Archives mensuelles : mai 2011

Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (Ière partie)

Francis Chateauraynaud

 

Dans la dernière livraison, très documentée, des Cahiers de Global Chance (n°29 – avril 2011) intitulée Nucléaire : le déclin de l’empire Français, Benjamin Dessus et ses complices, Bernard Laponche et Yves Marignac, restituent un imposant travail d’analyse fondé sur les meilleures données disponibles relatives à l’énergie nucléaire dans le monde. Dès les premières lignes de l’introduction, les auteurs ne peuvent éviter une opération métadiscursive prenant en compte la rupture intervenue entre la période de préparation du volume et le contexte de sa publication :

Il y a quelques semaines, en préparant ce numéro nous écrivions : ‘Et si derrière le discours officiel de l’’irrésistible renaissance du nucléaire mondial’ se cachait une illusion dangereuse, une auto-intoxication du lobby nucléaire, une bulle prête à éclater ? Et si derrière le discours conquérant de notre président se dessinait par touches successives le déclin de la suprématie française que revendique notre industrie dans l’industrie nucléaire mondiale ?’ Aujourd’hui ces deux questions peuvent sembler marginales vis-à-vis de l’énorme question de la sûreté que soulève la catastrophe de Fukushima.

Tendus vers un objectif de dévoilement statistique des impasses de la filière nucléaire, d’abord centré sur les enjeux économiques, les auteurs s’efforcent d’anticiper le risque d’un jugement d’obsolescence. Les subtils éléments d’analyse qu’ils ont acheminés, dans un long mouvement argumentatif – admirablement mené puisqu’il met en perspective tous les ingrédients qui conduisent vers la conclusion du déclin du nucléaire dans le jeu des solutions énergétiques d’avenir – changent évidemment de sens après la catastrophe japonaise.  Il est des cas où l’approche structurelle est sévèrement affectée par un événement – ce qui en fait précisément un événement majeur. Si, d’un côté, Fukushima fortifie considérablement la critique anti-nucléaire, de l’autre elle peut faire passer au second plan l’analyse des enjeux propres à la filière : à quoi bon argumenter point par point sur le coût des projets nucléaires, sur les ressources en uranium, les problèmes de démantèlement et de remplacement des centrales, le sort des déchets radioactifs, des projets de retraitement ou des filières à neutron rapide, puisque l’avènement d’une des pires catastrophes nucléaires de l’histoire, attendue depuis longtemps par les observateurs critiques bien qu’imprévisible sous sa forme matérielle, suffit à faire basculer la configuration politique du dossier ? Si le cas de l’Allemagne est emblématique, de nombreux pays voient se produire des reconfigurations en cascade qui changent radicalement les anticipations fondées sur la relance des programmes nucléaires civils1. Continuer la lecture

  1. Après un accident majeur comme celui de Fukushima, certains arguments  permettant de relativiser les problèmes de  sûreté ont changé de statut épistémique. On lit ou relit différemment toute une série de propositions, comme par exemple celles qui sont exposées dans W.J. Nuttall, Nuclear Renaissance. Technologies and Policies for the Future of Nuclear Power, New York, Taylor & Francis, 2005 ; voir également la lecture comparative proposée par Markku Lehtonen et Mari Martiskainen, «Pathways towards the nuclear revival in Finland, France, and the UK», Working Paper, Communication at EHESS, Paris, 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’internet et l’écriture contemporaine: le cas exemplaire de la cartographie

Le séminaire  Socioinformatique des controverses reçoit lundi 23 mai 2011

Eric Guichard, enseignant-chercheur à l’ENSSIB, et animateur du fameux Atelier Internet à l’ENS.

Auteur d’un mémoire d’habilitation (HDR) L’internet et l’écriture :du terrain à l’épistémologie (octobre 2010),

Éric interviendra sur le thème des relations entre l’internet et l’écriture contemporaine, en prenant comme exemple la cartographie.

En partant de la cartographie informatique, il montrera comment l’écriture contemporaine se transforme en un mille-feuille de textes qui invite à des opérations essentiellement combinatoires. L’étrange étant que l’agilité textuelle qui s’ensuit ne permet pas seulement de répondre à des questions précises, mais aussi de mettre en perspective nos modes de raisonnement, l’évolution de notre rapport à la preuve, jusqu’à des questions d’ordre épistémologique. En guise de conclusion, il proposera une ouverture vers un autre type d’objet, a priori purement graphique, et désormais lui aussi totalement textuel: la photographie.

la séance se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

en salle 2, de 15 h à 18 h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Josquin Debaz

https://twitter.com/josquindebaz

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter