Aux prises avec Prospéro 2.0

La (re)naissance d’une communauté épistémique

Qu’est ce qu’une communauté épistémique ? Depuis l’avènement du Web, le courant de la « cognition distribuée » et celui des «pratiques coopératives » ont le vent en poupe.  Comme l’avaient souligné de longue date des travaux d’ergonomes,  la collaboration cognitive auto-organisée par un collectif engagé dans l’utilisation ou la conception d’un dispositif, présente de nombreux avantages pour la production d’«artefacts praticables ». A l’évidence, la formation de groupes capables d’engendrer un maximum de mises en variations critiques est au principe de ce qui résiste ultérieurement dans les épreuves (formule pragmatiste s’il en est). Au demeurant, cette forme de validation et de coordination a elle-même une longue histoire1. D’usage de plus en plus étendu aujourd’hui, la notion de communauté épistémique a surtout été utilisée pour caractériser les groupes de développeurs rassemblés autour de projets open source2. Si, depuis sa naissance dans les années 1990, le logiciel Prospéro a été tiré par les usages et a bénéficié des retours critiques de multiples chercheurs, une coupure s’est perpétuée entre le développement informatique et les utilisations. Par ailleurs, certains usages, comme les observatoires socio-informatiques du GSPR, ont largement prédominé dans la prise en compte des demandes de fonctionnalités , créant une asymétrie manifeste dans la fabrique des nouvelles fonctions. L’idée d’associer le plus en amont possible les utilisateurs dans la conception, le réglage et la validation de procédures était présente très tôt,  mais le réseau des développeurs-utilisateurs a eu du mal à trouver ses marques :  après avoir à peu près tout essayé, de la liste de diffusion au wiki, en passant par la création d’un « atelier permanent  de sociologie électronique » (EHESS 2003-2009) ou la multiplication de séances de travail collectif en séminaires, il est apparu qu’il fallait surtout changer le mode d’intervention des utilisateurs dans le processus même d’écriture informatique. Est-ce possible et réaliste dans nos disciplines de SHS réputées préférer le travail individuel et refouler sur les marges la conception des instruments ?

Changement de phase dans la procédure de réécriture

Entamée au Printemps 2006, lors d’un séjour scientifique au Canada, la réécriture intégrale du logiciel Prospéro, destinée à produire un code plus pérenne et susceptible, à terme ,d’être ouvert, a occupé le noyau des développeurs ces dernières années. Bien que régulièrement interrompue par les exigences de fonctionnement du réseau socio-informatique déjà en place – nécessité de nouvelles fonctionnalités de Tirésias , de Marlowe ou Marloweb – la réécriture a suffisamment avancé pour qu’une première version puisse être testée par un premier groupe d’utilisateurs capables, du fait de leur expérience antérieure, d’entrer dans un processus de co-développement, en commençant par le commencement, à savoir le débogage, l’ajustement de l’interface et la vérification des algorithmes.  Tel était le but de la rencontre qui s’est tenue les 14 et 15 juin dernier, à l’EHESS : vingt-quatre personnes issues du réseau des développeurs et utilisateurs de Prospéro se sont réunies pour mettre à l’épreuve les premières fonctionnalités du nouveau logiciel et co-définir ses évolutions.

Les utilisateurs contribuent au développement de Prospéro II

Les utilisateurs explorent les fonctionnalités de Prospéro II

Comment tirer les leçons de près de 15 ans d’applications et de discussions ? La montée en puissance des digital humanities modifie-t-elle la conception ergonomique et/ou algorithmique d’un outil comme Prospéro ? Quel logiciel pour quelle communauté d’utilisateurs ? L’ouverture des usages du logiciel est-elle compatible avec une conception longtemps dédiée à la modélisation des controverses ? Pour tenter de répondre à toutes ces questions, on a créé un atelier coopératif permanent, visant surtout, outre la distribution des rôles de bêta-testeurs, la mise en discussion des pratiques d’utilisateurs ayant des démarches cognitives fort différentes.

Prospéro II et Pajek

Prospéro II communique déjà avec Pajek ...

Les premières journées de fonctionnement du nouveau cercle d’utilisateurs-développeurs ont ainsi permis de pointer pas mal de problèmes liés à l’interface et d’accroître la « pression d’explicabilité » sur des fonctions ou des passerelles entre fonctions. Par ailleurs, la mise en présence d’utilisateurs et de corpus très différents permet plus facilement d’élaborer les protocoles  génériques,  les standards , et de déterminer les spécificités ergonomiques et cognitives – notamment selon la nature des documents rassemblés par les corpus. Contrairement à Prospéro I, la nouvelle version doit permettre de lier, via des paramètres et des champs à la main de l’utilisateur, des structures et des fonctions à des caractéristiques issues du ou des corpus traités – on a ainsi imaginé des procédures allant chercher sur un site web des outils adaptés aux propriétés du corpus, ce qui permettra de renforcer la logique coopérative via la mise en commun de ressources. Dans Prospéro I, des possibilités d’échanges existent, mais elles se font au cas par cas ,par transfert d’un point à un autre du réseau d’utilisateurs, de dictionnaires, de jeux de catégories ou de classes de formules, sans que l’espace coopératif collectif soit mobilisable.

