Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles

Date 5 novembre 2012

D’une multiplicité d’ennemis à la multifactorialité du mal.

Josquin Debaz

Dans la longue liste des dossiers dont traite l’observatoire socio-informatique en santé environnement (ANSES/GSPR), qu’il s’agisse de la pollution atmosphérique, des OGM, de l’amiante, ou des gaz de schiste, la place des abeilles reste singulière par la diversité et l’ampleur des enjeux que ces actants non-humains fédèrent. Agents majeurs de pollinisation, elles constituent un vecteur essentiel de la pérennité des plantes à fleur, et par là de toute la chaîne trophique. Et c’est peu dire que sur la stabilité de la population active des abeilles domestiques reposent, plus ou moins directement, toutes les activités anthropiques, tant est crucial leur rôle écosystémique. Depuis les usages agricole et jardinier des pesticides jusqu’aux effets du réchauffement climatique, en passant par les espèces invasives  – le frelon asiatique Vespa velutina, promis à la classification parmi les espèces nuisibles -, les parasites et autres agents infectieux, mais encore la mise en cause de la diversité des espèces cultivées et le maillage agricole, ou même les rayonnements électromagnétiques, l’inventaire des ennemis de l’insecte semble devoir s’allonger indéfiniment. Certes, ce n’est pas le seul dossier dans lequel abondent les alertes, mais ce qui tranche ici, c’est que tous ces périls semblent participer d’une « coalition contre les abeilles »1, qu’ils agissent individuellement ou en synergie, soulevant une problématique complexe d’association de causes multiples dont la résolution suppose de donner un statut spécifique à l’idée de multifactorialité.

S’warm, le National Youth Theatre attire l’attention sur le déclin des abeilles (été 2010, vidéo Marc Walsh)

Pot de miel contre pot de fer

En 2007, alors que le National Research Council soulignait l’importance des pollinisateurs, et des abeilles en particulier, dans la production agricole au niveau mondial2, le syndrome d’effondrement des colonies (colony collapse disorder) frappait avec force les États-Unis. Ce CCD, qui préoccupe l’Europe depuis le début des années 2000, est particulièrement choquant pour les apiculteurs qui doivent faire face à la disparition massive et subite des abeilles de leurs ruches, sans qu’aucune explication définitive ne puisse leur être apportée. Au milieu des années 1990, la chute de production du miel alerte les apiculteurs français :

Après 25 années à voir les ruches prospérer près des champs de tournesol, « les populations des colonies ont commencé à chuter ». « On ne comprenait pas ce qui se passait, on s’est remis en question », se souvient l’apiculteur. Les premières analyses sèment le trouble: les ruches semblent atteintes de virus, maladies ou bactéries. « C’est comme si on les avait mal soignées. L’apiculteur avait honte de leur état », explique-t-il.3

Les insecticides Gaucho (imidaclopride, produit par Bayer) et Regent TS (fipronil, produit par BASF) sont alors mis en cause et la controverse autour de la suspension de leur autorisation (le Gaucho depuis 1999 sur le tournesol, 2004 sur le maïs, le Regent TS depuis 2004) soulignait déjà un « fossé creusé entre les expériences des apiculteurs au contact des champs et des abeilles et l’espace de mesure dans lequel opèrent les experts et leurs laboratoires. »4 Le rapport de forces entre apiculteurs et industriels se complique avec l’arrivée du Cruiser de Syngenta, (dont la molécule, le thiamethoxam, est un néonicotonoïde comme dans le cas du Gaucho, ce qui a donné lieu à une lutte de brevet avec Bayer) mais aussi du fait que malgré les suspensions, les abeilles continuent de disparaître. Si pour les fabricants il s’agit d’un argument en faveur d’une ré-autorisation , leurs adversaires en appellent eux au principe de précaution. D’autant qu’on commence à mettre en avant d’autres explications comme une attaque combinée entre le champignon Nosema ceranae et un virus de la famille des Iridoviridae. Mais il pourrait s’agir également d’une causalité en cascade, en effet, les insecticides visés pourraient entraîner une vulnérabilité particulière à ces agents pathogènes.

Et comme si ce n’était suffisant, en 2005 apparaît sur le territoire une espèce invasive, le frelon asiatique (Vespa velutina). Ce clandestin aurait semble-t-il utilisé la filière de l’importation des poteries chinoises. Ce dernier attend les abeilles en vol stationnaire et les capture les unes après les autres, décimant rapidement la totalité de la ruche. En Asie, les abeilles limitent son action en faisant masse autour de lui pour élever de manière insupportable sa température, mais en France c’est l’homme qui tente de mettre au point un moyen de défense sélectif. L’animal est en outre affaibli par le parasitisme externe de l’acarien varroa, hémophage et vecteur de maladies. Par ailleurs, les soupçons s’étendent également aux OGM, à la diffusion des maladies dues aux déplacements des colonies, au réchauffement climatique, à une diminution de la diversité des cultures, etc.

Pour beaucoup d’associations écologistes, la disparition des abeilles reste foncièrement liée à une agriculture à fort niveau d’intrants chimiques. Face à ce symptôme d’un mal de civilisation plus général, la réponse appropriée réside dans un combat global contre les déséquilibres, les synergies délétères et les cycles négatifs engendrés à l’encontre du vivant par une organisation « trop moderne » du monde. Le « camp » des associations et des groupements professionnels apicoles reste toutefois mosaïque, même si l’unisson se fait pour dénoncer les effets des néonicotonoïdes et les manipulations des entreprises qui les produisent. L’intuition d’un sujet fortement politisé se confirme au vu du nombre extrêmement important de questions parlementaires sur le sujet5, à ceci près que les parlementaires des départements les plus touchés ou les plus concernés ne sont pas forcément les plus saisis par la problématique de la surmortalité des abeilles, ce qui pourrait expliquer, en partie, la plainte fréquente des apiculteurs d’être sous-représentés à la fois dans les arènes publiques et dans le monde politique. Chargé d’une mission d’analyse du problème par le Premier ministre, le député UMP de Haute-Savoie Martial Saddier plaide, face aux causes multifactorielles de mortalité des abeilles, pour une structuration de la filière afin de lui permettre de financer les recherches indispensables à la résolution de cette catastrophe au long cours6, ce qui donnera lieu à la création d’un Institut de l’abeille, Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation.

Début 2012, un article paru dans Science renforce l’hypothèse selon laquelle les abeilles seraient perturbées par le thiamethoxam au point de ne plus retrouver leur ruche, et ce pour des expositions largement inférieures aux doses létales fixées par la réglementation. Le ministre de l’agriculture saisit immédiatement l’ANSES en mars. De son côté, l’EFSA est saisie par le Commission européenne le 3 avril, et en mai, Gérard Bapt, député PS de Haute Garonne interpelle les nouveaux ministres de l’agriculture et de l’écologie en demandant l’interdiction de l’insecticide Cruiser. L’avis de l’Anses est publié fin mai et recommande « un renforcement de la réglementation européenne sur les produits phytosanitaires et rappelle la nécessité d’une approche multifactorielle des risques »7. Sur cette base, l’autorisation du Cruiser OSR est retirée le 1er juin 2012. Le temps presse puisque l’enrobage des semences avec le produit incriminé est généralement réalisé en juillet.

Tous coupables ?

Dans l’évolution de l’alerte sur la mort des abeilles, le consensus se dessine autour d’une explication fondée sur la synergie de multiples facteurs. Dès lors, comment décrire la manière dont les acteurs du dossier se saisissent de la question des multi-causalités, et, par là des aspects cumulatifs et des effets cocktails des diverses substances, de celles des faibles doses, de celles des interactions entre les différents ennemis de l’abeille et des rôles et des responsabilités de chacun, ainsi que de celles des questions de fenêtre de sensibilité et des effets en cascade ?8

Soit une première illustration au travers d’un article de notre-planete.info9. L’auteur commence par déployerune large distribution dans laquelle aucun acteur ne serait en mesure de briguer le premier rôle  :

Les chercheurs et les apiculteurs avancent de nombreuses hypothèses car aucune cause principale n’a encore été clairement identifiée, ce qui laisse perplexe les spécialistes sur la question. Toutes les pressions sur l’écosystème et la santé des abeilles sont passées en revue : OGM, ondes électromagnétiques, pesticides, pollutions, changement climatique, raréfaction des fleurs, virus, maladies, parasites, champignons…

puis présente la problématique, celle du cumul des atteintes qui dépasse la résistance de l’insecte  :

Depuis l’antiquité l’Homme a domestiqué les abeilles pour en récolter le précieux miel mais depuis quelques années, les sources de dégradation de leur environnement et les atteintes à leur santé sont telles qu’il pourrait s’agir d’une combinaison de facteurs qui surpassent la capacité de résistance des abeilles. Dans un article du journal Le Monde du 29 août, M. Neumann, explique ainsi : « on peut supporter séparément une maladie, une mauvaise alimentation, un empoisonnement aux pesticides, mais quand tous les facteurs se conjuguent, il arrive un moment où la limite de résistance est atteinte ».

Dans un communiqué de presse disponible sur le site du CNRS10, on trouve également la mise en inventaire d’une série de causes explorées :

Cependant, depuis plus de 15 ans, les colonies d’abeilles sont en proie à un mal étrange et peu compris des apiculteurs et des scientifiques, avec chaque année, des milliers de colonies qui disparaissent. Pour expliquer ce phénomène, observé principalement par les apiculteurs européens et américains, de nombreuses pistes sont avancées : l’appauvrissement de la diversité et de la qualité des ressources alimentaires (en lien avec les changements climatiques), l’intensification des monocultures et la modification des paysages, l’action d’agents pathogènes responsables de maladies comme la varroase (La varroase est une maladie due à un acarien (Varroa jacobsoni) qui se nourrit de l’hémolymphe des abeilles), les loques (Les loques sont des maladies du couvain transmises par des bactéries) et la nosémose, le stress chimique provoqué par l’exposition des abeilles aux produits phytosanitaires et vétérinaires ou encore certains prédateurs tels que le frelon asiatique.

qui se poursuit part une mise en avant du raisonnement logique selon lequel « s’il n’y a un coupable, c’est qu’il y en a plusieurs » :

Bien que de nombreuses données soient disponibles sur l’influence des stress nutritionnel, parasitaire et chimique sur la santé des abeilles, aucun d’entre eux n’a pu être isolé comme unique responsable du déclin des populations d’abeilles. Aujourd’hui, les spécialistes du domaine s’accordent pour orienter les recherches sur les effets combinés de plusieurs de ces facteurs.

De même, les sénateurs Joël Labbé et Alain Fauconnier, dans une lettre ouverte au ministre de l’agriculture11, introduisent la multiplicité des ennemis :

Différentes causes sont identifiées dans la mortalité des abeilles : des maladies (virus, Nosema), des acariens (le Varroa), des espèces invasives (le frelon asiatique), la perte de biodiversité florale et une utilisation accrue des pesticides.

puis décrivent comment seule la conjonction de ces causes, l’agrégation de leurs effets néfastes, peut expliquer la surmortalité constatée :

Aucun de ces facteurs n’a pu être isolé comme unique responsable du déclin des populations d’abeilles par les scientifiques. En effet, comme pour tout être vivant, de multiples causes peuvent être à l’origine de la mort de l’abeille. Mais, depuis l’utilisation des insecticides néonicotinoïdes, les abeilles sont affaiblies. Les études s’orientent donc aujourd’hui vers la combinaison des facteurs de mortalité précités.

Une recherche dans le corpus Abeilles via des formules comme « causes multiples », « multiples causes », « risques multiples », « explications multiples », « causes, multiples et conjuguées », ou « multi-factoriels », « multifactoriel* », « interactions de multiples facteurs », « caractère multifactoriel », montre que le terme « multicausalité » et ses dérivés sont assez peu utilisés, par opposition aux variations autour de la « multifactorialité ».

En testant la présence de « multifactoriel » dans la collection de corpus de l’observatoire socio-informatique en santé environnement, on constate une présence relativement faible à l’exception des corpus concernant les pesticides : Pesticides (36 textes /1.09%), Pesticides travailleurs agricoles (19 textes / 1.18%), Gaucho (5 textes/1,4%), et du corpus Amiante historique. Dans ce dernier, il s’agit surtout d’expliquer la différence entre des cancers rares à cause unique, comme le mésothéliome, et des cancers plus communs dont l’origine réside dans la conjonction d’une série de causes, comme dans le cas des cancers broncho-pulmonaires pour lesquels entre dans le calcul une série de facteurs de risque allant de la génétique à la cigarette, lesquels sont utilisés pour permettre à l’employeur de refuser d’en endosser la responsabilité.

Table de la distribution du lemme « multifactoriel » dans les corpus de l’observatoire
Corpus Présence dans les textes Part des textes dans le corpus
Abeilles 92 textes 4.2%
Pesticides 36 textes 1.08%
Pesticides travailleurs agricoles 19 textes 1.18%
téléphonie mobile 17 textes 0.25%
Amiante historique 1971 – 2010 14 textes 1.24%
Bisphénol A 7 textes 0.52%
Gaucho 5 textes 1.4%
Nucléaire francophone 1945 – 2012 5 textes 0.12%
Algues Vertes 3 textes 0.14%
Amiante 2011-2012 3 textes 0.18%
Alertes Varia 2 textes 0.12%
Pollution aux particules 1 texte 0.12%
H1N1 1 texte 0.1%
OGM historique 1987 – 2003 1 texte 0.02%
Pollution atmosphérique 1 texte 0.12%

 

Un problème chronique d’évaluation

Les auteurs ayant tendance à incorporer à leur argument un inventaire des menaces plus ou moins avérées, ils facilitent la création d’une coalition des ennemis des abeilles, que l’on peut représenter par une collection. Ce déploie alors une liste d’objets hétérogènes qui, dans les textes concernés, a tendance à toujours s’allonger : pesticides, virus, parasites, habitat morcelé, changement climatique, mauvaises pratiques apicoles… voire une résistance aux antibiotiques des bactéries endogènes de l’abeille acquise par les traitements préventifs à la tétracycline comme semble le montrer une étude récente12.

Projection Pajek du réseau des liens internes de la collection des ennemis des abeilles

Le graphe ci-dessus montre comment plusieurs groupes se dégagent du réseau d’associations internes à la collection des ennemis des abeilles : d’un côté les « chimiques », en face, des causes de « stress » plus diversifiées (comme les champs électromagnétiques des lignes électriques et des antennes de téléphonie mobile, mais aussi le frelon asiatique), et dans un autre cadran se séparent les parasites (varroa, Nosema, loques) et des problématiques plus liées aux pratiques apicoles.

Pour autant, c’est bien l’évaluation des risques liés aux pesticides qui a longtemps dominé la controverse :

Après plusieurs années marquées par la recherche infructueuse d’un « tueur » patenté de l’abeille – virus, parasite ou pesticides -, la théorie de facteurs multiples, qui agiraient séparément mais aussi combineraient leurs forces, est de plus en plus partagée. […] Les effets de l’exposition chronique aux faibles doses de pesticides présentes partout dans l’environnement et les interactions entre les multiples molécules utilisées ne sont pas correctement évalués. 13

Pendant toute la durée de l’affaire Gaucho-Regent, comme le soulignait Claude Saunier dans son rapport de l’OPECST de 2005, « la commission d’étude de la toxicité des produits phyto-sanitaires reste sous la tutelle du ministère de l’agriculture : il n’y a donc pas là séparation entre l’évaluation et la gestion du risque ». Il ajoute même plus loin :

L’atmosphère particulièrement lourde dans laquelle ces affaires se sont développées mérite d’être relevée et notamment les comportements de l’administration en cause, le ministère de l’agriculture et plus spécialement la direction générale de l’alimentation. Une proportion importante des chercheurs travaillant sur ces problèmes ont rencontré des difficultés ou ont été l’objet de pressions.14.

Le problème est plus récemment rappelé par un ancien membre de l’OPECST, le sénateur UMP du Haut-Rhin, Jean-Louis Lorrain :

Depuis l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), rendu public fin mai 2012, il est avéré que des tests déficients d’évaluation des risques pour l’abeille ont été utilisés pendant près de vingt ans pour homologuer les dernières générations d’insecticides, du fait de conflits d’intérêts existant entre les organismes chargés de mettre en œuvre les protocoles (EPPPO, ICPBR), les entreprises productrices d’insecticides (BASF, Bayer CropScience, Syngenta et DuPont) et les soi-disant experts (celui mandaté par la direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture en 2010, par exemple).
Il lui demande [au ministre de l'Agriculture] donc quelles sont les mesures et pistes de réflexion envisagées par le Gouvernement pour mettre fin à ces conflits d’intérêts, concernant les protocoles d’évaluation des risques, que ce soit dans le domaine des insecticides ou dans tout autre domaine de santé publique.
15

Progressivement s’est donc installée l’idée que l’origine multifactorielle du déclin des abeilles n’est pas la simple addition de l’effet de chacun ses ennemis, mais repose plutôt sur un processus d’interactions entre un stress (comme une infection) et l’exposition à des produits phytosanitaires. Traiter une telle multicausalité dans le domaine de l’évaluation et de la gestion des risques est loin d’aller de soi. Il s’agit à la fois de rendre possible un compromis entre une multiplicité d’acteurs, de rendre explicable une réalité complexe et systémique (la disparition des abeilles), tout en accrochant le raisonnement aux transformations en cours dans le domaine de l’écotoxicologie. D’un autre côté, l’appel à une « multiplicité de facteurs » peut être utilisé pour permettre de relativiser la nocivité d’un facteur donné.

Pour certains auteurs, l’échec de l’évaluation dans ce dossier réside dans la faiblesse de la prise en compte des différents types de savoirs. Kleinam et Suryanarayanan parlent ainsi d’un affrontement de paradigmes. Selon eux, le paradigme central de la toxicologie consistant à chercher les effets létaux produit par produit écarte trop souvent les effets aux niveaux sublétaux et manque d’attention, par conséquent, aux synergies et à la systémique. Les auteurs évoquent à ce sujet une « normatively induced ignorance » qui relègue les données du terrain au niveau de l’anecdote. Les apiculteurs auraient, eux, une connaissance en temps réel et in situ, et donc une culture de la complexité, construite dans des conditions moins contrôlées et sujettes à des événements inattendus, incontrôlables et cumulatifs. Ils auraient, en revanche plus de mal à identifier des facteurs individuels spécifiques16. Cette interprétation recoupe en partie celle de Maxim et van der Sluijs qui montrent que les arguments de contradiction puisent leurs origines dans trois manques : manque de consensus sur les signes observés dans les colonies, manque de connaissance spécifique sur les abeilles et manque de confiance entre experts selon l’intérêt qu’ils représentent17.

  1. Allusion au mot de Danton qui a inspiré Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Fayard, 2006. []
  2. NRC, Status of Pollinators in North America, Washington, DC, The National Academies Press, 2007. []
  3. AFP, « La crainte des ravages des pesticides sur les abeilles ressurgit en Vendée », 28 janvier 2008. []
  4. Depuis 2007, l’observatoire des alertes et des crises (convention GSPR-ANSES) a croisé la route des abeilles. Voir « Quand les abeilles pollinisent le dossier », in Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticide, Rapport final de l’étude pilote. Convention AFSSET-GSPR, octobre 2007, 39-42, (citation p. 40. []
  5. Dans le corpus dédié spécifiquement aux abeilles, on en dénombre 823 depuis 2007, auxquelles sont associées 750 réponses. []
  6. Martial Saddier, Pour une filière apicole durable. Les abeilles et les pollinisateurs sauvages, rapport parlementaire, octobre 2008. []
  7. Avis de l’ANSES relatif à une demande d’appui scientifique et technique dans la perspective de la publication de l’article « A common pesticide decreases foraging success and survival in honey bees », saisine n° 2012-SA-0092. []
  8. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. CHateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », à paraître dans le revue Natures, Sciences et Sociétés. []
  9. C. Magdelaine,  « Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement », notre-planete.info, 31 août 2007. []
  10. « Pathogènes et insecticides : un cocktail mortel pour les abeilles », 7 avril 2011. []
  11. « Abeilles : interdire la mise sur le marché français du Cruiser », Centre Presse, 7 mai 2012. []
  12. Tian B, Fadhil NH, Powell JE, Kwong WK, and Moran NA. 2012. Long-term exposure to antibiotics has caused accumulation of resistance determinants in the gut microbiota of honeybees. mBio 3(6):e00377-12. doi:10.1128/mBio.00377-12. []
  13. Gaëlle Dupont, « Les hécatombes d’abeilles ont des causes multiples », Le Monde, 19 septembre 2009. []
  14. Claude Saunier, Le renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l’homme : application de la loi du 1er juillet 1998, Rapport de l’OPECST n° 185, 15 février 2005. []
  15. Jean-Louis Lorrain, Faillite de l’évaluation des pesticides sur les abeilles, Question écrite n°01366 publiée au au JO le 02/08/2012 (page 1745). []
  16. Daniel Lee Kleinman et Sainath Suryanarayanan, « Dying Bees and the Social Production of Ignorance  », Science, Technology & Human Values, 3 mai 2012, 1-26, DOI: 10.1177/0162243912442575. []
  17. L. Maxim et J. P. van der Sluijs, « Expert explanations of honeybee losses in areas of extensive agriculture in France: Gaucho® compared with other supposed causal factors », Environmental Research Letters, 5 (2010), 1-12, doi:10.1088/1748-9326/5/1/014006. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 commentaires pour  “Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles”

  1. [...] http://socioargu.hypotheses.org/4222 Share this:TwitterFacebookJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Cette entrée a été publiée dans Uncategorized et taguée Abeilles. Ajouter aux favoris ce permalien. [...]

  2. Josquin Debaz a dit le 12 novembre 2012 à 11:57 :

    Un autre papier sur la controverse : Alexandre Delanoë, Serge Galam, Modeling controversies in the press: the case of the abnormal bees’ death, arXiv:1209.2163 [physics.soc-ph]

  3. […] publique des risques, GSPR / ANSES, septembre 2012 et septembre 2013, ainsi que le billet « Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles » du 5 novembre 2012. […]

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche