Retour sur la trajectoire politique du changement climatique

Francis Chateauraynaud

Un colloque intitulé « Science et démocratie » s’est tenu à Paris le samedi 20 novembre 2010. Organisé par l’hebdomadaire Politis avec l’association Global Chance et la Fondation Sciences citoyennes, il était avant tout conçu comme une réponse à la procédure judiciaire ouverte par la plainte déposée par Claude Allègre pour « diffamation publique » suite à une tribune parue dans Politis le 18 juin 2009. Cette tribune, « Claude Allègre : question d’éthique », signée par plusieurs intervenants du colloque, était alors motivée par des rumeurs de nomination de l’ancien ministre, ancien directeur de l’Institut de Physique du Globe, Président du BRGM puis membre de l’académie des sciences, à un poste éminent par Nicolas Sarkozy. L’article rappelait un épisode marquant de la carrière du chef de file des climatosceptiques français, qui avait alors eu un conflit violent avec Haroun Tazieff, lors de l’éruption du volcan de la Soufrière à la Guadeloupe en 1976.

Contre les négateurs : une pragmatique des épreuves de vérité

J’avais déjà eu l’occasion de contribuer à des rencontres organisées par Sciences Citoyennes, notamment autour des lanceurs d’alerte, et pu débattre à plusieurs reprises avec Benjamin Dessus, fondateur et principal animateur de Global Chance, dont les cahiers en ligne sont une mine d’informations et de documentations sur les enjeux environnementaux et énergétiques planétaires. Lorsque j’ai reçu l’invitation à participer à ce colloque, j’ai accepté le principe d’un point de vue sociologique sur les modalités de passage de la controverse à la polémique et l’impact d’un tel changement de régime sur les  processus de mobilisation collective.  La logique de la controverse a toujours eu partie liée avec la tradition polémique, de sorte que les basculements entre débats sur les arguments, les faits et les méthodes d’un côté, et conflits de personnes, de groupes et de valeurs de l’autre, sont pour ainsi dire programmés par avance dans les cadres de l’argumentation publique1. Mais ce n’est pas suffisant pour annuler toutes les épreuves de vérité auxquelles se livrent les acteurs, en considérant par exemple qu’il n’y a que des effets d’enrôlement et d’alignement, ou des règlements de compte entre réseaux d’influence et groupes de pression.

Je me suis dit que c’était aussi l’occasion de clarifier l’usage d’une catégorie rencontrée il y a quelques années dans un ouvrage de Bernard Williams : le négateur. Un des objets du livre de Williams, traduit en français sous le titre Vérité et véracité. Essai de généalogie2 – est de distinguer clairement vérité et attitudes vis-à-vis de la vérité. Sa cible principale est Richard Rorty auquel il est reproché d’avoir, sous couvert de pragmatisme, engendré une nouvelle forme de relativisme. Or Rorty lui-même s’est efforcé de déconstruire le « relativisme » comme un spectre engendré de toutes pièces par la métaphysique3. Pas question de rouvrir ici ce débat dont on trouve pas mal de traces dans des articles et des ouvrages de philosophie4.  Ce qui est sûr c’est que le pragmatisme tel qu’il est développé en sociologie implique une forme de réalisme,  ne serait-ce que par la prise en compte des moments de vérité dans lesquels se forment les appuis tangibles dont ont besoin les acteurs pour agir ou clore leurs disputes5. Le fait d’être attentif aux attitudes des locuteurs, aux marques épistémiques ( « je crois que P » ou « tout porte à penser que P », etc.) ne signifie absolument pas un scepticisme radical quant à la possibilité de produire des faits et de pouvoir les recouper ou les fixer. Afin de désigner ceux qui refusent la possibilité même de la vérité, Williams explique qu’il a renoncé au terme de « sceptique », trop profondément enraciné dans la tradition philosophique et portant sur le doute sur la connaissance de la vérité, non sur la vérité elle-même, et à celui de « nihiliste » qui ne couvre pas le champ lexical de la vérité mais plutôt celui des valeurs et de la construction morale du monde. Williams propose d’utiliser plutôt le terme de « denier » – traduit par « négateur » en français, le traducteur ayant pris soin d’éviter le mot « négationniste ». Le négateur pour Williams est celui qui nie la possibilité intrinsèque de la vérité, faisant tout dépendre de l’attitude de l’agent vis-à-vis de la vérité, ce qui permet de débusquer derrière toute prétention à la vérité un intérêt, une utilité ou une doctrine.

C’est précisément ce qui est en jeu dans la manière dont s’est développée la remise en cause du consensus scientifique qui s’est formé à grand frais sur le réchauffement climatique d’origine anthropique. Ces dernières années, on a vu s’exprimer différentes sortes de « négateurs » dans le dossier du changement climatique. Dans le contexte francophone, le terme de « négateur » n’est apparu que récemment avec la poussée du « climatoscepticisme », mais dans le monde anglo-américain, l’équivalent anglais « deniers »  est en circulation depuis plus longtemps6. En langue française, le mot « négateur » est utilisé depuis le XIXème siècle, mais est assez peu présent dans les polémiques, ayant été jusqu’alors supplanté par « révisionniste » ou « négationniste ».

Un des points de discussion proposé par les organisateurs du colloque « Science et Démocratie » était la question du partage entre débat d’opinion et vérité scientifique. Si le titre qui m’avait été attribué présentait l’avantage d’être assez accrocheur « Le climatosceptique est-il un lanceur d’alerte ? », j’ai préféré rectifier quelque peu le tir une fois sur place, en l’intitulant : « Processus d’alerte, épreuves de vérité et controverses publiques. Pourquoi les climatosceptiques ne sont en aucun cas des lanceurs d’alerte ». De multiples restitutions des interventions et des débats sont prévues, du côté de Politis ou dans un des prochains cahiers de Global Chance, aussi je ne vais pas m’exercer à en faire un compte-rendu. C’est surtout une opportunité pour réfléchir à la manière d’attaquer le dossier du climat avec les outils socio-informatiques. En effet, paradoxalement, le climat fait partie des rares objets d’alerte et de controverse qui ne figure pas dans le répertoire des corpus étudiés ! Pour Dominique Bourg, c’est pourtant la première cause dans la hiérarchie des urgences affrontées par les sociétés humaines contemporaines, avec la biodiversité, qui entre dans un cycle d’interactions complexes avec les changements climatiques7.

L’argument climatique au secours de la promesse nucléaire

En réalité le climat est présent dans nos affaires depuis pas mal de temps. Il surgit en effet de manière assez massive dans le corpus nucléaire puisqu’un des arguments majeurs  utilisés depuis le milieu des années 1990 par les tenants de la relance du nucléaire est précisément la faible émission de gaz à effet de serre attribuée à l’industrie de l’atome. L’argument a donné lieu à un travail critique de déconstruction de la part des anti-nucléaires, qui n’ont évidemment pas pour objectif de relativiser  pour autant la cause climatique. Je suis en passe de terminer sur ce point un article destiné à la revue A contrario. Intitulé « Sociologie argumentative et dynamique des controverses. L’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », papier qui devrait être prochainement disponible. Il m’a surtout permis de tester une fois de plus l’adéquation entre le concept de « trajectoire argumentative » développé par la balistique sociologique et les outils d’analyse temporelle fournis pas Prospéro.

Le surgissement du thème climatique dans le corpus nucléaire

L’argument climatique surgit véritablement dans le corpus nucléaire à partir de 1997, ce qui est relativement tard dans l’histoire du changement climatique. Mais cela s’explique facilement : c’est l’année de Kyoto et du fameux protocole qui change considérablement le régime politique du climat8. C’est que les promoteurs du nucléaire entendent monter au créneau, et sortir enfin des cartons plusieurs projets dont le désormais très fameux réacteur EPR. Soit deux fragments qui mettent en scène le nucléaire comme sauveur (potentiel) de la planète :

« Des personnes soucieuses de donner au public une information complète et honnête sur le nucléaire et conscients de l’importance de cette formidable source d’énergie comme moyen de protéger l’environnement se sont rassemblées au sein de l’Association des Ecologistes Pour le Nucléaire, pour défendre une utilisation intelligente de l’énergie nucléaire qui, si elle est bien gérée, est particulièrement propre, ne rejette aucun gaz polluant dans l’atmosphère, produit très peu de déchets, consomme moins de matériaux de construction que le solaire ou l’éolien et, contrairement au pétrole, au gaz et au charbon, ne participe pas à l’effet de serre (aucune émission de CO2). » (AEPN , janvier 1997)9.

«Aujourd’hui, plus de 430 réacteurs nucléaires dans le monde transforment en électricité 30 % de leur énergie, et le reste, 70 %, réchauffe l’atmosphère ou les océans, ce qui est considérablement moins menaçant que le rejet de gaz carbonique dans l’atmosphère par l’utilisation du charbon ou du pétrole. Ceux-ci contribuent aussi directement au réchauffement de l’atmosphère et des océans, et représentent une menace beaucoup plus grande à long terme, en raison de l’augmentation de l’effet de serre, comme nous le verrons plus loin.» (Charpak janvier 1997)

Face à la montée en puissance de cet argument climatique dans la relance du nucléaire, les anti-nucléaires n’ont évidemment pas chômé, et le corpus permet de suivre pas-à-pas la construction de leur contre-argumentation qui met un certain temps d’ailleurs à trouver les bonnes prises :

Face à la montée du prix de l’énergie et au réchauffement climatique , la seule voie d’avenir est de mener de front trois chantiers majeurs : – efficacité énergétique – économies d’énergie – développement massif des énergies renouvelables Le nucléaire , qui ne permet en rien de répondre aux problèmes majeurs auxquels est confrontée la planète , aggrave la situation en ajoutant ses propres problèmes : risques d’accidents , déchets radioactifs , prolifération … (Réseau Sortir du nucléaire / date:17/10/2005)

La situation dramatique que connaît actuellement la Russie démontre une fois de plus que les réacteurs nucléaires sont très vulnérables aux événements climatiques extrêmes, dont la fréquence augmente avec le changement climatique. Il est donc suicidaire de prétendre utiliser la technologie nucléaire comme  » solution  » face au changement climatique .En 2003 , 1/4 du parc nucléaire français a dû être arrêté à cause de la canicule estivale, qui rendait encore plus dangereuse l’exploitation des réacteurs. En 1999, la centrale nucléaire du Blayais, qui avoisine Bordeaux , a frôlé la catastrophe en raison d’une inondation, et la ville a bien failli être évacuée. (Réseau Sortir du nucléaire / date:09/08/2010)

Parmi les dispositifs contre-argumentatifs, celui qui est développé par Benjamin Dessus est particulièrement efficace : au lieu de partir de positions anti-nucléaires, il prend à la lettre trois des points forts avancés par les défenseurs de la filière et les démonte pour ainsi dire de l’intérieur. Une pièce de choix pour tous les amateurs de procédés argumentatifs, à regarder intégralement sur la vidéo ci-dessous.


Le nucléaire est-il inévitable avec B.Dessus le 13/04/10

Comment penser l’architecture d’un grand corpus sur le climat ?

Si la question de l’usage du changement climatique dans les jeux d’acteurs et d’arguments autour du nucléaire est intéressante, le corpus disponible ne permet pas de s’attaquer aux configurations marquantes de l’histoire politique du climat.  La trajectoire politique du changement climatique débute dans les années 1980, avec une nette inflexion liée à la création du Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) ou IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) en 1988 par l’ONU. Faut-il reconstruire le corpus complet afin de restituer ce qui s’est dit et fait autour des grands sommets (de Genève (1987) et Rio (1992) jusqu’à Copenhague (2009), en passant par Kyoto (1997) Johannesburg (2002) et Bali (2007)) ? Faut-il également entrer les éléments de la polémique concernant le climatoscepticisme ?  N’est-ce pas là un épiphénomène sans grande portée ? Même sans les proses réactives de gens comme Allègre ou Courtilllot, la masse documentaire est déjà monstrueuse et en grande partie en anglais.  Il est vrai que la querelle du climatoscepticisme a produit des documents inédits comme la fameuse lettre ouverte adressée à la ministre de la recherche, et le rapport rendu en octobre dernier par l’Académie des sciences – rapport qui donne lieu d’ailleurs à deux interprétations divergentes : la première y voit une condamnation définitive du climatoscepticisme ; la seconde, une forme de  validation implicite des procédés utilisés par des scientifiques incompétents en matière de climatologie … Peu importe ici le fond du débat : comment procéder pour se donner des séries pertinentes ? Par où commencer ? Plusieurs solutions se présentent – nous laissant pour le moins dans l’embarras du choix…

Fumerolle, Islande 2008
  • On peut commencer par reconstituer, à l’aide des automates de Tirésias, une série homogène. On débute avec une base de données relativement standard comme Factiva par exemple et avec quelques mots clés judicieusement choisis, on rapatrie des milliers de textes que l’on transforme aisément en corpus analysable avec Prospéro. Une première réserve surgit illico : n’est-ce pas courir le risque de noyer le poisson et de ne pas pouvoir s’y retrouver ?
  • Une première alternative consiste à partir de grands textes : rapports du GIEC en tête, puisqu’ils sont pour la plupart disponibles en ligne sur le site du panel d’experts internationaux, et de procéder par enrichissement progressif. Oui, mais dans ce cas autant travailler en anglais directement. Certes, mais l’analyse argumentative n’a pas la même signification quand on n’est plus dans sa langue.
  • Une autre stratégie, plus proche de ce qui nous préoccupe à court terme, consiste à entrer par la polémique elle-même et à suivre de proche en proche les acteurs qui y participent. Quand on ouvre un texte polémique, il se réfère toujours à un ou plusieurs textes ennemis, engageant une polyphonie et une intertextualité qui permet de reconstituer assez rapidement le réseau des auteurs-acteurs qui comptent. Avec le Web on peut aujourd’hui passer par des sites ou des blogs de référence, véritables centres d’aiguillage dans les réseaux. Par exemple, un texte fort intéressant est celui publié par Olivier Godard sous le titre « Le climat, l’imposteur et le sophiste » en mars 2010 et qui remet en scène de vieilles querelles au début des années 1990.
  • Mais pourquoi ne pas entrer tout de suite par quelque climatosceptique en vue ? Par exemple Benoît Rittaud, lequel a ouvert à l’occasion de la sortie de son livre intitulé Le mythe climatique (Seuil, 2010)10.
  • Comme souvent, lorsque l’on s’attaque à un sujet que l’on qualifie d' »émergent » , l’enquête nous reconduit rapidement dans des configurations beaucoup plus lointaines dans le passé … S’il s’agit de faire dans des séries longues, il y a de quoi faire : en 1824, Fourier appelle « effet de serre » un phénomène déjà établi à la fin du 18ème siècle par Horace Bénédict de Saussure: l’atmosphère retient une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre, ce qui augmente sa température. En 1896, Svante Arrhenius prédit que l’utilisation du charbon va réchauffer la planète en renforçant l’effet de serre, donnant même des indications chiffrées comme une augmentation de 4°C à 6°C produite par le doublement de la concentration en dioxyde de carbone dans l’atmosphère. En 1958, Charles David Keeling entreprend de mesurer les concentrations de CO2 sur le volcan Mauna Loa (Hawaï) : il apporte la première preuve d’une augmentation de la concentration en CO2 en 1974. En 1979, l’Académie nationale des sciences américaine lance la première étude officielle sur le réchauffement de la planète et la conclusion est pour le moins explicite : « si les émissions de dioxyde de carbone continuent d’augmenter, le groupe d’étude ne voit aucune raison de douter que des changements climatiques en résulteront, et aucune raison de penser que ces changements seront négligeables ». Au début des années 1980, Claude Lorius, glaciologue grenoblois, lance une recherche en coopération avec des chercheurs soviétiques au cœur de l’Antarctique. En 1985, des carottes de glace sont prélevées à un kilomètre de profondeur. L’analyse est réalisée à Grenoble et à Saclay par les équipes de Dominique Raynaud et Jean Jouzel, qui concluent dans une publication de 1987 que « depuis cent mille ans, il existe une corrélation étroite entre températures moyennes et teneurs en gaz à effet de serre »11.
  • Une autre stratégie, assez différente, peut consister à suivre les formes d’engagement du changement climatique, de ses cohortes d’acteurs et d’arguments, d’instances et de dispositifs, dans d’autres dossiers, des alertes ou des affaires, des crises ou des catastrophes : car à l’évidence le mode d’interprétation des événements climatiques extrêmes (de type Katrina ou Xynthia) ou des conflits autour de l’usage des ressources  (eau, zones côtières,  zones forestières, zones agricoles, etc) est en train de changer profondément sous l’impact des mobilisations contre le réchauffement climatique. Voilà qui tombe bien puisque la socio-informatique ouvre actuellement de nouveaux chantiers dans ces directions …

Quand on n’a pas pris en marche un processus, suffisamment en amont on a du mal à l’attaquer à rebours. Pour l’heure, le corpus en gestation autour du climat- qui contient déjà plus de 2000 textes – est un mélange de butinage sur la toile, de construction de premières séries homogènes permettant de disposer d’une ligne fondamentale, et de coups de sonde sur les sites les plus divers. Ce qui est sûr, c’est que face à ce type de « dossier », seul un travail coopératif de longue haleine permettra de produire les corpus et les outils d’analyse adéquats.

  1. Voir M. Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008 []
  2. B. Williams, Vérité et véracité, Paris, Gallimard, 2006 – en anglais Truth and Thruthfulness. An essay in Genealogy (2002) []
  3. R. Rorty, Objectivisme, relativisme et vérité, Paris, P.U.F., 1994 []
  4. Voir par exemple Susan Haack qui s’en prend aussi directement à Rorty dans Evidence and Inquiry. A pragmatist reconstruction of epistemology, Prometheus Books, 2009 []
  5. Voir F. Chateauraynaud, « L’épreuve du tangible. expériences de l’enquête et surgissement de la preuve« , in Raisons pratiques, 2004 []
  6. Voir par exemple : « Climate change: The Deniers. The Post’s series on scientists who buck the conventional wisdom on climate science« , Canada.com, 290 juin 2007 []
  7. Voir « Un système qui ne peut répondre au défi environnemental », entretien paru dans Le Monde du 30/10/10 à l’occasion de  la sortie de l’ouvrage qu’il a publié avec K. Whiteside, Vers une démocratie écologique, Paris, Seuil, 2010. []
  8. Sur l’ensemble des dispositifs de régulation, les modalités d’expertise et de gouvernance du changement climatique à l’échelle mondiale, voir les contributions rassemblées par Rafael Encinas de Munagorri dans Expertise et gouvernance du changement climatique, Paris, LGDJ, 2009. []
  9. L’Association des Ecologistes Pour le Nucléaire créée en 1996 pour promouvoir une « utilisation intelligente du nucléaire » a été régulièrement dénoncée par les anti-nucléaires comme un « groupe de pression à la solde des nucléocrates ». On peut en tracer assez facilement les activités à travers des conférences et des textes en ligne, et on la retrouve notamment parmi les partenaires de l’association Sauvons le climat []
  10. Voir à ce propos l’émission de France culture intitulée Entre la science et nous, le climat se dégrade, où il était question de climat, de H1N1 et de nanotechnologies []
  11. La mobilisation continue sur les enjeux climatiques depuis plus de 30 ans a évidemment engendré de multiples retours en arrière et recours à l’histoire. Deux références supplémentaires avant de clore ce billet : Amy Dahan-Dalmedico (dir) Les modèles du futur, Paris, La Découverte, 2007 ; P. M. Edwards, A Vast Machine. Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT, 2010. []

6 réflexions au sujet de « Retour sur la trajectoire politique du changement climatique »

  1. FC

    Politis a mis en ligne une sélection des « meilleurs moments » (selon eux bien évidemment). C’est en ligne ici

    Cela se produit de plus en plus souvent. Les rencontres publiques sont filmées et mises en ligne, avec ou sans montage ou sélection. On ne demande même plus l’accord des participants. La plupart du temps, il n’y a pas de problème et on peut assumer parfaitement ce qui est dit. Ou considérer que c’est sans conséquences – quoique les effets rebonds sur les milieux académiques et institutionnels peuvent se faire sentir beaucoup plus tard … Les vidéos ou fragments de vidéo peuvent ensuite être installés sur d’autres sites, cités, commentés sans accord de l’auteur. Je l’ai fait moi-même pour la vidéo de conférence de Benjamin Dessus que j’utilisais déjà depuis pas mal de temps comme élément vidéo du dossier nucléaire et que je pensais largement publique. Benjamin m’a dit par mail qu’il ignorait que cette rencontre avait été filmée et mise en ligne: en l’occurrence, son topo est particulièrement bon et percutant ! Mais toute intervention peut être décontextualisée ou plongée dans des dispositifs d’expression qui en changent assez radicalement le sens.

    Bref, ce petit post additionnel pour dire qu’on voit se profiler toute une série de problèmes à l’horizon, surtout lors d’interventions à propos de dossiers ou d’objets controversés. Dans certaines rencontres on sera conduit à anticiper et donc à retenir des propos. Ce qui limite la prise de risque, l’invention en contexte et la liberté d’expression par auto-contrainte. D’une certaine manière cela redonne un intérêt aux séminaires de recherche déconnectés du web : les propos sont plus dégagés des contraintes de publicité et de réinterprétation à distance. Il faut en tout cas que la mise en public soit au minimum négociée ou discutée et ne pas faire comme si c’était absolument naturel dans le meilleur des mondes naturels, ce que n’est certainement pas notre monde social.

    La liberté d’expression du chercheur a été à plusieurs fois posée et rappelée à travers différentes affaires récentes – j’essaierai d’y revenir dans un billet un de ces jours – mais je pense qu’il faut systématiquement demander l’ensemble de l’enregistrement pour en disposer à son tour et installer s’il y a lieu un contre-dispositif en ligne. Récemment interviewé pour une émission de France Inter sur les hypersensibles, j’ai obtenu avant même la diffusion l’enregistrement complet. Après quoi j’ai pu évaluer la sélection et le montage produits in fine – rien à dire de mon point de vue, mais j’ai l’intégralité du propos sous le coude. Il devrait en être de même avec les longues séquences vidéos.

    Du coup hier, en remontant les sites à partir des videos, je suis tombé sur une prestation de mon double : Fernand Chateauraynaud

    C’est ici. Il a l’air de proclamer : « hypersensibles de tous les pays unissez-vous !’
    😉

    Là encore pas de problème particulier, c’est découpé de manière pertinente – du point de vue des organisateurs de ce colloque d’avril 2010. Et de toute façon c’est Fernand qui cause pas moi ! Mais bon … la vigilance est de mise et il me semble que c’est un thème majeur pour les Digital Humanities, déjà abordé ici et là et qui mériterait l’organisation d’une rencontre.

    FC

  2. PMO

    Lu ce jour dans Politis

    ici
    http://www.politis.fr/L-expert-et-le-citoyen-couple,12263.html

    L’expert et le citoyen, couple conflictuel

    jeudi 25 novembre 2010, par Noëlle Guillon

    Quelque deux cents personnes ont participé samedi à notre colloque « Science et démocratie »*, salle Jean-Dame à Paris. Des scientifiques, des politiques et des journalistes ont débattu des notions de vérité et de doute, et revendiqué une indépendance sans cesse menacée.

    « Les climato-sceptiques sont-ils des lanceurs d’alerte ? » Rien de plus normal que d’ouvrir ce colloque « Science et démocratie » par cette interrogation à l’heure où les auteurs d’une tribune publiée en juin 2009 dans Politis viennent de recevoir une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel dans l’affaire qui les oppose à Claude Allègre, chef de file médiatique des climato-sceptiques. Devant quelque deux cents personnes, le sociologue Francis Chateauraynaud, père du concept de « lanceur d’alerte », ouvre le bal. « Le lanceur d’alerte est celui qui apporte un élément nouveau, pour convaincre de ce que les autres ne voient pas. Il a l’éthique de passer la parole, puisque l’alerte doit être reprise et amplifiée. Alors que l’alerte est un processus qui construit une réalité, les climato-sceptiques, eux, déconstruisent, sans apporter d’éléments nouveaux au débat. Ce sont des négateurs qui tentent une contre-alerte sur l’alerte climat. » Une imposture qui a au moins le mérite de soulever le débat sur les limites et les dévoiements du doute.

    Retrouvez les meilleurs moments du colloque « La science face à la démocratie » en vidéo.

    « D’où part-on pour douter ? » interroge Francis Chateauraynaud, entraînant la salle sur les pas du philosophe Ludwig Wittgenstein, qui écrivait : « Les questions que nous posons et nos doutes reposent sur le fait que certaines propositions sont soustraites au doute – sont, pour ainsi dire, comme des gonds sur lesquels tournent nos questions et nos doutes. » L’économie du doute s’appuie sur un socle stable. C’est la condition même de la controverse, qui suppose de la part de chacun l’explicitation de ses appuis, ressorts et techniques. À l’inverse, la polémique dévoie la notion de doute pour anéantir toute certitude. Ce que Benjamin Dessus, président de l’association Global Chance, exprime autrement en fustigeant la confusion entre opinion et faits. « Un relativisme majeur est apparu. Tout comme les lois économiques qui ont été présentées comme scientifiquement rationnelles ont été ébranlées par la crise économique, on se retrouve dans une situation où toutes les certitudes scientifiques pourraient être négociables. » Y compris pour des motivations d’intérêts particuliers à exclure du champ d’application de la science. Car deux périls guettent la science et l’expertise : le poids des lobbies qui visent à faire douter de tout, et une certaine religion du progrès, ce « scientisme » qui ne doute de rien. Pour Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum d’histoire naturelle, « il faut se souvenir que l’eugénisme était défendu par une majorité des scientifiques dans les années 1930. À l’époque, le progrès était considéré comme la seule valeur universelle. Aujourd’hui encore, la plupart des scientifiques n’interrogent pas assez leur pratique et sont convaincus d’œuvrer pour ce “progrès”. Il faut peut-être y voir aussi un manque d’éducation de la communauté scientifique. Face à moins de scientisme, il y aurait moins de gens qui se tourneraient vers l’irrationnel pour se rassurer. »

    Les lobbies sont également dénoncés par Marie-Christine Blandin, sénatrice Verte du Nord : « Ayez en tête que 60 % du financement de la recherche sur les médicaments va au flaconnage et au marketing ! » Et la sénatrice, également membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, d’égrener les sources d’information des élus en charge de l’orientation de la recherche publique : des agences publiques qui réagissent une fois les alertes passées, comme l’Inra avec la grippe A, et une part non négligeable d’industriels et de lobbies.

    Et le citoyen dans tout cela ? Vers qui doit-il se tourner pour comprendre et se faire entendre ? Au-delà de la question des lanceurs d’alerte, se pose la notion d’expertise. « Dans tous les débats, faudrait-il des affrontements d’experts, pour et contre ? Il faudrait abandonner ce mythe de l’expert ­neutre », propose un journaliste dans la salle. Évacuer le mirage de l’objectivité ou de la symétrie à tout prix. ­Mettre face à face scientifiques et groupes minoritaires, climatologues et climato-sceptiques, est incongru quand l’honnêteté des motivations n’est pas au rendez-vous. Pour autant, personne n’est neutre. « On défend toujours quelque chose à partir de principes. Décliner ses principes, c’est cela, être indépendant », énonce Benjamin Dessus. « Il faut néanmoins en France une meilleure définition des experts. Dans certains domaines, cette indépendance n’existe pas. C’est le cas sur le nucléaire. »

    La Fondation Sciences citoyennes propose pour sa part un projet de loi sur l’expertise. « Nous mettons en débat la création d’une haute autorité de l’expertise et de l’alerte, liée à des commissions particulières dans les entreprises. Une façon de mettre au jour les conflits d’intérêts », explique Jacques Testart, son président. L’enjeu est de taille, comme l’exprime un intervenant depuis la salle, quand « la sanction vient pour celui qui ne connaît, qui ne comprend pas la science », ou quand « il ne reste que la peur ». Dans cet apprentissage, les journalistes ­doivent jouer un rôle de médiation constructive. Ruth Stégassy, journaliste scientifique à France Culture, parle d’« une affaire de langue. Le langage scientifique décourage, éloigne. Il est bien souvent communicationnel et bloque la pensée ». Au-delà de la vulgarisation, terme de l’élite condescendante envers le peuple, la journaliste promeut la culture : « Il s’agit de percer la gangue du silence. » Edwy Plenel, fondateur de Mediapart, évoque la légitimation des vérités de fait évoquées par Francis Chateauraynaud. « L’info se fait puzzle autour duquel les opinions se construisent. J’y vois l’idée de vérité comme opposition politique. Laisser des imposteurs au cœur de l’espace public, c’est piétiner la démocratie. »

    Et les portes ouvertes de l’espace démocratique sur la science pourraient être nombreuses. Jacques Testart défend l’idée de « conventions de citoyens ». Des consultations bien encadrées de citoyens formés au pluralisme des approches. Francis Chateauraynaud et Edwy Plenel exaltent la force d’Internet. « Générateur d’appropriation, d’apprentissage collectif en même temps qu’obligation de responsabilisation de la communauté scientifique », pour l’un, « troisième révolution industrielle », pour l’autre. L’expertise distribuée, laissant place au surgissement de nouveaux acteurs, pourrait être en marche. À l’échelle mondiale ? C’est ce qu’espère Gus Massiah, du Crid. « Les Forums sociaux mondiaux remettent en cause le cours de la science dans son rapport à l’universel ». Parce que les scientifiques s’en déchargent, il revient aux citoyens de poser les deux questions fondamentales : « Si ça marche, quelles seront les conséquences ? », « Faut-il le faire parce qu’on peut le faire ? » « Quand un paysan croise deux maïs, explique Pierre-Henri Gouyon, il sait qu’il va obtenir du maïs. Quand on met un gène de bactérie dans un maïs, on ne sait pas ce qu’on va obtenir. » Et de conclure que si le vrai et le faux appartiennent au champ de l’expérience scientifique, il ne faut confondre ces notions avec le Bien et le Mal. Face aux choix éthiques, il n’existe qu’une seule garantie, la démocratie.

    En conclusion de ces six heures de débats, l’économiste Geneviève Azam, membre du conseil scientifique d’Attac, nous invite à repenser les sciences et la science : « La question du climat, en faisant de l’homme un agent géologique, a fait éclater la séparation entre sciences humaines et sciences naturelles. Il faut réinterroger la façon dont la science occidentale s’est vécue, dans la négation du monde éprouvé », conclut-elle.

    N. B. : Tous ceux qui veulent d’autres échos de notre colloque trouveront sur notre site un résumé vidéo. Ceux qui voudront se procurer l’intégrale des débats devront patienter jusqu’au mois de janvier. Les Cahiers de Global Chance consacreront alors un numéro spécial à cette journée. Nous en reparlerons le moment venu.

    * Le colloque de Politis était organisé en partenariat avec la Fondation Sciences citoyennes, Global Chance et l’Association internationale des techniciens et chercheurs (Aitec). Nous étions pour la circonstance les hôtes du maire Vert du IIe arrondissement, Jacques Boutault, qui nous a accompagnés tout au long de nos travaux.

  3. FC

    Je n’ai pas trouvé la séquence de discussion animée par Jacques Treiner qui est au second plan et donne un aperçu de la balistique argumentative produite par Benjamin Dessus … Cette réunion débat était organisée par la Société Louise Michel, liée au NPA Dans son Appel constitutif on lit :

    « Dans une phase où la pensée de gauche se détruit, jour après jour, dans un pâle centrisme, il est apparu nécessaire de constituer un lieu de rencontre et d’élaboration commune aux divers horizons de la gauche radicale qui veulent confronter de manière pluraliste des visions critiques du monde, sans sectarisme ni dogmatisme. La Société Louise Michel s’inscrit dans la tradition des mouvements d’éducation populaire. Elle veut explorer les voies d’une alternative sociale, démocratique, écosocialiste, féministe, antiraciste, anti-impérialiste. Elle travaille à la critique du capitalisme. « 

    Voir par ici http://npaparis14.free.fr/spip.php?article407

    Dans le comité de parrainage on retrouve des noms de sociologues qui font du buzz y compris sur les carnets 😉

    Consacrée au nucléaire, la réunion d’où est extraite la vidéo a eu lieu le 13 avril 2010 au Lieu-Dit à Paris dans le XXème arrondissement. Les positions de Jacques Treiner, physicien, se trouvent notamment sur le site de « Sauvons le climat » dont il est un des piliers

    http://sauvonsleclimat.typepad.fr/le_blog_de_lassociation_s/

    voir notamment cette vidéo-ci
    http://www.youtube.com/watch?v=7qQlxf9e7Fo&feature=related

    On y explique que « ce n’est pas un lobby quelconque mais une réunion de citoyens pour sauver le climat » et qu’il s’agit « de produire des « études scientifiquement correctes ».

    Alors qui fait de la véritable éducation populaire dans tout ça ?

  4. Ping : Réunion 3 au LSCE | Projet MEDEA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.