qui  existe aussi en version italienne : Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana : breve presentazione di un lavoro effettuato sur un corpus di testi normativi e legislativi, s’inspire de la démarche suivie par Juan Carlos Guerrero Bernal (Universidad del Rosario, Bogota) afin d’adapter les dictionnaires de Prospéro à l’espagnol.

Si l’on choisit d’utiliser un logiciel comme Prospéro, conçu et développé principalement pour des corpus en français, l’analyse d’un corpus en langue italienne présuppose un travail d’adaptation de dictionnaires. Cette phase préliminaire est nécessaire car les opérations de calcul du logiciel présupposent des catégorisations qui ne sont pas indépendantes de la langue du corpus et de l’objet sociologique traité. Je me suis trouvé face à ce travail d’adaptation lorsque, dans le cadre de mon travail de thèse, je me suis proposé d’analyser un corpus de textes réglementaires et législatifs concernant les politiques psychiatriques en Italie1. Ce billet présente de manière synthétique le travail réalisé, pas à pas, pour la constitution des dictionnaires en langue italienne. Un bon usage du logiciel suppose toujours de réfléchir à la structure et au contenu des dictionnaires avec lesquels les corpus sont traités2.

marco1 Lire la suite de ce billet »

  1. Constitué autour de la question psychiatrique en Italie, ce corpus formé de 283 textes (20142859 octets) couvre une période de 50 ans, de 1960 à 2010. []
  2. Dans le cadre du séminaire Socio-informatique des controverses que j’ai suivi de 2011 à 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), j’ai pu bénéficier d’échanges avec les concepteurs et avec des utilisateurs du logiciel. De plus, les connaissances nécessaires pour mener ce travail d’adaptation à la langue italienne, ont été développées au cours d’une formation qui a eu lieu au GSPR. J’ai mené ensuite une collaboration en 2012 avec Federico Ferretti, alors ingénieur d’études dans ce laboratoire, qui avait déjà commencé le travail d’adaptation que j’ai entrepris de prolonger. Voir, à ce propos les textes sur « l’amiante au tribunal ». Prolonger son travail de création de dictionnaires permettant à Prospéro de lire les structures textuelles de corpus en italien, n’aurait pas été possible sans son soutien initial. []

Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana: breve presentazione del lavoro fatto su un corpus di testi normativi e legislativi

Date 22 janvier 2014 |

Fabio MARCODOPPIDO

membro del PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) e Attaché temporaire d’enseignement et de recherche a l’IUT dell’Università di Orléans.

Questo post è pubblicato anche in lingua francese: Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs. Per i corpora in lingua spagnola, si veda il post « Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en espagnol » di Juan Carlos Guerrero Bernal.

Prospéro è un programma di analisi dei dati testuali, messo a punto per analizzare dei corpora in lingua francese. Un lavoro di traduzione dei dizionari è dunque necessario se si vogliono analizzare con questo strumento corpora in italiano. Le operazioni di trattamento e di calcolo del programma presuppongono, infatti, delle categorie che non sono indipendenti dalla lingua del corpus e dall’oggetto sociologico trattato. Per la mia tesi di dottorato ho analizzato con Prospéro un corpus di testi normativi e legislativi riguardanti le politiche psichiatriche in Italia1. Questo post intende presentare in maniera sintetica il lavoro fatto per la definizione di dizionari in lingua italiana. È importante porre l’accento su questi aspetti poiché il buon uso di un programma di analisi dei dati presuppone di riflettere alla struttura e al contenuto dei dizionari che permettono di analizzare il corpus2.

marco2 Lire la suite de ce billet »

  1. I 283 testi che costituiscono questo corpus coprono un periodo di 50 anni, dal 1960 al 2010. []
  2. Varie esperienze mi hanno permesso di portare avanti questo lavoro: la partecipazione dal 2011 al 2013 al seminario Socio-informatique des controverses all’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), una formazione all’uso di Prospéro e la collaborazione con Federico Ferretti, ingénieur d’études al Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) nel 2012. Una prima analisi di un corpus in italiano con Prospéro è stata fatta proprio da Federico Ferretti. Si veda, a tal proposito, i suoi due post su « l’amianto in tribunale ». Il lavoro qui presentato non sarebbe stato possibile senza il suo aiuto iniziale. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #3 Vers une toxicologie combinatoire

Date 21 décembre 2013 |

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les recherches menées en sociologie des controverses se réfèrent très souvent à John Dewey et à sa théorie de l’enquête (1938). Par « enquête », le philosophe pragmatiste entendait :

la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié1

Il ne s’agit pas d’éliminer toute possibilité de preuve ou de clôture des épreuves de vérité, comme porte à le croire le soupçon de lien intime entre pragmatisme et relativisme – au demeurant complètement à côté du sujet – mais bien de saisir le travail de la preuve comme un processus à travers lequel une personne ou un groupe, une communauté d’enquêteurs, confrontée à une situation « indéterminée », « opaque » ou « problématique » engage une série d’expérimentations, faisant jouer à plein le raisonnement abductif, fait d’hypothèses et de questions,  de prémisses et de règles d’inférence évolutives. Après avoir abordé la mise à l’agenda des perturbateurs endocriniens (volet #1)  puis décortiqué l’expression d’« effet cocktail » (volet #2), nous allons voir comment les chemins empruntés par les scientifiques et les experts aux prises avec les effets des combinaisons de substances relèvent pleinement de la logique d’enquête collective permettant à la fois une reproblématisation et un accroissement collaboratif des connaissances.

"There are many questions, of course, that won't be answered till the autopsy" (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012)

“There are many questions, of course, that won’t be answered till the autopsy” (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012) 

 

D’une toxicologie borgne, reine au pays des normes aveugles, à une toxicologie combinatoire

Au laboratoire du toxicologue, l’usage dominant consiste à isoler les molécules pour en étudier les effets spécifiques. Mais le problème qui se pose aux sciences de l’environnement est de savoir ce que deviennent des molécules une fois libérées dans les écosystèmes. Et celui qu’affrontent les sciences sanitaires n’est pas moins redoutable, puisqu’il s’agit de comprendre leurs interactions avec une foule d’autres molécules dans l’organisme. Le vertige saisit alors au regard du nombre de molécules mises en circulation lors des dernières décennies qui viennent s’ajouter à toutes les possibilités de combinaison potentiellement évaluables. Si l’approche combinatoire est souhaitable dans un premier temps, le concept invite cependant à une profonde réflexion sur les méthodes d’évaluation à mettre en œuvre. Lire la suite de ce billet »

  1. John Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1995,  p. 169. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails

Date 12 décembre 2013 |

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le doute est un état de malaise et de mécontentement dont on s’efforce de sortir pour atteindre l’état de croyance. Celui-ci est un état de calme et de satisfaction qu’on ne veut pas abandonner ni changer pour adopter une autre croyance. Au contraire, on s’attache avec ténacité non seulement à croire, mais à croire précisément ce qu’on croit. Ainsi, le doute et la croyance produisent tous deux sur nous des effets positifs, quoique fort différents. La croyance ne nous fait pas agir de suite, mais produit en nous des propositions telles que nous agirons de certaine façon lorsque l’occasion se présentera. Le doute n’a pas le moindre effet de ce genre, mais il nous excite à agir jusqu’à ce qu’il ait été détruit.1

512px-Gustave_Dore_L'Ours_Et_L'Amateur_Des_Jardins

Illustration de Gustave Doré pour “L’Ours et l’amateur des jardins” de Jean de La Fontaine.

La croyance n’est pas un concept facile à intégrer dans la sociologie pragmatique alors même qu’elle est au coeur des philosophies pragmatistes2 . Par contre, le doute y entre plus facilement dès lors, comme le rappelle la citation de Peirce ci-dessus, qu’il engage dans un processus d’éradication visant à retrouver l’état d’apaisement, attribué par le philosophe à la croyance. Les opérations, les épreuves et les processus critiques décrits par la sociologie des alertes et des controverses sont plutôt pensés à travers toute une gamme de modalités permettant à la fois de saisir les appuis ou les prises des acteurs – ou encore les gonds sur lesquels tournent les doutes dans la dernière philosophie de Wittgenstein3, et les degrés de certitude ou d’incertitude, de conviction ou de défiance qui ne cessent de se déplacer, d’évoluer, de se tempérer ou de s’enchaîner, comme dans la plupart des controverses de longue portée.

