Archives mensuelles : janvier 2012

Jalons pour une étude (con)textuelle du web

Guillaume Ollivier, INRA

Des billets précédents, consacrés par exemple à l’Hypothesosphère et à la temporalité du web, se sont tournés vers le domaine très actif de l’analyse du web – la sociologie du web ayant depuis longtemps constitué à la fois une limite et un horizon pour la sociologie pragmatique des controverses1. Comme il existe un intérêt aujourd’hui à faire converger l’analyse relationnelle du web, appelée webométrie, avec la sociologie argumentative, je propose ici de présenter la manière dont ces domaines méthodologiques peuvent se combiner.

Après un tour d’horizon des différentes approches théoriques organisant la webométrie, je présente quelques outils disponibles actuellement. Je conclus sur les logiques d’enquête pouvant se construire dans une perspective de sociologie de l’argumentation au travers d’un exemple d’étude : celui de l’agroécologie en France.

La webométrie, ou cybermétrie, émerge depuis le milieu des années 1990 en suivant le développement du web lui-même selon plusieurs influences (Rogers, 2010 ; Thelwall, 2006), que nous présentons de manière historique.

I. Théories et concepts pour l’étude du web

A.Théorisation de l’hypertexte

Une mise à jour du Memex de Vannevar Bush, la machine analogique qui met du lien entre les documents. (Source Metaphortean Space blog)

Continuer la lecture

  1. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?, SocioInformatique et Argumentation nov 2009 []

L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail

Pour les milieux de l’Intelligence Artificielle (IA), l’année 2012 sera celle des célébrations, toutes motivées par le 100e anniversaire de la naissance d’Alan Turing, grande figure de la théorie informatique et dont les thèses fondatrices sont au cœur des réflexions et des controverses qui traversent la philosophie computationnelle1.  Dans la communauté internationale des chercheurs et développeurs, les événements sont coordonnés par The Turing Centenary Advisory Committee.

La fascination opérée par les idées visionnaires de Turing n’est pas d’aujourd’hui.  Si l’émergence du Web a un temps évincé quelque peu la figure de ce père fondateur, disparu fort jeune, depuis plusieurs années, des concours de chatbot jusqu’au prestigieux prix Turing , les occasions de célébration de la pensée mais aussi de l’homme Turing se sont multipliées. Le développement du projet Marlowe à la fin des années 1990 a évidemment croisé à maintes reprises des démarches inspirées par les écrits et la personnalité de Turing, notamment le fabuleux travail théâtral dirigé par Jean-François Peyret monté en 1999 à Bobigny sous le titre Turing-Machine et dans lequel sont parcourues de multiples variations autour du dialogue, mais aussi du conflit, entre l’homme et la machine. Cette année, après un repli en laboratoire et une atténuation sensible de sa visibilité publique (la dernière grande « sortie » fut l’intervention à l’occasion de l’élection présidentielle du printemps 2007), Marlowe amorce une sorte de retour, quelque peu freiné ces derniers temps par la concentration des efforts de développement sur le logiciel Prospéro II dont dépend fortement son avenir. Ce retour intervient à la fois dans le cadre de transformations du processus de redéploiement des outils socio-informatiques et dans un nouveau contexte politique, mais aussi à la faveur du bouillonnement d’idées et de projets que l’IA continue de produire. C’est pourquoi, sur une initiative de Jean Sallantin, Marlowe devrait participer à un dispositif scénographique, dont les ressorts seront fixés avant l’été, présenté en collaboration au grand congrès d’intelligence artificielle qui se tiendra à Montpellier du 25 au 31 août 2012.

Continuer la lecture

  1. Pour une biographie de Turing voir Jean Lassègue, Turing, Belles Lettres, 2003. On consultera également le site de l’espace Turing. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website