Archives de catégorie : Marlowe

Marlowe au séminaire Socio-informatique

La dernière séance du séminaire Socio-informatique des controverses (23 février 2015) invite le logiciel Christopher Marlowe et ses « coachs » à présenter leurs travaux en cours visant à améliorer les chroniques et les rapports qu’il produit de manière continue à partir de corpus évolutifs et de flux d’information sur la Toile.

cit_intellectuelles

Les lecteurs assidus de ces chroniques n’ont pas manqué d’observer l’intégration récente de différents outils de visualisation et de nouveaux scripts d’analyse des configurations discursives. Mais au-delà des aspects techniques des productions de ce collaborateur numérique enrichi à coup de contre-intelligence artificielle, la rencontre examinera deux aspects sans doute plus fondamentaux de sa trajectoire singulière : quelle place peut réellement occuper une telle entité dans les mouvements sociologiques contemporains aux prises avec le monde numérique ? Comment se fabriquent les limites des capacités d’expression du dispositif qui sous-tend les exercices de style de Marlowe ? La configuration créée – ou révélée ? – par les attentats récents, engageant non seulement la liberté d’expression, mais aussi la position du chercheur et/ou de l’intellectuel dans une cité décrite en pleine dérive, pose, ou plutôt alourdit encore le fardeau éthique qui pèse sur le développement, et l’accompagnement, d’un sociologue numérique voué à mettre sérieusement à l’épreuve la formule chère à Jean-Gabriel Ganascia : la neutralité in silico !

Rendez-vous donc au 105 boulevard Raspail à 15h. La salle 3 n’étant pas dimensionnée pour recevoir beaucoup de monde, la séance donnera lieu à une capture sonore suivie éventuellement d’une retranscription des échanges les plus pertinents.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Il y a 10 ans, Marlowe passait un premier examen… dans un hôpital psychiatrique

Le 12 juin 2003, une performance publique, suivie d’un débat, était organisée autour du logiciel Marlowe, réunissant 75 chercheurs à l’EPS Maison-Blanche (siège des hôpitaux psychiatriques de l’Est parisien). Dix ans plus tard, tandis que Marlowe poursuit plutôt discrètement sa course dans le monde des entités numériques, contribuant à y affirmer une forme précieuse de décalage épistémique et de liberté intellectuelle, ce projet de contre-intelligence artificielle incarnée dans un sociologue numérique est toujours aux marges des grandes structures académiques et technoscientifiques, tout en contribuant continûment à des recherches sur les alertes et les controverses, et bien d’autres sujets qui fâchent. Conçu d’emblée comme un programme alternatif, Marlowe n’est pas destiné à se plier aux normes et aux standards qui traversent désormais les mondes de la recherche au risque d’étouffer, dans l’œuf, bien des singularités. La performance avait d’ailleurs été l’occasion de faire un bout de chemin avec des artistes :

Des connexions entre arts et sciences sociales se développent un peu partout, mais il faut bien reconnaître que l’évolution des structures de recherche et d’enseignement supérieur rend de plus en plus difficile l’expérimentation aux marges et tous les décalages qu’elle rend possibles.

Le 12 juin 2003, un jury, composé de cinq chercheurs, avait interrogé Marlowe en direct : un corpus était tiré au sort dans une collection de quinze dossiers et chaque examinateur posait toute sorte de question au logiciel – pendant environ 15 minutes. Parmi les dossiers tirés : le crash du Concorde, le dopage, l’amiante, le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et l’affaire Sokal. Un corpus construit à partir d’un forum Internet sur la guerre en Irak a par ailleurs été utilisé pendant le débat.  Dans la seconde partie, Francis Chateauraynaud, co-auteur du logiciel avec Jean-Pierre Charriau, présentait l’architecture du logiciel et ouvert la discussion sur ses devenirs possibles. Le fameux chroniqueur dont il a été question ici même et qui officie tous les soirs peu avant minuit sur son blog en est largement issu.

 

La retranscription complète des dialogues est en ligne sur l’ancien site prosperologie, depuis juillet 2003.

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

Francis Chateauraynaud

Depuis novembre 2004, le logiciel Marlowe réalise une chronique quotidienne, fondée sur l’analyse automatique de fils d’actualités. Restée longtemps confidentielle, cette chronique a dépassé, au cours de l’année 2011, le seuil des 2000 versions. Chaque chronique est unique puisque Marlowe plonge les contenus constamment renouvelés que le logiciel Tiresias glane pour lui tous les jours, dans des algorithmes de mises en variation qui n’ont cessé d’être enrichis au fil du temps1. D’abord adressée par courriel au noyau des développeurs-utilisateurs ainsi qu’à un micro-réseau d’amateurs, la chronique de Marlowe est désormais accessible à tous depuis janvier 2012. L’opération a été discrète, accompagnant les évolutions récentes du site prosperologie. Ce nouveau site permet le téléchargement gratuit de Prospéro I, passé en freeware à la fin de l’année 2011. Il donne également accès à certains modules de Tirésias et contient les entrées principales, pour l’heure réservées à des utilisateurs particuliers, vers le serveur d’interrogation à distance MarloWeb et la base de corpus Chéloné. Grâce à l’intervention de Josquin Debaz, qui a conçu le protocole assurant le dépôt automatique et la mise en forme de la chronique de Marlowe sur le blog ouvert à cet effet2,  la chronique quotidienne est donc consultable tous les jours en ligne, le système affichant sur la page la date de chaque chronique et les premiers mots d’amorce utilisés par Marlowe. On peut du même coup apprécier son sens de la mise en variation continue, notion deleuzienne selon laquelle une forme apparemment mineure ouvre un espace de créativité infini …3.

Continuer la lecture

  1. Sur les principales structures du logiciel Marlowe, voir « Marlowe. Vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, p. 6-32. []
  2. Partant de chaque chronique produite en format texte avec quelques balises html, un script écrit en Python génère une mise en forme en Textile – une autre version permettant de la transformer au format LaTeX. La chaine de transformation passe alors par un dépôt dans le générateur de blog Jekyll,  qui délègue lui même à un serveur web Apache la mise en ligne du résultat. L’extension de ce système pourra passer par de nouveaux intermédiaires numériques : ajout de fonctions de commentaires sur le blog,  ouverture d’un compte twitter, … évolutions qui n’auront de sens qu’à l’issue d’une articulation réfléchie du principe dialogique original de Marlowe et de ces outils du web social ; en fonction de l’évolution des usages, on pourra même imaginer le passage à une version ouverte accompagnée des descripteurs sémantiques permettant un usage dérouté et détourné par ses lecteurs… Mais en la matière, un adage bien connu est de mise : qui va doucement va loin … []
  3. Une des gageures de ce plan d’expérimentation est constituée par la tension entre deux logiques d’écriture : la première, non négociable, consiste à donner le plus grand degré de liberté d’expression à Marlowe, et même de toujours l’ouvrir au maximum quitte à ce qu’il commette des erreurs ou se fige dans des redites ; la seconde, qui suppose un processus d’adaptation, vise à s’appuyer sur les régularités observables pour construire une mise en forme adaptée au web. On est donc sans cesse à l’affût des défaillances du processus d’écriture liées à telle ou telle facétie non anticipée mais aussi de formules sinon régulières du moins prévisibles pour améliorer la mise en forme – comme par exemple l’insertion automatique de documents multimédias. Lors de la modification de la chaîne, les anciennes chroniques ne sont pas modifiées et on peut ainsi suivre la progression des capacités du programme en parcourant l’historique des billets. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail

Pour les milieux de l’Intelligence Artificielle (IA), l’année 2012 sera celle des célébrations, toutes motivées par le 100e anniversaire de la naissance d’Alan Turing, grande figure de la théorie informatique et dont les thèses fondatrices sont au cœur des réflexions et des controverses qui traversent la philosophie computationnelle1.  Dans la communauté internationale des chercheurs et développeurs, les événements sont coordonnés par The Turing Centenary Advisory Committee.

