Archives de catégorie : Sociologie du Web

Jalons pour une étude (con)textuelle du web

Guillaume Ollivier, INRA

Des billets précédents, consacrés par exemple à l’Hypothesosphère et à la temporalité du web, se sont tournés vers le domaine très actif de l’analyse du web – la sociologie du web ayant depuis longtemps constitué à la fois une limite et un horizon pour la sociologie pragmatique des controverses1. Comme il existe un intérêt aujourd’hui à faire converger l’analyse relationnelle du web, appelée webométrie, avec la sociologie argumentative, je propose ici de présenter la manière dont ces domaines méthodologiques peuvent se combiner.

Après un tour d’horizon des différentes approches théoriques organisant la webométrie, je présente quelques outils disponibles actuellement. Je conclus sur les logiques d’enquête pouvant se construire dans une perspective de sociologie de l’argumentation au travers d’un exemple d’étude : celui de l’agroécologie en France.

La webométrie, ou cybermétrie, émerge depuis le milieu des années 1990 en suivant le développement du web lui-même selon plusieurs influences (Rogers, 2010 ; Thelwall, 2006), que nous présentons de manière historique.

I. Théories et concepts pour l’étude du web

A.Théorisation de l’hypertexte

Une mise à jour du Memex de Vannevar Bush, la machine analogique qui met du lien entre les documents. (Source Metaphortean Space blog)

Continuer la lecture

  1. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?, SocioInformatique et Argumentation nov 2009 []

Performativité du virtuel et épiphanie du réel

Ilaria Casillo et Josquin Debaz

À la suite d’un précédent billet explorant l’interpénétration du bruit et du signal dans les productions du web, poussons plus avant l’étude de l’espace dans lequel ces productions s’inscrivent, espace large certes mais parfois confus ou du moins confondant. Le volume de production des internautes, l’accessibilité à l’authorship et au lectorat produisent un effet de masse, la production semble « dilatée » et devient moins « localisable » : il devient plus difficile d’en avoir une lecture circonstanciée, correcte et intelligible.

Electronic Intifada

The truth is the best picture, the best propaganda.
– Robert Capa

Alors qu’Internet se popularisait doucement, l’anonymat ou la mise en ombre, en pseudonyme et en avatar des individus semblait une des qualités intrinsèques du système. Mais parallèlement se sont accumulées des scènes secouant le rapport entre le vrai et la réalité, soit en produisant des décalages jugés inacceptables (comme « Austerity Mum » dont le blog expliquait comment faire face à la crise en limitant ses déplacements en hélicoptères privés et en remplaçant les vacances aux Maldives par le Val-d’Isère), soit en faisant passer brutalement des personnages du statut de réalité à celui de fiction (comme par exemple dans le cas de la websérie/vidéoblog lonelygirl15)1.

Canulars, rumeurs et usurpations d’identité n’ont pas attendu l’apparition du web pour mesurer notre capacité à discerner le faux dans le vrai, ou au contraire à isoler les parcelles de vérité dans un discours fictionnel. De la Donatio Constantini à la mise en scène de La guerre des mondes sous forme de bulletins d’information par Orson Wells, en passant par Orléans2 ou par les personnages collectifs Luther Blisset 3 ou encore Nicolas Bourbaki, le faux, le doute et l’imitation impriment leur marque dans la réalité depuis l’imaginaire collectif jusqu’aux fondements de nos civilisations4. Il existe toute une histoire et une littérature de la tromperie et du faux, des « maltraitances archivistiques »5, du hoax et de la rumeur qu’il n’est pas nécessaire de rappeler ici6.

Pour autant, étudier l’entrelacement des hoax et de l’Internet reste utile et informatif, à condition de ne pas tomber dans le piège qui ferait du réseau un simple et énième support dont se serviraient les monteurs de faux — et par voie de conséquence un média à mettre sous le contrôle et la censure des États. Le récent exemple de la blogueuse lesbienne syrienne Amina créée par Tom MacMaster est à ce titre particulièrement parlant. L’affaire est désormais bien connue. Cet homme américain et sa femme, Britta Froelicher, ont créé et alimenté durant des mois un blog en anglais sur la vie difficile d’un « outsider domestique » au sein d’un régime totalitaire et dans une société traditionnelle, inventant au fur et à mesure un personnage de lesbienne dissidente qui devenait un symbole de la résistance au régime syrien. Son blog personnel-politique A gay girl in Damascus était devenu une véritable référence : à la fois récit intime (la vie difficile et marginale d’une lesbienne syrienne-américaine)  et support d’une analyse en temps réel de ce qui était en train de se passer dans la capitale syrienne du point de vue (dans le sens physique du terme) d’une jeune dissidente au langage « occidental ». La blogueuse utilisait l’ironie, la polémique et la critique pour rendre compte de la déclinaison syrienne du Printemps arabe. Bref, témoin crédible pour l’Occident et  figure médiatiquement incarnée de la résistance citoyenne, Amina a été interviewée (entre autres par CNN, mais toujours et seulement par mail) et citée par les médias les plus influents (The New York Times, The Guardian etc. ) à maintes reprises durant ces derniers mois. Mais, Amina est une invention, elle n’habite pas Damas, elle n’arpente pas les rues de la capitale et elle n’a pas versé les larmes décrites sur son blog. Pourtant elle a « existé » et  les empreintes de sa présence, ou plutôt de l’annonce de son absence et de l’enlèvement dont elle aurait été victime, se sont inscrites dans la rue (manifestation contre l’ambassade syrienne à Rome) comme sur le web (page de soutien sur Facebook) et dans ce qu’on appelle l’espace public international (mobilisation d’Amnesty International). La jeune Amina Arraf existait dans les réseaux sociaux : sur des sites d’échange de photos ou de militantisme LGBT7.



