Archives mensuelles : septembre 2013

De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le surgissement de nouveaux acteurs, dotés d’expériences, de savoirs et d’outils inédits, est un des éléments les plus marquants de la dynamique des controverses sanitaires et environnementales. On voit ainsi apparaître de nouvelles formes de surveillance et de contre-expertise en provenance d’acteurs extérieurs aux institutions et aux industriels. En même temps, comme on a pu l’observer sur le terrain des faibles doses1, les problématiques parties de milieux savants ont souvent du mal à être déconfinées : si la question des faibles doses a franchi un seuil de visibilité publique, avec la répétition des controverses métrologiques autour des seuils ou des valeurs limites d’exposition, et surtout avec la montée en puissance des perturbateurs endocriniens, les publics qui s’en sont saisis sont relativement réduits, renvoyant d’abord aux cercles militants dotés d’une capacité de contre-expertise2. Mais les choses évoluent par une tout autre voie : celle des mesures effectuées directement par des collectifs déployés en monde ouvert et utilisant de nouvelles technologies portables, qui prennent progressivement la forme de réseaux de capteurs-citoyens.

inline-cgg-smogtasting_NN

Smog Tasting uses egg foams to harvest air pollution. Smog from different locations can be tasted and compared.

L’organisation de scènes de discussion critique autour de données d’enquête par des publics a été qualifiée de « data judo »3. Cela dit, entre mettre en discussion des données et les produire, il y a souvent plus qu’un pas. Le modèle dominant reste celui de la contre-expertise portée par des acteurs spécialisés œuvrant au nom des citoyens : c’est le cas d’associations de type ACRO, CRIIRAD, CRIGEN ou CRIIREM en France, ou aux États-Unis NDRC, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety, Beyond Pesticides, Clean Water Action, pour ne citer que ceux que l’on a pu étudier sur place

Dans quelle mesure l’organisation de « veilles citoyennes » ou de « collectifs vigilants » peut-elle modifier le design et l’usage des instruments ? Les citoyens ordinaires sont-ils capables d’entrer dans la boucle de production et de discussion des données ? C’est ce que pensent  Laurence Allard et Olivier Blondeau :

« Le Labo Citoyen, laboratoire d’innovation et d’expérimentation de plein air, se situe dans la perspective non pas du consommateur capté et moins encore du consommateur instrumentalisé par des « objets intelligents », que celle du citoyen capteur, qui participe à la construction d’une intelligence collective instrumentée par ces objets sensibles et communicants. Il propose de forger des outils, des prototypes, des dispositifs de visualisation, des méthodologies visant à conférer une « capacité active » aux citoyens pour interpréter leur environnement, le capter et  le mesurer et in fine agir sur lui. Le Labo Citoyen se propose ainsi d’accompagner les citoyens, les collectivités, entrepreneurs, décideurs politiques et associatifs dans la culture de la mesure, de la donnée environnementale afin de ne pas céder à une sorte de « panique métrique », qui nous conduit bien souvent à préférer ne savoir ou à déléguer à des machines la gestion de notre quotidien. »4

Après l’affirmation des capacités de prise d’information et de mise en discussion des citoyens dans les procédures de débat public ou les conférences de citoyens, voici le temps des citoyens métrologistes ou métrologues. De multiples sites et collectifs témoignent de l’organisation de mesures alternatives. Mais observe-t-on réellement une rupture avec le modèle de la contre-expertise déléguée à des ONG ? Continuer la lecture

  1. Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas, « L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques », SocioInformatique et Argumentation, 9 février 2012. []
  2. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences et Sociétés, 2013. []
  3. Rachel Morello-Frosch, Julia Green Brody, Phil Brown, Rebecca Gasior Altman, Ruthann A Rudel and Carla Pérez, « Toxic ignorance and right-to-know in biomonitoring results communication: a survey of scientists and study participants », Environmental Health 2009, 8:6. []
  4. Laurence Allard et Olivier Blondeau, Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale, http://www.citoyenscapteurs.net/ 9 avril 2013 []