L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail

Pour les milieux de l’Intelligence Artificielle (IA), l’année 2012 sera celle des célébrations, toutes motivées par le 100e anniversaire de la naissance d’Alan Turing, grande figure de la théorie informatique et dont les thèses fondatrices sont au cœur des réflexions et des controverses qui traversent la philosophie computationnelle1.  Dans la communauté internationale des chercheurs et développeurs, les événements sont coordonnés par The Turing Centenary Advisory Committee.

La fascination opérée par les idées visionnaires de Turing n’est pas d’aujourd’hui.  Si l’émergence du Web a un temps évincé quelque peu la figure de ce père fondateur, disparu fort jeune, depuis plusieurs années, des concours de chatbot jusqu’au prestigieux prix Turing , les occasions de célébration de la pensée mais aussi de l’homme Turing se sont multipliées. Le développement du projet Marlowe à la fin des années 1990 a évidemment croisé à maintes reprises des démarches inspirées par les écrits et la personnalité de Turing, notamment le fabuleux travail théâtral dirigé par Jean-François Peyret monté en 1999 à Bobigny sous le titre Turing-Machine et dans lequel sont parcourues de multiples variations autour du dialogue, mais aussi du conflit, entre l’homme et la machine. Cette année, après un repli en laboratoire et une atténuation sensible de sa visibilité publique (la dernière grande « sortie » fut l’intervention à l’occasion de l’élection présidentielle du printemps 2007), Marlowe amorce une sorte de retour, quelque peu freiné ces derniers temps par la concentration des efforts de développement sur le logiciel Prospéro II dont dépend fortement son avenir. Ce retour intervient à la fois dans le cadre de transformations du processus de redéploiement des outils socio-informatiques et dans un nouveau contexte politique, mais aussi à la faveur du bouillonnement d’idées et de projets que l’IA continue de produire. C’est pourquoi, sur une initiative de Jean Sallantin, Marlowe devrait participer à un dispositif scénographique, dont les ressorts seront fixés avant l’été, présenté en collaboration au grand congrès d’intelligence artificielle qui se tiendra à Montpellier du 25 au 31 août 2012.

C’est dans le processus de mise en place de cette intervention que nous avons le plaisir de recevoir Jean Sallantin directeur de recherche au CNRS et spécialiste d’intelligence artificielle, discipline qui joue des frontières entre la science, le jeu et l’anticipation, et dont les appuis théoriques et les applications sont en pleine redéfinition à l’heure des humanités numériques (digital humanities). La séance du séminaire socioinformatique se tiendra le lundi 9 janvier 2012, de 15 à 18h, en salle 2 du 105 bd Raspail (Paris 5ème). Jean Sallantin viendra nous parler de sa conception des espaces et des entités numériques en rapport avec les enjeux du débat public. Voici le bref résumé de son intervention :

Une logique des débats publics

Une logique sert à poser une problématique et à encadrer des traitements informatisés. Confrontée au domaine des débats publics, une logique doit problématiser leurs manières d’apparaître qui passe ici par la production de systèmes normatifs, de grilles de valeurs évaluant leurs différences et rendant compte de leurs identités : ici, Prospéro produit des référentiels d’analyse des débats et Marlowe cherche à dégager des identités et des différences. Dans cet exposé, nous allons d’abord présenter la structure cubique de cette logique fondée sur 4 jeux d’oppositions entre modalités. Nous exposerons alors comment nous comptons l’expérimenter ensemble en 2012 (année anniversaire de la naissance de Turing) dans l’animation d’un jeu de débat sur les controverses de l’intelligence artificielle.

En invitant toutes les personnes intéressées à venir entendre Jean Sallantin et à participer à la discussion, l’équipe de rédaction du carnet SocioArgu profite de l’occasion pour transmettre à tous ses lecteurs, contributeurs, visiteurs, réguliers ou occasionnels, sans oublier tous les robots indexeurs et autres agrégateurs qui parcourent la plateforme hypotheses.org, ses meilleurs vœux pour l’année 2012 – gageons qu’en même temps qu’elle sera celle de l’intelligence artificielle, elle laissera une place de choix à l’expression d’une véritable intelligence collective …

  1. Pour une biographie de Turing voir Jean Lassègue, Turing, Belles Lettres, 2003. On consultera également le site de l’espace Turing. []

Une réflexion au sujet de « L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail »

  1. Ping : Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.