L'affaire résumée par nma.tv

Continuer la lecture

  1. Sur les passages entre fiction et non-fiction et le rôle qui joue la levée de la contrainte de preuve, voir la thèse d’Olivier Caïra, Les contre-allées de l’expérience. Une sociologie comparative de l’engagement fictionnel, thèse de sociologie, EHESS, 2007. []
  2. Edgar Morin, La rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, 1969. []
  3. Sur le fantôme collectif Luther Blisset et sa « réputation ouverte », voir sur Contre-conférence : Les fantômes collectifs et le féodalisme de la société de l’information. []
  4. Sur la créativité de la circulation des mythes et leur influence politique, on peut consulter à titre d’exemple Denise Aigle, « Figures mythiques et histoire. Réinterprétations et contrastes entre Orient et Occident », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 89-90, juillet 2000. []
  5. Paul Servais, Les maltraitances archivistiques : falsifications, instrumentalisations, censures, divulgations, Bruxelles, Bruylant, 2010. []
  6. De manière partielle et partiale, à simple titre de point de départ et parce que disponibles en ligne, nous proposons aux lecteurs intéressés à poursuivre sur cette voie : Claudine Cohen, « Faux et authenticité en préhistoire », Terrain, 33, 31-40 ; Christian Bessy et Francis Chateauraynaud, Experts et faussaires : pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié, 1995 ; Alain Quemin, « L’art plus fort que la science ? L’affrontement entre expertise stylistique et expertise scientifique dans une querelle sur l’authenticité d’une œuvre d’art : l’affaire Sésostris III », Sociedade e Estado, 20, 2, Brasília, May/Aug. 2005 ; Josquin Debaz et Sophie Roux, « D’une affaire aux autres », in Sophie Roux (ed.), Retours sur l’affaire Sokal, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Yves Gingras, « Du mauvais usage de faux indicateurs », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5, 2008, 55-4bis, 67-79 ; ou, par l’auteur de Faussaires et critiques, Antony Grafton, The footnote: a curious history, Harvard University Press, 1999. []
  7. Sur lezgetreal.com, elle échangeait d’ailleurs avec un/e autre fausse blogueuse lesbienne sans qu’aucun des deux hommes ne s’en aperçoive. []

Du bruit au signal

Une typologie temporelle pour la sociologie du Web

Josquin Debaz

Nos activités, et nos activités sociales en particulier, sont rythmées par des temporalités différentes : leur tempo en donne la mesure tout en les qualifiant et les associant aux catégories à partir desquelles nous construisons le monde sensible et conceptuel. Le Web participatif1  n’échappe pas aux questions de temporalité, et les activités qui s’y organisent, principalement des échanges d’informations qui se totalisent en un ensemble historico-sémantique touffu, dépendent de l’échelle de temps dans laquelle elles se déploient. On doit ainsi pouvoir proposer un gradient sur lequel chacun des grands types d’activités associatives du Web peut trouver sa place. Une réflexion sur les échelles de temps du Web est d’autant plus nécessaire qu’il nous faut apprendre à ajuster les outils d’exploration et d’extraction aux tempos définis par les internautes eux-mêmes. En effet, on a vu précédemment comment l’enrichissement des descriptions et des analyses sur les objets de débat et de controverse reposait, dans certaines procédures de veille sociologique, sur des automates, pour la plupart insérés dans l’ensemble dénommé Tirésias2.

Dans un univers qu’il n’y a pas si longtemps, on osait appeler « virtuel »3, on peut tracer un axe menant du bruit au signal en fonction de la quantité d’information accumulée au cours du temps par l’activité d’une personne ou celle d’un regroupement plus ou moins formel, et/ou auto-organisé.

Continuer la lecture

  1. Ou Web social ou autre 2.0, choisissez l’expression qui vous sied… []
  2. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, 9e Journées Francophones « Extraction et Gestion des Connaissances », Strasbourg : France (2009). A propos de la position du laboratoire  sur la limite entre veille et surveillance voir par exemple le Point de vue de Francis Chateauraynaud sur les termes et le principe d’un appel d’offre « Veille de l’opinion » dans l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche. []
  3. Fatima Aziz, Le mythe d’habiter le Cyberespace, carnet de recherche visuel Image Circle, 21 mars 2010 ; Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ? Seuil, 2010. []