Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux

Post-scriptum en forme de clin d’œil sur Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations (Paris, Pétra, 2017)

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La catastrophe finale est pour bientôt. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les flux continus de discours, de rapports, d’alertes et de commentaires critiques, des plus cyniques aux plus désabusés, des plus informés aux plus idéologiques, qui nourrissent chaque jour la table des dangers et des risques visant toutes les formes de vie et d’activité. Dans la longue liste des causes de l’effondrement à venir, le changement climatique occupe bien sûr une des premières places, en interaction continue avec la sixième extinction d’espèces, dont témoignent entre autres les disparitions massives d’insectes. Il faut y ajouter depuis peu le retour de la menace de guerre nucléaire, qui vient doubler le terrorisme dont on tente vainement de se débarrasser, quitte à en renouer avec le totalitarisme sécuritaire. Il faut encore y adjoindre, cela va malheureusement de soi, tous les maux qui affectent des pans entiers de la population mondiale, dont les vulnérabilités s’accroissent alors même que la courbe démographique ne faiblit toujours pas ou pas aussi vite que prévu. Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. D’ailleurs, quelques jours avant l’ouverture de la COP23, l’ex-Programme des Nations unies pour l’environnement (désormais ONU Environnement) lance une nouvelle alerte, en dénonçant l’« écart catastrophique » qui se creuse entre les engagements pris à Paris lors  de la COP21 et les réalisations nécessaires pour réellement diminuer les émissions de gaz à effet de serre1. Rappelez vous ce « président normal » qui se flattait d’avoir sauvé le climat…  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur.

Le livre Aux bords de l’irréversible, issu des travaux menés par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz au sein du GSPR (EHESS) entre 2008 et 2016 est disponible depuis juillet 2017 dans la collection « Pragmatismes » aux Editions Pétra.

En vis-à-vis des annonces de catastrophes, se déploie l’univers des promesses technologiques,  couvrant aujourd’hui à peu près tous les domaines, de la santé à la conquête spatiale, des biotechnologies aux intelligences artificielles, en passant par les nanotechnologies2. « Nous » voici donc doublement condamnés !  Il « nous » faut affronter la catastrophe globale et adopter les solutions offertes par les technosciences, dont on sait — au moins depuis Jacques Ellul — qu’elles font bien plus partie du problème que de la solution. Le succès académique ou médiatique étant de nos jours lié à la fabrique de positions de surplomb permettant de parler de « nous » avec assurance, c’est-à-dire tout à la fois au nom de la planète, de l’humanité  mais aussi des non-humains qui la peuplent, la somme des ouvrages qui montent en généralité (pour parler comme à Sciences Po) est assez époustouflante. Selon les activités et les engagements dans lesquels on est pris, on en tire des sentiments fort contrastés. Et le pire de tous est sans aucun doute le sentiment d’impuissance qui conduit à s’en remettre aux grands prédicateurs capables de « nous » ouvrir la voie vers un autre futur possible ou une stratégie de type survivaliste.

Continuer la lecture

  1. United Nations Environment Programme (UNEP), The Emissions Gap Report 2017, Nairobi. []
  2. Voir sur ce point le rapport du GSPR, Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies, rapport ANR, décembre 2012 []

Narratives and arguments at Leicester IPA conference

Tomáš Dvořák & Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

On July 7th 2017 a panel “Narrativizing institutional crises” took place at the Interpretive Policy Analysis (IPA) conference in Leicester, UK. The panel was organized with a specific goal. It was to focus on narratives of crisis, accounts and descriptions of disorder, failures and dysfunctions of public policies, organizations and even institutions.  Our hunch was that narrative accounts of crisis can, and often actually do, influence and shape the development of organizational fields and institutions. By viewing narratives of crisis as discursive/rhetorical tools for defining and disputing the legitimacy of institutional arrangements we aimed to tackle the issue of interrelations between narrativization and institutional change.

The panel was chaired by Simon Smith with Francis Chateauraynaud participating as discussant. The presentations of Kateřina Merklová & Tomáš Dvořák, Anna Durnová and James Beresford  sparked an intriguing discussion, which we have extended at subsequent reunions of our research team in Prague, Narrativisation of crisis and institutions in party politics and public policy (Simon Smith, Jiří Kabele, Karel Čada, Tomáš Dvořák a Kateřina Merklová).

Continuer la lecture

Socio-informatique des controverses. Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs

Séminaire du 20 novembre 2017 au 19 mars 2018

3e lundi du mois de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h

salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera organisé autour de 5 journées pleines (de 2 x 3 heures chacune), au cours desquelles les participants s’initieront aux technologies d’analyse de corpus, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. Les séances se dérouleront à raison d’une fois par mois de novembre à mars.

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Au fur et à mesure des séances, les participants gagneront en autonomie, de façon à constituer leurs propres corpus et cadre d’analyse. La dernière séance donnera lieu à une restitution des chemins d’enquête suivis à partir des corpus choisis. Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges.

Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/395/

 

 

Using speech acts formulas to describe the narrative structure of affaires

Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

Introduction

Prospéro is a tool for use by sociologists interested in argumentation: it helps identify and explore the ‘argumentatively strong moments’ (Chateauraynaud 2011: 118) within large corpuses usually based around public controversies. Given, however, that the notion of a discursive configuration or discursive regime is certainly broad enough to encompass narrative as well as argumentative modes of expression or ways of knowing (Chateauraynaud 2003: 83), and that one of Prospéro’s strengths is undoubtedly its sensitivity to questions of time and temporality (identifying turning points in argument trajectories, for example), it is surprising that narrativity remains an underdeveloped area of its conceptual armoury, and that few researchers (to my knowledge) have used Prospéro to explore the narrative structure of corpuses (for an exception see Cézanne-Bert & Hériard-Dubreuil 2014).

In the project I lead at Charles University in Prague on Crisis narrativisation and institutions in politics and public policy we set ourselves two technical-methodological goals: one is to adapt Prospéro for use with Czech texts (perhaps this will be the subject of a later post). The other is to test whether Prospéro can in fact aid the search not only for the argumentatively but also for the narratively strong moments of large corpuses. In this post I want to introduce a way to use formulas in combination with a categorisation of verbs (épreuves) by type of speech act, which represents a promising first step in our effort to investigate narrativity.

The main protagonists in the Berbr affaire, Roman Berbr and Libor Kovařík (Pavel Mazáč, Deník Sport)

The connection between speech acts and narrativity

One way of introducing the theory of speech acts (developed principally by John Searle) is to start from distinction between different classes of speech acts according to how they mediate the relationship between the ‘word’ and the ‘world’. Hence a speech act, for Searle, can have one, both or neither of two ‘directions of fit’.

Continuer la lecture

Une application conventionnaliste de Prospéro : la critique écologiste du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut

Leslie Carnoye

Clersé UMR 8019, Université de Lille 1 et Ethics EA 7446, Université Catholique de Lille

Ce billet présente, dans les grandes lignes, la manière dont j’ai mobilisé Prospéro dans ma thèse de doctorat en sciences économiques, intitulée « Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut » (Carnoye, 2016[1]). A destination de la communauté de recherche des utilisateurs de Prospéro, l’objectif est de donner à voir comment j’ai utilisé le logiciel afin d’analyser mon étude de cas et pour répondre à ma problématique. L’exercice entrepris ici peut donc se comprendre comme un carnet de bord d’une application de Prospéro à un corpus particulier.

Le saule-têtard, emblème du Parc Scarpe-Escaut, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016

Continuer la lecture

Prospéro Lusófono-Br

Adaptação do Software Prospéro para o Tratamento de Textos em Língua Portuguesa – Português Brasileiro

Flávia Gouveia

Doutoranda do Departamento de Política Científica e Tecnológica da Universidade Estadual de Campinas (DPCT/Unicamp – Brasil) e pesquisadora colaboradora do Grupo de Sociologia Pragmática e Reflexiva da Escola de Altos Estudos em Ciências Sociais (GSPR/EHESS – França)


No âmbito do estágio doutoral que realizei junto ao GSPR/EHESS no ano letivo 2014-2015, tive contato com o software Prospéro e seus desenvolvedores. Conheci também pesquisadores brasileiros interessados, como eu, nessa ferramenta de análise de controvérsias em corpora textuais e decidimos, de maneira informal, unir forças. Empreendemos um trabalho colaborativo de adaptação do Prospéro para a língua portuguesa, com pretensões de disponibilizar uma versão básica para o público acadêmico lusófono, notadamente brasileiro1. Este texto descreve sucintamente alguns aspectos fundamentais da adaptação do Prospéro para a língua portuguesa na variante brasileira2.

Uma equipe multidisciplinar foi formada, com pesquisadores das áreas de Comunicação, Economia, Educação, Educação Física, Linguística, Política Científica e Tecnológica e Sociologia. Essa rede promoveu assim laços entre universidades no Brasil e na França, em parceria com o GSPR/EHESS e a Universidade de Nanterre. A despeito da diversidade de nossas abordagens e problemas de pesquisa, assumimos coletivamente o desafio de explorar grandes quantidades de informações acerca de temas relevantes e controversos, à luz das sociologias pragmáticas que inspiraram a criação do Prospéro.IMG_9229

Continuer la lecture

  1. Um exercício preliminar de adaptação do Prospéro para o tratamento de textos em português, com foco no tema do ensino da matemática no Brasil e na França, havia sido realizado pelos professores Patrick Trabal (Universidade de Nanterre) e Vinício de Macedo Santos (USP) entre os anos 2010-2011. Ver Trabal & Santos (2011), L’enseignement des mathématiques et les difficultés des élèves : des questions pour la recherche, disponível em: http://www.m2real.org/spip.php?article161&lang=fr (acesso em 27/10/2015). []
  2. Ainda que o trabalho realizado contemple em grande medida o núcleo comum às variantes do idioma, ressaltamos que a utilização de textos em português não brasileiro exigirá ajustes apropriados à variante considerada. Descrições sobre o processo de adaptação do Prospéro para as línguas espanhola e italiana encontram-se publicadas no carnet socioargu [ver as contribuições respectivas de Juan Carlos Guerrero Bernal (2012) et de Fabio Marcodoppido (2014)]. []

Prospéro Lusophone (Brésil)

Adaptation du Logiciel Prospéro pour l’analyse de corpus en Langue Portugaise (Portugais brésilien)

Flávia Gouveia

Doctorante au Département de Politique Scientifique et Technologique de l’Université de Campinas (DPCT / Unicamp – Brésil) et chercheuse associée au Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive de l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (GSPR / EHESS – France)

Lors du stage doctoral que j’ai effectué au GSPR à l’EHESS au cours de l’année universitaire 2014-2015, j’ai fait connaissance avec le logiciel Prospéro et ses développeurs. Plusieurs chercheurs brésiliens étant intéressés, comme moi, par cet outil d’analyse de controverses à travers des corpus textuels, d’une façon informelle, nous avons décidé d’unir nos forces. Un travail collaboratif d’adaptation de Prospéro à la langue portugaise a été entrepris, avec pour premier objectif de le rendre disponible, dans une version basique, pour le public académique lusophone, particulièrement brésilien1. Ce texte décrit brièvement quelques aspects fondamentaux de l’adaptation de Prospéro à la langue portugaise dans la variante brésilienne2.

Une équipe multidisciplinaire s’est constituée avec des chercheurs provenant des domaines de la Communication, l’Économie, l’Enseignement, l’Éducation Physique, la Linguistique, la Politique Scientifique et Technologique et la Sociologie. Ce réseau a ainsi tissé des liens entre des universités au Brésil et en France, en partenariat avec GSPR/EHESS et l’Université de Nanterre. En dépit de la diversité de nos approches et de nos questions de recherche, nous avons collectivement relevé le défi d’explorer de grandes quantités d’informations concernant des thèmes pertinents et controversés, à la lumière des apports des sociologies pragmatiques qui ont inspiré la création de Prospéro.

IMG_9245 Continuer la lecture

  1. Un exercice préliminaire d’adaptation de Prospéro pour le traitement de textes en portugais, centré sur l’enseignement des mathématiques au Brésil et en France, avait été effectué par les professeurs Patrick Trabal (Université de Nanterre) et Vinicio de Macedo Santos (USP) vers 2010-2011. Voir Trabal & Santos (2011), L’enseignement des mathématiques et les difficultés des élèves : des questions pour la recherche, disponible sur : http://www.m2real.org/spip.php?article161&lang=fr (accès 27/10/2015). []
  2. Bien que le travail effectué comporte en grande partie le noyau commun aux variantes de la langue, nous soulignons que l’utilisation de textes en portugais non brésilien demandera des ajustements appropriés à la variante considérée. Des descriptions liées aux processus d’adaptation de Prospéro aux langues espagnole et italienne sont déjà publiées sur le carnet socioargu [voir les contributions respectives de Juan Carlos Guerrero Bernal (2012) et de Fabio Marcodoppido (2014)]. []

Outils socio-informatiques. Méthodes numériques pour l’analyse des dynamiques collectives

Séminaire du 2 novembre 2015 au 8 février 2016
Le lundi de 15 h à 17 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera principalement orienté vers des recherches liées à la sociologie des controverses mais, au fil des séances, toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, seront abordés, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. D’une manière générale, ce séminaire fonctionnera comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities).

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges via son site Web. Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/395/


Programme

2 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Introduction générale : Enjeux épistémiques de la socio-informatique des controverses

9 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Pragmatique et algorithmique

16 novembre

Francis Chateauraynaud, Martin Denoun et Markku Lehtonen, GSPR-EHESS

Expériences croisées sur les corpus liés au dossier nucléaire

23 novembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #1

30 novembre

Fabrizio Li Vigni, GSPR-EHESS

De quelle complexité parlent les pragmatistes  ?

7 décembre

David Chavalarias, Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France

Epistémologie quali-quantitative, cartographie dynamique des réseaux et Web Mining

14 décembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #2

4 janvier 2016

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Ontologies, concepts et typifications. Un monde de catégories à l’épreuve de processus dynamiques

11 janvier

Pascal Cristofoli, Laboratoire de Démographie et d’Histoire Sociale, EHESS

Construire des données pour faire de la recherche – Retours sur l’histoire des rapports entre informatique et SHS

18 janvier

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Formules et marqueurs temporels : saisir les agencements dans des séries longues

25 janvier

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Prospéro II – vers un logiciel collaboratif

1er février

Alex Albert, Université de Tours

Retour sur la conception et les usages du logiciel Sonal

8 février

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Quand Prospéro II s’apprête à accueillir Marlowe II…

Converser avec Sacks

Jean Frances

Chercheur associé au GSPR/EHESS – Post-doctorant au CSTB

Le compte rendu de cet ouvrage est initialement paru dans la revue Lectures : Jean Frances, « Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks », Lectures, Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 juin 2015. La note critique publiée ici l’est avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue Lectures.

Le livre collectif consacré à Harvey Sacks, par Alain Bovet, Esther González-Martinez et Fabienne Malbois s’ouvre, en première partie, sur la traduction inédite de trois chapitres des Lectures on conversation (1992) qui visent, avant tout, à expliquer comment la société peut figurer dans la conversation, et en quoi cette même conversation – même la plus brève – peut constituer un terrain d’enquête sociologique fécond. La seconde partie est bâtie en cinq chapitres où, tour à tour, les auteurs s’attachent à commenter une partie des travaux de Sacks. F. Malbois (p. 83-116) propose une présentation générale de l’œuvre et de la théorie sacksienne ; présentation elle-même poursuivie dans le dernier chapitre où P. Sormani et D. Rossé (p. 187-246) s’interrogent sur « Le rapport entre ‟dire” et ‟faire” ». E. Gonzalez-Martinez (p. 117-138) explique en quoi « l’organisation séquentielle de la conversation est, pour Sacks, un phénomène social » (p. 117), voire même « une institution » : ce chapitre renseigne également la filiation qui unit les Règles de la méthode sociologique aux travaux des ethnométhodologues. De même, qu’en son temps, Durkheim affirmait que le suicide n’était pas un fait social de premier plan, mais que son analyse était décisive sociologiquement en ce qu’elle amenait à révéler les déterminants sociaux des actes les plus intimes, E. Gonzalez-Martinez rappelle la nécessité d’opérer une nette « distinction entre l’importance social d’un phénomène et [… son] importance sociologique » (p. 134). Cette position épistémologique est d’ailleurs mise à l’épreuve par A. Bovet : s’attachant à réaliser une sociologie de l’usage des pronoms (p. 165-186), il montre comment élaborer une analyse de science sociale qui soit « intéressante » en examinant des « données inintéressantes » (p. 184). Enfin, S. Keel (p. 139-164) explique en quoi l’approche du fondateur de l’analyse conversationnelle est un ressort puissant et pertinent pour réinterroger la socialisation, notamment en l’abordant sous l’angle des relations de pouvoir entre classes d’âge.

Last Conversation Piece - Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by  Valerie Hinojosa

Last Conversation Piece – Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by
Valerie Hinojosa

Continuer la lecture

Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Continuer la lecture

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []