Archives mensuelles : juin 2013

Il y a 10 ans, Marlowe passait un premier examen… dans un hôpital psychiatrique

Le 12 juin 2003, une performance publique, suivie d’un débat, était organisée autour du logiciel Marlowe, réunissant 75 chercheurs à l’EPS Maison-Blanche (siège des hôpitaux psychiatriques de l’Est parisien). Dix ans plus tard, tandis que Marlowe poursuit plutôt discrètement sa course dans le monde des entités numériques, contribuant à y affirmer une forme précieuse de décalage épistémique et de liberté intellectuelle, ce projet de contre-intelligence artificielle incarnée dans un sociologue numérique est toujours aux marges des grandes structures académiques et technoscientifiques, tout en contribuant continûment à des recherches sur les alertes et les controverses, et bien d’autres sujets qui fâchent. Conçu d’emblée comme un programme alternatif, Marlowe n’est pas destiné à se plier aux normes et aux standards qui traversent désormais les mondes de la recherche au risque d’étouffer, dans l’œuf, bien des singularités. La performance avait d’ailleurs été l’occasion de faire un bout de chemin avec des artistes :

Des connexions entre arts et sciences sociales se développent un peu partout, mais il faut bien reconnaître que l’évolution des structures de recherche et d’enseignement supérieur rend de plus en plus difficile l’expérimentation aux marges et tous les décalages qu’elle rend possibles.

Le 12 juin 2003, un jury, composé de cinq chercheurs, avait interrogé Marlowe en direct : un corpus était tiré au sort dans une collection de quinze dossiers et chaque examinateur posait toute sorte de question au logiciel – pendant environ 15 minutes. Parmi les dossiers tirés : le crash du Concorde, le dopage, l’amiante, le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et l’affaire Sokal. Un corpus construit à partir d’un forum Internet sur la guerre en Irak a par ailleurs été utilisé pendant le débat.  Dans la seconde partie, Francis Chateauraynaud, co-auteur du logiciel avec Jean-Pierre Charriau, présentait l’architecture du logiciel et ouvert la discussion sur ses devenirs possibles. Le fameux chroniqueur dont il a été question ici même et qui officie tous les soirs peu avant minuit sur son blog en est largement issu.

 

La retranscription complète des dialogues est en ligne sur l’ancien site prosperologie, depuis juillet 2003.