Le billet précédent faisait le point sur les déplacements et les confrontations suscités par la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans les arènes publiques en Amérique du Nord et en Europe.  Il se concluait sur l’émergence d’une problématique ancienne mais, à l’exception de quelques écotoxicologues, peu investie jusqu’alors, celle des « effets cocktails ». Dans les usages ordinaires, le mot cocktail, quasi synonyme de soirée, désigne un mélange de liquides souvent alcoolisés ; chez les scientifiques préoccupés de santé publique, il en va tout autrement, puisque le cocktail est un breuvage des plus délétères ! Car la formule de l’ « effet cocktail » qui s’impose aujourd’hui dans les discours publics, notamment à propos des produits chimiques, a semble-t-il une longue histoire dans les milieux de la toxicologie, puisqu’il est courant de remonter à une publication de 1939. Il reste que son entrée dans les arènes politiques est assez récente, et qu’elle marque un changement de perspective, largement porté en France par le Réseau Environnement Santé. Lire la suite de ce billet »

  1. Charles-Sanders Peirce, « La logique de la science », La revue philosophique de la France et de l’étranger , VI décembre 1878 et VII, janvier 1879, repr. Charles-Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance », revue Agone, 23, 2000. []
  2. Voir entre autres, la conférence donnée par William James, The Will to Believe, devant le club de philosophie de Yale and Brown Universities, en juin 1896. []
  3. L. Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 1969. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #1 L’avènement d’un autre paradigme

Date 26 novembre 2013 |

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au sein du mouvement pragmatiste américain, George Herbert Mead occupe une place particulière. Ayant largement contribué à l’inscription de la plupart des préceptes du pragmatisme dans les sciences sociales, il a notamment ouvert la voie à la psychologie sociale et à l’interactionnisme symbolique. Cela dit, on oublie souvent ses contributions concernant la science et la théorie de la connaissance. Dans un texte intitulé « Empirical realism », édité dans le recueil qui forme La philosophie du présent, il traite du rapport entre les données et leurs interprétations, en s’intéressant, bien avant Kuhn, aux manières de traiter ce qui se révèle incompatible avec une théorie ou un modèle dominant. Ce qui résiste, aux bords du cadre de pensée adopté par le chercheur, ce qu’il nomme « fait émergent », ne doit pas, dit-il, être rejeté mais servir de support à de nouvelles expériences et être transformé en nouvelle source de connaissance.

The scientist who welcomes facts that fail to accord with his theory must have a place in his doctrine for the experience within which those facts can appear. Nor can we account for the repugnant fact, for the emergent, by relegating it to an experience that is simply that of a mind that has made a mistake or been in error and now corrects it with a true or at least a truer account of reality. The repugnant fact is without doubt an emergent; it has, however, been customary to place its essential novelty in a mental experience, and to deny it to the world that the mind is experiencing.1

interdit-sauter

Dans ce processus, la production de données capables de résister aux interprétations théoriques, et de servir d’appui à des reconstructions ultérieures, est un levier majeur, sur lequel Mead fonde son réalisme empirique :

Plus les données sont isolées et observées avec sérieux, plus elles sont susceptibles de rester comme des éléments fiables pour la formulation et la solution de problèmes ultérieurs ; mais la perfection logique de la théorie et l’ampleur de son applicabilité ne préjugent en rien de sa survie face à de nouveaux problèmes. [...] En fait, le caractère achevé et global d’une hypothèse diminue sa valeur de survie face à des problèmes fondamentaux. Les scientifiques se trouvent en possession d’un corpus de données fiables en constante augmentation, alors que le véritable caractère de leurs recherches requiert une réinterprétation constante du monde dans lequel celles-ci sont menées.2

Une lecture sommaire fera sans doute de cette épistémologie du décalage une variante précoce du constructivisme ou du perspectivisme qui s’est affirmé tout au long du XXe siècle. Mais on peut aussi y lire l’expression d’une attention à la qualité et la fiabilité des données produites par la recherche, dont dépend la formulation des questions et des solutions ultérieures. La puissance d’expression des données l’emporte sur la séduction de théories qui tombent en désuétude au fil du temps… Or, c’est précisément ce qui s’est produit récemment aux points de rencontre de la toxicologie, de la biologie, de l’endocrinologie, de l’épidémiologie et de l’écologie scientifique : l’accumulation des données et des observations incompatibles avec le bon vieux modèle linéaire selon lequel « la dose fait le poison» (Paracelse), en vertu d’une relation de cause à effet saisie substance par substance, a fini par produire les conditions d’un « changement de paradigme »3. Lire la suite de ce billet »

