Archives mensuelles : décembre 2011

L’affaire des gaz de schiste. Anatomie d’une mobilisation fulgurante

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz avec la collaboration de Pierrick Cézanne-Bert1

Il y a un an, fin décembre 2010, le dossier des « gaz de schiste » n’était pas encore constitué en conflit politique, du moins en Europe, et seuls quelques observateurs attentifs, des sentinelles concernées par les enjeux environnementaux avaient vu venir un processus critique de grande ampleur2. Il suffisait pourtant de regarder outre-Atlantique pour constater que la querelle était déjà bien lancée au Canada et aux États-Unis3. Si ce dossier est tombé dans les filets de nos agents socio-informatiques via un module de Tiresias consacré aux fils santé-environnement, notamment  à travers un article publié sur le site notre-planete.info le 17 décembre 20104, nous avions entendu parler de la fracturation hydraulique (« fracking ») par des interlocuteurs rencontrés au cours d’une enquête menée à Washington DC au début de l’automne 20105. Nous avions hésité à intégrer précocement ce nouveau dossier, pourtant qualifié d’« explosif » par nos interlocuteurs américains, dans une collection de corpus déjà bien chargée, faute de signaux équivalents dans les milieux d’experts français. Des contacts bien informés nous avaient pourtant avertis de l’ampleur du phénomène :

There is an emerging movement right now, that’s happening right now […] the short word is fracking. Did you know this word fracking? It’s gonna be huge! It’s hydraulic fracturing, how you get oil out of shale rock under the ground. You put chemicals and then you put a charge and you explode the all thing and then you suck the oil out of the ground, but you also suck all the chemicals in the water and it’s a mess and they’re doing this all over the US. And citizens have finally […] under exposures to endocrine disruptors and these chemicals […] because many people […] much of it happen in rural areas where people drink water from wells […] this is the issues from environmental justice and from toxic exposures is now finding so quickly under their website … 6

Depuis, le dossier de la fracturation hydraulique7 a fait beaucoup de chemin comme l’atteste encore un article récent du réseau alternet.org. Avec Fukushima, le dossier des gaz de schiste constitue à n’en pas douter un des éléments les plus marquants de l’histoire environnementale de l’année 2011.

Un des points de basculement du dossier est formé par la diffusion massive, dès 2010 outre-Atlantique, du documentaire Gasland écrit et réalisé par Josh Fox, qui met en scène sa propre enquête sur l ‘exploitation de la formation rocheuse de Marcellus (qui mène de la Pennsylvanie à l’Ohio en passant par L’Etat de New York). Ce film, dont on trouve différentes versions sur la toile, atteint un large public en Europe au printemps 2011, et contribue à transformer l’exploitation des gaz de schiste en nouveau front environnemental majeur du XXIème siècle. A y regarder de plus près de multiples acteurs se sont déjà saisis du dossier, comme par exemple l’Association Québecoise de Lutte contre la Pollution (AQLPA) qui, en septembre 2009, demande au Gouvernement du Québec d’informer la population sur la problématique des gaz de schiste et de répondre à toute une série de questions concernant « l’environnement, la santé et la sécurité des Québécoises et Québécois »8.  Rapidement transformé en dossier transnational, propre à redéfinir les relations déjà fort complexes entre énergie et environnement, le cas des gaz de schiste a ainsi donné lieu à la construction d’un double corpus – francophone et anglophone. Ces derniers temps le dossier est quelque peu retombé, ce qui permet de faire un premier point et d’organiser les éléments du suivi de long terme de cette cause qui devrait connaître de multiples rebondissements dans les prochaines années, avec des trajectoires fort différentes selon les pays concernés9.


Gaz de schiste: Wo! film appelant à voter pour la pétition « Exploration et exploitation du gaz de schiste », 118933 signataires

Continuer la lecture

  1. Ce billet suit la séance du séminaire « Controverses environnementales et anthropologies de la nature » qui a eu lieu à l’EHESS, dans l’antenne de la Vieille Charité à Marseille le 25 novembre 2011. []
  2. Voir en particulier « CAP21 demande un moratoire européen sur l’exploration/exploitation des gaz non conventionnels », 7 décembre 2010. []
  3. Voir « N.Y. Senate Approves Fracking Moratorium », New York Times, 4 août 2010. []
  4. « Gaz de schiste : une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement », notre-planete.info, 17 décembre 2010 []
  5. Voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Washington connections, 29 octobre 2010. []
  6. Une spécialiste des études de science dans le champ santé environnement, Virginia Tech University, septembre 2010. []
  7. Notons que le choix de traduction de shale gas par gaz de schiste n’allait pas de soi et qu’il a donné lieu à des discussions. Ce qui est sûr c’est que le gaz extrait des roches est du gaz naturel, et que ce qui est « non conventionnel » c’est le procédé utilisé pour l’extraire du fait de son encastrement dans la roche-mère. Du coup le nom correct du dossier devrait être « fracturation hydraulique », ce dont témoigne le corpus anglophone étudié dans lequel le terme « fracking » réalise un meilleur score que l’Etre-Fictif, supposé équivalent du français, SHALE-GAS@ … []
  8. AQLPA, « Questions de l’AQLPA au Gouvernement du Québec au sujet de l’exploitation du gaz de schiste », Montréal, 28 septembre 2009 []
  9. Pour un cadre d’analyse transposable des trajectoires comparées de différentes causes, voir F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris Pétra, 2011. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Le procès Eternit à Turin

L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire

Federico Ferretti (GSPR)

Ce billet existe aussi en version italienne :   Il processo Eternit à Torino. L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario.

Nous voici parvenus jusqu’aux derniers chapitres d’un procès, qualifié de « plus important jusqu’ici en Europe en ce qui concerne l’environnement et la santé »1. Voilà qui est en effet assez inédit : on y  voit deux milliardaires, le magnat suisse Stéphane Schmidheiny et le baron belge Louis Ghislain de Cartier, opposés à quelques 6.000 parties civiles, représentant environ 3.000 victimes de l’amiante dans les établissements italiens de la multinationale Eternit, à Rubiera, Bagnoli et Casale Monferrato. Cette dernière commune, située près de Turin, est sans doute la plus touchée, le coût humain de cette industrie y étant estimé à environ 1.500 morts (à ce jour) sur une population actuelle d’environ 35.000 personnes. Après les dernières plaidoiries des avocats de la défense, prononcées le 21 novembre, le président du Tribunal, Giuseppe Casalbore, a ajourné le procès au 13 février : « à partir de cette date, où l’on achèvera toutes les formalités, la sentence pourra être prononcée. »2

 Dans ce billet, nous proposons d’aborder, du point de vue de la sociologie pragmatique des controverses et de ses outils socio-informatiques, les arguments et les rapports de force déployés par les différents acteurs du procès, ainsi que leurs répercussions possibles sur les arènes publiques françaises. Quels sont les enjeux de cette épreuve judiciaire ? Quelle est l’attitude de la presse francophone vis-à-vis de ce procès ? Les éléments de réponse qui suivent s’appuient sur l’analyse d’un corpus issu de la presse quotidienne de janvier 2009 à octobre 2011. Il a été recueilli sur les supports de Factiva et d’Europresse. Ce corpus a été comparé, à l’aide des logiciels Prospéro et Marlowe, au corpus italophone correspondant, ainsi qu’au corpus plus général Amiante 2011, construit pour la base de données de l’Observatoire informatisé de veille sociologique du GSPR.

L’amiante fut l’un des premiers dossiers « sérieux » sur lesquels ont été testés les outils principaux de Prospéro3 et, en même temps, ce dossier est l’un des premiers cas d’étude traité par la « sociologie pragmatique de l’alerte et du risque »4. L’amiante est par ailleurs un cas emblématique de la sociologie des problèmes publics5 et de l’étude des controverses : nous parlons ici de « controverse » parce que le parcours collectif qui a porté à une reconnaissance publique des dangers de ce matériel a été long et contrasté, et curieusement, ne fait pas encore l’unanimité. Cette histoire trouve  un prolongement dans le procès turinois, qui concerne toute la période où Eternit Italie a produit de l’amiante dans la Péninsule, de 1951 jusqu’à sa faillite en 1986. Il vaut donc la peine d’y regarder de plus près.

Le caractère public, politique et social de cette controverse a été accentué dès les débuts du procès, par la forte mobilisation populaire qui a porté à l’ouverture du dossier juridique, après des actions de dénonciations dont le point de départ remonte à l’année 1976, avec une action revendicative « ciblant l’assurance maladie (l’Inail) et l’usine de Casale Monferrato. »6 Une mobilisation populaire a par ailleurs accompagné les différentes phases du procès depuis le jour de son ouverture en décembre 2009. La première séance a vu en effet, devant le tribunal, la manifestation des parents des victimes et des syndicats « de base » italiens, avec la participation de délégations de victimes de plusieurs pays dont la France et la Suisse.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 Mars 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 Novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Voir Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 Décembre 2009. []

Il processo Eternit à Torino

L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario

Federico Ferretti (GSPR)

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : Le procès Eternit à Turin. L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire.

Siamo agli ultimi capitoli di un processo, definito “il più importante celebrato finora in Europa riguardo l’ambiente e la salute.”1  Un aspetto abbastanza inedito è il fatto di trovare due miliardari, il magnate svizzero Stéphane Schmidheiny e il barone belga Louis Ghislain de Cartier, opposti a più di 6.000 parti civili, rappresentanti le oltre 3.000 vittime dell’amianto negli stabilimenti italiani della multinazionale Eternit, a Rubiera, Bagnoli e Casale Monferrato. Quest’ultimo comune è di gran lunga il più toccato, visto che il costo umano di questo impianto vi è stimato finora a circa 1.500 morti su una popolazione attuale di circa 35.000 persone. Dopo le ultime repliche degli avvocati della difesa, pronunciate il 21 novembre, il presidente del tribunale Giuseppe Casalbore ha aggiornato il processo al 13 febbraio: “a partire da quella data, quando termineranno tutte le procedure, la sentenza potrà essere pronunciata.”2

In questo biglietto ci proponiamo di affrontare, dal punto di vista della sociologia pragmatica delle controversie e dei suoi strumenti informatici, gli argomenti e i rapporti di forza dispiegati dai vari attori del processo, e in particolare le loro ripercussioni possibili sulle arene pubbliche francesi. Quali sono le poste in gioco di questa vicenda giudiziaria? Qual è l’atteggiamento della stampa francofona riguardo al processo? Gli elementi di risposta che seguono si appoggiano sull’analisi di un corpus di articoli comparsi sulla stampa quotidiana da gennaio 2009 a ottobre 2011, raccolti tramite le banche dati Factiva e Europresse. Tale corpus è stato confrontato, grazie ai programmi Prospéro e Marlowe, al corrispondente corpus italofono, nonché al corpus più generale Amiante 2011, costruito per la base di dati dell’Observatoire informatisé de veille sociologique del laboratorio GSPR.

L’amianto è stato uno dei primi grandi dossier sui quali sono stati testati gli strumenti principali di Prospéro3 e, allo stesso tempo, questo dossier è uno dei primi casi di studio portati a sostegno di una “sociologia pragmatica dell’allerta e del rischio.”4 L’amianto è peraltro un caso emblematico della sociologia dei problemi pubblici5 e dello studio delle controversie, dato che il percorso collettivo che ha portato a un riconoscimento pubblico dei rischi di questo materiale è stato lungo e contrastato, e singolarmente non raggiunge ancora l’unanimità. Questa storia ha un seguito nel processo torinese, che riguarda tutto il periodo in cui Eternit ha prodotto dell’amianto nella Penisola, dal 1951 al suo fallimento nel 1986. Vale dunque la pena soffermarci su questa vicenda.

Il carattere pubblico, politico e sociale della controversia è stato accentuato fin dall’inizio del processo dalla forte mobilitazione popolare che ha portato all’apertura del dossier giudiziario, dopo azioni di denuncia il cui punto di partenza risale al 1976, con una azione rivendicativa “rivolta all’Inail e alla fabbrica di Casale.”6 Una mobilitazione che ha peraltro accompagnato le diverse fasi del processo dal giorno della sua apertura in dicembre 2009. La prima udienza ha visto in effetti, davanti al tribunale, la manifestazione dei parenti delle vittime e dei sindacati di base italiani, con la partecipazione delle associazioni delle vittime di diversi Paesi, come la Francia e la Svizzera.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 marzo 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 dicembre 2009. []