Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Face à de telles prophéties, il est sans aucun doute décisif de se doter d’outils critiques et d’opérer un mouvement de mise à distance. Mais, le pari du programme Chimères ne consistait pas à discriminer a priori ce qui relève des sciences et des pseudo-sciences. Il avait plutôt pour ambition de saisir, en les replaçant dans les dynamiques contemporaines de programmation et de mise en discussion des technosciences, les différents modes de fabrication des visions du futur. Il s’agit ainsi de prendre au sérieux les visionnaires et leurs critiques, d’une part, en traitant symétriquement les prophéties de bonheur et les prophéties de malheur, les promesses et les anticipations, et d’autre part, en faisant varier autant que possible les dispositifs et les scènes d’expression4.  Il en ressort un modèle d’analyse argumentative des façons d’annoncer le futur qui enrichit les propositions antérieures, puisque depuis les lanceurs d’alerte (1999), la question des prises sur le futur joue un rôle majeur, signant même un style de sociologie pragmatique des transformations5.

 Le rapport se trouve sur le site du GSPR Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies.

Le premier volume est organisé en quatre parties. Il revient d’abord sur l’histoire politique récente des nanotechnologies, histoire qui a déjà donné lieu à une abondante littérature savante. En proposant une périodisation, on examine les principaux points d’inflexion qui ont conduit vers la configuration actuelle qui repose sur la distribution des enjeux dans des arènes de controverse relativement disjointes. On opère ensuite un focus sur deux moments forts de la discussion publique des nanotechnologies en France, la conférence de citoyens de 2007 en Ile de France, et le débat public CNDP qui s’est déroulé fin 2009-début 2010. Ce débat a marqué les esprits en faisant surgir une critique radicale des technosciences, attribuée à un renouveau du luddisme, dont on trouve les principaux ressorts critiques dans la prose automatique du groupe PMO. Dans les chapitres suivants, on s’intéresse aux différents régimes discursifs qui se sont organisés au fil des controverses autour des sciences émergentes et des technologies convergentes. De là, on passe aux scénarisations du futur et à la manière dont on peut rassembler, dans un cadre unifié, les différentes manières d’organiser les visions du futur, depuis la logique d’alerte ou l’état d’urgence jusqu’à la fiction6. La restitution de l’enquête emprunte ensuite des chemins multiples en explorant les corpus à partir d’actants qui rassemblent autour d’eux un maximum de propriétés, tout en assurant un principe d’économie de l’interprétation – principe salutaire face aux débordements discursifs et textuels qu’engendrent des auteurs-acteurs partant absolument dans tous les sens. Enrichis par le parcours effectué, on revient ensuite sur les questions fondamentales formées par le triptyque qui était au coeur du projet initial : les rapports entre corps, performance et technologie ; les promesses associées aux nanobiosciences, et à la nanomédecine en particulier ; les développements du transhumanisme et les formes de critique qu’ils suscitent.

BostromFuturesofHumanitySelon Nick Bostrom, futurologue, co-fondateur avec David Pearce de la World Transhumanist Association (rebaptisée Humanity+), devenu directeur du nouvel institut pour le futur de l’humanité de l’université d’Oxford, il n’est pas très difficile de projeter rationnellement un nombre limité de scénarios pour l’humanité : à long terme, soit elle aura disparu, soit elle aura survécu en alternant des phases de rebonds et des phases de décadence, soit enfin elle sera passé à autre chose (la post-humanité).

Sans redéployer ici tous les ingrédients du rapport, fort dense comme de coutume par chez nous, on peut dire qu’il articule quatre grandes logiques d’enquête :

  1. il parvient d’abord à dépeindre, à l’aide d’outils d’analyse sémantiques, un vaste ensemble d’objets de dispute et de controverse (“enquête cartographique”);
  2. il replace ensuite la production des récits et des arguments au plus près des acteurs qui les portent et des arènes dans lesquelles ils s’expriment (contextualisation des énoncés et des énonciateurs) ;
  3. à un troisième niveau, il contribue à expliciter et formaliser les contraintes qui pèsent sur toute vision du futur pour qu’elle soit dotée d’un minimum de performativité (modélisation) ;
  4. enfin, il examine en détail la nature des connexions, ou des déconnexions, qui s’opèrent entre des projets ou des programmes différents, comme la recherche en nanomédecine, la régulation des risques en nanotoxicologie, les questions d’éthique face à la multiplication des entités hybrides et des technologies invasives, l’amélioration des performances humaines, avec un regard particulier sur les relations entre sports et technologies, le transhumanisme ou encore la critique radicale du « nanomonde » (dynamique des convergences et des divergences argumentatives).

Pour les habitués de ce carnet de recherche, c’est bien entendu le traitement socio-informatique des corpus qui distingue avant tout cette enquête collective de la multitude de textes produits en quelques années autour des rapports entre nanotechnologies, visions du futur et transhumanisme. L’architecture des corpus rassemblés en quelques années fournit un tableau assez complet des transformations récentes liées à la diffusion des programmes en NST dans les espaces publics nationaux et internationaux. La construction des corpus et l’examen de leurs propriétés marquantes sont détaillés dans le second volume du rapport, dans lequel on trouvera toute une série de tableaux et de graphes, de séquences et d’arbres argumentatifs.

On trouve le volume II en suivant ce lien.

Graphe Pajek des corpus analysés pour le programme Chimères - liens construits à partir des noyaux d'actants communs

Graphe Pajek des corpus analysés pour le programme Chimères – liens construits à partir des noyaux d’actants communs

Le graphe ci-dessus a été obtenu en projetant vers Pajek7 des structures obtenues à partir de Prospéro et Marlowe, et consistant à sélectionner pour chaque corpus les 3 thèmes les plus caractéristiques. L’objectif était de rendre visibles les amas ou constellations de corpus qui forment la trame ou la toile sous-jacente aux descriptions et aux analyses effectuées. La carte de liens obtenue renvoie en effet en miroir les ensembles constitués au fil de l’enquête. Tout peut être potentiellement relié à tout mais certains thèmes sont beaucoup plus centraux que d’autres et relient les différentes constellations, comme les nanotechnologies, la nanomédecine, le transhumanisme, la longévité ou l’immortalité, l’éthique ou la bioéthique, la génétique, le corps ou l’augmentation, etc.

corpusCHimères

 La collection de corpus n’est pas seulement une base documentaire permettant de rechercher des thèmes, des énoncés, des auteurs ou des figures dans de multiples séries textuelles. Elle permet à la fois d’opérer des comparaisons – comme par exemple lorsque l’on met en regard des visions du futur ou des formes de critique déployées sur les corpus nanos et sur les corpus consacrés à l’affaire Sloterdijk ou à la biologie de synthèse – et de rendre traçables et visibles les transferts ou les circulations d’objets et d’arguments. Le travail parallèle dans les deux langues est moins difficile dans le cas des nanotechnologies, qui ont émergé dans une période de forte standardisation de l’expression publique à l’échelle internationale, que dans des dossiers ayant une histoire politique nationale plus profonde. Cela dit, la fabrique des outils sémantiques – expressions, catégories, formules… – ne s’effectue pas avec la même facilité et selon la même logique interprétative dans les séries francophones et anglophones.

  1. Sylvie Catellin , “Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective”, Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes “argumentation” et “mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []
  4. Cette enquête sur les futurs fait écho au remarquable ouvrage de Bernard Cazes, Histoire des futurs. Les figures de l’avenir de saint-Augustin au XXIème siècle, Paris, L’Harmattan, 2008 (1ère édition 1986). []
  5. Pour une généalogie de la pragmatique des futurs, voir le chapitre intitulé “L’angle de vision des futurs”, in F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra, 2011, p. 327-389 []
  6. Il est intéressant de ce point de vue d’examiner les degrés auxquels les visionnaires, prospectivistes et autres prévisionnistes lèvent ou aménagent la contrainte de recoupement sur laquelle s’établit le partage entre fiction et réalité. Voir l’excellent ouvrage d’Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échec, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011. []
  7. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek », SocioInformatique et Argumentation, 14 décembre 2009. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Général. Bookmark the permalink.

One Response to Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

  1. Pingback: Un blog est un réseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">