Archives de catégorie : Salon de lecture

Bibliographies, notes de lecture, annonces de publication, liens vers bases de données bibliographiques

Converser avec Sacks

Jean Frances

Chercheur associé au GSPR/EHESS – Post-doctorant au CSTB

Le compte rendu de cet ouvrage est initialement paru dans la revue Lectures : Jean Frances, « Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks », Lectures, Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 juin 2015. La note critique publiée ici l’est avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue Lectures.

Le livre collectif consacré à Harvey Sacks, par Alain Bovet, Esther González-Martinez et Fabienne Malbois s’ouvre, en première partie, sur la traduction inédite de trois chapitres des Lectures on conversation (1992) qui visent, avant tout, à expliquer comment la société peut figurer dans la conversation, et en quoi cette même conversation – même la plus brève – peut constituer un terrain d’enquête sociologique fécond. La seconde partie est bâtie en cinq chapitres où, tour à tour, les auteurs s’attachent à commenter une partie des travaux de Sacks. F. Malbois (p. 83-116) propose une présentation générale de l’œuvre et de la théorie sacksienne ; présentation elle-même poursuivie dans le dernier chapitre où P. Sormani et D. Rossé (p. 187-246) s’interrogent sur « Le rapport entre ‟dire” et ‟faire” ». E. Gonzalez-Martinez (p. 117-138) explique en quoi « l’organisation séquentielle de la conversation est, pour Sacks, un phénomène social » (p. 117), voire même « une institution » : ce chapitre renseigne également la filiation qui unit les Règles de la méthode sociologique aux travaux des ethnométhodologues. De même, qu’en son temps, Durkheim affirmait que le suicide n’était pas un fait social de premier plan, mais que son analyse était décisive sociologiquement en ce qu’elle amenait à révéler les déterminants sociaux des actes les plus intimes, E. Gonzalez-Martinez rappelle la nécessité d’opérer une nette « distinction entre l’importance social d’un phénomène et [… son] importance sociologique » (p. 134). Cette position épistémologique est d’ailleurs mise à l’épreuve par A. Bovet : s’attachant à réaliser une sociologie de l’usage des pronoms (p. 165-186), il montre comment élaborer une analyse de science sociale qui soit « intéressante » en examinant des « données inintéressantes » (p. 184). Enfin, S. Keel (p. 139-164) explique en quoi l’approche du fondateur de l’analyse conversationnelle est un ressort puissant et pertinent pour réinterroger la socialisation, notamment en l’abordant sous l’angle des relations de pouvoir entre classes d’âge.

Last Conversation Piece - Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by  Valerie Hinojosa

Last Conversation Piece – Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by
Valerie Hinojosa

Continuer la lecture

Un logiciel dans sa bibliothèque

État des lieux bibliographique autour du logiciel Prospéro

Des applications aux discussions plus théoriques ou méthodologiques, des rapports liés à des commandes aux expériences singulières sur des corpus originaux, les textes qui font référence au logiciel Prospéro et aux outils associés sont d’ores et déjà nombreux. En voici une première tentative de  recensement. L’idée est de recueillir les écrits qui commentent ou décrivent le logiciel (un peu plus longuement qu’une simple citation en note de bas de page donc) et surtout ceux qui ont été construits sur un de ses usages possibles.

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les droits de l’homme en discours

Le quatrième numéro de la revue Argumentation et Analyse du Discours Les droits de l’homme en discours a été mis en ligne. Dirigé par Emmanuelle Danblon et Emmanuel de Jonge, ce volume interroge la forme politique « Déclaration » du point de vue argumentatif :

« La pensée des droits de l’homme a fait l’objet de plusieurs déclarations : la Déclaration d’Indépendance américaine (1776), la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (1789) et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (8 décembre 1948), qui est au centre de ce numéro. Dans quelle mesure peuvent-elles être analysées d’un point de vue rhétorique ? Par ailleurs, comment les débats de société font-ils référence à l’esprit ou à la lettre de ces textes ? Pour répondre à ces questions, les présentes contributions traitent ces documents comme un corpus linguistique. L’étude des discours est néanmoins envisagée dans un esprit interdisciplinaire : si le fil rouge des réflexions est toujours celui des phénomènes rhétoriques et discursifs, ceux-ci se voient cependant éclairés par plusieurs disciplines voisines, mais aussi, du côté des sciences du langage, par la sémantique ou l’étude du raisonnement au sens large. Par cette démarche, on espère contribuer à relever un défi : celui de repenser le système aristotélicien dans le cadre des sociétés contemporaines, avec leurs institutions et leurs visions du monde. »

TABLE DES MATIERES

  • Emmanuelle Danblon et Emmanuel de Jonge, Introduction
  • Emmanuelle Danblon, A quelles conditions une charte est-elle efficace ?
  • Fabienne Martin, Indéfini, modalité et généricité dans la Déclaration des Droits de l’Homme
  • Francis Chateauraynaud et Marianne Doury, « Désormais… » Essai sur les fonction argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle
  • Emmanuel de Jonge, Le Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comme l’expression d’une vision du monde : une approche topique et génétique
  • Thierry Herman, Prémisses indéniables, mais dialogue de sourds quand même : la liberté d’expression au prisme d’un votation helvétique (initiative « muselière »)
  • Gregory Corroyer et Valérie Susana, Communicabilité des droits de l’homme : La Déclaration Universelle et sa mise en texte

Varia

  • Alain Rabatel, Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images

Comptes rendus

  • Maria Brilliant : Que devient le pamphlet ? Mots. Les langages du politique 91, sous la dir. de Michel Hastings, Cédric Passard et Juliette Rennes, novembre 2009
  • François Provenzano : Danblon, Emmanuelle, Emmanuel de Jonge, Ekaterina Kissina et Loïc Nicolas (dir.). 2008. Argumentation et narration. (Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles)
  • Victor Ferry et Benoit Sans : Rabatel, Alain. 2008. Homo Narrans, pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. (Limoges : Lambert-Lucas)
  • Eithan Orkibi : Kochin, Michael S. 2009. Five Chapters on Rhetoric : Character, Action, Things, Nothing and Art (University Park : Pennsylvania State University Press)

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website