Hypothesosphère

Essai de cartographie des carnets de recherche

Josquin Debaz

L’activité des blogs fait l’objet d’analyses multiples visant à la fois à en cerner les tendances et à en extraire les structures topologiques.  A titre d’exercice réflexif, qui peut ne pas être sans conséquences, ce billet propose une représentation cartographique des liens tissés entre eux par les carnets de la plateforme Hypotheses.org.

La formule est assez simple. Vous prenez un langage informatique, par exemple Python, et codez rapidement une « araignée du web » qui va parcourir les 6 pages d’indexation proposées par http://hypotheses.org/, puis recenser les liens vers des carnets de recherche, et parcourir de manière récursive ces liens  et ainsi de suite jusqu’à obtenir tous ceux qui pointent vers un carnet Hypotheses. Vous obtenez, au 7 décembre 2010, une photographie de 1127 billets et pages d’accueil qui fournit une première représentation de la partie supposée la plus active de la plateforme.

Demandez ensuite à votre robot d’indexation de vous informer chaque fois qu’un carnet propose un lien pointant vers un autre carnet, et d’enregistrer le tout dans un fichier lisible par un logiciel d’analyse de réseaux sociaux (en l’occurrence dans un format de fichier .net, lisible par Pajek, mais également par Gephi, et disponible ici).

Après ces quelques opérations préliminaires, à l’aide de ce logiciel, vous pouvez afficher le graphe des relations entre les carnets indexés, avec pour chacun un vertex  (un sommet) dont la taille est proportionnelle au  degré (nombre de liens entrant et sortant)1 en appliquant l’algorithme de Kamada-Kawai pour étaler les sommets dans les sous-groupes, puis celui de Fruchterman-Reingold pour distribuer ces sous-groupes sur un cercle.

Appelons le résultat final une « hypothesosphere ». Une première figure est produite au format png ci-dessous, mais également disponible en svg,  dans laquelle chaque arrête correspond à l’existence d’au moins un lien pointant d’un carnet vers un autre2.

Hypothesosphere au 7 décembre 2010

Pour produire ce petit exercice, nous avons opté pour la méthode de la tortue (on parcourt les billets en suivant les liens, à partir d’une base solide) plutôt que pour la méthode du lièvre (qui consiste à récupérer la liste de tous les billets et à identifier tous les liens), l’idée étant d’obtenir une carte représentative à un instant donné et de suivre son évolution, plutôt que d’arrêter une forme historique de l’hypothesosphère. La carte propose donc une photographie des 91 carnets présents  à l’appel. Il faut bien garder à l’esprit que le test ne porte pas sur l’ensemble des carnets (149) de la plateforme mais sur ceux qui sont pointés dans l’index à la date du 7 décembre, ainsi que tous ceux vers lesquels eux-même redirigent3.

Le résultat est assez convaincant – il est même peut être trop attendu4. Même si l’entreprise est modeste comparée à celle des spécialistes des blogs comme linkfluence, elle permet de visualiser des affinités structurales. On voit se dégager par exemple, des aires culturelles (notez le « continent des Amériques » : à l’Ouest du graphique cela va de soi…), des périodes historiques, des thématiques proches,ou encore des connivences institutionnelles.

Évidemment cette carte n’indique que des propriétés relationnelles fondées parfois sur des liens faibles, mais qui peuvent être riches de sens. Sans entrer ici dans l’interprétation des microconfigurations objectivées par la carte, pour laquelle chaque rédacteur de carnet impliqué est plus que compétent, une des questions que pose la mise en circulation d’une telle carte est son impact éventuel sur des stratégies futures de rapprochement ou de mise à distance. En tout état de cause une analyse relationnelle ne produira pas les même effets qu’un classement fondé sur des notes d’autorité.

Le robot utilisé pour cette « manip » est en phase préliminaire de développement, et il pourra évoluer selon les retours des uns et des autres, le code pouvant  évidemment être mis à disposition si cela s’avère pertinent.

  1. Selon la procédure décrite dans la section 3.3 de W. de Nooy, A. Mrvar, V. Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, CUP, January 2005. []
  2. Mais sa valeur reste unitaire quelque soit le nombre de liens relevés par le robot entre les carnets. []
  3. Si un carnet est injustement ignoré, signalez-le que je modifie l’araignée en conséquence. []
  4. Pour une entrée en matière sur les réseaux sociaux, voir par exemple les ouvrages d’Albert-Laszlo Barabasi : Linked (Plume 2003) et Bursts (Dutton Adult 2010) tout en relativisant son approche par l’histoire développée par Linton C. Freeman dans The Development of Social Network Analysis: A Study in the Sociology of Science (Empirical Press 2004) en notant au passage le graphique 10.1 de la page 166. []

12 réflexions au sujet de « Hypothesosphère »

  1. Messine

    merci c’est super intéressant ! Est-ce que l’hypothesosphere sera mise à jour régulièrement ?

  2. Josquin Debaz Auteur de l’article

    C’est possible, et dans ce cas là autant rendre la procédure la plus automatique possible.
    Mais cela quitterait le cadre d’un billet de recherche pour être celui d’un outil pour la plateforme elle-même…

  3. Karim Hammou

    Oui, c’est vraiment un joli petit boulot, et bien expliqué de surcroît 🙂
    Je suppose que l’hypothesosphere ne comprend pas, pour l’instant, les commentaires postés sur les carnets par d’autres carnetiers ?

  4. Josquin Debaz Auteur de l’article

    Merci. Très bonne remarque.
    Le script prend en compte tous les liens (avec ancre) trouvés depuis l’en-tête revues.org jusqu’au pied de page (non compris pour limiter les effets de liens structuraux), et donc par exemple votre commentaire sera pris en compte comme un lien vers http://surunsonrap.hypotheses.org.

  5. Ping : Passerelle | Philologie à venir

  6. Ping : Réseaux de blogs sur Hypothèses | Polit’bistro : des politiques, du café

  7. Ping : Analyse des réseaux : une introduction à Pajek | UIR Web Science

  8. François

    Chouette, les commentaires sont encore ouverts ! Peut-on avoir le code Python du crawler ? Ce serait utile pour mettre à jour les données 🙂

  9. Josquin Debaz Auteur de l’article

    @François c’est tout à fait possible, je peux vous l’envoyer par email (il faudrait que je trouve 5 min pour configurer un serveur git pour rendre l’accès plus aisé…) Est-ce que l’adresse que vous avez laissé pour le commentaire est utilisable ?

    Le code a d’ailleurs été repris pour une présentation d’Aurélien Berra à l’occasion de l’ouverture de hypotheses.org en Allemand le 9 mars dernier.

  10. Ping : Mareike König: Die Entdeckung der vernetzten Vielfalt: Geschichtsblogs auf der internationalen Plattform hypotheses.org - historyblogosphere - Bloggen in den Geschichtswissenschaften. Ein Open Peer Review-Buchprojekt

  11. Ping : Une fonction pour passer des réseaux à ggplot2 | Polit’bistro : des politiques, du café

  12. Ping : Hypothesosphère : le réseau des blogs d’Hypothèses, (presque) cinq ans plus tard | Polit'bistro : des politiques, du café

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.