Archives de catégorie : Cartographies

Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Continuer la lecture

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les risques toxiques au quotidien. Une sociologie politique de l’hypersensibilité chimique

Aymeric Luneau (doctorant GSPR – EHESS)

Plusieurs billets de ce carnet abordent déjà la question de la relation entre les logiciels Prospéro et Pajek. Dans le billet « Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek », les auteurs reviennent sur l’intérêt de recourir à l’édition de graphes pour analyser un corpus et les limites d’un tel outil. On peut également lire « Washington connections »1 et « Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles »2 qui illustrent différentes façon de naviguer entre Prospéro et Pajek. Dans le premier, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz articulent la construction de graphes avec l’étude des corpus ou l’analyse des entretiens pour comprendre les relations entre les organisations non-gouvernementales et les organismes d’expertise publics aux États-Unis dans le champ santé-environnement. Dans le second, Josquin Debaz utilise Pajek pour faire ressortir les différents groupes d’ « ennemis » qui menacent les abeilles. Dans ces trois billets, les cartes de liens entre les entités sont insérées dans une étude plus fine des relations entre les entités à l’intérieur même des textes. Les aller-retour entre Pajek et Prospéro s’apparentent alors  à une variation de focales alternant des observations macroscopiques et microscopiques.

Pajek est un logiciel d’exploration des réseaux sociaux3 et mobilise à ce titre des éléments de la théorie des graphes. Dès lors, quelle pertinence accorder au recours à certains de ces éléments pour l’analyse de corpus ? Ce billet s’intéresse au « syndrome d’hypersensibilité chimique multiple » (MCS de l’anglais Multiple Chemical Sensitivity) et à l’utilisation du perchloroéthylène dans les pressings, deux dossiers aux visages différents. Alors que le perchloroéthylène sera banni des nouveaux pressings à partir de 2014, le MCS reste relativement discret dans le paysage des maladies environnementales. Les outils contenus dans Pajek et les concepts théoriques sur la base desquels ils opèrent peuvent-ils contribuer à l’analyse des corpus et la compréhension des différences de configuration ?

photo credit: live w mcs via photopin cc

 

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « Washington connections. Experts et contre-experts à Capitol Hill », Socio-informatique et argumentation, 29 octobre 2010, http://socioargu.hypotheses.org/1622 []
  2. Josquin Debaz, « Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles. D’une multiplicité d’ennemis à la multifactorialité du mal », Socio-informatique et argumentation, Hypothèses, 5 novembre 2012. http://socioargu.hypotheses.org/4222 []
  3. Woody de Nooy, Andrej Mrvar, Vladimir Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, NewYork, Cambridge University Press, 2011 (2nd édition). []

L’affaire des gaz de schiste. Anatomie d’une mobilisation fulgurante

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz avec la collaboration de Pierrick Cézanne-Bert1

Il y a un an, fin décembre 2010, le dossier des « gaz de schiste » n’était pas encore constitué en conflit politique, du moins en Europe, et seuls quelques observateurs attentifs, des sentinelles concernées par les enjeux environnementaux avaient vu venir un processus critique de grande ampleur2. Il suffisait pourtant de regarder outre-Atlantique pour constater que la querelle était déjà bien lancée au Canada et aux États-Unis3. Si ce dossier est tombé dans les filets de nos agents socio-informatiques via un module de Tiresias consacré aux fils santé-environnement, notamment  à travers un article publié sur le site notre-planete.info le 17 décembre 20104, nous avions entendu parler de la fracturation hydraulique (« fracking ») par des interlocuteurs rencontrés au cours d’une enquête menée à Washington DC au début de l’automne 20105. Nous avions hésité à intégrer précocement ce nouveau dossier, pourtant qualifié d’« explosif » par nos interlocuteurs américains, dans une collection de corpus déjà bien chargée, faute de signaux équivalents dans les milieux d’experts français. Des contacts bien informés nous avaient pourtant avertis de l’ampleur du phénomène :

There is an emerging movement right now, that’s happening right now […] the short word is fracking. Did you know this word fracking? It’s gonna be huge! It’s hydraulic fracturing, how you get oil out of shale rock under the ground. You put chemicals and then you put a charge and you explode the all thing and then you suck the oil out of the ground, but you also suck all the chemicals in the water and it’s a mess and they’re doing this all over the US. And citizens have finally […] under exposures to endocrine disruptors and these chemicals […] because many people […] much of it happen in rural areas where people drink water from wells […] this is the issues from environmental justice and from toxic exposures is now finding so quickly under their website … 6

Depuis, le dossier de la fracturation hydraulique7 a fait beaucoup de chemin comme l’atteste encore un article récent du réseau alternet.org. Avec Fukushima, le dossier des gaz de schiste constitue à n’en pas douter un des éléments les plus marquants de l’histoire environnementale de l’année 2011.

Un des points de basculement du dossier est formé par la diffusion massive, dès 2010 outre-Atlantique, du documentaire Gasland écrit et réalisé par Josh Fox, qui met en scène sa propre enquête sur l ‘exploitation de la formation rocheuse de Marcellus (qui mène de la Pennsylvanie à l’Ohio en passant par L’Etat de New York). Ce film, dont on trouve différentes versions sur la toile, atteint un large public en Europe au printemps 2011, et contribue à transformer l’exploitation des gaz de schiste en nouveau front environnemental majeur du XXIème siècle. A y regarder de plus près de multiples acteurs se sont déjà saisis du dossier, comme par exemple l’Association Québecoise de Lutte contre la Pollution (AQLPA) qui, en septembre 2009, demande au Gouvernement du Québec d’informer la population sur la problématique des gaz de schiste et de répondre à toute une série de questions concernant « l’environnement, la santé et la sécurité des Québécoises et Québécois »8.  Rapidement transformé en dossier transnational, propre à redéfinir les relations déjà fort complexes entre énergie et environnement, le cas des gaz de schiste a ainsi donné lieu à la construction d’un double corpus – francophone et anglophone. Ces derniers temps le dossier est quelque peu retombé, ce qui permet de faire un premier point et d’organiser les éléments du suivi de long terme de cette cause qui devrait connaître de multiples rebondissements dans les prochaines années, avec des trajectoires fort différentes selon les pays concernés9.


Gaz de schiste: Wo! film appelant à voter pour la pétition « Exploration et exploitation du gaz de schiste », 118933 signataires

Continuer la lecture

  1. Ce billet suit la séance du séminaire « Controverses environnementales et anthropologies de la nature » qui a eu lieu à l’EHESS, dans l’antenne de la Vieille Charité à Marseille le 25 novembre 2011. []
  2. Voir en particulier « CAP21 demande un moratoire européen sur l’exploration/exploitation des gaz non conventionnels », 7 décembre 2010. []
  3. Voir « N.Y. Senate Approves Fracking Moratorium », New York Times, 4 août 2010. []
  4. « Gaz de schiste : une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement », notre-planete.info, 17 décembre 2010 []
  5. Voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Washington connections, 29 octobre 2010. []
  6. Une spécialiste des études de science dans le champ santé environnement, Virginia Tech University, septembre 2010. []
  7. Notons que le choix de traduction de shale gas par gaz de schiste n’allait pas de soi et qu’il a donné lieu à des discussions. Ce qui est sûr c’est que le gaz extrait des roches est du gaz naturel, et que ce qui est « non conventionnel » c’est le procédé utilisé pour l’extraire du fait de son encastrement dans la roche-mère. Du coup le nom correct du dossier devrait être « fracturation hydraulique », ce dont témoigne le corpus anglophone étudié dans lequel le terme « fracking » réalise un meilleur score que l’Etre-Fictif, supposé équivalent du français, SHALE-GAS@ … []
  8. AQLPA, « Questions de l’AQLPA au Gouvernement du Québec au sujet de l’exploitation du gaz de schiste », Montréal, 28 septembre 2009 []
  9. Pour un cadre d’analyse transposable des trajectoires comparées de différentes causes, voir F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris Pétra, 2011. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Hypothesosphère

Essai de cartographie des carnets de recherche

Josquin Debaz

L’activité des blogs fait l’objet d’analyses multiples visant à la fois à en cerner les tendances et à en extraire les structures topologiques.  A titre d’exercice réflexif, qui peut ne pas être sans conséquences, ce billet propose une représentation cartographique des liens tissés entre eux par les carnets de la plateforme Hypotheses.org.

La formule est assez simple. Vous prenez un langage informatique, par exemple Python, et codez rapidement une « araignée du web » qui va parcourir les 6 pages d’indexation proposées par http://hypotheses.org/, puis recenser les liens vers des carnets de recherche, et parcourir de manière récursive ces liens  et ainsi de suite jusqu’à obtenir tous ceux qui pointent vers un carnet Hypotheses. Vous obtenez, au 7 décembre 2010, une photographie de 1127 billets et pages d’accueil qui fournit une première représentation de la partie supposée la plus active de la plateforme.

Demandez ensuite à votre robot d’indexation de vous informer chaque fois qu’un carnet propose un lien pointant vers un autre carnet, et d’enregistrer le tout dans un fichier lisible par un logiciel d’analyse de réseaux sociaux (en l’occurrence dans un format de fichier .net, lisible par Pajek, mais également par Gephi, et disponible ici).

Après ces quelques opérations préliminaires, à l’aide de ce logiciel, vous pouvez afficher le graphe des relations entre les carnets indexés, avec pour chacun un vertex  (un sommet) dont la taille est proportionnelle au  degré (nombre de liens entrant et sortant)1 en appliquant l’algorithme de Kamada-Kawai pour étaler les sommets dans les sous-groupes, puis celui de Fruchterman-Reingold pour distribuer ces sous-groupes sur un cercle.

Appelons le résultat final une « hypothesosphere ». Une première figure est produite au format png ci-dessous, mais également disponible en svg,  dans laquelle chaque arrête correspond à l’existence d’au moins un lien pointant d’un carnet vers un autre2.

Hypothesosphere au 7 décembre 2010

Continuer la lecture

  1. Selon la procédure décrite dans la section 3.3 de W. de Nooy, A. Mrvar, V. Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, CUP, January 2005. []
  2. Mais sa valeur reste unitaire quelque soit le nombre de liens relevés par le robot entre les carnets. []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Washington connections

Experts et contre-experts à Capitol Hill

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Dans le billet précédent, nous avons présenté la formation d’un répertoire de risques environnementaux en montrant comment il avait été alimenté par les différentes interactions au fil d’une enquête à Washington DC. Nous poursuivons le raisonnement à partir des jeux d’acteurs gouvernementaux (agences et instituts) et non-gouvernementaux (ONG, acteurs et médias alternatifs) qui portent ces objets de risque dans les arènes publiques aux Etats-Unis.

Dans les applications socio-informatiques, certains outils sont pour le moins incontournables. Dans le cas des alertes et des risques, la collection des organismes officiels d’expertise, intitulée ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE*, permet de suivre l’engagement des experts publics dans les controverses1.  Il en va de même de toutes les collections de noms propres invariants comme celles des personnages politiques, des pays, des villes, des événements marquants ou des sites de conflit (locaux amiantés, centrales nucléaires, régions sans OGM, parcs naturels, ou noms de  gares desservies par une ligne ferroviaire …). Concernant les militants et les associations, NGO* dans le cas américain, l’intersection des collections anglophones et francophones compte peu d’éléments. On y retrouve bien sûr de grandes figures comme Greenpeace, les Amis de la Terre (Friends of the Earth ou FoE) ou encore WWF, mais la carte des associations engagées sur le front des alertes et des risques est radicalement différente dans les cadres nord-américains et européens.

Arlington’s car-free diet: how much going car-free can change your life?

Continuer la lecture

  1. L’avantage de cette collection est d’être facilement transposable d’une aire linguistique à l’autre, en demandant peu de modifications. A ce propos, une des limites de Prospéro I est l’impossibilité d’insérer simplement les êtres-fictifs dans les collections, ce qui contraint à y inclure la série complète des variations graphiques, par exemple : OMS, WHO, Organisation Mondiale de la Santé, Organisation mondiale de la santé, etc. Dans Prospéro II, on introduira directement OMS@ []

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un atlas des questions parlementaires

Dans la panoplie des outils développés pour Tirésias figure un générateur de corpus fondé sur l’extraction automatique des questions parlementaires. Ce module, conçu pour mieux cerner les moments forts de « mise en politique des questions », interroge les bases de données du Sénat et de l’Assemblée Nationale et traite automatiquement les questions sélectionnées. Une des informations récupérées concerne le département d’élection du parlementaire.  S’il est toujours utile de posséder cette entrée pour examiner l’origine d’une question particulière, il est aussi intéressant de pouvoir saisir la spatialisation des prises de parole en tant que telle. Il s’agit ainsi de générer un atlas des départements français indiquant le nombre de questions (intégrées au corpus) posées par leur élus. Cette présentation permet d’outiller l’analyse et de visualiser la distribution des questions, qui peuvent correspondre, selon les problèmes publics, à une répartition géographique particulière.

Plusieurs points techniques sont alors à régler.

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les enquêtes réalisées avec Prospéro n’ont pas pour vocation d’engendrer des cartes de liens. Mais, en recourant aux bons offices du logiciel Pajek, on peut utilement doubler les analyses sociologiques à l’aide de figures spatialisées des liens connectant les entités d’un corpus, les premiers étant représentés par les arcs et les secondes par les sommets du graphe. Autrement dit, la génération de cartes de liens permet d’effectuer un petit pas de côté afin de voir autrement les structures de données discursives ou textuelles, et d’enrichir le parcours de l’enquête. Du même coup, cet usage pragmatique s’éloigne radicalement des « machines à cartographier le monde social ».

Continuer la lecture

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter