Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ?

par Francis Chateauraynaud

La firme de Mountain View a récemment publié les lauréats de l’appel à projet concernant l’exploitation des contenus de Google Books, revendiquant son engagement au service des humanités numériques. Du point de vue du développeur d’instruments pour l’analyse de grands corpus, rien de bien transcendant dans la liste ; seule reste sans précédent l’importance du gisement littéraire proposé à l’exploitation informatique. On peut en discuter mais l’argument de la masse de données disponibles est un peu court du point de vue épistémologique : on accumule des données et on se demande après coup ce que  l’on va bien pouvoir en extraire, Que l’on me permette  d’y entrevoir une sorte de miroir aux alouettes pour les méthodes d’analyse informatisée ! Ouvert à toutes les expériences  instrumentales, le moteur de recherche  hégémonique n’a visiblement qu’un seul objectif : continuer d’attirer à lui toute la matière numérique et grignoter encore du « temps de cerveau disponible » chez les internautes. Aussi, l’enthousiasme de Google pour la cause des « Digital Humanities » laisse rêveur. Inutile de reprendre ici les chiffres et les commentaires qui saturent toute la toile et bien au-delà : son emprise sur le Web, qui a donné lieu à bien des polémiques, dont en France celles lancées par Jean-Noël Jeanneney, ne cesse de s’étendre1. De sorte que parler d’un pur programme de recherches sur des contenus, eut-il pour seule vocation d’étudier des bibliothèques entières d’œuvres philosophiques, littéraires ou historiques, sans considérer dans le même mouvement la capacité de configuration de nos cadres cognitifs dont disposent désormais les ingénieurs de Google a quelque chose de cocasse2, au moins vu de cet angle un peu incongru du monde des humanités numériques que constitue la socio-informatique !

Après avoir constaté l’absence de « projets français » parmi les heureux gagnants du concours Google Books ouvert à l’échelle mondiale (mais dont au moins 9 projets retenus sur 12 sont américains), -ce qui témoigne sans doute d’un profond désir de changer le monde –, Hubert Guillaud s’interroge, dans un billet posté sur son blog le 22 juillet, intitulé  « Qu’apportent les Digital Humanities ? » : quels sont donc les apports concrets des outils développés par les Digital Humanities au-delà des cercles de spécialistes ? Il prend l’exemple de l’exploration quantitative de grands corpus d’œuvres anciennes ou de la mise à disposition de l’ensemble des versions d’une œuvre littéraire et de l’appareil critique qui l’accompagne – possibilités qui, cela dit en passant, avaient déjà été mises en avant au début des années 1990 lors de la généralisation des cd-roms. En gros si vous ne faites pas une thèse d’histoire sur des archives numériques ou si vous n’êtes pas un hyperspécialiste des sonnets de Shakespeare, les usages possibles des instruments de recherche semblent se réduire à des jeux de requêtes élémentaires, à des fins essentiellement utilitaires. Pourtant, lorsqu’on remet les choses en histoire et que l’on regarde la manière dont les outils d’analyse du discours, les analyses factorielles des correspondances ou les cartes de liens sont aujourd’hui banalisés, au point de servir au cœur d’activités fort différentes dont les plus louables ne sont pas le marketing ou la fameuse « veille d’opinion »- ce qui devrait conduire à interroger en retour les différents modèles d’utilité des outils numériques ! – on constate que c’est tout l’appareillage cognitif et critique de l’enquête qui se transforme3.

Quand Google promet 6 310 000 résultats et en fournit 561... sur un sujet hyper débattu

Si, en laissant de côté les polémiques sur la question du leadership dans l’économie de la connaissance, on peut s’enthousiasmer pour l’accès aux documents et aux données rendu possible par Google Books, on peut s’interroger sur le processus de naturalisation d’un mode de saisie de l’information, qui donne la part belle à une approche ultra empiriste du type : « nous voici face à d’immenses données, construisons des outils pour en extraire des choses !! » A vrai dire, les chercheurs en sciences humaines, qu’ils opèrent seuls ou au cœur de communautés épistémiques, ont en général une approche un peu plus construite de leurs objets ! Avoir des « données » certes, c’est important, et à cette fin on recense, on indexe, on archive, on accumule, on patrimonialise… mais la manière de poser une problématique, la construction de l’objet de l’enquête et l’invention de nouvelles trajectoires épistémiques sont tout aussi primordiales ! Or Google Books tire clairement vers une conception refroidie des données qu’il suffirait de labourer pour en tirer de nouvelles connaissances, alors même qu’il s’agit d’abord de poser des contraintes, de formuler des problèmes, de sélectionner des propriétés et d’évaluer des chemins d’enquête ! Mais ce n’est pas tout : j’ignore si nous fonçons vers un « Web des données » – d’aucuns pensant que le web 3 sera  « sémantique » ou ne sera pas4 – mais le Web est à l’évidence un nouvel espace social et politique, traversé de multiples turbulences, et de jeux de pouvoirs et d’influences pour le moins complexes si bien que les données sont au moins autant des données que des arguments ou des prises, des performances publiques ou des opérations de communication.

L’éternel retour de la théorie de l’enquête

Le point le plus important pour la branche socio-informatique des Digital Humanities, déjà pas mal développé dans des billets précédents, est celui des transformations des ressorts de l’enquête liées à l’avènement des mondes numériques. La raison en est simple : la manière dont se forment des rapprochements et des recoupements, dont se fabriquent des indices et des preuves, se valident des informations et se départagent des arguments  est au cœur des préoccupations de la sociologie contemporaine des controverses,  laquelle ne peut se contenter de cartographier les tendances du web ou de proposer des topologies des camps « en présence » sur des sites ou des blogs. Entrer par les logiques d’enquête et les procédés interprétatifs, explorer les dynamiques argumentatives des acteurs, c’est au demeurant éviter d’engendrer un partage artificiel entre de vraies humanités numériques  (« pure players ») et des humanités restées « traditionnelles », qui ne feraient qu’un usage documentaire et secondaire des outils du Web. Ce sont les allers-retours continus entre les modes de représentation et d’objectivation, leurs points d’articulation, et la manière dont ils réduisent ou étendent, selon les cas, les facultés de raisonnement et de discussion, qui sont décisifs . Qui va voir sur place comment les témoins ou les experts restituent ce qu’ils ont vu ou prélevé sur le terrain et quel type de factualité est remonté vers le Web ?  Nul doute que le monde réel et sensible existe toujours, et qu’il s’agisse d’archives numériques, de sites et de blogs, de forums et de flux d’informations, c’est dans la variation des prises sur les entités et leurs mises en relation que se fabrique une enquête qui tient la route – on l’a vu il y a déjà plus de 10 ans lors de la mise en place, à partir du croisement de corpus et d’enquêtes de terrain, de la catégorie des lanceurs d’alerte. Ainsi, pour rebondir sur la question de l’utilité des instruments liés aux DH posée par Hubert Guillaud, est-ce que ce genre d’application est à ce point inintelligible pour les non-spécialistes qui se servent aujourd’hui de cette catégorie de l’action publique sans même en connaître la genèse ? Si cet exemple est peut-être un peu trop emblématique, au-delà de la socio-informatique5, les Digital Humanities apportent déjà tout un ensemble de créations conceptuelles et méthodologiques, de nouveaux opérateurs de factualité et des modes de réarticulation des  plans ontologiques (modes d’existence), épistémiques (modes de connaissance) et axiologiques (modes d’évaluation). Et cet apport continu prend simplement sa source dans le fait que le statut du document numérique se définit en interaction avec l’ensemble des modes d’existence et de connaissance. Inutile d’ouvrir un traité d’ontologie pour voir que nos enquêtes sur corpus ne réduisent pas les centrales nucléaires, les champs d’expérimentation d’OGM, les flocages d’amiante ou les laboratoires de nanotechnologie à des nuages de mots ! N’en déplaisent aux émules de Jean Baudrillard s’il en reste, le Web ne tue pas le réel, il contribue encore à l’augmenter !

Il est réjouissant de lire que les historiens et les chercheurs en littérature ont désormais compris que les « moteurs de recherche » peuvent leur servir d’instruments de rapprochement et de recoupement, liant recherche de régularité et sérendipité. Cela témoigne de ce que nous sommes (presque) définitivement sortis du régime de défiance vis-à-vis des technologies numériques qui marquaient il y a peu des pans entiers des sciences humaines et sociales, et en un sens c’est rassurant. Mais, il s’agit au fond de redécouvrir les vertus d’une bonne théorie de l’enquête, laquelle a déjà une longue histoire. Pour le reste, il convient de faire attention à ne pas tordre le bâton dans l’autre sens au point de le briser : continuons à créer des concepts, des objets et des instruments sans rendre de compte au Web, et ne renonçons pas trop vite aux prises sur le monde sensible pour lesquelles, même lorsque l’avènement des réseaux d’objets intelligents sera bouclé, Google et ses nombreux outils inachevés resteront, souvent sinon toujours, problématiques – et en tout cas objets de saines controverses

  1. Alors que Jean-Noël Jeanneney sort début mars 2010 une édition mise à jour de son livre Quand Google défie l’Europe, Bruno Racine publie dans la foulée un pamphlet anti-Jeanneney : Google et le Nouveau Monde. La guerre entre l’ancien et le nouveau président de la Bibliothèque Nationale de France, autour du destin du projet Europeana mériterait sans aucun doute une analyse prospérienne ! []
  2. Une rencontre organisée à Beaubourg en mars 2004 était consacrée aux enjeux culturels des moteurs de recherche . Parmi les intervenants, tous assez critiques sur l’hégémonie de Google, Laurent Chemla, Marin Dacos, Eric Guichard,  Françoise Gaudet …  et votre e-serviteur. On peut réécouter les interventions et mesurer du même coup le degré d’auto-renforcement du système en moins d’une décennie… []
  3. Pas plus qu’ils n’ont attendu Google pour s’attaquer à des masses de données, les chercheurs ont développé pas mal de réflexions sur les changements intervenus, avec le monde numérique. Sur les transformations du statut de l’interprète, de l’érudit ou de l’enquêteur, je renvoie aux Journées « Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ?» (BPI – INHA, Paris, 28-29 Mars 2007) dont on trouve une archive sonore – concernant malheureusement la seule séance plénière de ces journées fort riches… []
  4. Il y a de ce point de vue une intéressante controverse avec Manuel Zacklad à propos du Web sémantique, qu’il préfère appeler socio-sémantique et auquel s’oppose l’idée de web socio-historique. Voir à ce propos la position de M. Zacklad dans Classification, thésaurus, ontologies, folksonomies: comparaisons du point de vue de la recherche ouverte d’information (ROI), Université de technologie de Troyes ; et la position ici défendue, dans le billet composé avec Josquin Debaz : Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ? []
  5. Voir la bibliographie, presque complète, des travaux menés avec Prospéro. []

7 réflexions au sujet de « Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ? »

  1. Ping : Tweets that mention Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ? | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

  2. Ping : L’observatoire du neuromancien 07/28/2010 | Cactus Acide

  3. Thierry

    c’est bizarre, j’ai l’impression d’être un peu comme cet internaute sur Youtube ou Dailymotion qui se nomme « Corentin » et qui poste toujours ce même commentaire sous les videos : « merci »

    Ce billet est très riche.

    je suis content d’avoir lu que les cartographies du web ne sont rien sans leurs contenus ni sans retour vers les acteurs et leurs énoncés originels : dans l’articulation des terrains d’enquête votre sociologie des controverses va apporter beaucoup je crois à nombre de chercheurs qui travaillent sur l’objet web…

    *En plus certains de ces cartographes se vantent de faire de la « mass anthropology », sans rien savoir de l’anthropologie évidemment (un peu énervant quand on voit qu’ils obtiennent des financements de recherche en « veille d’opinion » c-a-dire pour eux en « sociologie du web » )

    Et magnifique tacle : « nous voici face à d’immenses données, construisons des outils pour en extraire des choses !! » (ha ha ha)

    Concernant le moteur de recherche de Google, en approfondissement notre culture SEO on va découvrir qu’il « perturbe » le cadre cognitif de l’enquête, mais le cadre cognitif de l’enquêté aussi ! (muy difficil !)

    > « Mais, il s’agit au fond de redécouvrir les vertus d’une bonne théorie de l’enquête »

    Merci.

    > … »il s’agit au fond de redécouvrir les vertus d’une bonne théorie de l’enquête » .

    c’est
    merci

  4. STEF

    Salut aux valeureux redacteurs et lecteurs de ce carnet de vrais chercheurs de fond qui decrochent meme pas l ete !
    Non non ce n est pas ironique, je dis mon admiration !

    au passage ca me fait toujours bizarre de trouver des twitts dans des commentaires mais bon, je suppose que c est du renvoi d ascenseur…

    moi je voulais enchainer car en suivant les liens actives par ce billet en effet tres riche, je suis remonte a l article du denomme Johannes Angermuller cite en fait par le billet de Hubert Guillaud
    c est la :
    http://mots.revues.org/index727.html

    en fait j ai ete assez etonne par la conclusion
    elle se decompose en deux parties, l une positive, et l autre qui se subdivise en deux branches et qui semblent contredire la première partie ! Et je les trouve assez peu justes – alors que dans l ensemble il est positif sur l apport de Prospero et de ce qui l entoure.

    Angermuller ecrit :

    (1) « Si ce livre ne réalise pas toutes ses ambitions, il introduit néanmoins à un logiciel qui vise à réconcilier les approches interprétatives avec l’analyse automatique assistée par ordinateur et qui présente des solutions à plusieurs problèmes techniques pour l’analyse thématique des textes, en intégrant des fonctions de l’intelligence artificielle dans le dépouillement des textes et en créant un ensemble d’applications dont il faut souligner la variété des fins possibles. »

    (2a) « Il manque néanmoins encore un cadre conceptuel qui lierait les problèmes et les questions des sciences sociales avec le potentiel d’analyse du logiciel. »

    (2b) « Il faudra attendre la parution d’autres publications pour donner une idée de ce que peut apporter Prospéro aux sciences humaines et sociales.  »

    Sur (1) il y a le petit coup de griffe des « ambitions » pas realisees mais une conclusion positive pas de doute
    puis ca bascule

    En (2a), je suis surpris car s il y aun outil informatique en SHS dont la conception et les utilisateurs sont lies aux preoccupations generales des sciences sociales contemporaines, via la sociologie pragmatique, l argumentation et la controverse, les reseaux heterogenes et les changements d echelles des acteurs, la réflexivite et j en passe c est Prospero … Bizarre ou alors c est le lien a la theorie allemande qui fait defaut ?

    Puis sur (2b) c est un peu siderant car j ai entendu parler pour la premiere fois de Prospero avec les sombres precurseurs un bouquin qui suit deja en 1999 d autres applications …
    Curieux quand même de faire l effort de commenter longuement un ouvrage et de se gourer à ce point.
    Un avis la dessus ?
    Pour l anecdote, il y a un lien vers un site anime par Angermuller directement sur le blogroll de socioargu !
    http://www.discourseanalysis.net/

    bon c etait en vertu de ma propre theorie de l enquete !
    pace e salute
    STEF

  5. FC

    Merci Thierry et STEF
    Oui l’été est studieux -il y aura peut-être même un billet courant août sur la manière dont Prospéro et Marlowe co-écrivent actuellement un rapport de recherche sur les OGM !

    Sur la conclusion de la note de lecture de Johannes Angermüller, je l’avais relevée évidemment – ayant même esquissé un petit texte de réponse en renvoyant justement au fait que la plus grosse application, à la fois théorique et empirique, ayant eu un certain impact en sociologie contemporaine (francophone) était formée par Les Sombres précurseurs – mais il y a aussi celle de Marie-Christine Bureau sur la nouvelle question sociale, de Pascal Duret et Patrick Trabal sur le dopage etc .. je ne vais pas refaire la longue biblio établie par Josquin il y a quelques temps dans un billet que l’on trouve ici :
    http://socioargu.hypotheses.org/623

    Je pense que la revue Mots a longtemps été concentrée sur l’articulation entre analyse du discours et lexicographie politique, se trouvant d’ailleurs en concurrence avec les travaux en science po et en sociologie sur certains objets. Suffisamment en tout cas pour que ses aficionados ne s’intéressent pas pleinement aux travaux menés dans le courant pragmatique sur le front des controverses et des mobilisations, ni à l’impact des TIC sur les processus critiques. Pour preuve la manière dont Alice Krieg qui a particulièrement travaillé des objets politiques, comme « la purification ethnique », en développant dans sa thèse la notion de « formule » , concept implémenté dans Prospéro à la fin des années 1990 à partir de voies totalement différentes, n’a pas souhaité développer le dialogue en proclamant sa détestation des « machines » …
    Voir sa note de lecture sur le livre Prospéro pour la revue Sciences Humaines Voilà une brève qui en dit long n’est-ce pas – mais bon, ce n’est pas non plus la guerre, et on trouvera par exemple facilement une information montrant qu’ en 2001, Alice a été invitée pour discuter « formules » dans le séminaire Prospéro. Bon pour tout dire ce fut plutôt un monologue … ou un dialogue de sourds. En fait, tout ceci marque des façons différentes d’envisager les problèmes de frontières et de légitimités disciplinaires. Eternels nomades un peu barbares (les gens du voyage sont de nouveau « un problème » paraît-il, bon là je glisse …), nous franchissons allègrement les barrières avec nos recherches socio-informatiques, tandis que d’autres tentent de refermer ou de contrôler des domaines et des territoires ! Vieux conflit …
    Sur le fond dans l’approche des liens entre instruments et théories, il y a un certain intellectualisme qui, tournant le dos au pragmatisme, a du mal à entrer dans la démarche de développement ou co-développement des outils,a fortiori dans le fil même des enquêtes, préférant in fine une conception plus classique de l’analyse des données … mais parfois les mêmes peuvent basculer et se convertir en changeant de religion, c’est une affaire de mainstream … Les SHS seront à l’évidence indissociables des DH dans la prochaine décennie, et ça commence à se savoir … du coup, voilà une autre raison d’être vigilant : que le pragmatisme de l’enquête ne soit pas transformé en nouvelle doctrine !
    Bon été
    FC

  6. Ping : Un excellent article sur la question des humanités numériques | web-1.org

  7. Ping : Introduction aux humanités numériques - Martin Grandjean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.