Archives mensuelles : février 2012

Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies

Sébastien Buisine

post-doctorant, associé au GSPR

 

Du récit de vie au journal intime en passant par le roman autobiographique ; des Confessions de Jean-Jacques Rousseau (1782) à Destroy de Johnny Halliday (2003) édité en trois volumes, l’autobiographie représente une production littéraire incomparable dans la diversité de ses styles et de ses auteurs. Aujourd’hui, la plupart des personnages publics issus de la sphère politique, du monde de l’entreprise ou du showbiz nous font part de leurs souvenirs d’enfance et du déroulement de leurs carrières professionnelles qui les ont faits connaître. Ces derniers n’hésitent plus à livrer les moments forts de leur propre histoire et ce, dans ce qu’elle a de plus personnelle. A en croire le tirage important de ces publications1, le grand public se passionne pour ces récits de vie. L’univers du sport, notamment celui du cyclisme, n’est pas épargné par l’engouement suscité autour de cette littérature. En effet, le succès et l’abondance des biographies de coureurs cyclistes attestent de l’intérêt du profane ou du fin-connaisseur à vouloir les découvrir autrement que sur un vélo. Ce faisant, la valeur heuristique de ces témoignages publics contraint le chercheur à une réflexion méthodologique quant à leurs utilisations pour étudier un milieu social ou une profession.

Cette réflexion s’intègre dans un travail plus large qui consiste à saisir les exigences de l’activité professionnelle du coureur cycliste à travers celles que les sportifs acceptent de rendre publiques2. La restitution d’une vie ou d’une carrière sportive est susceptible de varier suivant les conditions de production du récit. Pour cela, nous avons recensé plusieurs sources à travers lesquelles se manifestent « ces histoires » marquées par des traits argumentatifs et par des régimes discursifs. Dans un souci d’ouvrir cet espace de variation, nous ne pouvions pas faire l’économie d’une analyse des autobiographies de ces sportifs. De quelle manière un corpus d’autobiographies peut-il être mobilisé dans une analyse sociologique ? Peut-on les utiliser au même titre que les entretiens, afin de comprendre un univers social ? Enfin, quelle place doit-on accorder aux conditions de production, d’énonciation et de publicisation des ouvrages que l’on veut analyser ?

Carte postale publicitaire Les vieilles gloires du cycle

Continuer la lecture

  1. Par exemple, les mémoires de Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, sorties en 2009 ont été publiées à plus 350 000 exemplaires. (Sources : Paris-Match, novembre 2011). []
  2. Voir S. Buisine, « Faire le métier » de cycliste : une sociologie pragmatique du travail dans le domaine sportif , Thèse en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2009 []

L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO – IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l’ANR, s’est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l’impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires …), jusqu’à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu’elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

Continuer la lecture

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n’a cessé de s’affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l’agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l’AFSSA (1998) et l’AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l’ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l’environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu’en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d’alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires … L’histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l’heure des bilans réflexifs comme l’a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website