Archives mensuelles : septembre 2010

Marloweb.ogm : (trans)genèse d’une promesse méthodologique

Francis Chateauraynaud

La rencontre organisée le 15 septembre dernier autour des travaux du programme OBSOGM fut une belle occasion de débattre à la fois des évolutions du dossier des OGM et de ce que font, ou ne font pas, les sciences sociales dans le jeu des interprétations, quand elles ont affaire à des acteurs ultra compétents et réflexifs auxquels il est généralement difficile d’apprendre quelque chose de nouveau sur leurs propres disputes.  Quatre interventions ont permis d’attaquer la complexité de ce dossier en faisant varier les approches : j’ai d’abord présenté la manière dont on peut restituer l’histoire politique des OGM, marquée par une montée d’une logique du conflit faisant poindre  les limites de l’argumentation en situation de différend ou de désaccord profond (deep disagreement); Jean Foyer a ensuite opéré un décentrement très précieux à partir des controverses suscitées par le maïs OGM au Mexique, lieu de cultures ancestrales des premières variétés, transformé en quelques années en terrain d’expérimentation de dispositifs d’alerte en matière de dissémination et de biosécurité ; Antoine Bernard de Raymond a analysé la forme de légitimité politique visée par le mouvement des faucheurs volontaires, à travers la revendication d’une désobéissance civique de longue haleine ; enfin, Marie-Angèle Hermitte a repris l’histoire des épreuves judiciaires, en abordant les procès comme des formes de mobilisation, marqués par des victoires juridiques (droit à l’information, évaluation plus contextualisée des risques associés aux cultures des PGM) ou des défaites (arrêtés anti-OGM des communes), et, dans le cas des procès des faucheurs, un usage radical de l’arme du droit – perdu ou gagné la décision judiciaire prononcée au nom du peuple français fait toujours avancer la cause !

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

More Posts - Website

Les OGM entre régulation économique et critique radicale

Dans le cadre du programme ANR « Formes de mobilisation et épreuves juridiques autour des OGM en France et Europe » (2007-2010), le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive organise une journée d’études le mercredi 15 septembre 2010, de 9h30 à 18h.

La journée se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail, Paris VIe, en salle 7

Elle donnera lieu à des interventions de Francis Chateauraynaud, Antoine Bernard de Raymond, Jean Foyer, Marie-Angèle Hermitte et la discussion sera animée par Catherine Baudoin (Paris I) et Jean-Michel Fourniau (INRETS, GSPR).

Programme de la journée

  • 9h30-10h Accueil des participants
  • 10h-11h Francis Chateauraynaud (GSPR) : La trajectoire politique d’un dossier complexe. L’apport d’une périodisation socio-informatique du conflit sur les OGM
  • 11h15 – 12h15  Jean Foyer (GSPR) : Les OGM au Mexique. La biodiversité et la globalisation des controverses sur les biotechnologies
  • 12h30 – 13h  Discussion générale
  • 14h30- 15h30 : Antoine Bernard de Raymond (INRA, GSPR) : Le mouvement des faucheurs volontaires. Les OGM comme laboratoire de la désobéissance civile et de la critique radicale
  • 15h45 – 16h45 Marie Angèle Hermitte (CENJ): Le procès comme forme de mobilisation
  • 17h-18h Discussion générale
  • socioargu

    Francis Chateauraynaud (directeur d’études EHESS)

    More Posts - Website

    Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs II

    Tant de conditions nécessaires…

    par Assimakis Tseronis (LCP-CNRS / GSPR – EHESS)

    Un billet précédent est consacré à des formes comme «tant que» et «en tant que». Ce texte de Chateauraynaud et Debaz donne à réfléchir autant sur les marqueurs linguistiques comme outils de l’analyse prospérienne que sur les potentialités que le logiciel Prospéro ouvre pour faire des observations linguistiques pertinentes. Je voudrais comme réaction essayer de démontrer la pertinence de l’attention aux détails linguistiques pour la démarche proposée par la « socio-informatique ».

    Tout d’abord, les deux formes dont il s’agit « tant que » et « en tant que », à la différence des morphèmes « peu » et « un peu », ne constituent pas ce qu’on appellerait en linguistique des « paires minimales » : « tant que » et « en tant que » ne peuvent pas se trouver en opposition dans la même configuration syntaxique, en lui donnant un sens différent, contrairement aux morphèmes « peu » et « un peu » :

    Pierre a  peu mangé

    Pierre a un peu mangé

    Même si en surface il semble que la préposition « en » fait la différence entre les deux formes, en réalité et en termes linguistiques, « tant que » et « en tant que » n’ont aucune relation. Le premier est une locution qui sert à introduire une phrase circonstancielle de temps, tandis que le deuxième est une locution prépositionnelle, qui, suivie d’un substantif constitue une phrase prépositionnelle, qui a le sens « considéré comme » et peut être remplacé par le morphème « comme ». Alors, la raison qui justifie la comparaison entre les deux morphèmes « tant que » et « en tant que » n’est pas une raison linguistique, à proprement parler. Comme le montre bien le billet par Chateauraynaud et Debaz, l’intérêt d’une telle démarche est sa contribution à la recherche des moments forts de la controverse à l’aide des marques langagières ; par ailleurs, la paire « tant que / en tant que » vaut pour sa proximité formelle, et la diversité de ses argumentatives. Pour la suite je vais me concentrer sur le morphème « tant que » qui présente, comme le soulignent déjà les auteurs du billet, une certaine complexité1.

    L’attention aux détails linguistiques peut nous aider à affiner les recherches par formules, et en même temps à prendre en considération d’autres éléments qui peuvent contraindre la recherche dans le corpus à travers des marques langagières.

    Continuer la lecture

    1. Même si « en tant que+nom/adjectif » semble être de loin plus fréquemment utilisé []