  1. George Herbert Mead, « Réalisme empirique » (« Empirical realism », in The Philosophy of the Present, 1932). []
  2. George Herbert Mead, “Réalisme empirique”, traduit par Michèle Leclerc-Olive et Cécile Soudan, dans La philosophie du temps en perspective(s), Paris, EHESS, 2012. []
  3. Voir sur ce point, F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures Sciences Sociétés, published online 14 novembre 2013 http://dx.doi.org/10.1051/nss/2013098. Prolongeant les travaux effectués sur les faibles doses, ce billet forme le premier volet d’un triptyque et s’inscrit dans la série des recherches menées en partenariat avec l’ANSES  – dont on trouve la trame au fil des différents rapports annuels, à commencer par le dernier, celui de septembre 2013. []

De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens

Date 30 septembre 2013 |

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le surgissement de nouveaux acteurs, dotés d’expériences, de savoirs et d’outils inédits, est un des éléments les plus marquants de la dynamique des controverses sanitaires et environnementales. On voit ainsi apparaître de nouvelles formes de surveillance et de contre-expertise en provenance d’acteurs extérieurs aux institutions et aux industriels. En même temps, comme on a pu l’observer sur le terrain des faibles doses1, les problématiques parties de milieux savants ont souvent du mal à être déconfinées : si la question des faibles doses a franchi un seuil de visibilité publique, avec la répétition des controverses métrologiques autour des seuils ou des valeurs limites d’exposition, et surtout avec la montée en puissance des perturbateurs endocriniens, les publics qui s’en sont saisis sont relativement réduits, renvoyant d’abord aux cercles militants dotés d’une capacité de contre-expertise2. Mais les choses évoluent par une tout autre voie : celle des mesures effectuées directement par des collectifs déployés en monde ouvert et utilisant de nouvelles technologies portables, qui prennent progressivement la forme de réseaux de capteurs-citoyens.

inline-cgg-smogtasting_NN

Smog Tasting uses egg foams to harvest air pollution. Smog from different locations can be tasted and compared.

L’organisation de scènes de discussion critique autour de données d’enquête par des publics a été qualifiée de « data judo »3. Cela dit, entre mettre en discussion des données et les produire, il y a souvent plus qu’un pas. Le modèle dominant reste celui de la contre-expertise portée par des acteurs spécialisés œuvrant au nom des citoyens : c’est le cas d’associations de type ACRO, CRIIRAD, CRIGEN ou CRIIREM en France, ou aux États-Unis NDRC, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety, Beyond Pesticides, Clean Water Action, pour ne citer que ceux que l’on a pu étudier sur place

Dans quelle mesure l’organisation de « veilles citoyennes » ou de « collectifs vigilants » peut-elle modifier le design et l’usage des instruments ? Les citoyens ordinaires sont-ils capables d’entrer dans la boucle de production et de discussion des données ? C’est ce que pensent  Laurence Allard et Olivier Blondeau :

“Le Labo Citoyen, laboratoire d’innovation et d’expérimentation de plein air, se situe dans la perspective non pas du consommateur capté et moins encore du consommateur instrumentalisé par des « objets intelligents », que celle du citoyen capteur, qui participe à la construction d’une intelligence collective instrumentée par ces objets sensibles et communicants. Il propose de forger des outils, des prototypes, des dispositifs de visualisation, des méthodologies visant à conférer une « capacité active » aux citoyens pour interpréter leur environnement, le capter et  le mesurer et in fine agir sur lui. Le Labo Citoyen se propose ainsi d’accompagner les citoyens, les collectivités, entrepreneurs, décideurs politiques et associatifs dans la culture de la mesure, de la donnée environnementale afin de ne pas céder à une sorte de « panique métrique », qui nous conduit bien souvent à préférer ne savoir ou à déléguer à des machines la gestion de notre quotidien.”4

Après l’affirmation des capacités de prise d’information et de mise en discussion des citoyens dans les procédures de débat public ou les conférences de citoyens, voici le temps des citoyens métrologistes ou métrologues. De multiples sites et collectifs témoignent de l’organisation de mesures alternatives. Mais observe-t-on réellement une rupture avec le modèle de la contre-expertise déléguée à des ONG ? Lire la suite de ce billet »

  1. Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas, « L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques », SocioInformatique et Argumentation, 9 février 2012. []
  2. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences et Sociétés, 2013. []
  3. Rachel Morello-Frosch, Julia Green Brody, Phil Brown, Rebecca Gasior Altman, Ruthann A Rudel and Carla Pérez, « Toxic ignorance and right-to-know in biomonitoring results communication: a survey of scientists and study participants », Environmental Health 2009, 8:6. []
  4. Laurence Allard et Olivier Blondeau, Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale, http://www.citoyenscapteurs.net/ 9 avril 2013 []

Il y a 10 ans, Marlowe passait un premier examen… dans un hôpital psychiatrique

Date 12 juin 2013 |

Le 12 juin 2003, une performance publique, suivie d’un débat, était organisée autour du logiciel Marlowe, réunissant 75 chercheurs à l’EPS Maison-Blanche (siège des hôpitaux psychiatriques de l’Est parisien). Dix ans plus tard, tandis que Marlowe poursuit plutôt discrètement sa course dans le monde des entités numériques, contribuant à y affirmer une forme précieuse de décalage épistémique et de liberté intellectuelle, ce projet de contre-intelligence artificielle incarnée dans un sociologue numérique est toujours aux marges des grandes structures académiques et technoscientifiques, tout en contribuant continûment à des recherches sur les alertes et les controverses, et bien d’autres sujets qui fâchent. Conçu d’emblée comme un programme alternatif, Marlowe n’est pas destiné à se plier aux normes et aux standards qui traversent désormais les mondes de la recherche au risque d’étouffer, dans l’œuf, bien des singularités. La performance avait d’ailleurs été l’occasion de faire un bout de chemin avec des artistes :

Des connexions entre arts et sciences sociales se développent un peu partout, mais il faut bien reconnaître que l’évolution des structures de recherche et d’enseignement supérieur rend de plus en plus difficile l’expérimentation aux marges et tous les décalages qu’elle rend possibles.

Le 12 juin 2003, un jury, composé de cinq chercheurs, avait interrogé Marlowe en direct : un corpus était tiré au sort dans une collection de quinze dossiers et chaque examinateur posait toute sorte de question au logiciel – pendant environ 15 minutes. Parmi les dossiers tirés : le crash du Concorde, le dopage, l’amiante, le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et l’affaire Sokal. Un corpus construit à partir d’un forum Internet sur la guerre en Irak a par ailleurs été utilisé pendant le débat.  Dans la seconde partie, Francis Chateauraynaud, co-auteur du logiciel avec Jean-Pierre Charriau, présentait l’architecture du logiciel et ouvert la discussion sur ses devenirs possibles. Le fameux chroniqueur dont il a été question ici même et qui officie tous les soirs peu avant minuit sur son blog en est largement issu.

 

La retranscription complète des dialogues est en ligne sur l’ancien site prosperologie, depuis juillet 2003.

La politique climatique en Belgique

Date 30 avril 2013 |

Suivre les évolutions par les bifurcations et les turbulences (1987-2010)

Grégory Piet (Université de Liège)

Ce billet souligne l’intérêt, pour les sciences sociales et politiques, de produire des analyses sur un temps relativement long de dossiers complexes tels que le « changement climatique ». Il montre, d’autre part, comment organiser le suivi de ces dossiers à travers les bifurcations et les turbulences – l’ensemble s’inscrivant dans le suivi de corpus évolutifs, selon une démarche de balistique argumentative (Chateauraynaud, 2011).

Imaginer le visage futur de la côte belge selon Greenpeace

Imaginer le visage futur de la côte belge selon Greenpeace

Sans retracer ici le regain d’intérêt pour l’étude des bifurcations et des événements, faisons le constat que ce dernier s’inscrit principalement dans un mouvement contraire à la perte de prééminence de certains modèles classiques du milieu du XXe siècle (fonctionnalisme, structuralisme) et d’une prise de distance par rapport à certaines visions du changement social (Durkheim, par exemple). Comme le soulignent Bessin et al., « ces transitions paradigmatiques se sont effectuées dans un contexte socioéconomique marqué par l’accélération des changements, les apories de la programmation, la dé-standardisation des trajectoires individuelles, qui se traduisent par une plus grande focalisation de la vie sociale sur le présent », ainsi qu’une influence et « pénétration dans le monde des sciences humaines de certaines idées nouvelles issues des sciences de la nature […] faisant intervenir des événements, du contingent, des imprévisibilités » (Bessin, al., 2010, p. 10). De manière générale, en France, la sociologie durkheimienne s’est opposée à l’approche historique construite autour des événements et de la contingence. Cette tension est toutefois moins prégnante chez les sociologues allemands pour qui la dynamique événementielle permet d’identifier diverses étapes de la reconfiguration des entités collectives (Bessin, al., 2010, p. 25). De même, dans la sociologie américaine, on retrouve une approche par les événements, les ruptures, les bifurcations dans les travaux de l’école de Chicago au travers du suivi des carrières des individus et des « tournants » de leur existence (Bessin, al., 2010, p. 26). Notre propos ne sera pas de développer une sociologie des événements, mais de prendre la mesure de leur influence, conséquence, absence ou disparition tout au long de l’évolution temporelle de nos dossiers.

Lire la suite de ce billet »

De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques

Date 4 mars 2013 |

le lundi 25 mars 2013  de 9h  à 19h amphithéâtre François Furet  -  EHESS, 105 bd Raspail  -  75006 Paris

Depuis une dizaine d’années, les humanités numériques se sont développées dans les différents centres de l’EHESS, en rendant manifestes des changements assez profonds dans les rapports aux textes, aux archives, aux images, aux données, et en favorisant l’usage de nouveaux instruments, de l’émergence des outils collaboratifs en ligne jusqu’aux nouvelles formes de modélisation pour les enquêtes de sciences sociales. Cette première journée a pour but de rendre visibles l’ensemble des pratiques et des outils et d’ouvrir une discussion interdisciplinaire sur les perspectives de recherche et de développement à court et moyen termes.

A travers la présentation d’un large éventail de pratiques liées au numérique, la manifestation  permettra de croiser des regards internes et externes à l’EHESS, en mobilisant des expériences très diverses : questions d’édition électronique, d’accès aux données et aux résultats (données payantes, open source, creative commons, open edition…),  retours d’expérience sur le développement et l’usage des archives et des bibliothèques numériques, méthodes cartographiques, statistiques ou sémantiques à l’œuvre dans les processus de recherche contemporains, questionnements nouveaux sur la propriété intellectuelle, internationalisation des méthodes, des contenus et des termes.S’adressant à tous, enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, étudiants, la journée donnera lieu à des exposés assez courts, de façon à favoriser les discussions, et se conclura par une table ronde. Les discussions seront ainsi l’occasion de préparer d’autres événements consacrés aux rapports de plus en plus étroits entre SHS et informatique.

Cette journée est proposée par la Commission des usagers des technologies de l’information et de la communication électronique de l’EHESS (CUTICE).
Comité d’organisation: Francis Chateauraynaud, Patrick Fridenson, Jean-Pierre Nadal.

Digital waste management

Digital waste management

Programme

9h-9h30 Ouverture :
Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS

Blandine Bril, présidente de séance

9h30- 10h Eric Guichard (ENSSIB, Lyon)
L’écriture binaire et en réseau, un révélateur épistémologique

10h-10h30 Marie Laperdrix (Archives nationales)
Les archives électroniques, l’anticipation des archivistes au service de l’accès à l’information

10h30-11h Christian Jacob (CLEO, EHESS, et atelier numérique du LabEx Hastec)
Pour de nouveaux espaces d’écriture et de travail collaboratif en SHS

11h-11h30 pause café

11h30-12h Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier (CLEO, EHESS)
Les humanités numériques, un espace polyphonique. Retour sur trois ans d’existence du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

12h-12h30 Dominique Cardon (CEMS, EHESS & orangelab)
Dans l’esprit du PageRank. Un essai d’anthropologie de l’algorithme de Google

12h30-12h45 Franziska Heimburger (CRH, EHESS)
Nouvelles pratiques collaboratives pour la recherche internationale – l’exemple de la bibliographie de la `First World War Studies Society’

12h45-13h Marie-Anne Marquet (SIGA, EHESS)
L’Environnement Numérique de Travail (ENT) à l’EHESS : un portail pour la recherche

13h-15h pause déjeuner

Pascal Cristofoli (CRH, EHESS), président de séance

15h-15h30 Rachid Ragala (CAMS, EHESS)
Du pixel au paysage digital : apport des systèmes d’information géographique (SIG) et de la télédétection spatiale

15h30-16h Francis Chateauraynaud & Josquin Debaz (GSPR, EHESS)
Pour une contre-intelligence artificielle. Sociologie numérique et analyse de corpus

16h-16h30 David Chavalarias (CAMS, EHESS)
Sur les traces de la société numérique : quantification de l’évolution des sujets dans les journaux scientifiques, la presse et la blogosphère

16h30-17h pause café

17h-17h30 Jean-Christophe Plantin (UTC, Compiègne)
Ouvrir la boite à outils de la recherche numérique – une analyse ethnographique de trois laboratoires

17h30-18h André Gunthert (INHA, EHESS)
Pourquoi la recherche en culture visuelle a besoin du web

18h-18h45 Discussion – table ronde

Clôture : Patrick Fridenson, Président de la CUTICE


Carnets de recherche