Interface de Prospéro II - Fenêtre d'accès par les entités  et la reconfiguration des réseaux

Interface de Prospéro II - Fenêtre d'accès par les entités et la reconfiguration des réseaux

Pour transformer quelque peu le rapport du collectif d’utilisateurs aux outils, il est apparu que le patchwork de fonctionnalités, sédimentées au fil de longues années de développement exploratoire, parfois un peu chaotique, devait donner lieu à une conception beaucoup plus modulaire, permettant précisément de distinguer et d’articuler différentes logiques d’usages.

La modularité de Prospéro II

Niveau Objets et procédures Modules
0 Corpus de textes Tirésias, captures de textes sur le web, mises en forme, gestion de corpus
1 Indexation, Codage, Affichage des objets, Exploration Fonctionnalités de mise à plat de lexiques et des listes par corpus, textes, auteurs, champs externes, etc
2 Calculs élémentaires : distributions, réseaux, formules, grappes, structures temporelles, comparaisons de sous-corpus, etc Fonctions de calcul sur les propriétés sémantiques et statistiques du corpus
3 Cadres et modèles socio-informatiques : acteurs, actants, les arguments, les événements marquants, les régimes discursifs Objets complexes traduisant les enjeux théoriques ou formels liés à l’analyse des corpus
4 Raisonnements, analyses automatiques, comparaisons intercorpus : scripts de MRLW2 Rapports et synthèses, bases d’indices et formes d’évaluation réflexive de l’ensemble des objets traités par les niveaux précédents

Il ressort de cette première expérience collective,  la nécessité d’accorder une attention symétrique aux techniques proprement dites et aux pratiques individuelles et collectives. Il ne s’agit pas de « mettre les utilisateurs dans la boîte » ou de multiplier des épreuves critiques destinées à mesurer la proximité ou la distance entre des attentes et des dispositifs, mais bien d’organiser patiemment la co-construction continue d’usages et de fonctions. C’est d’autant plus nécessaire que la nature des « données » traitées avec Prospéro ne cesse de créer des surprises et de contraindre au déplacement, ce qui engendre une multiplicité de pistes de développement.

Notons, dans la foulée, qu’une solution a été esquissée quant au sort de Marlowe, actuellement encastré dans le code de Prospéro I : il sera réécrit graduellement par modules,  des agents de Marlowe répondant à des fonctions d’enquêtes contextualisées, tout en étant directement accessibles dans l’interface de Prospéro. On pourra par exemple lui demander, sans charger le module dialogique, de « faire un rapport sur X » – X étant par exemple une entité  ou une catégorie présente dans une liste visible dans un menu. L’ensemble de ces agents, qui auront sans doute été écrits ou réécrits en python, pourront ainsi répondre à des commandes ad hoc, et seront raccordés dans un second temps au module dialogique général – et pourront alors être appelés comme dans MRLW1. L’absence de découplage entre les innombrables fonctions déposées dans Marlowe  et le personnage virtuel qui les met en oeuvre pose en effet pas mal de problème d’usage :  pour avancer dans une enquête et disposer de ses conclusions sur un point précis, il faut passer par un dialogue avec ce vrai-faux personnage, prendre le risque de se laisser distraire par son style, ouvertement littéraire, ou de rater une forme de commande en « langage naturel », Or, après plus de 7 ans de pratique, il apparaît plus pertinent et pratique d’y accéder directement à partir de Prospéro, ce qui accroît en outre la lisibilité des rapports de Marlowe en  donnant accès aux textes du ou des corpus étudiés.

Prospéro au Jardin du Luxembourg

Pause repas au Jardin du Luxembourg, mardi 15 juin 2010

Si l’essentiel des échanges s’effectue sur une liste dédiée, à laquelle contribuent plusieurs groupes de travail, les réflexions et les travaux menés par la communauté des développeurs-utilisateurs donneront lieu régulièrement à des comptes rendus et des discussions sur le présent carnet…

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

  1. « Human beings coordinate their actions to do things which would be hard or impossible for them individually. This is not a particularly recondite fact, and the recognition of it is ancient; it is in the fifth book of Lucretius’s De Rerum Natura, for instance. It was a commonplace of the Enlightenment, that most sociable age, and the philosophes were even, it seems, the first to realize that thinking, too, can be a collective activity, one conducted and amplified by social groups — which is not to say that societies have thoughts. (See, for instance, d’Alembert’s preliminary discourse to the Encyclopédie.) Science is, of course, the most prominent and successful example of what we might call, by analogy with « collective action, » collective cognition, but it is certainly not the only one », E. Hutchins, in Cognition in the Wild, MIT Press, 1995. []
  2. Bernard Conein, « Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Revue d’Economie Politique, numéro spécial Marchés en ligne et communautés d’agents, 2004, n°113, 141-159 ;  « Cognition distribuée, groupe social et technologie cognitive », Réseaux, 2004, n°124. []

Une réflexion au sujet de « Aux prises avec Prospéro 2.0 »

  1. Ping : Tweets that mention Aux prises avec Prospéro 2.0 | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.