Archives mensuelles : juin 2010

The 7th Conference of the International Society for the Study of Argumentation

The 7th Conference on Argumentation of the International Society for the Study of Argumentation will take place in Amsterdam from June 29 to July 2, 2010.

You will find here the detailed conference programme

This congress will host argumentation theorists, (informal) logicians, discourse analysts, communication scholars, rhetoricians, legal scholars, and other scholars involved in the study of argumentation, even some socio-argumentativists ! Thus, if French scholars are not many to be involved, due to the relative weakness of argumentative field in academic and research institutions in France, our so-called « epistemic community » will be well represented!

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Aux prises avec Prospéro 2.0

La (re)naissance d’une communauté épistémique

Qu’est ce qu’une communauté épistémique ? Depuis l’avènement du Web, le courant de la « cognition distribuée » et celui des «pratiques coopératives » ont le vent en poupe.  Comme l’avaient souligné de longue date des travaux d’ergonomes,  la collaboration cognitive auto-organisée par un collectif engagé dans l’utilisation ou la conception d’un dispositif, présente de nombreux avantages pour la production d’«artefacts praticables ». A l’évidence, la formation de groupes capables d’engendrer un maximum de mises en variations critiques est au principe de ce qui résiste ultérieurement dans les épreuves (formule pragmatiste s’il en est). Au demeurant, cette forme de validation et de coordination a elle-même une longue histoire1. D’usage de plus en plus étendu aujourd’hui, la notion de communauté épistémique a surtout été utilisée pour caractériser les groupes de développeurs rassemblés autour de projets open source2. Si, depuis sa naissance dans les années 1990, le logiciel Prospéro a été tiré par les usages et a bénéficié des retours critiques de multiples chercheurs, une coupure s’est perpétuée entre le développement informatique et les utilisations. Par ailleurs, certains usages, comme les observatoires socio-informatiques du GSPR, ont largement prédominé dans la prise en compte des demandes de fonctionnalités , créant une asymétrie manifeste dans la fabrique des nouvelles fonctions. L’idée d’associer le plus en amont possible les utilisateurs dans la conception, le réglage et la validation de procédures était présente très tôt,  mais le réseau des développeurs-utilisateurs a eu du mal à trouver ses marques :  après avoir à peu près tout essayé, de la liste de diffusion au wiki, en passant par la création d’un « atelier permanent  de sociologie électronique » (EHESS 2003-2009) ou la multiplication de séances de travail collectif en séminaires, il est apparu qu’il fallait surtout changer le mode d’intervention des utilisateurs dans le processus même d’écriture informatique. Est-ce possible et réaliste dans nos disciplines de SHS réputées préférer le travail individuel et refouler sur les marges la conception des instruments ?

Continuer la lecture

  1. « Human beings coordinate their actions to do things which would be hard or impossible for them individually. This is not a particularly recondite fact, and the recognition of it is ancient; it is in the fifth book of Lucretius’s De Rerum Natura, for instance. It was a commonplace of the Enlightenment, that most sociable age, and the philosophes were even, it seems, the first to realize that thinking, too, can be a collective activity, one conducted and amplified by social groups — which is not to say that societies have thoughts. (See, for instance, d’Alembert’s preliminary discourse to the Encyclopédie.) Science is, of course, the most prominent and successful example of what we might call, by analogy with « collective action, » collective cognition, but it is certainly not the only one », E. Hutchins, in Cognition in the Wild, MIT Press, 1995. []
  2. Bernard Conein, « Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Revue d’Economie Politique, numéro spécial Marchés en ligne et communautés d’agents, 2004, n°113, 141-159 ;  « Cognition distribuée, groupe social et technologie cognitive », Réseaux, 2004, n°124. []

Comment créer de toute pièce un déficit de scientificité en donnant une leçon d’épistémologie

Francis Chateauraynaud

Fin 2009, la revue Enquête publiait un numéro entièrement consacré à l’épistémologie des sciences sociales, autour de la question du mode de cumulativité des différentes disciplines, représentée chacune par un contributeur1. Difficile d’ouvrir un débat avec un seul représentant par discipline, mais l’objectif était avant tout d’explorer l’ensemble des domaines des sciences sociales, de l’économie à l’anthropologie et de l’histoire à la démographie. Au-delà d’un panorama purement académique, quel était donc l’enjeu de cette publication collective ? Dans la conclusion de l’article qu’il a consacré à sa propre discipline, Bernard Walliser, le coordinateur du volume, ne cache pas son espoir de voir bientôt converger les disciplines autour d’un même modèle de cumulativité. Le rapprochement de l’économie et des « autres sciences sociales » y est même posé comme inéluctable :

Continuer la lecture

  1. B. Walliser (Dir), « La cumulativité du savoir en sciences sociales », Enquête, EHESS, 8, 2009. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Retour sur les réseaux de collaborations scientifiques

Le 3 juin 2010, dans le cadre du séminaire « Approches des réseaux sociaux » organisé pour l’EHESS et l’INED par S. Baciocchi, P. Cristofoli (EHESS), F. Maillochon (CNRS), Z. Moutoukias (Université Paris-VII), C. Prieur (Université Paris-VII), et M.-C. Smyrnelis, une journée est consacrée aux « réseaux de collaborations scientifiques ».

Elle se tiendra à l’INED, en salle SAUVY, 133 bd Davout 75980 Paris 20ème

Programme

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website