Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Lire la suite

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []

Génération automatique de textes

Samuel Szoniecky, Hakim Hachour Université Paris VIII – Laboratoire Paragraphe

La génération automatique est intimement liée à l’usage de l’informatique. Nous l’expérimentons à la moindre frappe sur nos claviers, au moindre clic sur nos écrans. L’informatique nous permet de générer à partir d’un geste très simple : une lettre sur l’écran, une page web qui s’affiche, une existence unique qui se déploie.

papiLe travail des informaticiens consiste à gérer ces multiplicités génératives pour que la touche « A » affiche bien un « A », pour que le lien sur lequel on clique affiche bien la page Web attendue. Dans cette multiplicité de rapports symboliques [8], on peut faire intervenir l’aléa pour générer une virtualité c’est à dire une potentialité de ce qui pourrait arriver [12]. Les générateurs automatiques se situent dans ce « milieu » associant le formalisme symbolique de l’informatique qui requiert unicité et hiérarchie du rapport à l’information, et la virtualité d’un réseau qui multiplie la potentialité des flux événementiels. Entre cet « arbre-racine » et ce « rhizome-canal » [5, p. 31], ce joue l’expérimentation d’une connaissance « en train de se faire » et qui s’incarne, ici et maintenant, dans une existence informationnelle. Mettre à disposition des dispositifs pour la lecture et l’écriture de ses existences est sans doute un des enjeux majeurs pour les humanités numériques. A l’heure où l’e-Education envahit les systèmes scolaires et où le « numérique » devient une clef indispensable pour le financement de la recherche, les travaux sur les générateurs automatiques peuvent alimenter les débats sur la nature des contenus, comment leurs éléments traduisent des informations utiles, fiables et vérifiables. Ce rapport entre les contenus et les connaissances associées nourrissent alors un débat de fond sur les usages de l’informatique en sciences humaines et de leurs conséquences épistémologiques et pédagogiques. Lire la suite

Les théories de la complexité : des points de repère

Fabrizio Li Vigni1

Depuis une trentaine d’années, le terme de « complexité » s’est imposé dans les discours des chercheurs et des intellectuels, des instituts de recherche et des journalistes scientifiques. De nombreux chercheurs, quelle que soit leur discipline, s’y intéressent. Multiples, aux contours incertains, les théories de la « complexité » cultivent et nourrissent l’espoir de parvenir à des solutions nouvelles, jugées parfois « miraculeuses », aux problèmes sociaux et environnementaux ; elles peuvent également produire une sorte d’émerveillement, ou pour le moins d’excitation cognitive, en ouvrant sur la compréhension réelle et profonde des systèmes dits complexes.

2 Systèmes multi-agents (tradition systemico-cybernetique)

Systèmes multi-agents (tradition des systèmes dynamiques et des réseaux)

Ce domaine encore peu étudié amène le chercheur en sciences sociales à se poser une série de questions2. Pourquoi, par exemple, des scientifiques confirmés ont-ils voulu créer de nouveaux espaces de recherche, voire produire une « révolution » scientifique ou épistémologique ? En quoi leurs disciplines et instituts de recherches d’origine ne les satisfaisaient pas ? Comment les acteurs de la complexité sont-ils reliés aux organismes importants qui les financent à partir de modélisations numériques, c’est-à-dire virtuelles ? Quel est, plus généralement, le rôle que l’ordinateur joue dans la modélisation de la complexité, compte tenu de l’ambition de saisir le monde « réel » ? Du point de vue philosophique, le domaine de la complexité est-il vraiment antiréductionniste ? Autrement dit, quelles épistémologies émergent des discours officiels et des pratiques observables ? Coïncident-elles ? Enfin, les théories de la complexité, dans leur diversité, peuvent-elles vraiment aider dans la gestion des affaires du monde ? Avec quels risques et quels avantages ? Autrement dit, quelles sont leurs promesses et qu’en est-il à ce jour ? Pour répondre à ces questions, un travail ethnographique, d’entretiens et d’archives a été engagé et sera poursuivi au cours des prochaines années. Toutefois ces questions ont peu de chances de trouver des réponses si l’on n’établit pas clairement, au préalable, le périmètre des acteurs et des idées en jeu.  Le fait que ces questions trouvent des réponses différentes selon les acteurs peut ensuite faire l’objet d’investigations plus précises. A partir d’un travail exploratoire3, qui sert d’appui à ce  billet, nous avons précisément cherché à établir ce périmètre d’acteurs, afin d’interroger la supposée unité du domaine de la complexité. Existe-t-il un domaine de la complexité homogène, solide et universellement reconnu ? La réponse s’est avérée négative et nous avons repéré trois grands groupes, parfois en lutte entre eux. Voilà déjà un bon point de départ pour interroger le domaine des théories de la complexité. Lire la suite

  1. L’auteur tient à remercier tous les membres du GSPR pour leurs lectures et leurs conseils concernant ce billet. []
  2. Le GSPR lui-même est né d’interrogations concernant les modèles sociologiques et leurs capacités différentielles à se saisir de processus complexes, non-linéaires ou émergents, en particulier via l’étude socio-informatique des dossiers complexes. Voir sur ce point, le programme esquissé par Francis Chateauraynaud sous le titre, Pragmatique de la complexité. Modèles sociologiques pour l’analyse des processus de mobilisation (Paris, EHESS, juin 2004). []
  3. Li Vigni, F., Les théories de la complexité (1970-2010). Une sociohistoire d’un domaine émergent, Mémoire de master en Sociologie générale, EHESS de Paris, sous la direction de Wolf Feuerhahn, soutenu en juin 2014. []

Marlowe au séminaire Socio-informatique

La dernière séance du séminaire Socio-informatique des controverses (23 février 2015) invite le logiciel Christopher Marlowe et ses « coachs » à présenter leurs travaux en cours visant à améliorer les chroniques et les rapports qu’il produit de manière continue à partir de corpus évolutifs et de flux d’information sur la Toile.

cit_intellectuelles

Les lecteurs assidus de ces chroniques n’ont pas manqué d’observer l’intégration récente de différents outils de visualisation et de nouveaux scripts d’analyse des configurations discursives. Mais au-delà des aspects techniques des productions de ce collaborateur numérique enrichi à coup de contre-intelligence artificielle, la rencontre examinera deux aspects sans doute plus fondamentaux de sa trajectoire singulière : quelle place peut réellement occuper une telle entité dans les mouvements sociologiques contemporains aux prises avec le monde numérique ? Comment se fabriquent les limites des capacités d’expression du dispositif qui sous-tend les exercices de style de Marlowe ? La configuration créée – ou révélée ? – par les attentats récents, engageant non seulement la liberté d’expression, mais aussi la position du chercheur et/ou de l’intellectuel dans une cité décrite en pleine dérive, pose, ou plutôt alourdit encore le fardeau éthique qui pèse sur le développement, et l’accompagnement, d’un sociologue numérique voué à mettre sérieusement à l’épreuve la formule chère à Jean-Gabriel Ganascia : la neutralité in silico !

Rendez-vous donc au 105 boulevard Raspail à 15h. La salle 3 n’étant pas dimensionnée pour recevoir beaucoup de monde, la séance donnera lieu à une capture sonore suivie éventuellement d’une retranscription des échanges les plus pertinents.

La traversée des drones

Le survol des centrales :  vraie-fausse épreuve sécuritaire ?

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Une enquête menée sur les risques en zones côtières nous a conduits à regarder de plus près les instruments utilisés par les chercheurs et les acteurs locaux lorsqu’ils s’efforcent d’élaborer des prises sur des milieux en interactions1. Si les recours aux données satellitaires se multiplient, concernant les enjeux côtiers, et en particulier l’érosion et l’évolution continue du trait de côte, c’est une nette préférence pour la (déjà) bonne vieille technologie du Lidar (Light Detection and Ranging) qui semble s’imposer chez les utilisateurs de données.

Comment le “bruit” des mesures Lidar pour l’altimétrie devient de l’information pour l’étude des couverts végétaux

Aujourd’hui, les drones sont en passe de prendre le relais. En tout cas, un domaine d’instrumentation et de médiation technologique se développe, fournissant à toutes sortes d’acteurs des outils à leur main, capables de remplir les trous cartographiques et métrologiques laissés par la production de données, satellitaires ou autres, largement hors de portée des utilisateurs de terrain2. Lire la suite

  1. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Métrologies spatiales et milieux en interactions », in Michel Avignon, Cathy Dubois et P. Escudier (dir), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014. []
  2. Voir sur ce point les éléments déjà exposés dans Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens », Socio-informatique et argumentation, 30 septembre 2013. []

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils socio-informatiques pour l’analyse des controverses

 

Séminaire du 17 novembre 2014 au 23 février 2015,  le lundi de 15 h à 17 h, EHESS, 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes ou d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Il sera organisé comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’enquêtes socio-informatiques, en fonctionnant comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities). Les séances seront essentiellement orientées vers l’analyse sociologique des controverses mais aborderont toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs.

Un des axes majeurs des travaux concernera les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour le raisonnement sociologique. L’accent sera mis sur les opérateurs de reconfigurations, épreuves marquantes ou turning points, par lesquels se modifient les jeux d’actants et d’arguments au fil du temps. Les questions de temporalité sont en effet une des dimensions privilégiées par le style d’enquête du séminaire ; en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses.

En se plaçant dans le mouvement des pratiques collectives distribuées, les séances donneront lieu à l’analyse collaborative de différents corpus, dont on organisera la comparaison. D’un point de vue technique, les principaux appuis socio-informatiques seront formés par la suite logicielle Prospéro, dont on discutera au cas par cas les possibles associations avec d’autres instruments (Alceste, Pajek, Gephi, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web…). Conçu dans une démarche pragmatiste, le recours par les participants à une pluralité d’instruments socio-informatiques aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à toute logique d’enquête.

 

Programme

 

17 novembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz : Présentation générale, analyse de corpus et algorithmes, humanités numériques et sociologie argumentative.

24 novembre :  Logique d’enquête et corpus évolutifs. Atelier installation de Prospéro 1, prendre en main un premier corpus, les dictionnaires et les concepts

1er décembre : Francis Chateauraynaud : Le nucléaire saisi dans le temps long : ruptures et bifurcations d’un point de vue socioinformatique

8 décembre : Atelier sur les catégories et les concepts sous Prospéro

15 décembre : Josquin Debaz : Etude de corpus : La controverses sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques

5 janvier 2015 : Atelier exports et visualisations des données (Excel, R, Pajek, Gephi…)

12 janvier :  Flávia Gouveia (University of Campinas) : Controverses sur les agrocarburants au Brésil

19 janvier : Atelier temporalités et périodisations

26 janvier : Samuel Szoniecky (université Paris VIII) : Génération automatique de textes

2 février : Atelier consacré à la construction et l’utilisation des classes de formules

9 février : Julien Velcin (université Lyon II) : Analyse automatique de l’opinion par des techniques issus de la science des données

16 février : Atelier comparaisons sous-corpus et acteurs principaux

23 février : Christopher Marlowe (Doxa-GSPR) : Comment je rédige ma chronique

 

Studying and practising justifying and accounting

Contextualisation as a research technique for staging controversies over field boundaries

Simon Smith,

Marie Curie Research Fellow, Institute for Sociology, Slovak Academy of Sciences.

Simon Smith has begun a collaboration with Prospéro’s team and network of developers, in order to adapt procedures and grids to a new kind of materials. This text is the starting point of a series of contributions and discussions, which will go on next year during the seminar on socio-informatics held at EHESS in Paris.

Introduction

If understanding what kind of case you’ve got (typical, critical, extreme, paradigmatic etc.) can emerge during the course of case study research (Flyvbjerg 2006) – and probably has to for fluid organisational settings and emerging fields – can you turn this from a liability to an asset? Flyvbjerg thought you could do so by cultivating a reactive, continual readiness to reinterpret. I argue that you can also in another, more proactive sense: by employing contextualisation as a research technique. Lire la suite

Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Lire la suite

  1. Sylvie Catellin , “Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective”, Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes “argumentation” et “mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs

Fabio MARCODOPPIDO

membre du laboratoire PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) et ATER à l’IUT de l’Université d’Orléans.

Ce billet, qui  existe aussi en version italienne : Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana : breve presentazione di un lavoro effettuato sur un corpus di testi normativi e legislativi, s’inspire de la démarche suivie par Juan Carlos Guerrero Bernal (Universidad del Rosario, Bogota) afin d’adapter les dictionnaires de Prospéro à l’espagnol.

