La traversée des drones

Le survol des centrales :  vraie-fausse épreuve sécuritaire ?

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Une enquête menée sur les risques en zones côtières nous a conduits à regarder de plus près les instruments utilisés par les chercheurs et les acteurs locaux lorsqu’ils s’efforcent d’élaborer des prises sur des milieux en interactions1. Si les recours aux données satellitaires se multiplient, concernant les enjeux côtiers, et en particulier l’érosion et l’évolution continue du trait de côte, c’est une nette préférence pour la (déjà) bonne vieille technologie du Lidar (Light Detection and Ranging) qui semble s’imposer chez les utilisateurs de données.

Comment le « bruit » des mesures Lidar pour l’altimétrie devient de l’information pour l’étude des couverts végétaux

Aujourd’hui, les drones sont en passe de prendre le relais. En tout cas, un domaine d’instrumentation et de médiation technologique se développe, fournissant à toutes sortes d’acteurs des outils à leur main, capables de remplir les trous cartographiques et métrologiques laissés par la production de données, satellitaires ou autres, largement hors de portée des utilisateurs de terrain2.

La multiplication récente des survols de centrales nucléaires semble confirmer un processus de quête de prises  par des acteurs jusqu’alors hors jeu ou pour le moins à l’écart des dispositifs et de leur surveillance. En l’espèce, si le recours à des drones était quelque peu inattendu, il a surtout engendré une forme de mystère sécuritaire, entretenu à la fois par la répétition du phénomène, qui ne peut être qu’intentionnel3, par l’anonymat de ses auteurs, incarnant une sorte de comité métrologique invisible, et surtout par l’incapacité manifeste des services de sécurité à identifier la source d’actions qualifiées d’un côté de violations des dispositifs de sûreté et considérées, de l’autre, comme sans danger direct et immédiat pour les installations nucléaires de base4.

Les centrales sont pensées comme des territoires ultra-protégés. Toujours sous surveillance : à l’extérieur, puisque le passant qui s’aventure autour des grilles croisera vraisemblablement  une patrouille de gendarmerie, avec un éventuel contrôle et rappel de l’interdiction de prendre des photos (qu’on trouvera facilement sur Internet) ; à l’intérieur, où tout déplacement est tracé via des badges et sous le regard oblique des caméras de surveillance. Leur survol est interdit, et les militants écologistes qui jouent avec les règles en recourant à des ULM prennent le risque de l’illégalité. Une centrale nucléaire relève de la classe des objets hautement sécurisés, les acteurs mettant en avant une « culture de la sûreté ». C’est dire la consternation quand on apprend que des objets volants presque identifiés5, des drones civils6, ont survolé la plupart des centrales de l’hexagone en toute impunité.

13 des 19 centrales françaises ont été survolées par des drones ces derniers jours, dont une en Gironde et une autre à la frontière du Lot-et-Garonne. Qui se cache derrière ces actions ? […] Chaque annonce d’un nouveau survol plonge un peu plus les autorités dans l’embarras. Le dernier en date remonte à dimanche soir. Pour la deuxième fois en trois jours, la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly dans le Loiret a été survolée par un drone. Au total, depuis le 5 octobre, 13 des 19 centrales nucléaires françaises ont été la cible de ces méfaits, dont deux dans le Sud-Ouest : celle du Blayais en Gironde et celle de Golfech dans le Tarn-et-Garonne (à 25 km d’Agen).7

Les opérateurs de ces appareils de petite taille et de faible autonomie déjouent la traque dont ils font l’objet. Des arrestations se seraient révélées non concluantes et les autorités préfèrent rester discrètes pour plus d’efficacité, allant jusqu’au déploiement d’imposants radars militaires8. Terroriste préparant le terrain, association écologiste voulant démontrer le manque de réactivité de la sécurité, défi potache, lobbying anti-drones ou au contraire publicité d’un fabricant, exercice de sécurité, manœuvre pour obtenir des moyens supplémentaires, les imaginations à l’œuvre pour tenter de dévoiler la motivation de ces actions se déploient dans toutes les directions. Le mystère reste entier puisque nulle organisation écologiste ne les revendique. Chacun s’accorde cependant sur la résistance des réacteurs de la centrale, l’État au premier chef :

S’il ne communique pas ou peu, le gouvernement se veut plutôt rassurant, affirmant que les installations survolées « sont censées résister à des secousses sismiques de forte magnitude ou à des crashs d’avions de ligne ».

Pourtant le doute subsiste. Pour Greenpeace, qui, accusée très tôt a démenti formellement toute implication, « si l’on ne sait pas qui est à l’origine de ces vols et quelle est la nature exacte des drones, comment déclarer qu’il n’y a pas de danger ? », répondant en cela aux propos rassurants de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement9. Pour l’organisation écologiste, il faut envisager le scénario d’un drone équipé d’une charge explosive qui ciblerait, non pas les réacteurs, mais les piscines de désactivation des combustibles irradiés : « à certains stades de la vie d’une centrale, une piscine de désactivation peut contenir un inventaire radioactif à durée de vie plus longue et à activité plus haute que celui du réacteur auquel elle est annexée ». Or les normes anti-attaque aérienne, qui furent l’objet de  débats déjà en  1998, en septembre 2001 (attentats de New York) mais surtout lors du débat public en 2005 autour de l’EPR (affaire du secret défense « Polichinelle ») ne s’appliqueraient pas à ces bâtiments. Et dans son scénario, des centrales survolées, l’association fait le lien avec l’usine de retraitement de La Hague qui présente, selon elle, des stockages vulnérables à une telle attaque.

Les bâtiments vulnérables aux attaques de drone selon Greenpeace

Les bâtiments vulnérables aux attaques de drone selon Greenpeace

Dans un texte plus récent10, l’association propose d’ailleurs une photographie interactive montrant les risques associés à chaque structure :

Les messages officiels refusent ce scénario qui implique des drones de plus grande taille que ceux pour l’instant utilisés :

Selon l’Armée de l’air, ceux qui ont été détectés ces derniers jours n’étaient pas des drones sophistiqués mais plutôt des « mini-drones », en vente dans le commerce, et qui vu leur poids ne peuvent pas représenter de danger en cas de chute ni même transporter d’explosifs.11

Pour d’autres, comme Bruno Comby invité dans Bourdin Direct sur RMC le 3 novembre 2014, le scénario est encore plus pervers : si les centrales assurent un haut niveau de sécurité des installations nucléaires, il l’est beaucoup moins en ce qui concerne les transformateurs. Une attaque de drone sur ceux-ci pourrait entraîner un incendie qui forcerait à stopper la production d’électricité, et un assaut coordonné sur plusieurs centrales ferait tomber le réseau électrique, à l’échelle de l’Europe assure l’expert. Les passages de drones serviraient ici à repérer de nuit le signal thermique de ces transformateurs.

De son côté, le Canard enchaîné ironise devant le retournement de situation qui fait que EDF porte plainte contre des drones, alors que peu de temps auparavant l’entreprise en faisait la promotion  pour la surveillance des sites, et disposait pour ce faire d’un stand à la Cité des sciences sur lequel elle proposait au « grand public » d’en tester la conduite, et publiait un rapport sous-titré « Une technique innovante au service de la sûreté ». Comme le soulignait le journaliste, « ça ne s’invente pas ».12

Pour autant la question de savoir comment gérer ces survols indélicats est posée, puisque les tirs dans la centrale étant réglementés, il est difficile de faire simplement abattre les drones13. Divers scénarios de lutte sont donc envisagés : les détruire avec des lasers ou des drones « mangeurs » de drones, brouiller leur fréquence… la guerre technologique est en route !

« Centrales nucléaires : comment abattre un drone ? », Le Point, 4 novembre 2014.

Pour avancer sur la question, l’IRSN, bien que n’ayant pas été formellement saisi sur le survol des installations nucléaires par des drones légers et déclarant ne pas disposer d’éléments particuliers, organisait une audition publique « Les drones et la sécurité des installations nucléaires », le 24 novembre 2014. Les experts de l’agence participent actuellement aux groupes de travail mis en place par les pouvoirs publics pour « évaluer les risques pouvant provenir de l’usage malveillant de divers types d’aéronef sans pilote à bord ». Ils proposent deux observations au sujet des risques à prendre compte. La première concerne les risques pour l’installation survolée, qui sont jugés limités, et liés avant tout à la capture d’informations photographiques, à la chute accidentelle ou volontaire de l’engin, voire au largage d’une petite charge explosive. La seconde, plus importante, porte sur « la vulnérabilité globale du système nucléaire national que pourrait révéler la capacité d’acteurs inconnus à planifier et réaliser sans être identifiés de telles opérations ».

Cependant, il est clair que les actes malveillants perpétrés sur des installations nucléaires ou des transports pourraient, même involontairement, avoir des conséquences graves pour le maintien de la sûreté nucléaire. En ce sens, la sûreté nucléaire peut être considérée comme le maillon ultime du dispositif de défense en profondeur évoqué précédemment. […] Autrement dit, l’enjeu n’est pas seulement d’optimiser le couplage sûreté/sécurité dans le secteur nucléaire. Il est aussi de veiller à ce qu’un éventuel ajustement d’organisation administrative dans ce domaine particulier ne conduise pas en pratique à isoler la sphère de la sécurité nucléaire de l’organisation générique de l’Etat en charge de la sécurité et de la défense nationale. La cohésion de l’ensemble du dispositif national de sécurité, et son aptitude à prendre en compte de manière opérationnelle l’ensemble des menaces et des moyens d’y faire face sont en tout état de cause des atouts essentiel pour son efficacité.14

On assiste à un rebond étonnant, avec l’ANR qui préannonce le 8 décembre 2014, un « appel à projet flash » sur la protection des zones sensibles aux drones aériens. Il s’agit d’anticiper les risques liés au développement des usages civils de ces drones, et de détecter et si possible de neutraliser ces engins autour des OIV15.

Si l’attention reste saisie par le danger potentiel que révèle le survol par les drones, les centrales sont la cible d’autres attaques bien réelles, par exemple informatique16, ou de sabotages17.

En laissant de côté les problématiques de sécurité de l’espace aérien des centrales nucléaires, il faut souligner l’utilité des drones dans la reconnaissance de zones nucléarisées. Ainsi,  Safecast, programme de data empowerment sur la radioactivité ,a profité d’un hackaton pour développer le modèle d’une flotte d’hexacopters munis de compteurs Geiger légers.

Les forces aériennes de surveillance citoyenne de la radioactivité

The above video is a hexacopter with an onboard bGeigie Nano taking radiation readings in flight and broadcasting live via wifi. It’s the result of the just finished week long Safecast hackathon that just took place in Cambridge, MA. There were a number of reasons to focus on a drone during this hackathon. Of course drones are cool and exciting, so that helped to keep people interested. On a practical level there’s also a need for something like this that would enable us to take measurements in a location that would be too dangerous or just plain unreachable for people, such as a steep hillside or a contaminated area. We could also plot out a flight path and let a drone measure a huge field much quicker than a person might be able to navigate the area. Thinking about our data in relation to a drone also allowed us to consider some existing issues from a different perspective and tackle them with renewed vigor.18

Sans pour autant faire référence à ce projet, l’hypothèse alternative du survol des centrales françaises comme faisant partie d’un projet cartographique de plus grande ampleur, était d’ailleurs soutenue en novembre 2014 par la journaliste Camille Polloni :

[…] je suis convaincue que l’essentiel de ces survols n’est pas l’œuvre de « petits malins » amateurs de modélisme ni de terroristes en repérage, mais bien d’un collectif plus ou moins informel de bidouilleurs écolos, lié ou non à une organisation de protection de la nature plus établie. Je crois que cette opération a pour but de démontrer, de filmer ou de mesurer quelque chose, et qu’on n’en connaîtra les objectifs seulement quand la phase de survols sera achevée. Ce n’est qu’une intuition, mais elle est rendue plausible par deux phénomènes bien réels : l’accessibilité grandissante de divers outils de mesure et l’appropriation de ces techniques par des groupes écologistes cherchant à produire eux-mêmes des données sur la radioactivité, la pollution ou la déforestation.19

Ce dernier point tend à confirmer l’hypothèse plus générale selon laquelle dans la reconfiguration des métrologies et des jeux d’acteurs producteurs de données, le recours à des technologies portables sur lesquelles des collectifs d’enquêteurs ont prise, doublé de capacités de mises en réseau via le web, va sérieusement modifier les attentes vis-à-vis de la télédétection. Mais c’est également tout un genre esthétique qui se développe avec de nouveaux accès technologiques et ici la mise en valeur du plan de cadrage « dronociel »20. Bref, suivre les acteurs, dans leurs enquêtes et leurs controverses, et plus généralement dans la fabrique de leurs prises sur le terrain, ici en surplomb d’enceintes nucléaires, conduit à enrichir le répertoire des usages des techniques et des métrologies.

  1. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Métrologies spatiales et milieux en interactions », in Michel Avignon, Cathy Dubois et P. Escudier (dir), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014. []
  2. Voir sur ce point les éléments déjà exposés dans Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens », Socio-informatique et argumentation, 30 septembre 2013. []
  3. « Des drones ont encore survolé la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine« , Le Parisien, 4 janvier 2015. []
  4. Le climat est de nouveau à la surenchères sécuritaire et la lutte contre le terrorisme plus que jamais sur l’agenda politique. Mais bien avant l’attentat contre Charlie Hebdo, les services de renseignement français, familiers des pistes en trompe-l’oeil ont été plus prompts à traquer des ingénieurs ou des techniciens ayant la mauvaise habitude de fréquenter des mosquées que de parvenir à percer le mystère des drones inquisiteurs. Voir une des dernières affaires marquantes, relatée par Mediapart dans « Quand la Sécurité intérieure bâcle une note blanche« , 5 janvier 2015 []
  5. Et même comme on pouvait si attendre un… véritable « OVNI » selon certains témoignages, « Lorraine : après les drones, un OVNI au dessus de Cattenom ? », Dernière nouvelles d’Alsace, 19 novembre 2014. []
  6. Voir sur ce point les réflexions de Grégoire Chamayou, Théorie du drone, Paris, La Fabrique, 2013. Il pose le drone militaire comme symbole et possibilité d’une redéfinition du territoire de la guerre, et demande de revoir les notions de combattant, de zone de conflit et même celle de guerre. Le drone contrevient à l’éthos historique du sacrifice militaire et met en place un panoptique armé et doit du coup être justifié par un discours « nécroéthique ». []
  7. « Centrales nucléaires survolées par des drones : le mystère reste entier », Sud-Ouest, 3 novembre 2014. []
  8. « Drones : des radars militaires déployés près de centrales nucléaires », Le Figaro, 14 novembre 2014. []
  9. Greenpeace, Survols de sites nucléaires : et si on voyait les choses en face ?, 4 novembre 2014. []
  10. Drones et sécurité des installations nucléaires françaises, 24 novembre 2014. []
  11. Sud-Ouest, 3 novembre 2014, art cit. []
  12. « EDF drone l’exemple », Canard enchaîné, 5 novembre 2011. []
  13. « Les gendarmes peuvent abattre les drones à l’approche des centrales », Le Point, 2 novembre 2014. []
  14. Compte rendu de la table ronde « La répartition des rôles pour la sécurité et la sûreté nucléaires », réunissant Jacques Repussard, Directeur général de l’IRSN et Michel Brière, Directeur général adjoint en charge des questions de défense et de sécurité. []
  15. opérateurs d’importance vitale, entreprises ou administrations nécessaires à la survie de la Nation, au nombre de 218 selon l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). []
  16. comme fin 2014 concernant une centrale sud-coréenne. []
  17. La centrale belge de Doel 4 a été fermée en août 2014, après une importante fuite d’huile, semble-t-il délibérée. []
  18. « Safecast Air Force (drone program) », 6 mai 2013. []
  19. « Drones, GPS, compteurs Geiger : les écolos font de la techno », Rue89-Nouvel Observateur, 15/11/2014. []
  20. Voir Laurence Allard, « Selfie, un genre en soi. Ou pourquoi il ne faut pas prendre les Selfies pour des profile pictures », Mobactu, 14 janvier 2014. On assiste même à la naissance d’une pornographie filmée par drone (vidéo explicite et pas du tout sûre pour le travail). []

4 réflexions au sujet de « La traversée des drones »

  1. ChristopherBis

    Drones : Le Foll s’affole et veut sanctionner les auteurs

    Par LeFigaro.fr avec AFP
    Mis à jour le 04/03/2015 à 08:53
    Publié le 04/03/2015 à 08:47

    Le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll, a promis aujourd’hui des sanctions contre les auteurs de survols de lieux sensibles par des drones, notamment à Paris, au lendemain de nouveaux signalements dans le ciel parisien.

    « Il faut prendre ça au sérieux, il ne faut pas non plus inquiéter », a-t-il déclaré sur France Info. « Il va falloir être effectivement extrêmement vigilant. »

    « Le jour où on pourra trouver, et on trouvera, ceux qui s’amusent à ça, il y aura des sanctions », a-t-il ajouté. « Ces drones (…) peuvent aussi tomber, on ne sait pas où ils peuvent aller, qui manipulent tout ça. »

    La police fait état d’une dizaine de nouveaux signalements mardi soir à Paris : un ou des drones ont été vus dans l’Est parisien, entre la porte de Bagnolet et Vincennes, où un témoin a vu trois ou quatre hommes récupérer un de ces engins et prendre la fuite dans une voiture noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.