Washington connections

Experts et contre-experts à Capitol Hill

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Dans le billet précédent, nous avons présenté la formation d’un répertoire de risques environnementaux en montrant comment il avait été alimenté par les différentes interactions au fil d’une enquête à Washington DC. Nous poursuivons le raisonnement à partir des jeux d’acteurs gouvernementaux (agences et instituts) et non-gouvernementaux (ONG, acteurs et médias alternatifs) qui portent ces objets de risque dans les arènes publiques aux Etats-Unis.

Dans les applications socio-informatiques, certains outils sont pour le moins incontournables. Dans le cas des alertes et des risques, la collection des organismes officiels d’expertise, intitulée ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE*, permet de suivre l’engagement des experts publics dans les controverses1.  Il en va de même de toutes les collections de noms propres invariants comme celles des personnages politiques, des pays, des villes, des événements marquants ou des sites de conflit (locaux amiantés, centrales nucléaires, régions sans OGM, parcs naturels, ou noms de  gares desservies par une ligne ferroviaire …). Concernant les militants et les associations, NGO* dans le cas américain, l’intersection des collections anglophones et francophones compte peu d’éléments. On y retrouve bien sûr de grandes figures comme Greenpeace, les Amis de la Terre (Friends of the Earth ou FoE) ou encore WWF, mais la carte des associations engagées sur le front des alertes et des risques est radicalement différente dans les cadres nord-américains et européens.

Arlington’s car-free diet: how much going car-free can change your life?

Une appréhension dynamique du corpus et des entretiens

On sait qu’il n’y a pas de correspondance évidente ou directe entre les grandes distinctions méthodologiques (ethnographie versus sociologie quantitative, entretiens qualitatifs versus analyse documentaire) et les dichotomies fondamentales forgées au cœur des joutes théoriques des sciences sociales (modèle micro ou situé versus approche macro ou globale, structure versus événement, etc.). Dans les scènes d’action ou lors des entretiens les moins directifs, les acteurs n’ont de cesse de produire des formes de totalisation ou de « monter en généralité » ; inversement, les analyses statistiques ou cartographiques font régulièrement surgir des singularités ou des localités. Si la question de l’articulation des différentes procédures empiriques avec la dimension historique des objets reste ouverte, l’entrée par les processus de transformation, en faisant changer de régime d’enquête, déplace les termes du débat épistémologique. Selon Andreas Glaeser, pour dépasser les grandes dichotomies issues des débats de l’après seconde guerre mondiale, il faut concevoir le social comme un écheveau de processus hétérogènes. 

« Le problème bien connu avec la macrothéorisation, c’est qu’elle réifie des acteurs collectifs et des états collectifs, au lieu de les considérer dans le mouvement de leur constitution processuelle, comme le produit de l’interaction entre personnes réelles, en des lieux réels et à des moments réels. Bien sûr, la possibilité est toujours ouverte que ces processus soient, d’une part, unificateurs au point de transformer les personnes en membres interchangeables de collectifs, et, d’autre part qu’ils soient si stables qu’il apparaisse légitime de les traiter, par simplification, comme des entités. De telles entités macro pourraient bien être les effets de séquences coordonnées d’action-réaction, qui se combinent les unes avec les autres et finissent par se stabiliser. Cependant, ceci nécessite d’être plus démontré que présupposé. »2

L’avantage du suivi des controverses et des conflits sur la longue durée est de remettre en histoire les entités et de regarder comment, dans chaque épreuve, elles surgissent ou s’entrechoquent, rebondissent ou se transforment. Il arrive aussi bien évidemment qu’elles disparaissent des scènes publiques, ne faisant plus que des apparitions sporadiques dans les récits et les arguments. Le fait d’entrer par les processus, saisis à la fois par les dispositifs publics, et par les points de vue d’acteurs particuliers, dans différentes localités, ne vide pas le raisonnement macro-sociologique de toute signification3. Bien au contraire : sur le terrain, les acteurs déploient les entités dans des configurations générales, en leur donnant parfois une grande portée interprétative.  Est-ce que le recours à des artefacts interprétatifs comme les collections, et leur transposition sur des cartes de liens, ne conduit pas malgré tout à une nouvelle forme de réification ?4 Est-ce qu’on ne sort pas du programme pragmatique en abusant des graphes ou des graphiques ? Prolongeant une discussion entamée dans les premiers billets de ce carnet, on peut montrer que l’usage des graphes nécessite la mise en rapport continue des cartes de liens avec au moins deux autres procédures interprétatives : il est primordial, en effet, d’examiner la nature des relations entre les entités et la manière dont ces mêmes entités sont engagées et qualifiées par les acteurs eux-mêmes, dans les textes ou dans les entretiens. Autrement dit, objectiver des liens ou des réseaux sans analyser leurs natures et leurs qualités à partir d’autres voies d’accès au matériel expose à une évidente perte de prise sociologique – risque auquel s’exposent les tentatives de cartographie automatisée des acteurs sur le web.

Dans le cas qui nous intéresse ici, des collections d’acteurs aussi homogènes que celles des agences publiques ou des ONG spécialisées en environnement, recouvrent une (déjà) longue histoire. On peut en avoir une idée en regardant les dates d’entrée en lice des entités et en relevant les épreuves marquantes qui ont forgé les positions conquises dans l’espace politico-médiatique. Les objets de risques ne prennent sens qu’en rapport avec les acteurs qui les portent. Après avoir évoqué la différence entre l’Europe et les Etats-Unis sous l’angle des dossiers qui fâchent le plus, – pour mémoire il s’agit des cinq dossiers qui ont le plus mobilisé en Europe, de l’amiante aux nanotechnologies, en passant par le nucléaire, les OGM et les ondes électromagnétiques5 -, que peut-on dire des agences et des ONG ?

L’EPA, noeud de réseaux et prototype d’agence d’expertise publique

Ouvrons la collection des agences publiques telle quelle est déployée dans le corpus « Alarms and controversies »6. Sous Prospéro, la gamme des usages des collections est très large : on peut étudier la distribution des représentants de la collection selon les auteurs ou les périodes du corpus, on peut chercher les zones de déploiement maximal dans des textes déterminés, ou encore l’usage d’énumérations7. On peut encore entrer par l’ordre temporel sous-jacent à la liste des représentants de la collection.

Enquêteur : classe chronologiquement les représentants de ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE*

Marlowe : Voici les représentants de la collection intitulée  » ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE*  » (collection) classés par ordre d’entrée en lice dans ce corpus :

National Institutes of Health (NIH) 20/ 9/1983
Environmental Protection Agency (EPA) 1/ 9/1984
Food and Drug Administration (FDA) 20/11/1984
National Academy of Sciences 20/11/1984
National Cancer Institute 20/11/1984
Center for Disease Control (CDC) 24/ 6/1988
World Health Organization (WHO) 29/ 5/1992
Animal and Plant Health Inspection Service (APHIS) 29/ 5/1992
Office of Science and Technology Policy 29/ 5/1992
National Research Council (NRC) 30/ 6/1993
Occupational Safety and Health Administration (OSHA) 30/ 6/1993
National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) 30/ 6/1993
International Agency for Research on Cancer (IARC) 30/ 6/1993
Agency for Toxic Substances and Disease Registry (ATSDR) 30/ 6/1993
U.S.Department of Health 30/ 6/1993
Consumer Product Safety Commission (CPSC) 30/ 6/1993
National Institute of Allergy and Infectious Diseases 30/ 6/1993
American Academy of Environmental Medicine 30/ 6/1993
Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) 31/12/1994
International Commission on Radiological Protection (ICRP) 31/12/1994
Food and Agriculture Organization (FAO) 31/12/1994
International Atomic Energy Agency (IAEA) 31/12/1994
UNSCEAR 31/12/1994
National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) 31/12/1994
International Office of Epizootics (OIE) 31/12/1994
International Commission for Radiation Units and Measurements 31/12/1995
EURATOM 31/12/1995
National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS) 30/ 6/1996
National Radiological Protection Board (NRPB) 31/12/1996
National Center for Health Statistics 30/ 6/1997
United Nations Environment Programme (UNEP) 30/ 6/2002
National Center for Environmental Assessment 5/12/2002
Royal Society 14/ 4/2003
Office of Science and Technology Policy (OSTP) 1/ 3/2004
National Center for Toxicological Research 1/ 3/2004
National Science Foundation (NSF) 1/ 6/2004
Food Standards Agency (FSA) 1/ 7/2004
National Institute for Standards and Technology (NIST) 1/ 7/2004
INSERM 1/ 7/2004
Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) 15/ 4/2006
European Food Safety Authority (EFSA) 15/ 5/2006
INRS 15/ 5/2006
AFSSET 15/ 5/2006
INRA 15/ 5/2006
INERIS 15/ 5/2006
American Institute of Chemical 14/12/2006
National Council on Radiation Protection 30/ 6/2007
Arctic Climate Impact Assessment (ACIA) 30/ 6/2008
National Center for Atmospheric Research 30/ 6/2008
European Environment Agency (EEA) 30/ 6/2008
National Institute for Environmental Studies 20/ 3/2009
National Center for Computational Toxicology 30/ 6/2009
National Center for Food and Agricultural Policy (NCFAP) 1/11/2009
European Medicines Agency 22/12/2009
National Institute of Technology and Evaluation (NITE) 22/12/2009
National Institute for Public Health and the Environment 26/ 4/2010
Defense Threat Reduction Agency 1/ 5/2010
World Conservation Monitoring Centre 42/ 6/2010

Dans la citation précédente, Marlowe renvoie l’ordre d’entrée en lice des éléments de la collection ORGANISMES-AGENCES-D-EXPERTISE* au sein du corpus.  Ce n’est pas l’objet de ce billet d’analyser en détail ce type de données mais, parmi les points notables, on relève que l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire est citée pour la première fois en 2006, avec toute une clique d’entités françaises… ce qui provient d’un rapport du Committee for Prevention and Precaution (Comité pour la Prévention et la Précaution) consacré aux nanotechnologies en mai 2006 et intitulé : Nanotechnologies, Nanoparticles: What Hazards – What Risks? (Paris, mai 2006)

La représentation sous forme de liste ordonnée chronologiquement tranche radicalement avec une représentation sous forme de graphe.

Carte des liens de la collection réduite au réseau de l'EPA

NB Cette carte de liens est issue de multiples aller-retour visant à rendre lisible le « plat de spaghettis » formé par les multiples entrelacements entre agences, instituts et bureaux officiels.

La carte  obtenue à partir de la collection des agences s’organise, comme on pouvait s’y attendre, autour de l’EPA8. Le réseau se déploie sous forme de cercles concentriques : un premier groupe est constitué par les  autres grandes agences publiques américaines (FDA, OSHA, NIOSH, NRC …), un deuxième cercle renvoie à des instances plus généralistes et/ou au niveau mondial, et un troisième à des organismes spécialisés en toxicologie ainsi qu’à d’autres liens plus spécifiques. Si la carte renvoie bien à l’idée d’un modèle distribué de l’expertise, on voit qu’il y a des points de passage obligés.

A Green constellation in the US

En faisant la même opération sur la collection des ONG, on obtient une carte moins dense montrant à la fois la force des grandes ONG internationales (Amis de la Terre, Greenpeace, WWF) et la présence de groupes moins connus en Europe (Natural Ressources Defense Council, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety9, Beyond Pesticides, Clean Water Action, …).

« The Green constellation in the US » : la carte des ONG extraites du corpus

L’Environmental Working Group (EWG) qui apparaissait à distance comme un des acteurs clés de la critique sanitaire et environnement — parce que fortement investi dans le champ de l’information et régulièrement repris par des médias alternatifs comme alternet, mais aussi le Washington Post –, se révèle beaucoup plus dissocié dans le réseau des ONG qui portent les alertes et les controverses. Sur le terrain, ce sont les enquêteurs qui ont introduit la référence à ce groupe dans les entretiens10, par contre, le NRDC a été cité systématiquement par tous nos interlocuteurs. De fait le NRDC apparaît plus central. Les membres du NRDC interviewés soulignent la capacité relativement faible de l’EWG en terme de production propre d’études scientifiques. Toutefois ses experts compilent de nombreuses études et se livrent à des analyses secondaires de rapports et d’avis.  L’EWG est décrit comme un groupe qui joue avant tout sur l’espace médiatique.

La lecture de la carte pose aussi la question de l’interpénétration des réseaux canadiens, états-uniens et européens : on peut sans doute y lire un effet régional. Si l’on retourne au corpus, on observe ainsi que sur 34 documents dans lesquels figure Greenpeace, 21 contiennent aussi l’Europe; sur les 55 textes se référant à EWG, 7 sont liés à l’Europe ; quant au NRDC, sur 30 documents, 5 se réfèrent à la situation européenne. Par contre, la connexion est évidemment très forte entre Washington DC et EWG, tout en étant quasiment nulle avec Greenpeace 11.

Rendre intelligible la nature des liens

Ces cartes de liens n’indiquent pas la nature des relations tissées entre les nœuds du réseau. L’acteur qui semble le plus aux prises (« at odds ») avec l’EPA est, si l’on en croit les structures de Prospéro, l’Environmental Working Group, groupe qui, on l’a vu, en dépit de son intense activité médiatique n’occupe pas une place centrale dans la carte des ONG. Regardons plus précisément de quoi il retourne en ouvrant deux types de « fenêtres » sur le matériel. D’une part, une classe de formules permettant de visualiser les relations entre des classes d’objets comme les collections ; d’autre part, en retournant au cœur des entretiens.

Formules cherchant les types d’épreuves entre les entités appartenant à deux collections – ici les agences d’un côté de l’autre les ONG et réciproquement.

L’analyse, qui évoque un modèle actantiel, montre une forte confrontation entre EWG et EPA. Si l’agence est centrale dans sa carte de référence, l’ONG est  nettement plus détachée dans la sienne. La structure des relations entre EWG et EPA prend la forme d’une relation d’ordre : le groupe exerce une pression continue sur l’agence fédérale. Celle-ci est tenue légalement de répondre aux questions,  ce qui permet à la relation de perdurer, et de temps en temps, de voir surgir des formules comme « EWG applauds X » comme dans « EWG applauds the committee for its dedicated work on toxic chemicals policy reform » !12

Dans les entretiens, dont on a peine esquissé la retranscription et l’analyse, on peut retrouver de multiples séquences concernant les relations entre les différents acteurs visualisés plus haut. On peut commencer par la manière dont un(e) expert(e) du NRDC décrit le travail de mise en discussion des avis de l’EPA :

NRDC1- A lot of the work that we do, which is not so high profile, is […] in the area of risk assessment. So we actually review a lot of the technical analyses of key chemicals and we comment on the governement’s approach […] and they are required by law to respond to our comments. If we don’t like what they do, many times, we can sue them for not being able to protect human health … so we have quite a speciality actually in the details of risk assessment, and very often, one of the problems is in how they have evaluated childhood exposure and childhood susceptibility […] and we submit all of the details to EPA or to FDA, and then we reach out in doing blogs or in doing a press release, or whatever, and then the point we’ll make about what the problem is, is the point about children because that’s something that everybody understands […] and really nobody can name more than about twelve chemicals! (An expert seen at NRDC headquarter, in charge of health and Environment Issues, Washington DC, 29th September 2010 ; 34’-37’)

Outre la présentation du travail de contre-expertise comme un investissement cognitif des détails visant la quête de prise sur les dispositifs a priori peu accessibles, on note la manière dont le chaînage narratif conduit vers la figure de la protection des enfants, dont on sait par ailleurs, qu’ils sont des leviers considérables pour le succès d’une alerte sanitaire.  On l’a vu depuis 2009  autour de la question du Bisphénol A, qui a ressurgi largement  par l’intermédiaire des biberons.

Dans l’extrait suivant, il s’agit surtout d’une opération de comparaison, suscitée par l’enquêteur, entre les méthodes du NRDC et celles de l’EWG :

Q – Maybe this question is not correct but what is the relation between your work, just to be sure we see the difference, and the work developed by a group like Environmental Working Group ? Because at a distance, through the websites, we see toxic, environmental health, media, problems with EPA, so… at a distance it seems to be the same but I think that it’s not the case.

NRDC1 – Yah … there is only … Environmental Working Group is one of the big groups working on toxics. The biggest difference between us is that they really go for the big reports and so to the big public education and press, so they make the splash, this is the big deal, but they don’t file lawsuits, they don’t file technical comments.  Here, we can go to the implementation details, so they are very good at producing broad elements for press, but here we have scientists and lawyers with, you know, a very implementation focused and they are more exposition focused than we are … but all groups working on toxics in Washington collaborate, I mean … I guess we are competitors in some ways for funding and for membership but we collaborate in the most ways, and we have overhatching an organization called the “green group”, and they meet regularly […] and they coordinate what are the biggest missions for the year […], it’s not to say that’s always easy but there is a structure for that and for the most part there is a very well functionning collaboration… and the industry is ten thousands bigger so we must work together … and each group has something like a  speciality to deal with, and so everybody is doing their own stuff best. The different groups work on different chemicals, a lot of times work on just specific aspects. One would be in the science, one would be in media, one would be doing the lobbying in Capitol Hill … so it’s not too bad in terms of collaboration… (An expert seen at NRDC headquarter, loc. cit. 39’-43’)

Le démarquage entre les deux groupes est établi par référence à la profondeur du travail de contre-expertise : dans un cas, il s’agit de réagir à des avis et des rapports publics en lançant des opérations critiques dans l’espace médiatique ; dans l’autre de plonger dans les détails des dispositifs de preuve et de s’en servir pour faire pression sur les agences, avec à la clé le recours à des actions légales, lesquelles contribuent à la réputation du groupe. On note que la référence au lobbying est placée en homologue du travail avec les médias ou de l’expertise scientifique, le « pragmatisme » qu’ils revendiquent se retrouvant chez d’autres groupes. C’est le cas par exemple du Environmental Defense Fund qui développe de multiples partenariats en défendant la nécessité de collaboration entre les industries, les agences et les ONG. Le « pragmatisme » produit ainsi une zone grise régulièrement dénoncée par des acteurs plus radicaux.

Rendre intelligible une pollution visible : une épreuve contrastive

Au-delà des éléments de contenu, ces différentes opérations de prise d’information illustrent la manière d’intégrer les outils dans la démarche d’enquête. L’interprétation ne peut que bénéficier d’une navigation continue entre l’exploration du ou des corpus et l’analyse des entretiens. Il importe en tout cas de ne pas s’en tenir à une seule forme de raisonnement et de représentation des matériaux traités, et de faire varier au maximum les modalités d’accès et de recoupement. Aucun algorithme, aucun artefact, aucune lecture univoque ne peut assurer une prise solide sur un dossier. L’usage des cartes de liens, la production de tableaux ou l’exposition de fragments narratifs ou argumentatifs (verbatim) doivent se plier à cette simple injonction : enrichir au maximum la compréhension de l’objet et poursuivre inlassablement sa construction à travers les outils.

  1. L’avantage de cette collection est d’être facilement transposable d’une aire linguistique à l’autre, en demandant peu de modifications. A ce propos, une des limites de Prospéro I est l’impossibilité d’insérer simplement les êtres-fictifs dans les collections, ce qui contraint à y inclure la série complète des variations graphiques, par exemple : OMS, WHO, Organisation Mondiale de la Santé, Organisation mondiale de la santé, etc. Dans Prospéro II, on introduira directement OMS@ []
  2. Andreas Glaeser, « An Ontology for the Ethnographic Analysis of Social Processes : Extending the Extended-Case Method », Social Analysis, Volume 49, Number 3, Winter 2005 , pp. 16-45(30), traduit dans Daniel Cefaï (dir.), L’engagement ethnographique, p. 239-272 ici 256. []
  3. Dodier Nicolas, Baszanger Isabelle, « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique », Revue française de sociologie, XXXVIII, 1997, pp. 37-66. []
  4. Jack Goody, La raison graphique, Paris, Minuit, 1979. []
  5. Bel exemple s’il en est d’énumération des éléments d’une collection … []
  6. Sur la constitution de ce corpus voir le billet précédent Lost in Arlington []
  7. On peut aller jusqu’à exiger qu’une collection ne soit valide qu’à condition de donner lieu à un minimum d’énumérations dans les textes []
  8. Sur l’histoire de l’EPA et de la régulation des risques aux Etats-Unis, voir les ouvrages pionniers de Sheila Jasanoff with R. Brickman and T. Ilgen: Controlling Chemicals: The Politics of Regulation in Europe and the U.S., Ithaca, NY: Cornell University Press, 1985 ; Risk Management and Political Culture, New York: Russell Sage Foundation, 1986. []
  9. En essayant de porter l’alerte et la critique sur le dossier des OGM, ce groupe se distingue assez fortement des autres entités investies sur l’environnement pour lesquels les GM ou GE ne sont pas des objets pertinents de mobilisation. Il y a très certainement un effet de construction puisque le corpus préalable à l’enquête était marqué par les travaux en cours sur le dossier des OGM et d’une façon certaine nous avons projeté la situation française et européenne sur un corpus américano-américain. []
  10. Les tentatives répétées pour approcher l’EWG afin de réaliser un entretien ont toutes échoué… []
  11. La seule référence se trouve dans la bibliographie d’un texte de 1994, The Database of Known Hazardous Waste Exports from OECD to Non-OECD Countries. []
  12. Environmental Working Group, « EWG’s Ken Cook Testifies On House Bill to Reform Chemicals Law », 29/07/2010. []

2 réflexions au sujet de « Washington connections »

  1. Ping : De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens | Socio-informatique et argumentation

  2. Ping : Using speech acts formulas to describe the narrative structure of affaires | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.