Si l’on choisit d’utiliser un logiciel comme Prospéro, conçu et développé principalement pour des corpus en français, l’analyse d’un corpus en langue italienne présuppose un travail d’adaptation de dictionnaires. Cette phase préliminaire est nécessaire car les opérations de calcul du logiciel présupposent des catégorisations qui ne sont pas indépendantes de la langue du corpus et de l’objet sociologique traité. Je me suis trouvé face à ce travail d’adaptation lorsque, dans le cadre de mon travail de thèse, je me suis proposé d’analyser un corpus de textes réglementaires et législatifs concernant les politiques psychiatriques en Italie1. Ce billet présente de manière synthétique le travail réalisé, pas à pas, pour la constitution des dictionnaires en langue italienne. Un bon usage du logiciel suppose toujours de réfléchir à la structure et au contenu des dictionnaires avec lesquels les corpus sont traités2.

marco1 Lire la suite

  1. Constitué autour de la question psychiatrique en Italie, ce corpus formé de 283 textes (20142859 octets) couvre une période de 50 ans, de 1960 à 2010. []
  2. Dans le cadre du séminaire Socio-informatique des controverses que j’ai suivi de 2011 à 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), j’ai pu bénéficier d’échanges avec les concepteurs et avec des utilisateurs du logiciel. De plus, les connaissances nécessaires pour mener ce travail d’adaptation à la langue italienne, ont été développées au cours d’une formation qui a eu lieu au GSPR. J’ai mené ensuite une collaboration en 2012 avec Federico Ferretti, alors ingénieur d’études dans ce laboratoire, qui avait déjà commencé le travail d’adaptation que j’ai entrepris de prolonger. Voir, à ce propos les textes sur « l’amiante au tribunal ». Prolonger son travail de création de dictionnaires permettant à Prospéro de lire les structures textuelles de corpus en italien, n’aurait pas été possible sans son soutien initial. []

Adattare Prospéro all’analisi di corpora in lingua italiana: breve presentazione del lavoro fatto su un corpus di testi normativi e legislativi

Fabio MARCODOPPIDO

membro del PRINTEMPS (CNRS-UVSQ UMR 8085) e Attaché temporaire d’enseignement et de recherche a l’IUT dell’Università di Orléans.

Questo post è pubblicato anche in lingua francese: Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en italien : le travail effectué à partir d’un corpus de textes réglementaires et législatifs. Per i corpora in lingua spagnola, si veda il post « Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en espagnol » di Juan Carlos Guerrero Bernal.

Prospéro è un programma di analisi dei dati testuali, messo a punto per analizzare dei corpora in lingua francese. Un lavoro di traduzione dei dizionari è dunque necessario se si vogliono analizzare con questo strumento corpora in italiano. Le operazioni di trattamento e di calcolo del programma presuppongono, infatti, delle categorie che non sono indipendenti dalla lingua del corpus e dall’oggetto sociologico trattato. Per la mia tesi di dottorato ho analizzato con Prospéro un corpus di testi normativi e legislativi riguardanti le politiche psichiatriche in Italia1. Questo post intende presentare in maniera sintetica il lavoro fatto per la definizione di dizionari in lingua italiana. È importante porre l’accento su questi aspetti poiché il buon uso di un programma di analisi dei dati presuppone di riflettere alla struttura e al contenuto dei dizionari che permettono di analizzare il corpus2.

marco2 Lire la suite

  1. I 283 testi che costituiscono questo corpus coprono un periodo di 50 anni, dal 1960 al 2010. []
  2. Varie esperienze mi hanno permesso di portare avanti questo lavoro: la partecipazione dal 2011 al 2013 al seminario Socio-informatique des controverses all’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), una formazione all’uso di Prospéro e la collaborazione con Federico Ferretti, ingénieur d’études al Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) nel 2012. Una prima analisi di un corpus in italiano con Prospéro è stata fatta proprio da Federico Ferretti. Si veda, a tal proposito, i suoi due post su « l’amianto in tribunale ». Il lavoro qui presentato non sarebbe stato possibile senza il suo aiuto iniziale. []