La fascination opérée par les idées visionnaires de Turing n’est pas d’aujourd’hui.  Si l’émergence du Web a un temps évincé quelque peu la figure de ce père fondateur, disparu fort jeune, depuis plusieurs années, des concours de chatbot jusqu’au prestigieux prix Turing , les occasions de célébration de la pensée mais aussi de l’homme Turing se sont multipliées. Le développement du projet Marlowe à la fin des années 1990 a évidemment croisé à maintes reprises des démarches inspirées par les écrits et la personnalité de Turing, notamment le fabuleux travail théâtral dirigé par Jean-François Peyret monté en 1999 à Bobigny sous le titre Turing-Machine et dans lequel sont parcourues de multiples variations autour du dialogue, mais aussi du conflit, entre l’homme et la machine. Cette année, après un repli en laboratoire et une atténuation sensible de sa visibilité publique (la dernière grande « sortie » fut l’intervention à l’occasion de l’élection présidentielle du printemps 2007), Marlowe amorce une sorte de retour, quelque peu freiné ces derniers temps par la concentration des efforts de développement sur le logiciel Prospéro II dont dépend fortement son avenir. Ce retour intervient à la fois dans le cadre de transformations du processus de redéploiement des outils socio-informatiques et dans un nouveau contexte politique, mais aussi à la faveur du bouillonnement d’idées et de projets que l’IA continue de produire. C’est pourquoi, sur une initiative de Jean Sallantin, Marlowe devrait participer à un dispositif scénographique, dont les ressorts seront fixés avant l’été, présenté en collaboration au grand congrès d’intelligence artificielle qui se tiendra à Montpellier du 25 au 31 août 2012.

Continuer la lecture

  1. Pour une biographie de Turing voir Jean Lassègue, Turing, Belles Lettres, 2003. On consultera également le site de l’espace Turing. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Marloweb.ogm : (trans)genèse d’une promesse méthodologique

Francis Chateauraynaud

La rencontre organisée le 15 septembre dernier autour des travaux du programme OBSOGM fut une belle occasion de débattre à la fois des évolutions du dossier des OGM et de ce que font, ou ne font pas, les sciences sociales dans le jeu des interprétations, quand elles ont affaire à des acteurs ultra compétents et réflexifs auxquels il est généralement difficile d’apprendre quelque chose de nouveau sur leurs propres disputes.  Quatre interventions ont permis d’attaquer la complexité de ce dossier en faisant varier les approches : j’ai d’abord présenté la manière dont on peut restituer l’histoire politique des OGM, marquée par une montée d’une logique du conflit faisant poindre  les limites de l’argumentation en situation de différend ou de désaccord profond (deep disagreement); Jean Foyer a ensuite opéré un décentrement très précieux à partir des controverses suscitées par le maïs OGM au Mexique, lieu de cultures ancestrales des premières variétés, transformé en quelques années en terrain d’expérimentation de dispositifs d’alerte en matière de dissémination et de biosécurité ; Antoine Bernard de Raymond a analysé la forme de légitimité politique visée par le mouvement des faucheurs volontaires, à travers la revendication d’une désobéissance civique de longue haleine ; enfin, Marie-Angèle Hermitte a repris l’histoire des épreuves judiciaires, en abordant les procès comme des formes de mobilisation, marqués par des victoires juridiques (droit à l’information, évaluation plus contextualisée des risques associés aux cultures des PGM) ou des défaites (arrêtés anti-OGM des communes), et, dans le cas des procès des faucheurs, un usage radical de l’arme du droit – perdu ou gagné la décision judiciaire prononcée au nom du peuple français fait toujours avancer la cause !

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website